Mon enfant est-il surdoué ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Face aux difficultés scolaires, on invoque souvent un manque de volonté ou de travail, en oubliant parfois de s'interroger sur le niveau réel des capacités, à la fois intellectuelles et affe

29 AOÛT 2018 · Lecture : min.
Mon enfant est-il surdoué ?

L'interrogation peut se situer du côté de la déficience comme du côté de la précocité qui sont statistiquement aussi fréquentes l'une que l'autre. Le diagnostic ne peut être établi que par un psychologue via la mesure sur l'échelle de Wechsler du quotient intellectuel total (QIT).

Ce qu'on observe

Les enfants dits surdoués, intellectuellement précoces où à haut potentiel ne sont souvent pas les plus performants : le décalage entre leur développement intellectuel précoce et un développement affectif, relationnel et psychomoteur dans la norme peut susciter des inadaptations, des problèmes dans leur vie quotidienne et leurs apprentissages.

Chaque aptitude peut entrainer une inadaptation. Par exemple, pouvoir se concentrer longtemps rend insupportable d'être interrompu ; la conceptualisation écarte les détails, la répétition ; la créativité rejette l'inconnu ; des capacités verbales supérieures entraînent un refus d'écrire car les capacités motrices ne suivent pas.

Attention au mythe de l'enfant intellectuellement précoce ! Il s'agit uniquement de 2.2% de la population ; voire de 0.05% pour les enfants à très haut potentiel, soit 1 enfant sur 2.000

Comment aider ?

Il s'agit tout d'abord d'identifier les aptitudes, les comportements inadaptés, les décalages. Il faut adapter ses attentes face à un enfant qui s'exprime comme un enfant plus âgé mais se comporte comme un enfant de son âge, l'aider à compenser le fait qu'il puisse être déstabilisé émotionnellement par des connaissances qu'il ne maîtrise que d'un point de vue intellectuel. De plus, le questionnement, la curiosité de ces enfants peut être épuisante. Leurs fournir des activités extra-scolaires leur permet de faire émerger leurs potentialités.

C'est dans un échange avec des professionnels que la pertinence d'un bilan psychométrique (test QI) ou psychologique (avec tests de personnalité) pourra être établie ; que des mesures pourront être éventuellement proposées.

Le cas des enfants intellectuellement précoces souligne l'importance de soutenir le développement de l'enfant à la fois sur le plan cognitif, moteur et affectif ; combien ces trois facettes sont interdépendantes.

Écrit par

TETREL Charlotte

Voir profil
Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

Derniers articles sur Enfants et adolescents