Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Névrose : qui consulter ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Selon le type de névrose, on peut recommander un suivi psychologique, psychothérapeutique, ou encore une prise en charge médicamenteuse.

5 nov. 2018 · Lecture : min.
Névrose : qui consulter ?

La névrose est une tendance psychologique complexifiant la gestion et le contrôle des émotions. Celles et ceux qui en souffrent ont souvent un état d'esprit bas, proche de la dépression ou de la dysthymie, et ressentent des sentiments négatifs comme de l'envie, de la colère, ou encore de la culpabilité. 

Si le terme "névrose" a été éliminé du Manuel Diagnostique des Troubles Mentaux (DSM) en 1980 et qu'il ne définit effectivement plus une catégorie de diagnostic en psychologie et psychiatrie, il est cependant toujours utilisé pour décrire des symptômes anxieux et les comportements associés, ou pour décrire la gamme des troubles mentaux n'appartenant pas aux troubles psychotiques

Qu'est-ce qu'une névrose ? 

La névrose est une altération mentale sans base organique démontrable caractérisée par la présence d'une forte angoisse. L'anxiété et les obsessions, en relation avec des facteurs conflictuels personnels et/ou environnementaux, provoquent mal-être et souffrance, parfois intolérables. Ce sont des épisodes de déséquilibre psychique qui se présentent chez des personnes ayant un développement mental adéquat. 

En général, la conduite névrotique est répétitive, conduit à une mauvaise adaptation et ne produit aucune satisfaction. Les névroses sont des réactions inadaptées à certaines situations ou circonstances, réactions qui correspondent à des situation non actuelles. 

En psychanalyse, on considère que la névrose se forme lorsqu'il existe des tensions internes dans l'esprit de la personne. Ces tensions ne peuvent pas se résoudre toutes seules, et l'énergie qu'elles génèrent peut se libérer de façon névrotique. Une névrose peut aussi apparaître à la suite d'un évènement traumatique du passé ou du présent. 

Une névrose se manifeste en général par les symptômes suivants : 

  • Apathie, manque d'intérêt pour des activités que la personne aimait auparavant
  • Sensibilité et susceptibilité élevées
  • Sensation permanente de tristesse
  • Faible tolérance aux autres qui peut occassionner des problèmes dans les relations
  • Irritabilité, agressivité, frustration
  • Instabilité émotionnelle
  • Troubles du sommeil
  • Perte d'appétit...

Il existe plusieurs types de névroses : 

  • Névrose anxieuse
  • Trouble panique
  • Anxiété chronique
  • Névrose phobique
  • Névrose hystérique
  • Névrose obsessionnelle. 

clos.jpg

Quel suivi pour une névrose ? 

Dès l'apparition des premiers symptômes, il est conseillé de se rapprocher de son médecin, d'abord pour écarter tout problème physique, et afin qu'il puisse orienter le patient ou la patiente vers un(e) spécialiste de la psychologie. 

La névrose doit être prise en charge par un spécialiste de la santé mentale : psychologue, psychothérapeute ou psychiatre. Une première approche avec un médecin généraliste permettra d'orienter le patient ou la patiente vers une prise en charge professionnelle adaptée aux symptômes et au niveau de mal-être. 

Il peut aussi être recommandé au patient de réaliser un suivi interdisciplinaire : médecin, psychologue et assistante) social(e) si nécessaire. La psychothérapie est une technique de suivi appropriée pour tout type de névrose : c'est un excellent moyen de connaître les identifications et attitudes produites par le cadre. Dans le cas de certaines névroses, un complément médicamenteux sera nécessaire, en évitant un usage continu pour ne pas courir le risque d'une dépendance.

  • Névrose anxieuse : le traitement implique une combinaison de méthodes psychologiques et physiologiques : technique de relaxation corporelle et de respiration, entre autres. Les médicaments peuvent inclure des tranquillisants et cure de sommeil.
  • Névrose phobique : la psychanalyse est un traitement adéquat, pour lequel le pronostic est bon. Si la personne est paralysée par ses symptômes, on peut appliquer des psychothérapies symptômatiques basée sur le déconditionnement et utiliser une médication antidépressive.
  • Névrose hystérique : en plus de la psychothérapie, on peut utiliser des thérapies alternatives telles qu'acupuncture, narcoanalyse et techniques d'affrontement. 

De nombreuses thérapies ont prouvé leur efficacité dans le traitement des névroses : la psychothérapie, bien sûr, mais aussi les thérapies comportementales et cognitives ainsi que les thérapies créatives. Les thérapies individuelles, thérapies de groupes ou familiales sont des processus thérapeutiques recommandés.

On peut aussi proposer au patient ou à la patiente des exercices de relaxation ou un complément thérapeutique de relaxation (Reiki, acupuncture, etc.) pour compléter le suivi thérapeutique. Quasiment toutes les névroses répondent bien aux traitements psychologiques. 

gano.jpg

Comment se passe le suivi ? 

La croissance psychologique et la sexualité sont liées à l'agressivité : la croissance est un acte agressif dans le sens où elle se différence de ceux qui nous soutenaient pendant l'enfance ; et pour exercer une sexualité amoureuse, il est nécessaire d'avoir réalisé cette croissance interne pour assumer les désirs d'union-possession requis par l'union de pulsions amoureuses et agressives. Le ou la névrotique n'a pas réalisé ou de manière incomplète ces deux processus, ce qu'il fait qu'il ou elle craint ses propres désirs et sa propre violence.

Le suivi commence en général par une analyse des symptômes, car c'est souvent pour les résoudre et supprimer le mal-être qu'ils constituent que les patient(e)s viennent consulter. Le traitement permet de comprendre le sens du symptôme, en quoi il est une situation de défense ou un masque de tendances pulsionnelles. 

Nous utilisons tous des mécanismes de défense distincts. Dans le cas des névroses, ces défenses sont constamment utilisées, comme la répression des impulsions ou la projection (attribuer aux autres ce qui provient de soi). 

Le processus thérapeutique permet ainsi un dégagement issu de la mentalisation et une résolution des conflits défensifs, permettant de surmonter les identifications négatives et interdits abusifs d'où naissent la névrose. Le ou la thérapeute initiera aussi un travail sur les résistances, ainsi qu'une restructuration psychique : élimination de la culpabilité, ramener l'importance des problèmes à des proportions plus justes, afin d'aller vers une résolution finale. 

Photos : Shutterstock

Un suivi clinique réalisé par un(e) professionnel(le) vous permettra de mieux comprendre vos symptômes, leur cause, et d'aller vers leur résolution. 

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 1
  • Valérie

    Merci très bonne explication ça m'a vraiment aidé à comprendre ce qu'est la névrose, j'avais vraiment envie de comprendre car un jour j'ai demandé un diagnostic de ce dont je pouvais souffrir à mon psychiatre et il m'a parlé de nécrose