Pour votre bien-être, arrêtez de vous dire ces choses

Les exigences que nous nous imposons chaque jour pour être heureux et réussir ainsi que la nécessité de tout contrôler nous conduisent à des niveaux de stress et d’anxiété inutiles.

18 JUIL. 2019 · Dernière modification: 25 OCT. 2019 · Lecture : min.
Pour votre bien-être, arrêtez de vous dire ces choses

Les messages que nous nous envoyons à nous-même dépendent beaucoup de ce que nous voyons tous les jours sur les réseaux sociaux : le bonheur dépend de notre succès, du glamour, du sociable, du sympathique et de l’équilibre que nous avons. Nous oublions que la plupart des gens publient ce qu’il leur arrive de bien et de beau ou qu’ils veulent projeter, mais que nous ne connaîtrons pas leurs mauvais jours, leurs problèmes, leurs frustrations ou leurs complexes.

Les êtres humains sont un amas d’émotions positives et négatives, et la clé du bonheur n’est pas d’être toujours "super cool", mais de savoir gérer ces émotions pour atteindre un bien-être intérieur. Ni la colère ni la tristesse ne doivent être dissimulées, et nous ne pouvons pas non plus porter une valise pleine de "devoirs" pour atteindre la perfection.

La psychologue Kathleen Smith, auteure du livre "The fangirl Life : A Guide to All the Feels and Learning How to Deal", explique que le cerveau agit comme un "éditeur":

Une des tâches du cerveau est de choisir comment raconter l’histoire de ce qui vous arrive tous les jours. Il détermine comment chaque conversation et/ou problème s’adapte à votre propre vie. La façon dont votre cerveau interprète cette dispute avec votre partenaire ou l’entretien d’embauche raté, détermine en fin de compte si ces événements provoqueront des émotions négatives et des pensées autodestructrices ou non.

Quand vous êtes anxieux/se ou stressé/e votre cerveau a tendance à vous protéger, et la meilleure façon qu’il trouve est de vous montrer ce en quoi vous croyez, ce que vous pensez être "idéal" pour bien vivre. Vos croyances sont les idées que vous avez sur la façon dont le monde devrait fonctionner et comment vous devrez vous comporter. Ce sont des "obligations" mentales qui souvent ne répondent pas à des idées logiques ou rationnelles mais que vous croyez comme des vérités noir sur blanc. Vous savez que la réalité est plus complexe et plus nuancée, mais vous vous accrochez à vos croyances irrationnelles en tant qu’idéaux de bien-être.

Il est temps que vous arrêtiez de penser aux messages que vous vous envoyez et qui vous font du mal :

1. Je dois être aimé.e par tout le monde

Selon Kathleen Smith, beaucoup de comportements erronés et de pensées contre-productives viennent de l’idée que le monde entier doit m’accepter et, par conséquent, je suis prêt.e à m’adapter à différents groupes de personnes pour que tout le monde m’aime et trouve des aspects adorables en moi. Le grand risque est de perdre la perspective et le sens du "moi". Quel besoin avez-vous de plaire à tout le monde ? Est-ce la vanité ou le manque d’estime de soi qui vous motive ?

Vous pouvez être gentil.le avec tout le monde autour de vous, mais sans vouloir vous adapter à ce qu’ils sont censés attendre de vous. Dans la vraie vie, on ne donne pas de "likes" aux autres.

2. Je dois être super-performant.e dans tout ce que je fais

Erreur ! Cette pensée vous génère déjà peur et anxiété. Et même, vous pouvez repousser vos propres projets parce que vous vous êtes imposé.e des attentes très élevées. N’oubliez pas que même les gens publics qui ont réussi ont échoué plusieurs fois et sont capables d’accepter leurs défauts, mais vous ne le savez pas ou ils n’ont pas tout expliqué.

Ne vous laissez pas abattre par le perfectionnisme et pensez plutôt à vos qualités, à vos potentialités et à vos limites. Acceptez que tout ce que vous voulez n’arrive pas en premier. Il y a des chances que vous échouez à cet entretien d’embauche ou que le rendez-vous avec la personne que vous aimez ne se passe pas bien. Mais vous comprendrez que la vie n’est pas en "noir et blanc" et que les mots "toujours et jamais" vous font plus de mal.

Votre cerveau va commencer à changer la puce en messages plus rationnels comme "cette fois ça n’a pas marché, mais il y aura une autre chance" ou "qu’est-ce que j’ai raté et que puis-je améliorer" ?

3. Je dois être en colère face à tout ce que je ne peux pas changer

Nous sommes préoccupés par de nombreuses questions qui ne dépendent pas exclusivement de nous. Outre nos problèmes quotidiens, nous sommes préoccupés par la pollution, la pauvreté, l’insécurité, le terrorisme, et ainsi de suite. Nous pensons que si nous baissons notre garde face aux nouvelles, la peur nous envahira et nous ne pourrons pas réagir à temps. C’est une chose d’examiner la réalité et de générer des changements de comportement pour contribuer à améliorer notre environnement, et c’en est une autre de devenir obsédée par l’ensemble des problèmes, que nous ne pouvons pas résoudre même si nous le voulons.

Vous pouvez recycler vos déchets, vous pouvez faire du bénévolat dans une organisation non gouvernementale, vous pouvez contribuer avec votre temps ou votre argent à des personnes qui ont besoin de votre solidarité... Vous pouvez faire des changements qui vous apporteront sûrement plus de satisfaction que de suivre en direct toutes les nouvelles 24 heures sur 24.

4. Je dois éviter tous les conflits

La sortie la plus rapide est toujours la plus confortable, mais pas la plus pratique pour votre bien-être émotionnel. Si vous avez besoin de parler à un collègue ou à votre partenaire sur un sujet qui vous préoccupe, pourquoi préférez-vous l’éviter ? Pour ne pas discuter ? Eh bien, vous ne vous rendez pas un service,  vous gardez vos sentiments pour vous, et un jour, vous allez exploser comme une cocotte-minute.

Il y a des façons d’exprimer ce qui nous dérange. Les conflits font partie de la vie et doivent être abordés avec maturité. Sinon, les malentendus et le stress associé à la mauvaise communication et à l’agressivité s’empareront de votre vie quotidienne et vous créeront plus de problèmes.

5. Je dois tout contrôler

Il est impossible de calculer à 100 % toutes les variables associées à une situation, et même si nous le prétendons, il est fort probable que nous soyons souvent frustrés parce que nous n’avons pas réalisé tout ce que nous avions prévu. La clé est d’analyser quels facteurs dépendent de vous et quels facteurs ne le sont pas, et de cette façon vous vous concentrerez sur ce qui est à votre portée pour faire tout votre possible pour que les choses se passent comme prévu, mais vous devez également réserver de l’énergie pour accepter quand les plans échouent ou sont modifiés.

Noter les pensées et les attentes face à une situation ou à un projet est un bon exercice de visualisation qui vous permettra d’avoir des idées plus rationnelles et réalistes sur les différents scénarios d’un même thème. Croyez-le ou non, être sûr qu’il peut y avoir des traces vous génèrera un sentiment de sécurité dans vos propres décisions.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
5 Commentaires
  • Lea

    L'article est ntéressant mais qu'est-ce que c'est désagréable cette écriture inclusive !

  • Scal

    Je suis perdu dans ma vie je ne sais plus quoi faire on m’a demandé le divorce et pour moi c un réel défi j’ai l’impression que je vais jamais arriver avec tous ce qu’il m’arrive c’est insurmontable je plus de repère je ne sais plus ce que je dois faire... J’ai 3 enfants j’ai peur de mon futur

  • Maryam

    Cette article etait tres pratique et je vous remerci de mettre temps pour donner conscience au autre

  • Eglantine

    Nous n'avons pas le contrôle sur tout, accepter l'incertitude à petite dose pour commencer, ça réduira l'anxiété et on ne peut pas changer ce qui ne peut pas l'être car c'est souffrir pour rien. Excellent article.

  • fantomette

    Cet article est très aidant. Même si il dit des choses qui pourraient sembler évidentes, il permet de nous rappeler que dans la vie réelle, chacun fait ce qu'il peut pour gérer ses émotions, qu'elles soient positives ou négatives. Et je pense également que lutter à tout prix contre nos émotions nous fait plus de mal que de bien. Pas d'émotions signifirait pas d'affect. Or, nous ne sommes pas des robots, nous ne fonctionnons pas comme un ordinateur selon un système binaire (1 ou 0, noir ou blanc....). Heureusement, le cerveau humain fonctionne de façon beaucoup plus subtile.

derniers articles sur développement personnel