Pourquoi certaines personnes peuvent-elles ruiner votre journée en une seule phrase ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Il y a certaines personnes qui semblent avoir le pouvoir et le talent de changer notre humeur en un seul mot.

27 MAI 2020 · Lecture : min.
Pourquoi certaines personnes peuvent-elles ruiner votre journée en une seule phrase ?

Il y a certaines personnes qui semblent avoir le pouvoir et le talent de changer notre humeur en un seul mot.

Comment expliquer ce phénomène ?

La première chose à dire est que l'autre n'a pas le pouvoir de faire quoi que ce soit, on lui l'attribue. La question est de voir pourquoi si je ne veux pas que cette personne ait du pouvoir sur moi, je le lui donne, et comment je peux éviter cela. Quand les choses que l'on nous dit nous font mal, c'est parce que nous pensons que c'est vrai, sinon cela ne nous affecterait pas.

Donc, en réalité, ce que nous recherchons, c'est que cette personne confirme ce que nous croyons déjà et quand il le confirme, nous blâmons la personne pour ce que nous croyons déjà en nous-mêmes. Par exemple, si une de mes amies a le pouvoir de me dire deux mots et de rendre mon après-midi amer, probablement ce qui a rendu mon après-midi amer était quelque chose auquel je croyais déjà et elle me l'a seulement rappelé.

  • L'hypothèse catégorique

Mais ce qui suit doit être pris en compte : il se peut que cette phrase ne soit pas vraie, nous croyons souvent des choses qui ne sont pas vraies. Voyons pourquoi parfois nous croyons en ces phrases qui nous rendent amers et qui ne sont pas vraies. Pour expliquer cela, j'ai besoin de l'aide d'un philosophe nommé Emmanuel Kant. Il parlait de quelque chose appelé une «hypothèse catégorique». Il y a des hypothèses catégoriques dont nous ne doutons pas, par exemple : "le soleil se lève à l'Est et se cache à l'Ouest", il est supposé parce qu'il parle de quelque chose qui arrivera demain et c'est une vérité dont je ne doute pas. Donc, d'une part, nous allons avoir des hypothèses catégoriques tirées de la réalité externe, et d'autre part, nous allons avoir des hypothèses catégoriques tirées de notre réalité interne, nous allons les voir ensemble.

Comparons-nous un instant avec les enfants et voyons ce qui suit : ils ont des hypothèses catégoriques que nous, les adultes, n'avons pas, par exemple "le Père Noël existe".

Gardez à l'esprit que ces hypothèses catégoriques sont présentes chez tous les enfants, donc elles étaient également présentes en nous et à un niveau inconscient, elles sont souvent actives. Nous allons donc en prendre une qui est très importante pour notre explication : "Maman et Papa sont de bonnes personnes et le seront TOUJOURS." Chaque jeune enfant croit cela de ses parents. Il n'y a aucun doute sur les hypothèses catégoriques, elles fonctionnent comme une vérité.

  • Le principe de non-contradiction logique

Permettez-moi d'apporter un autre concept qui nous aidera pour notre petite enquête, c'est le "principe de non-contradiction logique" qui dit : "une chose, une situation, une personne, une hypothèse, un lieu, ne peut jamais être son contraire au même moment et au même endroit". Qu'est-ce que ça veut dire ? Que si, par exemple, j'ai une lampe rouge, j'apporte de la peinture et je la peins en vert, elle deviendra verte dans le temps qu'il me faudra pour la peindre, mais elle ne pourra jamais être rouge et verte en même temps, ou elle est rouge ou elle est verte.

Revenons donc à regarder les enfants avec leur hypothèse catégorique que "maman et papa sont toujours bons". Maintenant, il y a des moments dans la vie où papa et maman ne sont pas "bons", que se passe-t-il lorsque cette contradiction entre la réalité et la supposée vérité apparaît ?

Quand un enfant croit que son père et sa mère sont toujours bons, mais que son père ou sa mère l'attaque, le maltraite, l'humilie, le blesse, c'est contraire à sa vérité.

L'enfant ne peut jamais désinscrire sa vérité et il ne peut pas nier la réalité, alors il rencontre un conflit, comment le résout-il?  Il le résoud toujours de la même manière : Il dit que ses parents sont bons, il ne nie pas la réalité qu'ils ne le sont pas, et il se dit : "Papa et maman sont bons et s'ils ne le sont pas avec moi, c'est parce que je ne le mérite pas, parce que je ne suis pas digne du fait que l'on soit bon avec moi. " Puis une troisième vérité est créé e: "Je ne suis pas digne du bien de la vie". Après que l'enfant ait grandi, devienne un adulte et va chercher à confirmer cette troisième vérité qui était inscrite et active dans l'inconscient. Ensuite, il va se connecter avec un partenaire qui le maltraite, par exemple. Et quand cet adulte rencontre un partenaire qui le traite bien, il le/la quittera parce qu'il ne croira pas cette personne, il se demandera : "Pourquoi me traite-t-il/elle bien ?" et cela viendra nuire à toute attitude de soin ou d'affection.

Ainsi, à la suite de cette phrase qui a été créée comme une vérité, cet adulte hypothétique finit par maltraiter ceux qui le traitent bien et par traiter ceux qui le maltraitent juste pour éviter cela : "Papa et maman étaient bons et si la réalité prouvé qu'ils ne l'étaient pas, c'était parce que je n'étais pas un bon.ne fils/fille. Je n'étais pas dignequ''il/elle soit bon avec moi. "

Permettez-moi de préciser que nous parlons d'une expérience que nous traversons tous, elle est structurelle, simplement parce que nos parents, ou les personnes qui ont pris soin de nous, sont humains et il y a des moments où ils ne répondent pas à nos besoins, ils font des erreurs. Et à ce moment-là, quand nos parents ne sont pas à la hauteur, nous les enfants, nous ne croyons pas que nos parents sont de mauvais parents, il n'y a personne qui nous fait croire qu'ils sont de mauvais parents, ce que nous croyons, c'est que nous ne méritons pas qu'ils soient bons avec nous. Il y a bien sûr des cas plus ou moins graves, mais personne n'est exempté de cette expérience.

Comment résoudre ce problème ?

Ce que vous devez faire, c'est d'émouvoir étreindre cet enfant en vous et lui dire ce qu'ils ne vous ont pas dit : "tu le mérites" et comprendre que papa et maman n'étaient pas mauvais ou bons, ils ont juste donné ce qu'ils pouvaient, et parfois ce qu'ils pouvaient était insuffisant.

Parfois, ce manque est si douloureux que l'on ne peut pas faire cette expérience seul, on ne peut pas aller directement au foyer de la douleur, nous avons tous un seuil de tolérance différent quant à la façon dont nous pouvons nous rapprocher de notre propre douleur. C'est pourquoi les travaux antérieurs, en compagnie d'un professionnel, deviennent importants pour créer les conditions qui permettent d'accéder à ce lieu émotionnel de la douleur et de le guérir. Le psychologue ne guérit pas, il aide à créer les conditions pour que nous puissions accéder à notre douleur et que les blessures puissent guérir.

Ensuite, nous avons déjà découvert que ces phrases qui nous blessent et peuvent ruiner notre journée ne viennent pas seulement de l'extérieur, elles sont le reflet de ce qui nous fait mal à l'intérieur, donc l'invitation est de travailler avec les croyances sur soi qui forment l'estime de soi.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur développement personnel