Espionner sur les réseaux sociaux : pourquoi devriez-vous éviter ?

Bien que cela semble inoffensif et amusant, l'habitude de traquer sur les réseaux sociaux peut conduire à la dépendance, à l'anxiété et à la dépression.

15 SEPT. 2020 · Lecture : min.
Espionner sur les réseaux sociaux : pourquoi devriez-vous éviter ?

L'émergence des réseaux sociaux a radicalement changé notre comportement, notre façon de voir le monde et notre façon de communiquer, et elle a également généré une révolution dans nos relations interpersonnelles et affectives.

Quand Google et les réseaux sociaux n'existaient pas, trouver une photo de la personne dont vous étiez amoureux sur Internet était une mission presque impossible. Mais avec la création des réseaux sociaux, ce paysage a radicalement changé. Si on tape le nom d'une personne sur des sites comme Instagram, Facebook, Twitter ou Google, on peut savoir en quelques secondes ce qu'elle fait, ses passe-temps, les voyages qu'elle a faits, qui sont ses amis, où elle a étudié, si oui ou non elle a un partenaire, etc.

Qu'est-ce qu'un stalker ?

L'accès rapide, facile et anonyme à l'information a fait de nous tous des espions. Le mot stalker vient du terme anglais stalking. L'espionnage est une forme de harcèlement qui signifie traquer l'autre partout pour établir une sorte de contact ou de relation. Actuellement, le mot stalker est désormais utilisé pour définir une personne qui utilise Internet, en particulier les réseaux sociaux, pour surveiller ou espionner la vie des autres.

À des degrés divers, nous avons tous déjà examiné le profil de quelqu'un. Être curieux d'en savoir un peu plus sur quelqu'un est normal, et nous le faisons tous. Nous regardons le LinkedIn de notre patron, nous vérifions la chronologie de notre partenaire, nous recherchons des données sur une personne qui nous intéresse romantiquement, nous entrons dans le profil d'un ex. Avec des données que nous publions nous-mêmes dans nos profils, nous espionnons tous et nous nous laissons espionner.

Cependant, nous devons être un peu prudents avec cette habitude. Souvent, ce qui commence comme une curiosité inoffensive ou quelque chose de drôle peut se transformer en obsession. Le problème commence lorsque la personne cesse de vivre la vraie vie pour vivre la vie virtuelle de l'autre.

Certains comportements nous aident à détecter si nous dépassons les limites saines. Les principaux sont : 

  1. Mettre de côté les engagements et les tâches importantes : abandonnez vos propres activités pour accompagner virtuellement ce que fait l'autre.
  2. Passer trop de temps à espionner la vie de l'autre : les harceleurs passent de nombreuses heures à surveiller les activités de chacun, ce qu'ils publient, qui ils suivent, combien de likes ils mettent (et qui), etc.
  3. Se sentir anxieux quand on n'est pas sur les réseaux sociaux : la vraie vie n'a plus de sens. Lorsque vous ne cherchez pas quelque chose à propos de cette personne, vous vous sentez anxieux et rien n'est drôle.
  4. La répétition : entrez mille fois sur l'Instagram de la personne et vous êtes déçu de ne pas trouver de nouvelle mise à jour.
  5. De la difficulté à se concentrer sur d'autres activités : on ne peut pas, par exemple, se concentrer sur le travail et être productif car on passe beaucoup de temps à regarder les réseaux sociaux des autres.
  6. Regarder le profil de personnes inconnues : regardez le profil d'amis d'amis, de filles qui aiment ou commentent la photo de votre ex, de la mère de votre crush ...

Les conséquences de l'espionnage sur les réseaux sociaux

Espionnerla vie d'autrui sur les réseaux sociaux peut avoir de nombreuses conséquences négatives. Les recherches montrent que les personnes qui parcourent le profil de leurs amis et ne publient rien sur le leur voient leur bien-être décliné. Plus d'un tiers des utilisateurs de Facebook quittent la page en se sentant pire que lorsqu'ils se sont connectés. Et plus quelqu'un passe de temps sur la page Instagram d'un ex, plus il se sent mal et plus il sera difficile de passer à autre chose.

De plus, espionner fréquemment peut affecter la santé mentale. Dans de nombreux cas, le fait de passer en revue les réseaux sociaux d'une personne de façon récurrente peut se transformer en dépendance et déclencher des problèmes tels que l'anxiété et la dépression.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
2 Commentaires
  • Pensées

    "La curiosité n'est que vanité : le plus souvent on ne veut savoir que pour en parler." Citation de Blaise Pascal ; Les pensées (1670)

  • lulu31ytb

    Ce post est intéressant a lire et nous offres des informations plus pousser pour nous avertir sur les réseaux et ceci est vraiment bien. (je partage)

derniers articles sur aptitudes sociales