Pourquoi est-il si difficile d'être heureux ?

Comment identifier les causes de notre souffrance ? Il est possible que tout bascule à un moment de la vie comme rien n'est permanent, et que reste-t-il ? De la souffrance…

13 JANV. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Pourquoi est-il si difficile d'être heureux ?

La souffrance

La souffrance est un ressenti normal après une épreuve difficile, mais pour certains elle devient omniprésente.

Le problème, c'est qu'une fois l'évènement difficile passé, la personne entretien un lien avec cette souffrance, par exemple :

  • La disparition d'un être cher
  • Un conflit familial, professionnel, amical
  • Une rupture amoureuse, professionnelle
  • Etc.

L'individu a souvent tendance à se focaliser sur cette souffrance et n'arrive pas à dépasser l'attachement douloureux causé par l'évènement, ce qui laisse comme une blessure infectée qui ne guérit pas.

Encore une fois, la perte de manière générale affecte tous individus, c'est la manière dont chaque personne va accepter cette perte ou maintenir cette souffrance. Dans la perte de quoi que ce soit ou de qui que ce soit, il est à un moment nécessaire de lâcher prise sur ce qui n'est plus.

Accepter que les choses soient impermanentes sous peine de continuer à souffrir.

La plupart d'entre nous recherchons d'une manière quasi obsessionnelle la sécurité, la permanence des choses établies, la facilité, mais si on reste cramponné à ces zones de confort, il est normal que le moindre changement amène de la souffrance. Nous ne pouvons tout maîtriser, comme les ruptures, les accidents, la maladie, la vieillesse, la mort, …

La plainte

La souffrance amène souvent la plainte pour la plupart des individus, ce qui n'arrange rien. La plainte est une manière de prolonger sa souffrance, au lieu d'accepter le changement.

Certains utilisent la plainte pour se dédouaner de leur difficulté à prendre leurs responsabilités, à agir, c’est-à-dire à faire face aux difficultés de la vie, à la prise de décision. Et ce notamment dans des situations conflictuelles quel que soit le domaine.

Certains vont peut-être bondir en lisant cela, et pourtant c'est bien de cela qu'il s'agit de prendre ses responsabilités. Cela ne veut pas dire que c'est facile, mais c'est indispensable pour sortir de la plainte.

La critique

Certains individus passent leur temps à critiquer, ce qui est souvent associée à la plainte.

Réfléchissez un instant, nous l'avons tous fait au moins une fois de porter une critique malveillante, qu'est-ce que ça dit de nous ? Est-ce de la jalousie ? de la frustration ? de la colère ? ou toute autre émotion ?...

Pensez à toutes les fois où cela vous est arrivé, et osez regarder à quoi cela fait écho en vous… Cela vous rend-il heureux (se) ?

L'insatisfaction de manière générale amène à la critique, à la plainte et donc à la souffrance, mais est-ce la bonne attitude pour être heureux ? …

Ne pas confondre la critique/plainte avec un esprit critique qui représente plus un discernement judicieux.

Que veut dire être heureux ?

Certains diront :

  • Gagner beaucoup d'argent
  • Être heureux dans son couple
  • Aimer et se sentir aimé
  • Avoir des amis
  • Avoir une complicité familiale
  • Avoir une belle maison, des enfants
  • Avoir une vie professionnelle enrichissante et lucrative
  • Etc.

Tout cela est légitime, sauf que, si on se cramponne à ses croyances, il est possible que tout bascule à un moment de la vie comme rien n'est permanent, et que reste-t-il ? De la souffrance… Sauf si vous acceptez que tout peut changer à tout moment ! Alors votre vision de la perte ne vous affectera pas outre mesure, et sera uniquement en lien avec la perte et non dans le maintien de la souffrance, la différence est importante à comprendre.

Conclusion

Le but de cet article est juste pour vous faire prendre conscience de certains mécanismes qui se mettent en place de manière inconsciente dès qu'on se sent dépossédé de quelque chose qui nous appartient.

Notre attachement aux choses et aux personnes qui font partie de notre vie ne sont pas notre propriété.

Notre besoin de posséder à tout prix reflète notre propre insécurité de la vie et en la vie. Et que la difficulté d'être heureux c'est cette incapacité à se dire que tout est impermanent et que nous devons nous adapter sans cesse aux changements.

Bien sûr l'optimisme sera un élément favorisant la capacité à rebondir. Si vous restez bloqué sur un évènement douloureux, votre pessimisme vous entrainera dans la souffrance.

Tout cela peut se travailler si on s'en donne les moyens, mais cela demande un investissement personnel qu'il est souvent difficile à faire. La méditation de la pleine conscience peut être une approche intéressante.

Ou encore une thérapie pour explorer vos croyances négatives qui vous influence de manière inconsciente à maintenir certains schémas dysfonctionnels.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Nathalie Follmann

Hypnothérapeute Clinique

Certifiée par l'Institut Sakti d'Hypnose Clinique à Paris. Mon approche "intégrative" permet de travailler sur tous les troubles émotionnels, psychosomatiques avec de nombreuses approches et techniques. L'hypnothérapie que je pratique s'inscrit autant dans une thérapie brève qu'une thérapie de fond. Elle s'adapte autant aux adultes qu'aux enfants à partir de 4 ans.

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel