Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Quand nos émotions nous sont étrangères

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Pour certaines personnes, les émotions sont des étrangères. Ce trouble est nommé alexithymie.

30 mai 2016 · Lecture : min.
Quand nos émotions nous sont étrangères

Il s’agit d’une difficulté à identifier, différencier et exprimer ses émotions, ou parfois celles d'autrui. Ce trait de personnalité est communément observé parmi les patients présentant des troubles du spectre autistique et pourrait toucher 15 à 20% de la population (étude réalisée dans le cadre du Réseau Dépendance (Guilbaud, Loas, Corcos, 2002).

C’est au début des années 1970 que ce nom est construit à partir du préfixe privatif « a », et des mots grecs lexis (« parole ») et thymos (« humeur »). Les personnes atteintes d’alexithymie vivent les émotions comme toutes personnes mais ne les identifient pas ou ne les comprennent pas.

Maurice Corcos, pédopsychiatre et psychanalyste, est l’auteur de Qu'est-ce que l'alexithymie ? (Dunod) et dit qu’il s’agit d’un mal contemporain : « Ce trouble est symptomatique d’une société qui sacrifie l’expression des émotions à des stéréotypes. »

Avez-vous des difficultés à trouver les mots pour décrire vos sentiments ?

Les hommes sont plus souvent concernés par l'alexithymie. Ils se sentent désemparés dès lors qu'il s'agit de confier leurs émotions. L'alexithymie n'a pas de modèle unique. C'est une observation attentive de l'évolution et de la permanence de certains comportements et attitudes qui vont permettre d'évaluer la présence de ce trait de personnalité. Ce déficit verbal dans l'expression de ses émotions peut être classifié selon deux types différents. Il existe les alexithymies primaires et les alexithymies secondaires, les premières s'apparentent à la personnalité tandis que les secondes sont associées à des maladies mentales. Les deux types sont différents bien que les symptômes soient similaires.

Savoir identifier les symptômes de l'alexithymie

Il est possible d'identifier les symptômes de l'alexithymie :

  • une incapacité à décrire les émotions ;
  • une incapacité à identifier ses sentiments et de pouvoir les distinguer de ses sensations corporelles ;
  • une incapacité à communiquer ses émotions à une autre personne ;
  • une pauvreté de la vie imaginaire (peu de rêves, impossibilité de raconter les rêves, etc.) ;
  • une tendance à utiliser l'action pour éviter les conflits et situations stressantes.

plui.jpg

Comment cela se traduit chaque jour ?

La personne a du mal à ressentir de l'empathie pour les autres. Il lui est donc difficile de communiquer avec un tiers car elle ne sait pas comment exprimer ses sentiments. Gérer des relations personnelles peut être complexe surtout pour la personne qui souffre d'Alexythymie. Cette dernière va avoir des difficultés à établir des liens avec autrui, à savoir ce qu'éprouvent ses interlocuteurs ou à deviner ce que vont être les réactions des autres face à son discours.

Quand on demandera au sujet d'expliquer une situation pleine d'émotions, il décrira ses sensations physiques, ne parvenant pas à mettre des mots pour décrire son ressenti. Les émotions sont bien présentes, pourtant la personne n'en prend pas conscience et ne les exprime pas. Nous connaissons tous des personnes qui présentent une alexithymie, des personnes au grand coeur mais avec une épaisse carapace. Nous parlons parfois de personnes "ours".

Lors d'une dispute, la personne va préférer changer de sujet ou s'isoler, car elle n'est pas à l'aise pour exprimer ce qu'elle ressent, et les mots ne viendront pas. Et lorsque la situation devient tendue, il ne lui reste plus qu'à fondre en larmes ou à exploser de colère. Il faut savoir que ces personnes ont de faibles capacités d'introspection sur leurs états affectifs, et évitent toute situation de confrontation avec leurs émotions.

fille.jpg

D'où vient cette difficulté à identifier ses émotions ?

Cette difficulté à comprendre ses émotions pourrait résulter de la relation de l'enfant à sa mère, à ses parents comme par imitation de leur propre façon de gérer leurs émotions. Il y aurait alors comme un défaut de mentalisation des émotions.

Mais ce n'est pas toujours le cas. L'alexithymie pourrait aussi être le résultat d'un mécanisme de défense en réaction à une certaine indifférence du monde extérieur par rapport aux émotions. Ainsi, une personne très émotive va chercher à contrôler ses émotions pour ne pas les montrer. Cela, pour se donner de l'assurance et ne pas avoir l'impression d'envahir les autres avec ses émotions (les personnes alexithymiques pensent que leur ressenti est dénué d'intérêt pour les autres).

Enfin, autre origine possible, l'alexithymie pourrait être due à un traumatisme comme une séparation, un deuil, ou tout événement de vie qui aurait conduit le sujet à vouloir se protéger émotionnellement.

Face à l’alexithymie, il est important de choisir l’approche thérapeutique qui conviendra le mieux à chacun. Car ce trouble nécessite une prise en charge thérapeutique et neurologique. Dans un premier temps, il pourra s’agir de découvrir son origine afin d’établir le traitement le plus approprié. L'échange permettra de comprendre le rôle, et la fonction de la perturbation émotionnelle grâce à des outils d'évaluation. 

Photos : Unsplash

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 3
  • Danielle Bievelot

    bonjour ,mon maria fait le test et malheureusement il s avère qu'il a le profil type .Existe t il un psychiatre spécialise à Aix en Provence qu il puisse consulter? merci

  • jannak

    Je souffre de ça et je confirme qu'on s'en rend compte assez facilement. Le plus compliqué est de mettre un mot et une définition clair dessus. J'ai mis 3 ans à trouver ce mot et c'est très long quand tu prends conscience que quelque chose ne va pas chez toi et le moment où tu trouve que que c'est. On est beaucoup et je ne souhaite ça à personne car c'est vraiment très handicapant.

  • AmaZone

    Est-ce que les pervers narcissiques souffrent tous de ce "trouble"? Est-ce que ceux qui souffrent de ce trouble peuvent facilement reconnaître qu'ils ont un problème?