Que se passe-t-il dans la tête et le corps d'un alcoolique ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Une dimension de l'alcoolisme est souvent oubliée : ses conséquences psychologiques et physiques sur la personne dépendante.

8 SEPT. 2016 · Lecture : min.
Que se passe-t-il dans la tête et le corps d'un alcoolique ?

Au delà du fait que l'alcool modifie les perceptions au quotidien, les conséquences physiques et psychologiques dues à l'absorption d'alcool vont bien plus loin qu'une modification de la perception chez un dépendant à l'alcool. On connaît de nombreux dommages causés par l'alcoolisme, notamment ceux sur la santé. Que se passe t-il alors dans la tête et le corps d'une personne alcoolique ? Peut-on concilier amis, famille et travail quand on est tombé dans l'alcoolisme dépendant ? Rappelons que l’addiction à l’alcool n’est pas réservée qu’aux hommes, les femmes aussi sont concernées. 

La spirale infernale de l'alcoolisme

L'alcool entraîne une instabilité émotionnelle visible et la personne alcoolique va au fur et à mesure s'entourer généralement de personnes qui boivent aussi, ou s'isoler totalement. La personne dépendante de la boisson se constituera des provisions en alcool, avec toujours cette peur de manquer et d'avoir à disposition. C'est un réflexe de survie pour ne pas venir à manquer de son objet d'addiction.

L'alcoolique aura tendance a de plus en plus se cacher et à rester seul pour boire car il sait que c'est une chose honteuse. Et se confier à un proche ou un médecin devient alors impossible alors que cela devient nécessaire. Il existe alors pour ces personnes une autre manière de contourner ce sentiment de honte, en buvant notamment lors de soirées, ou lors d'activités diverses comme des parties de pétanque, de carte, de jeux, ces moments servent alors de prétextes.

Dans la sphère personnelle, le divorce est généralement l'issue donnée face à un partenaire alcoolique. Le conjoint choisira de finalement prendre la fuite après avoir tenté de sauver l'autre à maintes reprises. La famille, les proches, ne sont pas en reste, face à l'incompréhension, la peur, l'impossibilité de sauver l'autre, et vont peu à peu s'éloigner. Mais qu'est-ce que change l'alcool chez une personne ?

La consommation excessive d’alcool est souvent le seul recours pour l’individu qui se sent perdu dans sa vie, un moyen simple de s’anesthésier afin de ne plus penser à ses problèmes. La honte et la faible estime de soi vont souvent enliser l’individu dans sa détresse.

alcol.jpg

Les conséquences psychologiques liées à la dépendance à l''alcool

Avec le temps, l'alcool va modifier la personnalité de la personne, où colères et lassitudes excessives sont la règle. D'ailleurs l'alcoolisme est parfois accompagné de troubles psychiatriques.

La modification du comportement de la personne va augmenter les conflits, la violence verbale et/ou physique, les comportements à risque. L'agressivité ou des comportements inappropriés sont plus souvent exprimés car l'alcool désinhibe. Souvent, l'alcool est présent dans des conflits qui débouchent sur la violence comme les bagarres dans une discothèque, dans la rue, la violence domestique, l'agressivité au volant, etc.

La consommation d'alcool a pour effet de se sentir déprimé, triste, et même sans énergie. En effet, la dépression est souvent sous-jacente chez les alcooliques.

Des troubles anxieux peuvent aussi surgir, et la personne voudra alors boire pour les calmer, sauf que dans la grande majorité des cas (80%) c'est la prise d'alcool qui induit le trouble anxieux. Il suffirait donc d'arrêter de prendre de l'alcool pour voir ces troubles disparaître. Mais l’engrenage est trop puissant, déprime = alcool = anxiété.

Il est important de préciser qu’une femme dépendante à l’alcool pendant sa grossesse est très délétère et aura des conséquences sur son bébé.

Des troubles cognitifs apparaissent avec la consommation d'alcool et vont prendre de plus grande proportion avec le temps, comme des troubles de la mémoire sur le court terme, troubles de la concentration, des troubles du raisonnement avec des difficultés à évaluer des situations, peu de réactions motrices ce qui rend la personne vulnérable dans les chutes, les accidents dans la conduite et devient donc dangereuse pour elle-même et pour les autres.

Et la maladie dans tout ça ? Est-ce qu'une personne qui boit s'expose à plus de maladies ?

Et les effets physiques de l'alcool ?

Détrompez vous sur le fait qu'un verre de vin chaque jour serait bénéfique pour la santé, aucun scientifique n'a été capable jusqu'à aujourd'hui de le prouver. En revanche la consommation d'alcool au dessus de la moyenne est à l'origine de différentes maladies.

La cirrhose est une maladie causée principalement par l'alcool. C'est une maladie dite irréversible et chronique, qui détruit progressivement les cellules pour les remplacer par un tissu fibreux. Le foie ne va plus fonctionner correctement ce qui amènera à des complications pouvant être mortelles. Sur moyen et long terme, la cirrhose peut se transformer en cancer du foie.

boute.jpg

La possibilité d'avoir un cancer augmente, en rapport avec la consommation d'alcool. Les cancers concernés sont présents dans toutes les zones du corps dans lesquelles circule l'alcool, que ce soit la bouche, la gorge, l'œsophage, le foie, le côlon ou encore le rectum. L'alcool est d'ailleurs la deuxième cause de mortalité prématurée par cancers.

L'alcool est aussi source de problèmes cardio-vasculaires. Consommer de l'alcool régulièrement augmente la pression artérielle et le risque d'hypertension, les risques d'accidents vasculaires (AVC) et d'infarctus du myocarde sont plus nombreux. De la même manière une consommation intense d'alcool lors d'une occasion peut entraîner des troubles du rythme cardiaque et un risque de mort subite existe alors.

À long terme, l'alcool a également des effets sur le cerveau comme l'apparition de troubles de l'attention, de la concentration, de la mémoire, des capacités d'abstraction et des fonctions exécutives. Le syndrome de Korsqkoff est une complication de ce problème, cette maladie du cerveau altère la mémoire, apparaissent alors des troubles de l'humeur et le sujet a tendance à fabuler, etc. Une diminution de la matière grise a d'ailleurs été observée chez des alcooliques, et elle est plus importante encore quand l'alcoolo-dépendant a commencé à un âge précoce.

Quand la dépendance à l'alcool s'est installée, l'état de santé se dégrade tant sur le plan physique que psychologique. La vie familiale et professionnelle sont également touchées, ce qui va accentuer le mal-être de l'alcoolique. La rupture familiale et/ou professionnelle devient presque inévitable. Pour s'en sortir, pensez à un sevrage, une aide extérieure est indispensable, un thérapeute spécialisé en la matière peut vous apporter son soutien et son aide. Une approche thérapeutique pluridisciplinaire est vivement conseillée.

Il faut savoir que l’alcoolique dépendant devra être motivé pour s’en sortir, car les effets délétères de cette addiction sont très puissants, et la volonté de l’individu très affaiblie. Alors n’attendez pas pour consulter si vous sentez les prémices de cette addiction.

Photos : Unsplash

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
4 Commentaires
  • Espoir21

    Mon ami sort de sa seconde cure ... il est tres influençable ... et je crains une repride dans les 5 6 mois à venir .. un mauvais voisinage... un alcoolique qui bizarrement vient vers 11h le matin ... apéro ... je l ai aidé à se faire soigner plusieurs fois en 20 ans mais ... je ne bois pas ... curieusement après chaque cure il me quitte ... j aimerais comprendre ... aidez moi ... nous ne ne vivons pas ensemble. Explication psychologique à cet etat de fait ... j ai fait tout ce que j ai pu ... mais là je suis interloquée

  • Cris

    Je suis alcoolique et abstinent depuis peu, j'ai eu la chance de ne pas être dépendant. mais j'ai vécu tout,et tout les mêmes symptômes les memes expériences. Nous sommes, nous les alcooliques tous les mêmes, identiquement les mêmes. Mais il y a moyen de s'en sortir, de stopper la maladie. J'ai trouvé personnellement les Alcoolique Annonymes ! Ca fonctionne et c'est formidable et pour moi indispensable, vital. mais je ne bois plus du tout d'alcool! génial, j'en suis très heurex.

  • Desespérée

    Bonjour, Mon frère est alcoolique il vit avec maman agée de 86 ans. Mon frére est instable quand il est en manque il devient violent verbalement et il est limite maltraitant avec notre mère. Je précise que toute une famille est autour de lui , nous subvenons à ses besoins, nous nous occupons très bien de notre Maman. Il vit chez notre Maman car il est demandeur d'emploi, n'a pas de logement et touche très peu de RSA . Bien entendu le travail ne l'intéresse pas. Alors pour l'arranger nous avons passé un contrat, s'occuper de notre Mère et nous l'aidons aussi . Jamais nous ne l'avons laché car on est une Famille unie. Son attitude à notre égard n'est que manipulation , il se permet tout. Il nous fait du chantage et cela fait des années que ça dure . Aujourd'hui une personne de 86 ans est en danger , c'est pour cela que j'ai demandé l'aide d'une assistante sociale, en réalité nous sommes démunis face à ce problème.

  • pascalou

    C'est vrai... je retrouve dans cet article mon mari... Mais où trouver de l'aide ? Sachant qu'il ne veut pas se faire soigner ? sachant qu'il n'a pas pris conscience de son probleme ?