Quelle thérapie choisir : Psychologue, TCC, EDMR, Hypnose ?

Devant la multitude d'approches thérapeutiques, voici quelques précisions.

22 AVRIL 2020 · Lecture : min.
Quelle thérapie choisir : Psychologue, TCC,  EDMR, Hypnose ?

Choix thérapeutique

J'ai déjà abordé ce thème dans un de mes précédents articles qui était principalement basé sur les approches thérapeutiques alternatives. On parle beaucoup de la Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) mais la plupart des individus ne savent pas vraiment ce que cela veut dire exactement.

Psychologue ou praticien en Thérapie Comportementale et Cognitive

Si vous avez un besoin de verbaliser un problème, alors un(e) psychologue serait préférable pour vous. Un(e) psychologue est à votre écoute pour essayer de comprendre consciemment une situation problématique pour vous. C'est souvent ce qu'on appelle une thérapie de soutien.

Un praticien en TCC n'est pas forcément psychologue de formation, mais il peut avoir été formé à la TCC.

Quoiqu'il en soit la TCC est avant tout une thérapie verbale qui permet de travailler comme son nom l'indique sur vos comportements erronés et vos pensées dysfonctionnelles ou croyances négatives sur vous même qui se réactivent dans certaines situations, comme développé dans mon article.

La TCC permet de travailler uniquement sur le présent

Par exemple :

  • Situation présente : Je dois animer des réunions hebdomadaires et je me sens toujours mal à l'aise
  • Emotions/sensations : Peur, honte, tremblements, cœur qui s'accélère, mains moites, envie intempestive d'uriner, bouche sèche,…
  • Pensées dysfonctionnelles/croyances : Je ne suis pas à la hauteur, je me sens honteuse, je n'y arriverai jamais,…

La TCC va vous permettre avec des exercices spécifiques que le praticien va mettre en place avec vous, une prise de conscience de vos distorsions cognitives afin de mieux les repérer, les  identifier et les modifier.

Mais ce que la TCC ne fait pas, c'est d'aller à l'origine de ce dérangement émotionnel et cognitif (pensées).

Imaginez, en reprenant l'exemple ci-dessus, que cette difficulté de ne pas vous sentir à l'aise, à votre place, c'est parce que enfant, votre père ou votre mère vous ont rabaissé, dénigré, et peut être même vos professeurs, ou camarades de classe se moquaient de vous pour x raisons dès que vous preniez la parole.

L'impact émotionnel enkysté durant cette période de votre vie ne pourra pas être travaillé avec la TCC, ce qui fait, pour ma part, que cette méthode reste un travail de surface. Toutefois, celle-ci peut permettre à certaines personnes de mieux vivre, mais s'il y a trop d'évènements du passé dérangeants, ce blocage se manifestera à nouveau ou alors la personne pourra somatiser ce qu'elle n'arrive pas à dépasser consciemment…

Dans ma pratique qui est l'hypnothérapie clinique intégrative, j'utilise la TCC quand le travail sur le passé est terminé et qui ne se réactivera plus dans le présent. A ce moment-là, la TCC est intéressante.

Thérapie intégrative ou pluridisciplinaire

Certains praticiens, comme moi par exemple, ont été formés à plusieurs disciplines, techniques, approches qui permettent une prise en charge plus globale de l'individu.

Ce qui est important pour ma part et d'après mon expérience, c'est de pouvoir communiquer à un niveau inconscient. L'inconscient, le corps, si vous l'écoutez, vous parle d'une manière plus pertinente que votre réflexion logique, analytique,…

L'échec thérapeutique vient souvent de la difficulté de certaines personnes à ne pas laisser parler les émotions, les sensations du corps, l'individu reste dans le mental, le contrôle, l'analyse, ne veut pas lâcher prise,…

Nous essayons de comprendre quelque chose qui nous dérange de manière logique, rationnelle, de manière à nous rassurer, mais cela n'aura aucun intérêt dans un processus de changement.

Apprenez à laisser s'exprimer ce mal être à un niveau plus subtile, comprendre ce qu'il a à vous dire dans sa forme la plus originelle, c’est-à-dire accéder à la mémoire traumatique. Et cela ne peut se faire à un niveau conscient, logique, analytique comme en TCC.

En ce sens, la thérapie hypnotique permet ce lâcher prise pour accéder à ce qui n'est pas conscient, et permet l'exploration de ce qui alimente les conséquences psycho-traumatiques.

Je rappelle que l'hypnose en soi n'est pas la thérapie, mais permet l'accès à l'inconscient. Ce sont les outils du praticien qui vont permettre le travail de restructuration.

Souvent dans le cas de dissociations, voir un article que j'ai révisé ou dans les troubles de la personnalité, il est nécessaire d'avoir des approches spécifiques pour explorer les Etats Post Traumatiques et dissociatifs, ce qu'on appelle les Etats du Moi dissociatifs de Maggie Phillips et Claire Frederick.

L'EMDR ou dérivé

Cette technique est également pratiquée par certains praticiens. C'est une technique très efficace si elle est bien utilisée. Car elle peut faire aussi plus de dégâts si elle est mal appliquée.

Si un praticien utilise l'EMDR chez un individu qui se remémore un traumatisme dont l'impact émotionnel résonne pour lui à 8 sur 10, alors le traumatisme va s'intensifier, il est préférable d'utiliser d'autres techniques de désensibilisation avant de mettre en place l'EDMR.

Cette technique utilisée de manière écologique permet de désactiver à un niveau émotionnel et cognitif le traumatisme/évènement dérangeant du passé d'une manière efficace et définitive.

D'où l'intérêt d'une thérapie intégrative qui permet d'avoir une palette d'outils et surtout de bien savoir les articuler de manière cohérente.

Conclusion

Le but de cet article n'est pas de faire l'apologie de ma pratique, mais d'informer le tout public avant d'aller consulter un thérapeute.

Identifier déjà votre besoin personnel d'aller consulter, puis les pratiques du praticien, son école de formation, sa validation de certification, et les avis sur le praticien (même si cela reste subjectif).

Photos : Shutterstock

Écrit par

Nathalie Follmann

Hypnothérapeute Clinique

Certifiée par l'Institut Sakti d'Hypnose Clinique à Paris. Mon approche "intégrative" permet de travailler sur tous les troubles émotionnels, psychosomatiques avec de nombreuses approches et techniques. L'hypnothérapie que je pratique s'inscrit autant dans une thérapie brève qu'une thérapie de fond. Elle s'adapte autant aux adultes qu'aux enfants à partir de 4 ans.

Voir profil
Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
2 Commentaires
  • Stefmimi

    Bonjour Nathalie, Je vis dans un état dissocié depuis quelques temps, renforcé par le COVID.. Pouvez vous m'aider? Je vis dans le Landes, mais peut être que la consultation par visio est possible?

  • Eglantine

    Ne pas oublier le feeling.

derniers articles sur thérapie brève