Qu'est-ce que la névrose traumatique ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

La névrose traumatique est un état de stress post-traumatique apparaissant à la suite d'un évènement ayant mis en danger l'intégrité physique ou psychique de la personne.

15 nov. 2018 · Lecture : min.
Qu'est-ce que la névrose traumatique ?

Le terme de "névrose" a été proposé par le médecin écossais William Cullen en 1769 en référence aux troubles sensoriels et moteurs causés par des maladies du système nerveux. En psychologie clinique, il s'utilise pour désigner des troubles mentaux qui distordent la pensée rationnelle et le fonctionnement social, familial et professionnel des personnes. 

Ce terme s'applique, comme symptôme, à un ensemble hétérogène de troubles mentaux participant de mécanismes inadaptés liés à l'anxiété. Cependant, l'usage populaire du terme (comme synonyme d'obsession, d'excentricité ou de nervosisme) l'a étendu à des terrains qui n'étaient plus strictement liés aux troubles mentaux. 

Qu'est-ce que la névrose traumatique ? 

Le terme de "névrose traumatique" a été employé pour la première fois par Sigmund Freud dans son époque préanalytique. La forte fréquence d'expériences traumatiques dans les histoires relatées par ses patients névrotiques l'a amenée à penser que l'éthologie de l'hystérie et de la névrose obsessive étaient en relation avec la participation active de ces malades dans des expériences sexuelles traumatiques subies pendant l'enfance. Par la suite, il a délaissé ce terme en se rendant compte qu'il s'agissait de faux souvenirs.

Ce terme a pourtant été défendu par Hermann Oppenheim en 1888 pour définir les symptômes psychiatriques apparaissant chez les personnes affectées par des accidents de trains (ce que nous appellerions aujourd'hui trouble de stress post-traumatique). 

La névrose traumatique est un cadre clinique définissant une névrose produite non par des faits infantiles, mais par des faits présents. Le Manuel Diagnostique des Troubles Mentaux (DSM IV) la définit comme suit : 

"trouble par stress post-traumatique, [avec] apparition de symptômes caractéristiques à la suite de l'exposition à un évènement stressant et extrêmement traumatique, où l'individu se voit pris dans des faits qui représentent un danger réel pour sa vie ou tout autre menace pour la vie d'autres personnes ; ou quand l'individu connaît à travers un membre de la famille ou toute autre personne proche des évènements qui impliquent des morts inattendues et violentes, blessures sérieuses, danger de mort ou blessures graves". 

Crimes, torture, attentats : l'évènement occasionne une symptômatologie similaire à celle de l'hystérie, mais qui se différencie par un affaiblissement et une destruction généralisée plus vaste. 

olp.jpg

Quels sont les symptômes de la névrose traumatique ? 

La névrose traumatique induit un état de stress post-traumatique permanent, reconnaissable par les symptômes suivants : 

  • La situation traumatique est vécue en boucle par le patient, notamment lors de cauchemars (réveil immédiat en sueur, voire en criant).
  • Troubles du sommeil et insomnie réactionnelle pour bloquer les cauchemars.
  • Angoisse qui se manifeste par des symptômes physiques : tachycardie, sueurs, tremblements, sensation de boule dans la gorge.
  • Crises d'angoisse ou attaques de panique qui peuvent se déclencher à cause d'un évènement perçu comme similaire à celui de la situation qui a causé le traumatisme : bruit, odeur, couleur, geste d'une personne...
  • État de qui-vive.
  • Pleurs fréquents. 
  • Troubles dépressifs. 
  • Troubles de la mémoire, de la concentration, de la logique. 
  • Pensées et/ou comportement suicidaires. 

La lutte contre les angoisses et cauchemars génère un repli sur soi, le/la patient(e) se détourne de ses activités sociales, familiales, sexuelles. Une personne souffrant de névrose traumatique connaît une dégradation de son état psychique, mais aussi somatique et cognitif. 

À cause des atteintes psychiques, la personne se dévalorise et connaît peu à peu une perte de l'estime de soi et de ses compétences, elle culpabilise et se place en position défensive de justification. Petit à petit, ce mal-être peut déboucher sur un état d'angoisse paroxystique, voire un comportement suicidaire. 

Pour les personnes qui ont connu une situation professionnelle dite contradictoire, où les évènements sur les terrain n'ont pas été reconnus par la hiérarchie, peuvent aussi naître une perte des repères moraux : le/la patient(e) ne parvient plus à distinguer le bien du mal, le vrai du faux, le juste de l'injuste. 

traum.jpg

En plus des symptômes psychiques, la névrose traumatique peut se voir par différentes atteintes physiques : 

  • Prise ou perte de poids importante
  • Troubles digestifs
  • Troubles cardiaques
  • Troubles gynécologiques : aménorrhées, métrorragies, cancers (ovaires, col de l'utérus). 

Les symptômes peuvent différer chez les enfants : 

  • Agitation, comportement désorganisé
  • Expression du traumatisme ou de certains aspects par le jeu
  • Cauchemars sans contenu définissable. 

À la suite de quels évènements peut apparaître la névrose traumatique ? 

La névrose traumatique apparaît à la suite d'un évènement menaçant (menace réelle ou ressentie) allant contre l'intégrité physique ou psychique de la personne. Dans cette situation, l'appareil psychique ne peut mettre en place les mécanismes de défense nécessaires car il est pris par surprise. 

La névrose traumatique peut apparaître si la personne a été victime ou témoin de menaces de morts ou de blessures réelles, qui menaçaient son intégrité physique ou celle d'autres personnes : 

  • Attentats, situation de guerre
  • Torture
  • Violences sexuelles
  • Accident
  • Meurtre
  • Agression, maltraitance
  • Etc.

La réaction de la personne a cet évènement implique de la peur intense, de l'horreur, ainsi qu'un sentiment d'impuissance. Cependant, il faut comprendre qu'il n'existe pas de grille permettant de lister les éventuels évènements traumatiques : nous sommes tous et toutes différent(e)s, et les évènements ne nous affectent pas tous de la même manière. Les circonstances pouvant déclencher une névrose traumatique sont spécifiques à chacun(e), et la gravité de la situation et celle des symptômes n'ont pas forcément de relation de proportionnalité. 

Photos : Shutterstock

Si vous souffrez à la suite d'un traumatisme, nous vous conseillons vivement de vous tourner vers un(e) spécialiste de la psychologie

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 2
  • Sabrina 1990

    J'ai 28ans, Je suis victime de viols pendant l'enfance de 10 à 18ans. Ensuite j'ai connu mon premier copain qui m'a violée séquestrée battue pendant 2années. Après ça je me suis mariée à un charmant garçon bienveillant mais que je ne supportais pas donc j'ai divorcé. Depuis 3années je vis avec un homme qui me fait vivre l'enfer. Interdiction de contacter ma famille ou de les voir.Interdiction de finir mes études. Interdiction de voir mes amies. Interdiction de tout.et il profite de mon argent etc. .. Je ne sais pas ce qui se passe je sais que quelques choses ne tourne pas rond dans ma tête depuis plusieurs années et j'ai une peur terrible de cet homme à qui je dois obéissance et bien plus encore. Pouvez vous m'aider à comprendre pourquoi je souffre de graves maladies et comment sortir de cet enfer .Merci bien pour le temps que vous accorderez à ce message de détresse. Très cordialement.

  • laure4

    Bonjour, un stress post traumatique se soigne chez un specialiste du trauma. Pas de perte de temps en bla bla chez un psychanalyste Freud n a jamais soigne aucun trauma, etant donne qu il refilait toutes ses patientes a Ferenczi ! Est il cite ici ? Non lol. Allez voir Janet, jung, Winnicott eventuellement, ou bien Emdr, ou therapies psychocorporelles.. Bien plus efficaces !