La raison s'oppose-t-elle à l'émotion ?

Question de la dualité entre raison et émotion est à l’origine de débats passionnés depuis toujours. Il est courant d’opposer la raison à l’émotion.

10 FÉVR. 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

La raison s'oppose-t-elle à l'émotion ?

La question de la dualité entre raison et émotion est à l'origine de débats passionnés depuis toujours.

Il est courant d'opposer la raison à l'émotion. Historiquement, par exemple Platon puis Descartes et Spinoza (pour n'en citer que quelques uns), l'émotion fut longtemps considérée comme une perturbation d'un état normal. Nos émotions ou "passions" représentaient une "affection" nuisant au raisonnement logique et plus largement au comportement le cerveau, siège de la raison, avait donc pour but de contrôler le cœur, siège des passion, en d'autre termes, il fallait "garder la tête froide".

L'idée d'une opposition entre raison et émotion ne date donc pas d'hier. Mais est-il vraiment irrationnel (ou déraisonnable) de ne pas écouter ses émotions ? Si elles ont été conservées et diversifiées au cours de l'évolution, c'est qu'elles doivent forcément avoir une utilité et conférer un avantage à l'individu et à l'espèce. En effet, les réflexes de fuite face à un danger ou une menace nous servent à augmenter nos chances de survie. De même, la colère, la joie et même le regret ont une utilité pour l'individu qui les ressent ou, à plus ou moins long terme, pour son espèce.

Vers une vision plus intégrative...

Les données actuelles soutiennent une vision plus intégrative. Les recherches récentes en psychologie et neurosciences montrent que la plupart de nos comportements dépendent de la combinaison d'influences à la fois "émotionnelles" et "rationnelles". Au niveau cérébral également, l'idée d'une dissociation entre des régions émotionnelles et des zones cognitives (ou rationnelles) semble peu à peu disparaître. En effet, les données actuelles montrent que la quasi-totalité de notre cerveau est sensible à des informations émotionnelles. Ceci a d'ailleurs permis de rendre mieux comprendre les biais, notamment attentionnels et mnésiques mais aussi les biais de jugements, qui reflètent justement ces interactions étroites entre cognition (ou raison) et émotion.

La dualité entre raison et émotion

Cependant, la question d'une dualité entre raison et émotion reste particulièrement d'actualité, notamment dans le domaine de la prise de décision. En effet, l'économie traditionnelle a longtemps cherché à comprendre, modéliser et simuler le comportement d'individus et de groupes au moyen d'équations mathématiques. Les comportements ne se conformant pas aux prédictions, ces modèles étaient alors classés comme "irrationnels". Nombre de ces comportements qui semblent défier le raisonnement "logique" reflètent en fait l'influence des émotions sur nos jugements, décisions Ceci a donc contribué à alimenter l'idée d'une dichotomie entre raison et émotion.

De nombreuses études sont venu confirmer l'idée que les émotions exercent un influence sur nos jugements et décisions (par ex. les effets de framing ou "cadrage", l'aversion au risque, l'aversion aux pertes, les biais d'optimisme, etc.). Ces constatations ont par ailleurs donné naissance à des disciplines transversales comme l'économie comportementale ou la neuroéconomie, qui se situent à la frontière entre économie, psychologie et neurosciences.

En résumé, si la dichotomie entre raison et émotion est parfois utile pour permettre de mieux comprendre certains comportements, cette vision un peu simpliste a peu à peu laissé place à une approche plus intégrative qui s'intéresse à leurs interactions réciproques. Il existe bien sur de nombreuses situations dans lesquelles il est possible de dissocier les deux types d'influences et de déterminer un comportement optimal (sans pour autant être rationnel). Dans un certain nombre de ces situations particulières, l'émotion peut effectivement s'opposer à la raison.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Djamlia Schafter, Autrement dit

Voir profil

Bibliographie

  • Antonio R. Damasio. « L'erreur de Descartes: la raison des émotions »

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel