Se faire respecter sans être agressif : comment être assertif

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Avez-vous de la difficulté à exprimer vos pensées et vos émotions ? Trouvez-vous que vous ne vous affirmez pas ou, au contraire, que vous réagissez excessivement ?

8 NOV. 2019 · Lecture : min.
Se faire respecter sans être agressif : comment être assertif

Avez-vous de la difficulté à exprimer vos pensées et vos émotions ? Trouvez-vous que vous ne vous affirmez pas ou, au contraire, que vous réagissez excessivement ? L'assertivité peut vous aider.

Une définition de l'assertivité

L’assertivité ou affirmation de soi est la capacité de reconnaître et d’exprimer ses émotions, de défendre ses droits, de manifester de manière adéquate ses besoins et ses pensées ou critiques. Le terme affirmation de soi renvoie à la manière dont tout cela est communiqué. Comment ?

  • Honnêtement ;
  • directement ;
  • adéquatement ;
  • et surtout dans le respect des droits des autres.

La personne affirmée n’utilise pas de méthodes d’évitement et de camouflage de ses propres émotions ou des critiques qu’elle souhaite émettre. Elle ne s’articule pas autour des opinions qu’elle souhaite exprimer ; elle les exprime, sans seconder ni se soumettre aux désirs de l'autre, ce qui ne veut pas dire ne pas le respecter ! La personne affirmée vit et choisit ses propres règles tout en respectant les droits de l'autre personne. Elle vit et choisit ce qui lui fait du bien, mais en respectant toujours le contexte dans lequel elle se trouve.

L'affirmation de soi est une condition d'être libre, être libre signifie pouvoir choisir de manière responsable.

Nous devrons donc apprendre à choisir nos règles et non à vivre sans règles, en ne suivant que ce qui nous procure du plaisir ou en essayant d’éviter toute frustration et tous les fatigues possibles.

Par conséquent, la personne affirmée a une attitude responsable et confiante en elle-même et en autrui et refuse d’adopter des étiquettes et des préjugés. Elle a la capacité de communiquer ses désirs, ses intentions et ses jugements de manière claire et directe, en évitant toute forme d'agression, de menace et de manipulation. On croit souvent que la personne affirmée est une personne de face, une personne calme qui ne montre aucune émotion négative et agressive. En réalité, même la personne assertive éprouve ces émotions. Ce qui la différencie est la capacité de gérer et d’exprimer correctement ces émotions verbalement. Si elle se heurtait à une situation qui suscite de la colère et qu'elle évitait de s'exprimer, alors elle ne pourrait pas être plus assertive...

Comportement assertif, passif et agressif

Le comportement assertif peut être imaginé à mi-chemin entre le comportement passif et le comportement agressif :

  • le comportement passif est orienté vers les besoins de l'autre, évincant les siens ;
  • le comportement agressif est adapté à ses propres besoins, à l'exclusion de ceux des autres.

Ces deux comportements sont antagonistes car ils renvoient à la question : "qui est plus important que qui ?" Pour le passif, l'autre est plus important, alors que pour l'agressif, c'est lui-même.

L’affirmation de soi, quant à elle, ne se demande pas qui est le plus important mais met les deux sur le même plan, pensant que les deux besoins (du soi et ceux de l’autre) ont la même importance.

L’affirmation de soi peut être développée dans différents domaines : travail / études, famille, amis, amour et choses pratiques.

Une personne peut s'affirmer dans un domaine, mais être agressive ou passive dans un autre. Par conséquent, les styles de communication ne sont pas absolus, car une personne peut communiquer différemment selon les domaines considérés.

Comment se développe l'affirmation de soi ?

1) Nous devons d’abord apprendre à distinguer le style assertif du style agressif et passif.

2) Apprenez ensuite à connaître les causes et les croyances qui sous-tendent les comportements non affirmés.

Ils causent des émotions telles que l’anxiété, la dépression, la culpabilité, la colère ... Au-delà des expériences de la vie qui varient d’une personne à l’autre, on trouve des croyances communes qui caractérisent la mise en œuvre de tels comportements (par exemple, le fait de ne pas aimer que les autres ne soient pas acceptés, l'inquiétude à l'idée de ne pas être accepté et donc une  tendance à éviter les jugements négatifs). Nous devons toujours considérer que c'est la pensée qui crée le comportement suivant (pensée → comportement).

3) Apprenez les droits d’affirmation de soi et leurs limites

Les droits fondamentaux de la personne ne nécessitent pas la défense d'aucun avocat. Il suffit de s'en souvenir lorsque nous devons décider comment agir, pour récupérer immédiatement la clarté nécessaire et le courage de ne pas céder à ce que nous considérons comme important.

Prendre conscience de ses droits et de ceux de l'interlocuteur ne suffit pas pour s'affirmer. Nous devons également être disponibles pour les encourager à adopter un comportement cohérent et pour les respecter au quotidien.

De cette difficulté, nous pourrons en sortir, en nous rendant compte qu'une relation interpersonnelle plus équilibrée et constructive est un préalable indispensable au bien-être psychophysique de chacun.

Comment se sortir de cette impasse ? Simplement en évaluant les conséquences de continuer à se comporter de cette manière (généralement de manière passive) et les conséquences de se comporter différemment.

Si une personne comprend que les causes de son inconfort résident dans son type de comportement, elle sera alors plus disposée à s'engager à changer.

Soutenir son droit ou au moins penser à ses droits, comme tout dans la vie, peut être difficile au début, surtout à cause des longues années de formation pour les abandonner. Lorsqu'une personne à tendance passive tente de mettre en œuvre ses droits, elle remarquera à quel point d'autres personnes changent pour elle, percevant une plus grande attention portée à sa dignité. Cela signifie que si l'entourage a l'habitude d'exiger de nombreuses tâches à la personne, de déléguer très souvent ou d'entendre la personne dire toujours «oui», les autres réalisent qu'ils ne sont pas vraiment heureux et c'est pourquoi le changement nécessite du courage.  

Les 10 droits affirmatifs de Smith sont :

  1. Vous avez le droit d'être le seul juge de vous-même.
  2. Vous avez le droit de ne pas justifier le comportement en donnant aux autres des explications ou des excuses.
  3. Vous avez le droit d'évaluer et de décider si vous souhaitez trouver une solution aux problèmes des autres.
  4. Vous avez le droit de changer d'avis.
  5. Vous avez le droit de faire des erreurs, en acceptant d'en être responsable.
  6. Vous avez le droit de dire "je ne sais pas".
  7. Vous avez le droit de vous sentir libre de l’approbation des personnes avec qui vous entrez en relation.
  8. Vous avez le droit de paraître illogique dans vos décisions.
  9. Vous avez le droit de dire "je ne comprends pas".
  10. Vous avez le droit de ne pas être parfait.e.

4) Apprendre et appliquer les compétences acquises précédemment dans ses rapports de tous les jours

Nous ne pouvons pas nous affirmer si nous n'agissons pas dans la pratique. L’affirmation de soi n’est acquise que lorsque, après avoir compris ce qu’elle est et après avoir identifié les bonnes solutions de rechange, nous décidons d’agir. La première responsabilité à exercer sera de regagner la force de notre ego. Ainsi, les phrases devront toujours faire référence au pronom "Je" puisque l'assertif parle à la première personne, parle de ses propres émotions et de ses propres convictions, les exprimant sans attaquer l'autre.

  • "Je me sens ...", "Je désire ..." ;
  • "Je critique ..." "Je choisis ..." ;
  • "Je préfère ...", "Je crois ..." ;
  • "Je pense ...", "Je veux ..."

Si cet article vous a été utile mais pas suffisant pour vous aider à développer votre confiance en vous, gardez à l'esprit qu'il existe de nombreux cours pour vous aider à apprendre et à exercer cette compétence !

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
2 Commentaires
  • Dada

    Bonjour Merci pour cet article

  • youcef 122

    Bonjour, et merci beaucoup pour vos articles ils sont très bien

derniers articles sur aptitudes sociales