Se séparer : pourquoi certains guérissent rapidement et d'autres pas ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Se séparer : pourquoi certaines personnes parviennent-elles à récupérer rapidement, alors que d'autres restent "bloquées" longtemps ?

5 sept. 2019 · Lecture : min.
Se séparer : pourquoi certains guérissent rapidement et d'autres pas ?

Qu'est-ce que la séparation ? Quelles implications émotionnelles entrent en jeu dans le couple ? Quels sont les facteurs qui maintiennent le lien avec l’ancien partenaire et qui ne permettent pas la construction d’une nouvelle vie ?

La séparation : un événement de changements

De nos jours, il y a de plus en plus de couples qui, après avoir partagé plusieurs années de mariage, doivent faire face à la douleur de la séparation. Une situation si difficile même pour les enfants qui, s’ils sont présents, peuvent s’impliquer dans des problèmes conflictuels liés à la propriété, à l’entretien, au placement en famille d’accueil, etc.

Cependant, la séparation et le deuil d'un être cher ne constituent pas un événement pathologique, même si cela peut être très pénible pour beaucoup et provoquer des réactions sensationnelles. En effet, si elle est correctement surmontée, elle peut amener les deux parties à reconstruire une nouvelle vie avec le temps. Cependant, cela n’est pas aussi facile à dire qu'à faire, surtout parce que la séparation n’est pas seulement une cause de l’affection de la personne aimée : elle perd souvent aussi sa propre maison, ses propres amis, le lien avec les parents de son ex-partenaire, jusqu'à la perte de son identité. La séparation est un thème qui amène les ex-partenaires à se demander : "qui vais-je être à partir de maintenant ?".

Et d'un point de vue émotionnel ?

La complication émotionnelle est alors représentée par le traitement de la douleur et des émotions associées à la perte de séparation, une perte qui peut être considérée à certains égards similaire à celle du deuil.

Elizabeth Kubler-Ross, avec son modèle de deuil, souligne que, pour traiter la perte liée au décès d'un être cher, il serait nécessaire de franchir cinq étapes, jusqu'à l'acceptation :

  1. la phase de rejet dans laquelle la réalité est niée ;
  2. la phase de colère, au cours de laquelle une émotion intense est ressentie face à la perte subie ;
  3. la phase de négociation, dans laquelle nous essayons de reprendre le contrôle de notre vie ;
  4. la phase de dépression, dans laquelle on ressent des émotions de tristesse parce qu'ils sont plus conscients de ce qui s'est passé ;
  5. la phase d'acceptation, au cours de laquelle la perte subie jusqu'à son traitement est acceptée.

Cependant, la perte du partenaire diffère de la perte liée au deuil, car elle est potentiellement révocable. Il peut exister des fantasmes de réconciliation entre les ex-partenaires, outre le fait que, en présence d'enfants, il est nécessaire de continuer à maintenir le lien parental, malgré le fait que le partenaire veut être oublié le plus tôt possible.

Emery, à cet égard, propose le modèle cyclique de la douleur pour définir le processus de séparation dans lequel les personnes impliquées se déplacent d'un sentiment à l'autre, dans une série de phases qui seraient caractérisées par les émotions de :

  • l'amour ;
  • la colère ;
  • la tristesse.

Après la perte subie, les anciens partenaires vont vivre ce mélange d'émotions intenses, une à une, en passant de moments d'amour profond à des instants de colère intense et de tristesse ultérieure (certains resteront pris dans la colère, d'autres dans la phase d'amour et d'autres toujours au stade de tristesse). Cependant, progressivement, l'intensité des émotions individuelles diminuera jusqu'à leur intégration et atteindra ainsi une vision plus réaliste et moins pénible de la séparation.

Quand les gens surmontent-ils la douleur de la séparation ?

  • La douleur associée à la séparation dure au moins 2 ans, une période plus longue que la douleur classique due à une perte.
  • La douleur est surmontée lorsque les trois émotions sont ressenties tour à tour : l'amour, la colère et la tristesse. La personne en viendra alors à reconnaître non seulement sa haine envers celui qu'elle a tant aimé, mais aussi les bonnes choses passées ensemble.

Un premier facteur qui explique pourquoi un partenaire souffre plus que l’autre, en plus des différences de caractère qui rendent ce processus unique et spécifique, c’est certainement dû au fait que la séparation s’avère le plus souvent comme un mouvement unilatéral, ou déplacé par l'un des deux partenaires.

Cela implique que les partenaires sont dans deux positions différentes, à la fois en ce qui concerne la douleur ressentie et les espoirs d'une relation future. La disparité des positions est la cause du conflit, de la colère et de la souffrance émotionnelle, ce qui rend la collaboration encore plus difficile lorsque des enfants sont impliqués.

Différences entre celui qui quitte et celui qui reste

  • La douleur d'un partenaire partant est analogue à la mort d'un être cher après une longue maladie, car lorsque la personne décède, elle est triste mais se sent également soulagée. Le partenaire "abandonnant" est celui qui commence le processus de deuil, se trouvant ainsi à un stade avancé par rapport à la partie abandonnée. Parfois, celui qui s'en va a déjà commencé à expérimenter (en termes imaginatifs ou concrets) une vision de son propre avenir sans l'autre.
  • La douleur d'un partenaire laissé est analogue à celle de ceux qui se précipitent à l'hôpital et constatent que leur proche est gravement blessé à la suite d'un tragique accident mais qu'il est toujours en vie. Vivez des émotions sauvages, intenses et chaotiques. La partie abandonnée n'est pas encore prête à s'éloigner du partenaire car elle est prise au dépourvu, se retrouvant ainsi dans une position défavorisée: comparée au partenaire, elle commencera plus tard à entreprendre le processus de deuil, subissant intensément la première phase du processus de perte. .

Les deux mondes semblent irréconciliables: ceux qui partent ne peuvent pas comprendre pourquoi leur conjoint est si inconstant et irrationnel, tandis que ceux qui ont été laissés ne peuvent pas comprendre pourquoi l'autre est si froid et si distant. Ces deux manières différentes de percevoir la réalité résultent des différentes positions occupées dans le processus de perte.

D'autre part, il est possible que les deux époux ne voient pas plus loin, bien que la séparation ait été choisie par l'un des deux. Le conflit peut ainsi devenir chronique et exaspéré, créant une situation d’impasse dans le couple séparé. Dans ce cas, les deux parties participent activement à la mise en œuvre du conflit et à son soutien. En ce sens, le conflit peut être considéré comme une défense, une protection du Soi entre deux personnes présentant un certain "dysfonctionnement": des aspects latents du Soi qui, par la séparation, se déchaînent et émergent, et qui ne peuvent être maîtrisés que par un aspect concret et visible comme conflit. Cela se produit surtout chez les personnes vulnérables ayant des antécédents de traumatisme.

Quels sont les effets de la séparation sur des personnes fragiles ayant des histoires de traumatismes ?

La séparation représente un traumatisme grave pour les personnes aux structures de personnalité fragiles et traumatisées.

Dans ce cas, la séparation fonctionne comme un réactivateur traumatique d'un thème latent abandonné qui produit de l'anxiété, du contrôle et des pics émotionnels, une incapacité à mentaliser, avec des mécanismes ultérieurs de scission et d'idéalisation / dévaluation. Les phases dramatiques chevauchent les phases normales de douleur (amour, colère et tristesse), au cours desquelles les deux partenaires se voient eux-mêmes et leurs partenaires dans les rôles interchangeables de victime, de bourreau et de sauveur.

Tout rapprochement et toute séparation avec le conjoint doit être considéré comme un réactivateur traumatique conduisant à la tentative de recomposition du couple afin d'obtenir de l'autre protection et ainsi vaincre l'anxiété (l'autre devient "mon sauveur").

Le couple risque d'entrer en crise lorsque la réparation ("tu seras mon sauveur") deviendra dominante en ce qui concerne la dimension de coopération et d'égalité, fondamentale par exemple dans le cas des enfants.

De plus, les personnes qui nouent et entretiennent des relations insatisfaisantes ont plus de difficulté à s'en détacher car il leur est impossible de se souvenir des bons moments (puisqu'elles y sont à peine passées), mais restent pour ainsi dire dans une phase d '"engagement pérenne" avec impossibilité ultérieure. se laisser aller s'ils sentent qu'ils ne sont jamais vraiment allés ensemble ... C'est comme s'ils ne pouvaient pas finir la fin d'une relation qui ne s'est jamais déroulée comme ils le voulaient et le souhaitent toujours.

Et quand les enfants sont impliqués ?

Dans ce cas, le terrain fertile sur lequel les époux se querellent peut concerner non seulement le thème du couple, mais également les enfants. De nombreux couples déplacent le conflit sur l'enfant, attaquant l'ancien partenaire dans son rôle de parent, le délégitimant en tant que parent ("tu n'es pas un bon père, je te le demande donc pour notre fils"); conflit qui est souvent provoqué aussi par la famille d'origine.

En présence d'enfants, les séparations conflictuelles peuvent être exacerbées au point de voir l'intervention de l'autorité judiciaire et la chute des services sociaux.

Afin d'éviter des situations d'une telle gravité, il est suggéré de faire appel à des conseillers familiaux, de demander une médiation familiale ou un soutien psychologique pouvant aider les deux parties à contenir la colère et à gérer le conflit. Il est important que les parents soient en mesure de résoudre leurs problèmes sans incorporer leurs enfants et de conclure des accords de séparation tenant compte du bon et du meilleur intérêt de l'enfant.

Photos : Shutterstock

Auteur : La psychologue Elisa Simeoni

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail