Test : vous inquiétez-vous trop ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Se sentir un peu inquiet est naturel, mais si les soucis dominent votre esprit, il est peut-être temps de trouver un moyen de vivre de manière plus détendue. Nous vous montrons comment.

21 MAI 2020 · Lecture : min.
Test : vous inquiétez-vous trop ?

Dans la société actuelle, il n'y a pas de place pour l'échec. Nous sommes toujours obligés d'être les meilleurs dans tout ce que nous faisons. Et ce qui compte, ce sont les résultats. S'ils sont positifs, la récompense vient. S'ils sont négatifs, une charge de pression nous est lancée pour atteindre le niveau d'excellence demandé. Cela nous amène à être toujours préoccupé par quelque chose. Que ce soit en famille, au travail ou avec d'autres problèmes personnels. Nous passons des heures à penser à l'avenir et à la façon dont nos actions dans le présent vont s'y refléter.

La principale fonction de l'inquiétude est de nous éloigner du danger, c'est-à-dire qu'il s'agit d'une réponse du cerveau à d'éventuelles menaces. Ensuite, se sentir un peu inquiet est naturel et même bénéfique car il nous aide à trouver des solutions à ce qui nous angoisse. Cependant, lorsque nous nous inquiétons trop, les niveaux d'adrénaline dans notre corps augmentent, augmentant l'anxiété. Cela nous amène à perdre la capacité de bien raisonner.

Des études indiquent que seulement 15% de nos préoccupations se concentrent sur des événements dont nous savons qu'ils ont une forte probabilité de se produire. Cela signifie que 85% de nos peurs sont liées à des situations irréelles en raison de notre propension aux pensées négatives.

Les principaux signes que vous vous inquiétez trop sont :

  • Vous avez du mal à dormir et à vous détendre ;
  • Anxiété et agitation ;
  • Vous passez beaucoup de temps à analyser ce que disent les autres, en vous concentrant constamment sur ce que les autres pensent ;
  • Vous vous blâmez de ce qui n'est pas de votre responsabilité ;
  • Vous passez d'une préoccupation à l'autre ;
  • Vous vous réveillez déjà en pensant à un problème ;
  • Vous êtes tourné vers l'avenir et vous imaginez toujours le pire des scénarios ;
  • Faible tolérance à l'incertitude.

Vérifiez si vous vous inquiétez trop

Si ce n'est pas clair pour vous, découvrez avec ce test si vous vous inquiétez trop. Vous devez garder à l'esprit qu'avant de répondre à chaque question, vous devez y répondre le plus honnêtement possible.

1. Tout est-il un problème potentiel pour vous ?

2. Souffrez-vous d'insomnie ?

3. Êtes-vous affligé par une situation désagréable du passé ?

4. Ressentez-vous souvent des symptômes physiques d'anxiété, comme des maux d'estomac ou des maux de tête ?

5. Vous sentez-vous toujours coupable ?

6. Avez-vous peur de ce que vous ne pouvez pas contrôler, comme contracter une maladie ?

7. Cela vous coûte-t-il cher de choisir un cadeau pour votre partenaire ou votre famill ?

8. Êtes-vous toujours occupé et ne trouvez-vous jamais le temps de vous détendre ?

9. Lorsque vous quittez la maison, avez-vous des doutes quant à la fermeture de la porte et à sa vérification ?

10. L'incertitude vous dérange-t-elle ?

11. Êtes-vous généralement négatif, imaginant toujours le pire des scénarios ?

12. Vous inquiétez-vous des problèmes des personnes proches de vous ?

Résultat

Pour chaque réponse affirmative, ajoutez 1 point. Il est important de noter que ce test ne se substitue pas à l'évaluation d'un psychologue.

  • 0 à 4 points : vous maintenez un niveau de préoccupation normal

Vous êtes le genre de personne qui sait équilibrer les soucis avec les moments calmes. En d'autres termes, vous savez donner aux problèmes l'importance qu'ils ont, sans vous arrêter aux extrêmes. Vous ne fermez pas les yeux ou ne surestimez pas ce qui vous inquiète. Vous savez que perdre le sommeil parce que quelque chose s'est mal passé est normal tant qu'il n'est pas constant. Lorsque vous traversez un problème, vous savez trouver la force nécessaire pour raisonner avec l'intelligence émotionnelle et trouver une solution. En prenant en compte tout cela, vous avez le potentiel pour aller de l'avant.

  • 5 à 8 points: vous avez un niveau de préoccupation modéré

Bien que ce ne soit pas encore un problème important, tout indique que votre niveau de préoccupation peut augmenter si vous ne commencez pas à mieux le gérer. Vous pouvez déjà vous sentir anxieux, avoir du mal à dormir ou ne pas être en mesure de vous détendre à loisir. Cependant, tout porte à croire que vous savez que bon nombre de vos préoccupations ne sont pas fondées. Ainsi, avec la bonne approche, vous pouvez redevenir une personne plus insouciante et heureuse.

  • De 9 à 12 points: vous vous inquiétez trop et de tout

Les soucis dominent votre vie. Les personnes vivant dans un état d'anxiété permanent comme le vôtre peuvent souffrir d'insomnie, de tachycardie, de nausées, de difficultés de concentration et de socialisation. Pour cette raison, il est important de prendre en compte trois points : la fréquence avec laquelle vous vous inquiétez, l'intensité et le temps que vous passez sous cet état. De plus, ce peut être le bon moment pour demander un soutien psychologique. Le psychologue vous aidera à surmonter vos peurs, à être plus positif et à ne pas vous tourmenter pour tout.

4 étapes simples pour diminuer vos inquiétudes

Une préoccupation excessive ne fait que générer de la souffrance et n'aide pas à résoudre nos problèmes. La bonne nouvelle est qu'avec des techniques simples, il est possible de mieux la gérer. Ci-dessous, nous vous en enseignons quelques unes :

  1. Croyez en votre potentiel : trop vous inquiéter est le signe d'un manque de confiance en vous. Dans des situations inattendues, il est sage de croire que vous avez la capacité de les gérer. Ne laissez pas la peur de l'avenir contrôler votre vie. L'incertitude fait partie de notre existence depuis notre naissance, mais c'est aussi ce qui la rend plus dynamique et moins ennuyeuse.
  2. Réservez un moment pour réfléchir à vos préoccupations : Réservez un moment dans la journée pour réfléchir à ce qui vous inquiète et pour trouver des solutions. Cela peut être 15 minutes le matin et 15 l'après-midi. Passé ce délai, essayez de vous déconnecter du problème. S'il vous vient à l'esprit à d'autres moments, vous devriez vous dire "ce n'est pas le moment de m'inquiéter" et remplacez-la par une autre pensée plus positive.
  3. Faites de la méditation : la méditation est un outil puissant pour calmer l'esprit, réduire l'anxiété, améliorer l'humeur et la santé dans sa globalité. Pendant que vous méditez, essayez de vous concentrer sur votre respiration et ne pensez pas aux problèmes. Si des pensées négatives surgissent à ce moment, ne les niez pas. Acceptez-les et laissez-les partir.
  4. Cherchez à vous amuser : trouvez du temps pour vous amuser au quotidien. Vous pouvez lire un livre, écouter de la musique, sortir vous promener, rencontrer un ami ou pratiquer toute activité qui vous aide à réduire le stress et l'anxiété. Ces moments de plaisir aideront à recharger votre énergie et à voir ce qui vous submerge d'une autre manière.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
1 Commentaires
  • Je n'aime pas les mauvaises odeurs

    Les 4 étapes simples je le fais depuis ma résilience d'il y a 2, 3 ans

derniers articles sur anxiété