Tout sur le trouble de stress post-traumatique

Le trouble de stress post-traumatique est un problème de santé mentale grave autrefois attribué uniquement aux anciens combattants. Aujourd'hui, nous savons que c'est bien plus.

24 JANV. 2022 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Tout sur le trouble de stress post-traumatique

Beaucoup d'entre nous connaissent ce sentiment de « quasi-accident ». Qu'il s'agisse d'une voiture qui s'approche un peu trop près ou d'une alerte médicale aux urgences, ce « quasi-accident » est une expérience mémorable.

Lorsque nous traversons un événement traumatisant, plusieurs systèmes du corps passent à la vitesse supérieure. L'hypothalamus et l'hypophyse envoient tous deux une poussée d'hormones de stress, nous préparant à combattre, fuir ou geler.

Lorsque le danger est passé, de nombreuses personnes peuvent passer à autre chose et "se débarrasser", pour ainsi dire. Pourtant, pour certains d'entre nous, ce sentiment d'être en état d'alerte maximale peut persister pendant des semaines, des mois, voire des années, et s'accompagner d'autres symptômes.

Si cela résonne en vous, sachez que vous n'êtes pas seul. Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) n'est pas une maladie rare, et avec le bon plan de gestion, vous pouvez gérer vos symptômes.

Qu'est-ce que le TSPT ?

Le TSPT est un état de santé mentale qui peut survenir à la suite d'avoir été témoin ou d'avoir vécu un événement traumatisant.

Il a été ajouté en tant que diagnostic par l'American Psychiatric Association (APA) à la troisième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) en 1980.

Les personnes qui vivent avec le TSPT éprouvent une réponse élevée de « combat ou fuite ». Les menaces perçues déclenchent leur système nerveux autonome, ce qui entraîne des alternances chimiques dans le cerveau. Cela crée un sentiment de danger et d'autres symptômes, même lorsqu'il n'y a pas de menace réelle ou que la menace n'est plus présente.

Quelle est la fréquence du TSPT ?

De nombreuses personnes vivront un événement traumatisant sans autres complications, mais un petit pourcentage développera un TSPT.

La prévalence des TSPT serait de 5 à 12 % dans la population générale, ces données sont principalement issues d'anciennes études menées par des associations américaines qui ont été renouvelées en 2017.

Le TSPT est plus répandu chez les personnes travaillant dans des environnements de travail très stressants, comme les pompiers, les premiers intervenants, les policiers et les anciens combattants.

Causes du TSPT

Le TSPT était autrefois appelé « choc d'obus » ou « syndrome de fatigue de combat », et de nombreuses personnes connaissent peut-être cette condition grâce à son association avec des anciens combattants en temps de guerre.

Aujourd'hui appelé trouble de stress post-traumatique (TSTP) car celui-ci, peut se développer à partir d'une gamme de scénarios différents. Ce qui les lie ensemble est une menace de danger réelle ou perçue, qui peut impliquer une éventuelle perte de vie.

Certaines causes de TSPT comprennent :

  • catastrophe naturelle
  • violence criminelle
  • événement médical grave
  • expérience de mort imminente
  • perte d'un être cher
  • abus physique ou sexuel
  • accidents de transport (voiture, avion, etc.)

En général, tout événement stressant où vous ressentez de la peur, un choc, de l'horreur ou de l'impuissance peut provoquer un TSPT.

Facteurs de risque du TSPT

Les chercheurs ne savent toujours pas pourquoi certaines personnes développent un TSPT et d'autres non. Mais il existe une poignée de facteurs qui peuvent augmenter les chances de diagnostic. Certains d'entre eux incluent :

  • manque de réseau de soutien
  • antécédents d'autres problèmes de santé mentale
  • expériences passées d'abus, souvent dans l'enfance
  • mauvaise santé physique
  • être une femme
  • se blesser physiquement

Un autre facteur qui peut contribuer au TSPT est de vivre un événement stressant après un événement traumatisant, comme obtenir un divorce peu de temps après un grave accident de voiture.

La génétique pourrait également jouer un rôle. Dans les scanners cérébraux de personnes atteintes de TSPT, la recherche suggère que l'hippocampe - la partie du cerveau qui s'occupe des souvenirs et de la régulation émotionnelle - est plus petit et de forme différente que chez les personnes sans TSPT.

Symptômes du TSPT

Dans les quelques jours qui suivent un événement traumatisant, il est normal de se sentir dépassé, de pleurer ou d'avoir des difficultés à se concentrer. Ces symptômes n'indiquent pas nécessairement une condition à plus long terme.

Les symptômes du TSPT ont tendance à durer plus longtemps, à perturber vos activités quotidiennes et à avoir un impact négatif sur votre qualité de vie globale. Ils font généralement surface dans les 3 mois suivant l'événement traumatique, bien qu'ils puissent également survenir plus tard.

1. Symptômes d'intrusion

Ces symptômes - appelés symptômes de réapparition dans les anciennes versions du DSM - sont ceux qui vous ramènent au traumatisme.

  • flashbacks ou réactions dissociatives
  • cauchemars ou rêves pénibles
  • souvenirs, images ou pensées intenses et désagréables
  • détresse émotionnelle ou physique lorsque vous pensez à l'événement traumatisant

2. Symptômes d'évitement

Ces symptômes ou comportements sont exactement ce à quoi ils ressemblent. Vous éviterez probablement tout ce qui vous rappelle l'événement traumatisant, y compris :

  • gens
  • des endroits
  • situations

Vous pourriez également éviter de penser et de parler de l'événement traumatisant.

Par exemple, si vous souffrez de TSPT en raison d'un accident de voiture, vous pouvez éviter l'endroit où l'accident s'est produit ou éviter de conduire complètement.

D'autres rappels externes peuvent inclure des sons et des odeurs. Toutes stimulations sensorielles qui serait amené à resurgir le souvenir en question.

3. Symptômes d'éveil et de réactivité

Cette catégorie de symptômes comprend les réactions physiques au traumatisme ou les rappels de traumatisme. Les exemples comprennent :

  • irritabilité
  • se sentir à bout
  • difficulté à se concentrer
  • réponse de sursaut accrue
  • brusques accès de colère

4. Symptômes de l'humeur et de la cognition

Nos pensées, nos croyances et nos sentiments sont affectés par notre humeur. Inversement, nos humeurs sont affectées par nos sentiments, nos pensées et nos croyances. Les modes de pensée malsains peuvent être un produit du TSPT. Certains d'entre eux incluent :

  • monologue intérieur négatif
  • sentiments de culpabilité ou d'auto-accusation
  • problèmes de mémoire
  • manque d'intérêt pour les choses que vous aimez

5. Symptômes physiques

Bien qu'ils ne soient pas abordés dans la dernière version du DSM, les symptômes physiques du TSPT peuvent imiter une attaque de panique. Certains symptômes physiques comprennent :

  • transpiration
  • tremblement
  • vertiges
  • maux de tête
  • douleur thoracique
  • maux d'estomac
  • maux et douleurs inexpliqués
  • fatigue causée par des cauchemars ou des troubles du sommeil

6. Symptômes du TSPT chez les enfants

Les adultes ne sont pas les seuls à contracter le TSPT – cela peut survenir à tout âge. Chez les enfants, certains des symptômes du TSPT peuvent être :

  • pipi au lit
  • cauchemars
  • adhérence accrue avec les adultes
  • expression d'un traumatisme à travers l'art ou les jeux

Dans le cas d'un traumatisme dû à un abus sexuel, les enfants peuvent présenter :

  • faible estime de soi
  • peur, tristesse, isolement
  • agression
  • comportement sexuel anormal
  • l'automutilation
  • abus d'alcool ou de drogue

Diagnostic du TSPT

Pour un diagnostic précis du TSPT, certains critères doivent être remplis.

  • Vous avez été exposé ou avez été témoin de la mort, de menaces de mort, de blessures graves réelles ou imminentes, ou de violences sexuelles réelles ou menacées.
  • Vous présentez un ou plusieurs symptômes d'intrusion, symptômes d'évitement, symptômes de réactivité et symptômes d'humeur et cognitifs.
  • Vos symptômes sont présents depuis au moins 1 mois.
  • Vos symptômes causent des difficultés dans les milieux sociaux ou professionnels.
  • Vos symptômes ne sont pas liés aux médicaments, à la consommation de substances ou à la maladie.

Si vous rencontrez l'un de ces problèmes, envisagez de contacter votre professionnel de la santé, s'il est disponible.

Un examen physique peut être effectué lors de votre évaluation pour vous assurer qu'un problème médical n'est pas la cause de vos symptômes. Une évaluation psychologique peut également être effectuée pour discuter de vos signes et symptômes et de l'événement ou des événements qui pourraient les avoir causés.

Vous pourriez également être invité à remplir un questionnaire et à répondre à des questions sur vos antécédents personnels et familiaux.

Un médecin de soins primaires ou un professionnel de la santé vous orientera probablement vers un spécialiste pour une évaluation plus approfondie si nécessaire. Seul un spécialiste de la santé mentale - peut diagnostiquer avec précision le TSPT.

Traitement du TSPT

Bien qu'il n'y ait aucun moyen d'empêcher un événement traumatisant de se produire, il existe des moyens de gérer les symptômes qui surviennent à la suite d'un traumatisme.

Les chercheurs ont noté quelques facteurs de résilience, qui sont des caractéristiques des personnes qui peuvent s'adapter et grandir après un traumatisme. Ceux-ci inclus :

  • la capacité de tendre la main et de demander de l'aide
  • succès dans l'élaboration de stratégies d'adaptation
  • un sentiment de positivité sur la façon dont ils ont réagi à leur traumatisme

Ceux qui pratiquent « l'adaptation active », de cette manière, peuvent récupérer plus rapidement du TSPT. Certains se rétablissent en 6 mois. Pour d'autres, le traitement peut durer plusieurs années.

Le traitement du TSPT comprend souvent une combinaison de psychothérapie et de médicaments.

1. Psychothérapie

La recherche montre que la psychothérapie, peut être une option de traitement efficace pour le TSPT.

  • Thérapie de traitement cognitif (TPC). Cette technique est utilisée pour aider à traiter un traumatisme, car de nombreuses personnes ne sont pas en mesure de le traiter directement après qu'il se soit produit. La TPC peut également aider quelqu'un à restructurer ses croyances autour de ce qui s'est passé de manière plus utile.
  • Thérapie d'exposition prolongée. Il s'agit d'un type de thérapie cognitivo-comportementale qui consiste à aborder progressivement des souvenirs ou des situations liés à un traumatisme que vous évitez depuis l'événement. Cette technique se fait lentement, en toute sécurité et systématiquement. Vous pourriez également apprendre des techniques de cohérence cardiaque pour vous aider à gérer votre anxiété.
  • Désensibilisation et retraitement des mouvements oculaires (EMDR). L'EMDR utilise des tonalités ou des bandes douces pour interrompre les schémas de pensée ou les croyances. De nombreuses recherches montre que l'EMDR peut réduire l'anxiété, la dépression, la fatigue et la paranoïa.

2. Médicaments

Certains médicaments peuvent avoir un impact positif sur les symptômes du TSPT, comme l'anxiété, la dépression et les troubles du sommeil.

Pour avoir un bon plan de traitement médical, il sera nécessaire de prendre rendez-vous avec votre médecin de famille ou un avec un médecin généraliste ayant au préalable une connaissance de vos antécédents.

Thérapies alternatives

Le TSPT est géré efficacement avec des médicaments et une psychothérapie. Il existe d'autres stratégies - connues sous le nom de médecine complémentaire et alternative - que vous pouvez essayer pour vous aider à gérer vos symptômes. Cependant, il n'y a pas assez de recherche pour soutenir leur efficacité.

Si vous souhaitez essayer ces stratégies complémentaires et alternatives, travaillez en étroite collaboration avec votre thérapeute pour discuter des options.

1. L'art-thérapie

L'art-thérapie peut aider les personnes atteintes de TSPT à traiter les événements traumatisants d'une manière différente. L'art peut être un moyen d'exprimer ce qu'un individu ressent lorsque les mots ne suffisent pas.

Les médiums créatifs comme la peinture, le dessin, le coloriage et la sculpture sont souvent utilisés en art-thérapie.

Une étude pilote de 2017 suggère que l'art-thérapie a atténué les symptômes du TSPT dus à des traumatismes multiples ou prolongés, tels que des personnes ayant subi un traumatisme dans la petite enfance et des réfugiés de différentes cultures.

D'autres recherches suggèrent que l'art-thérapie pourrait aider à réduire les symptômes du TSPT et de la dépression liés au combat.

2. Yoga et méditation

Une étude récente a révélé que le yoga pourrait être utile pour gérer les symptômes du TSPT. Cela fonctionne en augmentant la pleine conscience et en aidant les gens à se sentir enracinés et en sécurité dans leur corps, car un traumatisme peut créer un sentiment de détachement.

Une revue de 2017 suggère que la méditation et le yoga sont des traitements prometteurs pour le TSPT. Cependant, les études étaient de petite taille et des recherches supplémentaires sont nécessaires.

3. L'Emotional Freedom Techniques (EFT)

L'EFT ou « la techniques de libération émotionnelle » est une pratique psychocorporelle visant à traiter des blocages émotionnels et à se libérer des émotions négatives en stimulant avec le bout des doigts des méridiens d'acupuncture. Dans cette technique, un thérapeute qualifié peut vous aider à tapoter certaines parties de vos mains, de votre tête, de votre visage et de vos clavicules tout en récitant une "déclaration de configuration" liée à l'événement traumatique.

En session, il vous sera demandé d'évaluer l'intensité de l'événement sur une échelle de 1 à 10, 10 étant le plus intense. Au fur et à mesure que le traitement progresse, l'objectif est de réduire la charge émotionnelle autour de l'événement à un nombre inférieur en "exploitant" une nouvelle croyance.

Une recherche a montré que l'EFT peut aider à réduire l'anxiété, le stress et certaines douleurs physiques.

Stratégies d'auto-soins

La récupération prend du temps, mais avoir plus d'outils dans votre boîte à outils facilite certainement le processus. Voici quelques ajustements de style de vie que vous pouvez apporter pour soutenir votre traitement :

  • Renseignez-vous sur le TSPT.
  • Trouvez un groupe de soutien pour les personnes atteintes du TSPT.
  • Mangez des aliments riches en nutriments et non transformés.
  • Dormez au moins 8 heures par nuit.
  • Parlez de vos déclencheurs avec vos proches.
  • Passez du temps dans la nature ou dans les « espaces verts ».
  • Faites de l'exercice physique, comme marcher ou nager.
  • Créez une pratique cohérente de méditation ou de yoga.

N'oubliez pas que vous n'êtes pas obligé de tout faire en même temps. Essayez de faire de petits changements à la fois. Prenez-le un jour à la fois. Chaque petit geste compte.

Complications

Au-delà des symptômes traditionnels du TSPT, la maladie peut entraîner des complications, surtout si elle n'est pas traitée.

Ceux-ci inclus :

  • difficultés de travail
  • relations tendues
  • risque accru de problèmes cardiaques
  • risque plus élevé de maladie chronique
  • la douleur chronique

Un stress prolongé peut également diminuer le fonctionnement du système immunitaire, ce qui peut amener une personne atteinte de TSPT à subir des infections plus fréquentes, comme le rhume et la grippe.

Conditions coexistantes

À long terme, le TSPT peut entraîner des changements dans la structure du cerveau, en raison d'une diminution de la taille de l'hippocampe, la partie du cerveau qui aide à réguler les émotions et la mémoire.

Les personnes qui vivent avec le TSPT peuvent également rencontrer les conditions suivantes :

  • anxiété
  • dépression
  • consommation de substances
  • trouble de la personnalité
  • idée suicidaire

Si quelqu'un que vous connaissez envisage de se suicider, de l'aide est disponible :

Dans les cas d'une situation d'urgence (en cas de risque suicidaire avéré : idées suicidaires, projet/scénario de suicide et/ou accès à des moyens létaux)

  • Appeler le Samu 15 ou le 112 (numéro européen)

Appelez ou visitez votre salle d'urgence locale ou votre centre de soins psychiatriques pour parler à un professionnel de la santé mentale.

Pendant que vous attendez l'arrivée de l'aide, restez avec votre ami ou un membre de votre famille et retirez toutes les armes ou substances pouvant causer des dommages. Écoutez, mais ne jugez pas, ne discutez pas, ne menacez pas ou ne criez pas. Tu n'es pas seul.

Vivre avec le TSPT

Lorsque vous vivez avec le TSPT, chaque jour peut ressembler à une bataille silencieuse.

La vie peut soudainement être divisée en deux chapitres distincts - avant le traumatisme et après - et il est difficile de mettre des mots dessus.

Peut-être que vous ne vous sentez pas tout à fait comme "vous". Peut-être êtes-vous déclenché par de petites choses, effrayé de faire les activités que vous aimiez ou ne savez plus comment vous comporter avec les gens à la maison ou au travail.

Chacun de nous réagit différemment au traumatisme, et il n'y a pas deux expériences identiques. Mais quand les choses ne vont pas bien, quelque chose qui peut nous aider tous est de savoir que nous ne sommes pas seuls.

Même si les gens autour de vous ne comprennent pas très bien ce que vous vivez, il y a des gens qui le comprennent. La lecture des parcours d'autres personnes atteintes du TSPT peut vous aider à vous sentir moins isolé dans votre expérience.

Résumons

Le TSPT est un problème de santé mentale complexe, mais il peut être traité avec une psychothérapie, des médicaments et des traitements complémentaires.

Nous vivons tous un traumatisme différemment, mais cela ne signifie pas que vous devez traverser cela seul. Il existe des groupes de soutien, des articles, des applications, des lignes directes et des professionnels de la santé mentale prêts à vous soutenir à chaque étape.

Vous pouvez soutenir vos efforts de traitement avec un mode de vie équilibré et conscient - reposez-vous beaucoup, essayez de faire de l'exercice et mangez des aliments riches en nutriments.

Pendant que vous naviguez dans le TSPT, soyez patient avec vous-même et vos proches. Le temps de récupération est différent pour tout le monde, mais vous êtes déjà sur la bonne voie.

Et enfin, le plus important, il y a toujours - toujours - de l'espoir !

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Thomas Villa

Psychopracticien PNL TCC EMDR et Chercheur nº Adeli : 82219049200014

Cursus asperger en psychologie et sciences cognitives, il est spécialisé en TCA, TDAH, TOC, TSPT, TDI, TSA et Psychoses en autres. Travaillant en parallèle au sein du collectif cerveaubleu.org comme chercheur sur le développement cognitif chez les enfants présentant les troubles du spectres autistiques.

Voir profil

Bibliographie

  • Zaccari B, et al. (2020). Yoga for veterans with PTSD: Cognitive functioning, mental health, and salivary cortisol.

  • Decker KP, et al. (2019). Quantitatively improved treatment outcomes for combat-associated PTSD with adjunctive art therapy: Randomized controlled trial.

  • Wilson G, et al. (2018). The use of eye-movement desensitization reprocessing (EMDR) therapy in treating post-traumatic Stress Disorder—A systematic narrative review.

  • West J, et al. (2018). Trauma sensitive yoga as a complementary treatment for post-traumatic stress disorder: A qualitative descriptive analysis.

  • Church D, et al. (2018). Guidelines for the treatment of PTSD using clinical EFT (Emotional Freedom Techniques).

  • Carras MC, et al. (2018). Connection, meaning, and distraction: A qualitative study of video game play and mental health recovery in veterans treated for mental and/or behavioral health problems.

  • Schouten KA, et al. (2017). Trauma-focused art therapy in the treatment of post-traumatic stress disorder: A pilot study.

  • Akiki TJ, et al. (2017). The association of PTSD symptom severity with localized hippocampus and amygdala abnormalities.

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur stress