Trauma : comment vivre si vous avez subi quelque chose que vous ne pouvez pas oublier

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Ici, nous ne parlons pas d’une blessure quelconque : c’est une blessure émotionnelle qui reste et qui s'ancre dans notre quotidien.

15 NOV. 2019 · Lecture : min.
Trauma : comment vivre si vous avez subi quelque chose que vous ne pouvez pas oublier

Ici, nous ne parlons pas d’une blessure quelconque : c’est une blessure émotionnelle qui reste et qui perdure. Généralement, cette blessure est produite par un événement très désagréable, bien qu’il puisse également arriver qu’il ne soit pas nécessaire de le vivre : on peut aussi subir les conséquences d'une blessure simplement en voyant comment quelque chose de désagréable impacte une autre personne.

Lors de son évaluation, et en particulier de son traitement, nous devons considérer le traumatisme comme un ensemble de symptômes et de réponses que la personne effectue, dans des situations spécifiques. En bref, nous savons que nous avons subi un trauma et que nous avons un problème quand :

  • A) Vous avez vécu une situation limite et / ou accablante, ou en avez été témoin.
  • B) Après cela, vous ressentez un inconfort psychologique intense de différentes manières (anxiété, insomnie, cauchemars, agitation, tensions, problèmes de concentration, dépression ...).
  • C) Vous faites des efforts importants pour éviter ou supprimer ce mal-être psychologique (cela peut vous amener à ne pas dormir, à ne pas rêver, à ne pas sortir pour ne pas vous sentir inquiet.e, ou à rester hyperactif pour ne pas laisser l'esprit vous rappeler des choses désagréables).

C’est cet ensemble de A, B et C que nous appelons habituellement traumatisme, bien que le traumatisme ne corresponde réellement qu’à la première partie, c’est-à-dire l’événement traumatique. Le reste correspond à ce que nous savons en réponse à un traumatisme et est quelque chose de parfaitement normal.

Êtes-vous en train de dire que ressentir un inconfort intense et faire des efforts pour ne pas le sentir est normal ?

Oui, je dis que, compte tenu de l'épisode traumatisant survenu, il est normal que toute personne se trouvant dans la même situation, qui l'a vécue telle qu'elle a été vécue, développe cet inconfort intense et tente par tous les moyens de s'en débarrasser. C'est en grande partie inévitable. Et je dis en grande partie parce qu'il y a des choses qui peuvent être évitées et des choses qui ne peuvent pas. C'est généralement un mauvais investissement que de consacrer vos efforts à réduire ou à éliminer toute mémoire ou tout inconfort lié au traumatisme ; pour que cela fonctionne, il faudrait changer le passé, et ce n'est pas possible. La solution au traumatisme commence en fait à ce stade. Nous ne pouvons pas changer ce qui s'est passé ni comment (à court terme) et cela nous affecte, mais nous pouvons changer ce que nous faisons avec.

Comment faire cela ?

Il existe des techniques psychologiques d’efficacité scientifique prouvée qui ont un succès durable et permettent à la personne qui suit une thérapie de voir petit à petit ses progrès.

Si une personne a vécu une situation traumatique et que sa vie est altérée, le traitement doit viser à l'aider à retrouver une vie normale, et son centre de l'attention ne doit plus être ce mal-être : quand la personne commence à entrer de nouveau en contact avec sa propre vie et concentre toute son attention sur ce qui compte pour elle (ses relations sociales, son travail, ses loisirs, sa famille ou son partenaire), tout le désagrément causé par le traumatisme est beaucoup plus supportable et commencera progressivement à devenir moins important.

En d'autres termes : la personne sera occupée à vivre sa vie dans le présent, en cessant de vivre dans le passé de son traumatisme ou dans l'avenir de sa peur.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
1 Commentaires
  • Ange89

    J'ai vécu un traumatisme j'avais 5ans ceci a été l'abandon de mes parents et aujourd'hui je me sens abandonné encore et encore j'ai pris conscience que c'est ds mon jeune âge que j'ai été abandonnée mais rien ne change les personnes me quittes sans raison merci pour ce post bonne soirée

derniers articles sur violence faite aux femmes