Colère suite abus parental et entourage

Francoise4Francoise4
November 2016 modifié dans Thérapie de groupe
Je suis Françoise, j?ai 47 ans et je vis dans le Var. J?ai décidé de faire une thérapie qui est aujourd?hui terminée car je ressentais de la colère suite à un abus de la part parental et de mon entourage. J`ai fait la thérapie ``l`espérance vivante`` de Philippe Ney avec Béata Ruesika, psychologue clinicienne, en individuelle puis en thérapie de groupe pendant 9 mois. J`avais beaucoup de peurs, de colère, de négligences, d`incompréhension face aux autres, expression avec les autres confuses et retenu par la peur, le doute d`exister, les pourquoi j`existe, les fuites dans le suicide, hanté par la mort, la compensation de la nourriture : peur de manquer, accumulation des objets, peur de finir une opération commencée, toujours dans plusieurs choses à la fois, fuite dans les livres, continuellement dans le stress. J?avais aussi la peur d`être violée par les hommes et j?avais peur des relations. Je cherchais la réconciliation et le pardon. Je me posais beaucoup de questions notamment pourquoi moi je suis en vie alors que mes frères sont morts ? Je dois accepter ce que je vis parce que Dieu m`a choisi. Je dois accepter de ne pas avoir de réponse maintenant, quand les angoisses arrivent j`essaye de continuer mon travail et de dire que cela va passer. Que le contact avec un homme si les peurs de l`agression sexuelle reviennent, je comprends que cela est dû à la mémoire blessée de mes sens, que les hommes ne sont pas tous des violeurs. La guérison est progressive et rétablir les relations dépend surtout à mes émotions que je projette du passé. Aujourd?hui, j?essaie de vivre dans l`instant présent dans le conscient vivre et respirer en Vittoz dans le calme et la douceur qui m`habite pour relativiser. J?ai fait une thérapie avec Béata Rusiecka à Synodia Accueil à villecroze, la consultation me revenait à 40 euros. Si tu as plein de peur qui te viennent et que tu ne sais d`où elles viennent Béata va t`aider à voir d`où elles viennent et t`aider à les gérer et relativiser pour vivre dans le quotidien. J?ai compris que je n?étais pas parfaite et que je ne le serai, les autres non plus ne sont pas infaillibles et tous nous sommes blessés.

Réponses

  • MimoletteMimolette
    Bonjour Franoise4, je suis heureuse de savoir que cette thérapie vous a fait du bien ! Elle a duré 9 mois en tout (individuel et groupe) ?
    Je me fie à votre message, mais vous avez l'air de vivre souvent des inquiétudes : est-ce que vous pensez continuer un peu le suivi pour vous en débarrasser totalement ? Car vous dites que la thérapie est terminée et que vous avez toujours des angoisses, même si vous avez maintenant entre les mains les outils pour les affronter. C'est juste que parfois, même avec les outils, on peut avoir du mal à défaire les noeuds qui nous bloquent.

    En tout cas félicitations à vous, faire un suivi aussi intense ce n'est pas facile, et vous semblez très sereine, j'aime la façon dont vous réussissez à lier à votre passé les douleurs d'aujourd'hui en vous disant "c'est comme ça". Je trouve que c'est une belle résilience. Votre message donne vraiment de l'espoir.
  • Eglantine1Eglantine1
    Bonjour Françoise4,

    Quelle est votre demande exactement?

    Vous dîtes avoir suivi une thérapie de 9 mois, avoir terminée et pourtant votre discours me parait emprunt d’inquiétudes et de peurs encore comme si tout vos problèmes n'étaient pas réglés.

    Comment vous sentez-vous en quelques mots après ces 9 mois de thérapie?
  • Francoise4Francoise4
    je viens de lire les réponses de MImolette et Eglantine. J'ai été suivie individuellement par Béata de 2010 à 2016 sauf pendant les 9 mois du groupe de thérapie. Je n'ai pas été très claire pardon. Béata ayant déménagé trop loin de chez moi, j'ai dû chez un autre thérapeute Francesco Bazile qui exerce sur Aix en Provence. Il y a maintenant trois ans et j'apprends toujours a essayer de gérer les déclencheurs d'angoisse et quand je me sais fatiguée je fait attention et me retire avant de craquer, je recours aussi à la prière qui est essentiel dans ma vie, j'apprends a poser des pardons 70x7 fois. Je me suis aperçu que la thérapie n'est pas fini elle se continue toute seule et avec les commentaires des autres pour m’aider à évoluer et ne pas prendre les mêmes autoroutes mentales tragiques et angoissantes que je peux créer d'autres chemins de confiance et compréhensions, d'entente et de cordialités ; que n'est pas comme le passé où tout était foutu et que j'avais inclus les paroles des autres : je suis bonne à rien, je suis une langue de vipères, je suis une cochonne.....cela n'est pas moi je suis aimée de Dieu, j'ai du prix aux yeux de Dieu et j'ai été choisi par Dieu pour accomplir la mission de respecter les autres, de les accepter et de les aimer comme ils sont, pas comme moi je voudrais qu'ils soient, accepter la différence. Ils ne sont pas comme moi et n'ont pas à agir comme moi, chacun à son rythme. Béata m'a donné un exemple qui m'aide beaucoup : si quelqu'un prend une cuillère et va la poser et moi pendant ce temps là je porte une pile d'assiettes avec tous les autres couverts pour elle se sera une même effort, j’agis plus vite que les autres et j'ai à accepter le travail qui me paraît lent comme j'ai à m'accepter quand c'est moi qui ne comprends pas quelque chose je m'en remets à Dieu lui seule m'aime comme je suis, j'ai aussi à apprendre à m'aimer telle que je suis.
  • Eglantine1Eglantine1
    On apprend tout au long de sa vie et quand bien même la thérapie est terminée, vous continuerez d'apprendre.

    L'essentiel est de vous accepter tel que vous êtes avec vos faiblesses et vos forces, l'humain est imparfait et ne soyez jamais dure envers vous même.

    Le pouvoir de la prière à un effet bénéfique, croyez en vous et aimez vous.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Créer une discussion

Catégories