Comment aider un adolescent à accepter sa dyslexie ?

AAPatriciaAAPatricia
September 2018 modifié dans Dyslexie
Bonjour, mon neveu fait demain sa rentrée en 5e. Il est diagnostiqué dyslexique depuis longtemps mais, si cela passait plutôt inaperçu en primaire, il a vraiment du mal à l'accepter depuis son entrée au collège.
Dans sa classe, il y aura trois autres enfants dys : on a proposé à chacun d'entre eux une tablette pour faciliter la prise de notes pendant les cours. Deux l'ont déjà acceptée, mais mon neveu refuse à cause du regard des autres, ce que je peux comprendre.

Comment l'aider à accepter sa dyslexie ? Sa mère aimerait qu'il voit un psychologue, mais il refuse (à cause du regard des autres, de nouveau.).

Merci de votre aide

Réponses

  • FOLLMANNNathalieFOLLMANNNathalie
    Cela voudrait dire qu'il n'est même pas suivi par un orthophoniste ? C'est la 1ère chose à faire.
    La 2ème c'est de rencontrer un hypnothérapeute avec une approche intégrative, la dyslexie n'est pas une pathologie à vie, ça se travaille et ça peut disparaître totalement.
    Souvent les parents ont eu un rôle à jouer dans l’apparition de ce trouble et il est donc important qui participe à sa guérison.
    Un psychologue conventionnel n'a aucun intérêt.

    Bonne chance pour votre neveu.
  • MirabelleMirabelle
    Bonjour Patricia, en effet pour la dyslexie, voir un orthophoniste est la première chose à faire, j'ai une personne dans mon entourage qui a garçon dyslexique et il a une orthophoniste, pour le reste je ne sais pas mais Mme Follmann a raison, il lui faut un professionnel en plus.

    Bonne chance à lui.
  • AmandineToAmandineTo
    Etre en classe avec d'autres ados dyslexiques l'aidera peut-être à accepter ce trouble passager, au cours de l'année scolaire. C'est bien qu'il existe un protocole spécifique pour les aider à mieux gérer la vie en classe.
  • FOLLMANNNathalieFOLLMANNNathalie
    Je ne vois pas pourquoi on doit accepter un trouble qu'on peut traiter !
    Si on vous met dans une classe d'un faible niveau, vous pensez vraiment que vous avez des chances d'évoluer ?...
  • MirabelleMirabelle
    Oui bien sûr mais elle ne savait peut être pas que ce trouble pouvait se traiter et pour l'enfant voir d'autres enfants qui ont le même problème lui fera peut être moins douter de lui et accepter son état tout pouvoir en sortir.
  • SIMON35SIMON35
    Je pense qu'Amandine parle d'accepter car c'est une fois que l'on reconnait son ennemi qu'on peut le vaincre...
  • AmandineToAmandineTo
    Alors, la mère de votre neveu a pris une décision ?
  • MarceauMarceau
    Vous pourriez lui expliquer qu'il est désormais "habituel" d'avoir des élèves avec des troubles passagers : TDA, dyspraxie, dyslexie.... et qu'ils sont tous intégrés à des classes "normales". Les professeurs appliquent souvent des barèmes de notation adaptés et préparent des examens à leur niveau. Et se réunissent avec les parents pour en parler...
    Non pas qu'il faille normaliser son trouble mais accepter que cela arrive aussi à d'autres qui le vivent "bien" pourrait l'aider à se détendre. À-t-il été victime de critiques de la part des autres en 6ème ?
  • jujudu8jujudu8
    Sa mère lui a-t-elle expliqué que s'il voir un psy il n'aura pas à souffrir du regard des autres puisque c'est entièrement confidentiel ?
  • AilemanAileman
    Bonjour, mon fils était dyslexique, c'est en 5ième qu'il a craqué, il a frappé un enfant qui lui chantait tous les jours "dyslexique, trisomique" dans l'oreille avant d'entrer en cours. J'ai alors fait, en accord avec son médecin, un PAI pour "trouble de la confiance en soi consécutif à une dyslexie rééduquée trop tard", car la dyslexie est beaucoup trop vue comme un handicap de type "débilité légère" de partout, on ne s'en sort pas. Par exemple, mon fils a refusé de faire un test de QI de peur de découvrir qu'il était débile... Je l'ai fait rééduquer par la méthode Davies chez une neurolinguiste. Les orthophonistes l'ont aidé, mais ils ne traitaient que les symptomes, pas la cause. Le psy me disait "cherchez à l'école, il y a un problème à l'école", et oui, il se faisait harceler en silence, par les élèves mais aussi certains profs. Il a 'morflé" jusqu'en terminale avec le regard des autres, avec une seule idée en tête : sortir au plus vite de ce système totalement inadapté à sa structure mentale. Aujourd'hui, c'est un beau jeune homme de 21 ans, il fait une école d'ingénieur à Biarritz, du surf ou du ski tous les jours, il travaille dans un restaurant pour se payer ses loisirs, et ses troubles de dyslexie ont quasiment disparu... et les troubles de la confiance en soi vont de mieux en mieux... il n'a jamais redoublé et a eu son bac S du premier coup (10,02/20...) Qu'elle lise à son fils "le don de dyslexie". S'il se reconnait, alors tout est réversible. Ce qu'il a construit lui-même, cette dyslexie, c'est la mauvaise utilisation d'un don. Il peut le déconstruire et le reconstruire dans le bon sens. Courage !
  • Sophie404Sophie404
    Aileman merci pour votre témoignage
    Ça donne de l espoir
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Créer une discussion

Catégories