Je suis perdue

Ana261Ana261

Bonjour, je me suis inscrite ici, car j'ai besoins d'une aide, d'un conseille. Honnêtement, j'en peux plus et j'ai l'impression de ne pas pouvoir tenir plus longtemps.

Je suis en couple depuis maintenant 2 ans ( à distance )mais ça fait des années que je ne me sens pas bien, même avant que je le rencontre. j'ai vu plusieurs psy, mais je n'accroche pas. plusieurs tentatives mais je n'ai jamais réussis à avoir la paix, à être en paix. Mon copain l'a su au bout de 2 ans, que je suis en dépression donc ça n'a pas arrangé les choses, de lui cacher ça alors qu'il a toujours été là pour moi. 

J'ai grandis avec un père violent, alcoolique, etc et ma mère, a un petit retard mental, donc je ne peux pas me confier, elle ne comprend pas. et j'avais un répère, mon oncle. 

Mon oncle et mon père étaient des manipulateurs, des menteurs, j'étais petite mais ma vie était déjà basée sur le mensonge. et j'ai grandis comme ça. pour l'école, c'était tellement difficile, je me faisais harcelée, je n'avais qu'une seule amie, et hypocrite qui ne m'a jamais aidée, qui en a profiter pour m'enfoncer.

J'ai dû me débrouiller toute seule et en entrant au collège, j'ai rencontré un groupe de fille, et une se scarifiait, mais je ne comprenais pas à quelle point, c'était une drogue pour elle et j'ai commencé, c'était douloureux au début mais je ne voyais pas de différence et je recommençais. Je m'exprimais à travers ça. j'ai commencé à faire plus fort, à prendre des médicaments, écrire des lettres et je me disais que la vie n'allait pas changée sans moi car je n'apportaits rien aux autres, Je n'étais même pas fichue de les aider, j'essayais, j'écoutais les problèmes de tout le monde, sans qu'on me demande si j'allais bien, j'essayais de prendre soins des autres sans qu'on prenne soins de moi.

Je devenais de plus en plus folle, tout ce que je trouvais, me servais pour me faire du mal. sur la route, j'ai trouvé une aiguille c'était devant le médecin, elle avait encore le plastique, et je l'ai gardé et je me piquait, je rentrais cette aiguille et je la laissais. mais au bout de quelques jours, j'en voulais plus. et j'ai pris des aiguilles à coudre, j'en avais plein , j'allais en cours avec ça, elle était dans mon bras avec du scotch. je laissais mon pull couvrir tout ça. j'ai perdu mon oncle, et mon grand-père qui étaient tout pour moi. je restais vers ma mère mais je ne parle jamais avec, je ne peux pas, on ne peut pas. on ne se comprend pas. 

Et pleins de petits problèmes se sont installés, ce qui n'arrangeait rien. Je n'avais pas le droit aux bonheur mais il est arrivé, il était très vite important pour moi mais il était loin aussi. on s'est vu 11 mois après. j'étais tellement heureuse quand il était là pour moi, car je ne lui ai jamais dit que j'étais en dépression depuis plusieurs années. donc il faisait sa vie et moi je faisais la mienne. on était très distant au début. mais il a très vite compris, que ça n'allait pas, que j'avais besoins de souvent l'avoir au téléphone, je voulais qu'une personne prenne soins de moi enfin, que je sois chouchoutée en me concentrant sur lui et moi, cette fois, et pas tout le monde. Un jour, on parlait d'appartement depuis longtemps sauf qu'il était très proche de sa mère, il me disait qu'il allait venir, je me suis rentrée ça dans la tête. sauf qu'il me disait ça pour me faire plaisir et 1 ans après, il me l'a dit car je voyais que ça n'avançait pas et chaque jour était une nouvelle journée dans cette dépression qui n'avançait pas. sa mère faisait tout pour le garder par égoisme, alors que j'étais prête à tout pour lui, et encore aujourd'hui. Mais elle lui rentre dans la tête des choses tellement mal pour qu'elle, soit heureuse de jeté la faute sur son fils. Je ne peux pas lui faire ouvrir les yeux, il refuse. au final, je crois que c'est sa mère qui m'a le plus détruite dans cette vie et j'en ai tellement marre, parce que j'ai l'impression de me battre pour rien, j'ai l'impression que je ne guérirais jamais car elle est toujours dans ses pattes, comme si il avait 6 ans, pendant des mois je me suis forcée de parler bien d'elle, de mentir à son fils pour dire que je l'aimais bien. et j'ai l'impression qu'il ne me comprend pas, je suis au plus bas, et retour à la case départ, personne m'aide, parce que je ne suis pas aimée..

Mais aujourd'hui, j'ai l'impression que c'est le moment, j'ai l'impression que la vie ne sert à rien, et qu'elle ne changerait pas celle des autres si je partais. Si il ne m'a plus moi, il l'aura toujours, elle.. des fois je regrette d'être là, d'avoir la chance de me levée mais ne pas voir ça comme une chance.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Créer une discussion

Catégories