Mari addict sexuel et alcoolique

Coxinel46Coxinel46
May 2018 modifié dans Addiction au sexe
Bonjour, je viens de découvrir il y a peu que mon mari était addict sexuel. L'alcoolisme, je l'avais repéré depuis un certain temps. Il avait déjà tenté à 2 reprises de s'arrêter au moyen du Baclofène mais sans résultat. Dernièrement, j'ai contacté un centre spécialisé dans les problèmes d'alcoolisme puis lui ai filé le numéro. De ce côté-là, je n'ai pas à me plaindre, il fait chaque fois l'effort d'aller où je lui demande pour tenter de se soigner... Mais, entretemps, j'ai découvert son autre addiction, qui serait bien plus ancienne. Il se serait donc mis à boire pour "oublier" son addiction sexuelle. Il faut dire qu'elle était devenue de plus en plus importante, on m'a relaté parfois 3 passages auprès d'escort girls sur une même journée !!! Bon, je me suis beaucoup renseignée et ai réalisé que ces "visites" lui servaient à évacuer son stress. Charmant ! En plus, comme par hasard, tout son argent y est passé ! Bref, maintenant que j'ai un peu eu le temps de digérer cette histoire et de comprendre ce qu'il se passait, je me demande sérieusement quoi faire. Il a rencontré dans le centre pour alcooliques une alcoologue qui l'a digiré vers une psychologue. Il ne veut pas prendre de traitement médicamenteux. Cependant, je me pose sérieusement la question de savoir si une psy (1 x par semaine au mieux) est suffisante pour l'aider. Il me semble que l'addiction sexuelle est plus de l'ordre psychiatrique que psychologique... Pour le moment, il semble avoir arrêté de boire. Pour le reste, je crois qu'il a stoppé aussi mais je n'ai pas vraiment de preuves...

Réponses

  • Coxinel46Coxinel46
    Je continue mon histoire...

    Il ne veut pas parler. Super ! D'un côté, je comprends, il doit être rongé de honte. On le serait pour moins. Mais je me retrouve à la maison avec un type qui fait presque comme si de rien n'était. C'est insupportable.

    Je dois rester zen jusque la mi-juin, date de la fin des examens de notre fille sinon, c'est certain, elle va les rater.

    Je pense demander alors à mon mari de s'éloigner quelque temps afin de me permettre d'être moins stressée pour réfléchir au problème.

    Je viens d'annuler nos vacances. Nous partions tous les deux. Hors de question de faire quoi que ce soit ensemble dans ces conditions.

    Mes amis me conseillent de me faire aider. Je viens de prendre rendez-vous chez une psy que je verrai dans 2 semaines et demi. Discuter avec eux m'a déjà bien permis d'avancer dans mon cheminement.

    Là, je suis à boût. Pendant des jours et des jours, je n'ai plus mangé, plus dormi. Maintenant, ça va un peu mieux. J'ai dû me forcer car je n'arrivais plus à rien. Je suis en plus bloquée à la maison après une entorse grave (qui est arrivée 2 jours après que j'aie découvert le détail de ses frasques, il n'y a pas de hasards).

    Voilà, si vous avez vécu la même chose, merci de m'envoyer votre témoignage. Il m'aidera certainement.

    Bonne fin de journée.
  • FOLLMANNNathalieFOLLMANNNathalie
    Coxinel46,
    Je ne vais pas répéter ce que je vous ai déjà dans l'autre post :
    https://www.psychologue.net/communaute/desespoir-suite-a-la-decouverte-que-mon-mari-etait-sex-addict-12993

    Votre mari doit se faire aider avec une approche pluridisciplinaire, un psychologue classique n'a pas tous les outils pour travailler sur ces 2 addictions.
    Il est possible que votre mari soit également dans un trouble dépressif mais il est nécessaire de le rencontrer pour faire le point.

    Et oui vous pouvez vous faire aider de votre côté pour traverser ce passage à vide et peut être prendre des décisions. Mais avant je pense qu'il serait nécessaire de communiquer sur le malaise de votre couple.

    N'hésitez pas à lui faire part de mon approche.
    http://hypnose.lespages.fr/ile-de-france/hauts-de-seine/clichy/nathalie-follmann.html
  • Coxinel46Coxinel46
    Merci beaucoup pour votre réponse ! J'ai justement appelé hier le centre dans lequel je l'ai envoyé consulter. J'ai parlé à la psychiatre qui m'a répondu que c'était à la psychologue de voir s'il avait besoin de qqn d'autre qu'elle ! Ils m'ont l'air de faire un peu n'importe quoi ! Bon, je prend de la distance avec ça et je m'occupe de moi.

    Bonne journée et merci encore.
  • SIMON35SIMON35
    Bonsoir Coxinel,
    Votre rdv avec une psy vous aidera à vous sentir écoutée et accompagnée. Ce n'est pas facile d'aider un homme souffrant ce type de pathologie tout en se protégeant soi-même. Mais prenez soin de vous oui, et avancez pas à pas pour ne pas vous essoufler.
    À voir ce que dit la psychologue de votre mari, et s'il se responsabilise de ses propres troubles.
    Revenez ici quand vous le souhaitez... bon courage à vous.
  • Coxinel46Coxinel46
    Merci beaucoup, Simon35.
  • SIMON35SIMON35
    De rien ! Au plaisir de lire de meilleures nouvelles de vous !
  • SIMON35SIMON35
    Bonsoir Coxinel46, comment allez-vous ? Est-ce que votre rdv avec le psychologue est passé ?
    J'espère que votre entorse est guérie également.
  • Stephanie248Stephanie248
    bon étant donné que je suis sur un site français mon mari me dit ahhh c'est rien de méchant mais les expressions françaises je ne connais pas beaucoup donc possiblement que je peux prendre certains trucs de la mauvaise façon alors que dans le fond c'est ok....

    Espèce de gignol signifie quoi pour vous ???
  • Israe1Israe1
    c l'amour peut être
  • Israe1Israe1
    Vous este ou la?
  • Israe1Israe1
    bsr
  • DavidGuillantDavidGuillant

    Bonjour Madame,

    Je suis David Guillant.

    Je suis un ancien sex addict (escorts, porno etc...) Ma deuxième consommation compulsive était la cigarette.

    J’ai mis trois ans pour m’en sortir, en travaillant énormément sur moi même, sans médicaments, avec l’aide d’un psychiatre conventionné.

    Je comprend votre souffrance.

    Cette souffrance que vous ressentez est la retombée, la conséquence de la souffrance intérieure de votre mari.

    Ce sont les dommages collatéraux de l’addiction.

    Avant toute chose , je tiens à ce que vous compreniez que si votre mari est addict, ce n’est pas votre faute.

    Vous n’êtes pas responsable.

    Aussi je sais que l’addiction n’est pas la nature profonde de votre mari.

    En tant que ancien addict, je pense que l’on est pas responsable d’être addict tant que l’on a pas pris pleine conscience que l’addiction est une maladie qui se traite. Pour moi la source de l’addiction est dans l’enfance, le cerveau a créer des voies de protection et d’auto médicament action pour se protéger de souffrances venant initialement de l’enfance et/ou de l’adolescence, c’est ça pour moi l’addiction.

    Je tiens aussi à vous dire que ce n’est pas parce que votre mari est un sexe addict qu’il ne vous aime pas.

    Il est très probable que votre mari ne vous parlera pas ou très peu de ses addictions pour plusieurs raisons:

    1) il est « pétri par la honte » , ce sont les termes d’un psychothérapeute qui m’a énormément aidé à travers ses écrits qui s’appelle John Bradshaw. Il ne pourrait pas supporter que vous découvrez l’ampleur de ses problèmes.

    2) il sait que vous pourriez énormément souffrir de l’ampleur de son addiction. Il tente de vous protéger tant qu’il peut, comme il peut, même si ça déborde de tous les côtés (parce qu’il ne se contrôle pas)

    l’addiction génère tellement de honte que l’addict vit dans le mensonge. On a trop honte. Comprenez que l’addiction est de faire quelque chose que l’on a pas forcément envie de faire. On a besoin de la faire. L’addiction est un conflit intérieur très fort entre le désir et la volonté.

    la définition même de l’addiction indique que l’on ne contrôle plus la situation et que par conséquent on a besoin d’aide. Une aide profesionnelle. Une aide dénuée absolument de tout jugement et capable d’encaisser sans broncher tout ce qu’on a besoin de sortir, de degueuler si vous lame passez l’expression.

    il est donc nécessaire d’avoir cette prise de conscience. Que votre mari ait cette prise de conscience.

    Est ce que vous pouvez l’aider? Un grand oui et un grand non à la fois.

    Avant tout pour être en mesure d’aider quelqu’un , il est nécessaire de s’occuper de soi même, on ne peut pas aider quelqu’un si on est soit même au bord de l’effondrement. La première chose est donc de prendre soin de vous même.

    1) Vous ne pouvez pas l’aider en ce sens que c’est lui qui doit prendre conscience et faire tout le travail intérieur qu’il y a à faire pour se sortir de son addiction et donc de demander de l’aide à un professionnel.

    vous ne pouvez pas le faire à sa place.

    2) Vous pouvez l’aider si vous ne le jugez pas ouvertement, si vous respectez ses frontières psychologiques tout en tenter de les repousser petit à petit, mais surtout à son rythme. Mais même comme ça il ne vous dira pas tout.

    vous pouvez l’aider si vous pratiquez la communication non violente.

    vous pouvez l’aider si vous êtes empathique.

    vous pouvez l’aider si vous lui faite comprendre (si c’est le cas) que vous croyez en lui. (L’addict à une estime de soi au plus bas) sans rien exiger. (Vous avez aussi le droit de ne pas accepter tout cela)

    vous pouvez l’aidez si il arrive, ou si vous arrivez (comme le dis Boris Cyrulnik) a redonner du sens ou à trouver un nouveau sens à sa vie, à votre vie.

    Ce que je voudrais vous dire aussi , c’est qu’on ne vainc pas une addiction, on ne se bat pas contre une addiction. Se battre c’est engager la volonté contre le désir. C’est comme si vous construisez un barrage sur un torrent qui ne réduit jamais son débit et qui afflue non stop. Le barrage finit par céder , déborder etc.

    C’est en comprenant cela que j’ai pu guérir .

    Pour moi: On accepte pleinement son addiction, on vit avec son addiction en apprenant à s’aimer. C’est tout un travail. On redonne du sens à sa vie en retrouvant qui on est: le veritable soi sans l’addiction, avec ce que l’on aime vraiment.

    et petit à petit, l’addiction se dilue, l’estime de soi revient, la honte se transforme en fierté . Le lit de l’addiction s’assèche, se tarit progressivement.

    on ne peut le faire qu’à son propre rythme. C’est difficile au début, on affronte sa souffrance.

    Mais ce sont de grands moments de grâce à vivre quand on progresse Madame.

    je vous souhaite le meilleur à venir.

    David

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Créer une discussion

Catégories