Transfert difficile à gérer

DonnaDonna
dans Psychanalyse

Bonjour,

je suis en analyse depuis 7 mois environ. Je suis en plein transfert depuis 2 mois (séances ont été poursuivies par téléphone durant le confinement) première reprise en presentiel la semaine dernière. Mon analyste est au courant de mon transfert. Transfert purement sexuel. J’ai envie de lui. Souvent. Et en même temps et cet aspect là me dérange beaucoup, j’ai besoin de lui. Entre deux séance j’ai besoin d’être en contact avec lui. Il le sait aussi. Et je pouvais lui envoyer des sms. Ce qu’il a limité plutôt à 1 mail Entre deux séance. Sauf que j’en souffre. J’ai besoin de lui, de le savoir la, de lui écrire.

Je ne sais pas comment faire avec ce transfert. Il me prends la tête. Je n’arrive pas à me concentrer à travailler sans y penser. Comment faire pour essayer de vivre une vie a peu près normale entre deux séances ?

Réponses

  • LUGARIMarjoriePsyLUGARIMarjoriePsy

    Salut Donna,

    En tant que psychanalyste et en tant que patiente aussi (en analyse), je vais te donner mon point de vue. Effectivement, j'ai à mon tour fait un transfert avec ma psy comme toi et c'est normal.

    Mais je n'en souffre pas, j'aime ma psy un peu comme ma mère.

    En toute sincérité, je te conseille de changer de psy. Souffrir d'un amour impossible ne t'apporte rien sur le long terme à part une grosse déception mêlée de culpabilité, de honte puis peut être après de colère car il y a rejet.

    J'espère avoir pu t'aider et te réconforter, Bonne continuation dans ta thérapie.

  • anonymous5979744@anonymous.testanonymous5979744@anonymous.test
    July 2020 modifié

    Effectivement, le commentaire précédent est une solution mais je ne suis pas certains que le phénomène ne se reproduise. Pour ma part, je vous aurai recommandé d'accepter votre transfert et de chercher si c'est vraiment de votre thérapeute que vous êtes amoureuse. Le transfert renvoie toujours à une personne du passé. Après je conçois que ces sujets puissent être compliqués à intégrer. Le mieux reste d'en parler pendant les séance.

  • Lauret4Lauret4

    "Pour ma part, je vous aurai recommandé d'accepter votre transfert et de chercher si c'est vraiment de votre thérapeute que vous êtes amoureuse. Le transfert renvoie toujours à une personne du passé. "


    Bonjour,


    Je ne pense pas que les enfants aient du désir sexuel pour leur parent.

    Ici c est pour papa en l occurrence ?

    C 'est une pure invention de Freud....


    Quittez le, allez chez une femme...

    et aucune obligation d aller chez une "analyste"

  • Sylv3Sylv3

    bonjour,

    je viens de lire votre message et j'ai eu envie de vous répondre

    cela fait plus de trente ans que je suis en thérapie avec différents psychanalystes et jamais je n,ai eu conscience ou pas de transferts avec eux

    par contre grâce à ma thérapie avec eux j'ai pris conscience de transfert contre transfert dans des relations personnelles difficiles à gérer

    pour une relation saine avec un thérapeute il ne faut pas de contre transfert

    j'espère que cela vous aidera

    vous pouvez me recontacter si vous avez des questios

    bon courage et peut-être à bientôt

    sylv

  • Lauret4Lauret4

    Bonjour... 30 ans de "thérapie" chez les psychanalystes... Oh my God !

    Quel est le but ? C'est un loisir ou une thérapie ?


    Une analyse sans travail sur le transfert, de part et d autre, ca me laisse perplexe.


    Le seul intérêt d'une analyse, et je dis bien le SEUL interet... (de mon point de vue)... c 'est le transfert !

    Car l'analyse présente très très peu d intéret pour guérir, surtout verbale ^^ (toujours mon point de vue que j'assume parfaitement... )


    Le seul intéret d'une analyse, c'est justement l 'analyse et la résolution du transfert, par le patient.

    Une fois que c'est fait, l'analyse est TER MI NEE... peu importe qu'on soit guéri ou pas d'ailleurs ^^


    Le contre transfert existe bel et bien du côté de l'analyste.

    Et se doit d'être analysé par lui... pour faire avancer le travail. Au lieu de le saboter, en pratiquant de la résistance contre son patient.. Le contre transfert n est pas quelque chose à fuir, mais à analyser et à dépasser, c 'est juste inévitable...


    30 ans... Que cherchez vous à atteindre dans votre analyse ?

    Une plaque d'analyste ? Sans le transfert ? Et sans la guérison ?

  • Sylv3Sylv3

    votre réponse m'a interpelée

    je n'ai aucun souvenir d'un transfert contre transfert avec mes différents psychanalystes

    par contre dans ma vie personnelle oui qui me mettait à mal et que je comprenais dans mes thérapies

    quand je comprends avec l'aide de ma thérapie ce qui se passe entre telle et telle personne qui me met à mal je peux résoudre ce mal être

    j'ai réglé beaucoup de choses et j,en ai encore à régler

    c'est pourquoi je suis encore en thérapie

    j'espère avoir répondu à votre question

    sylv

  • Lauret4Lauret4
    14 Jan modifié

    @Sylv3

    Bonsoir,

    Tant mieux si mes propos vous interpellent.. C est le but.. ;-)


    Je n'ai pas l 'impression que vous êtes en thérapie... mais plutôt en dépendance thérapeutique...

    Tant que vous n'aborderez pas ce qui vous lie à votre 'psychanalyste' et pourquoi ce personnage doit faire partie de votre vie, vous ne serez pas Libre..


    C'est mon point de vue.

    Donc... selon moi, il est plus que temps de chercher à comprendre :


    Pourquoi est ce que la psychanalyse vous est indispensable...?

    QU Est ce que vous retient ?

    A la psychanalyse ?

    Au psychanalyste ?


    Quel est le but initial de cette activité ?

    Quel est le but final de cette activité ?


    Et pourquoi faut il un psychanalyste pour la pratiquer ?

    Pourquoi s interroger sur tout ou sur tout le monde, en séance, mais jamais sur ce qui vous retient à la psychanalyse ou au psychanalyste en particulier ?

  • Sylv3Sylv3

    je vais en parler avec ma psy vendredi matin et je reviendrai vers vous

    sylv

  • Sylv3Sylv3

    salut lauret,

    j'en ai parlé à mon médecin psychiatre lundi

    il m'a expliqué l'histoire du transfert contre transfert je croyais que le contre transfert venait de la personne en face et pas de nous même j'ai donc appris quelque chose : je dois réviser mes copies merci

    par contre il n'est pas d'accord avec vous sur le fait qu'une thérapie n'est pas une simplement de travailler sur cela avec le thérapeute s'il existe

    j'en parlerai à ma thérapeute vendredi pour en savoir plus

    sylv

  • Lauret4Lauret4

    Bonjour Sylvie, je suis d accord sur le fait qu'une thérapie ne se résume pas au transfert/contre transfert...

    Il s agit surtout de la psychanalyse.


    Je suis plus mesurée au sujet de sa réponse concernant le contre transfert... ^^


    Oui poser exactement la même question à votre thérapeute pourrait être interessant ^^

    Car les réponses pourraient être différentes

    Bonne fin de semaine

    :-)


    Laure

  • Sylv3Sylv3

    laure,

    merci de votre réponse

    effectivement je pense qu'il doit avoir une différence entre thérapie et psychanalyse j'ai vécu les deux sans aller jusqu'au de la psychanalyse alors j'ai peut être un mauvais repère

    demain j'en parle avec ma thérapeute

    je reviens vers vous après

    je ne m'appelle pas sylvie mais sylviane

  • Lauret4Lauret4

    Bonjour Sylviane..

    Vous savez, j ai suivi... hum... 5 formes de thérapies... différentes... avec des thérapeute différents.

    La dernière était la meilleure, car c'est une thérapeute, qui a accepté que ce soit moi la thérapeute principale... et moi qui sache comment me faire du bien... sans tout attendre de la thérapie, ou du psy... ni d'elle même...

    Elle est analyste de base, encore une ! Oui mais pas que .. intégrative... centrée sur la personne... Axée émotions.. Pas d'Ecole de Pensée... Pas de paroisse, ouverte d esprit, pas non plus envie de 'me garder dans ses jupons'... Bref... assez maline... et donc, efficace...!

    Je me suis aperçue que souvent, c'est mon avis perso :

    • On ne sait pas vraiment ce qu'on pratique en thérapie.... Ni pourquoi on le fait.. Ne pas savoir et rester dans le flou, c'est, à mon avis, un frein à la guérison... C'est presque de l'abus que de maintenir le patient dans le flou à ce sujet..
    • On ne sait pas non plus pour quelle raison la présence du thérapeute est indispensable... Pareil, le patient doit comprendre et ressentir pour quelle raison il a besoin du thérapeute... Maintenir le patient dans l ignorance à ce sujet, et en dépendance, c'est quand même une certaine forme d'emprise...

    Ces 2 questions ne doivent pas être... tabou...

    Je vous joins ici une évaluation des différentes psychothérapies brèves (quelques mois - 2 ans max), dans le monde. (Toutes pathologies confondue-hors schizophrénie et troubles bipolaires... )

    Evaluation faite par un psychiatre psychothérapeute... Psychiatre peut être différent des professionnels qui vous accompagnent... ?

    Je voulais la publier dans quelques jours sur mon propre post... https://www.psychologue.net/communaute/groupe-dapproche-psycho-corporelle-spirituelle-de-guerison-33372#latestMais... je vous laisse la primeur sur le vôtre ;-)


    Ici en vidéo youtube :


    Et là développé avec plus d 'explications sur son site internet :


    Je vous souhaite une bonne information sur vos propres thérapies, vos propres besoins, et sur l'indispensable à ne jamais oublier à l'intérieur de votre thérapie... L'Indispensable pour guérir... ! Et surtout être libre... ( c'est écrit dans la "Conclusion")

    Bonne continuation, bon travail, et bonne chance à vous

    :-)

    Laure

  • Lauret4Lauret4

    Supplément fort intéressant ici :


    Au bout de 30 ans, je pense qu'il est vraiment nécessaire de mettre les pieds dans le plat.. et prendre les rennes de sa propre psychothérapie, en pleine conscience.

    Que ça plaise ou non, au psy. La personne la plus importante, c'est vous. Pas le psy...

    ;-)

  • Sylv3Sylv3

    laure

    j,ai vu ma thérapeute

    "une analyse peut être stoppéee quand le transfert de penser que le psy est tout sachant tombe mais cela peut aller au-delà c'est ce que je fais, je ne sens pas dépendante car j'y trouve des compréhensions de ce qui se passe en moi et cela me permet d'avancer dans ma vie

    cela m'apporte et cela m'aide

    sylv

  • Lauret4Lauret4
    1 Feb modifié

    Sylviane,


    Si plus de 30 ans de thérapie avec une béquille pour chaque jambe....

    L'une médicamenteuse, l'autre analytique...

    Si cela, ça vous convient... Si vous considérez que vous êtes libre.


    Si vous considérez que c'est des relations "saines... "

    C'est votre avis et c'est votre choix.


    Mes choix sont différents :-)

    https://www.psychologue.net/communaute/groupe-dapproche-psycho-corporelle-spirituelle-de-guerison-33372#latest


    Laure


    PS :  Vous n'êtes pas la première personne à trouver des compréhensions intellectuelles dans l'analyse... Et croire que ça aide... Hélas, c'est un leurre mental qui peut durer toute une vie...

    Je n'ai pas l'intention de vous libérer contre votre gré...

  • Sylv3Sylv3

    laure

    vous n'y arriverai pas j'ai mes convictions suite à une grande expérience

    je reste avec et vous laisse

    bonne continuation

    sylv

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Créer une discussion

Catégories