Ai-je raison de culpabiliser autant ?

Réalisée par almond.angie · 31 déc. 2021 Violence faite aux femmes

Bonjour,

Il y a près de 3 ans, j'ai rencontré un homme. On a beaucoup discuté ensemble et on s'est bien entendus lors d'une fin de soirée chez moi avec d'autres amis après un concert. Il était prévu qu'il dorme chez moi (il s'agissait de l'ami d'un ami et je l'hébergeais ce weekend-là). Au moment où à peu près tout le monde est parti, on a fini par s'allonger ensemble sur le canapé et on s'est embrassés, puis on est allés dans mon lit dans ma chambre. Comme j'avais quelqu'un d'autre en tête à ce moment-là, une autre personne dont j'étais très amoureuse mais avec laquelle je n'étais pas en couple, je n'avais pas vraiment envie d'avoir une relation sexuelle avec cet homme rencontré ce soir-là même s'il m'attirait. Dès qu'on est entrés dans mon lit et qu'on a continué à s'embrasser, je lui ai donc dit que je ne voulais rien faire (dans le sens où je ne voulais pas coucher avec lui). Il m'a dit oui et a compris, mais a quand même continué à m'embrasser et à me caresser. Mon sentiment était qu'il voulait aller plus loin. Je ne sais plus dire aujourd'hui si j'ai moi-même enlevé mon T-shirt et dégrafé mon soutien-gorge ou si c'est lui l'a fait, mais ça ne m'a pas tant dérangée, ça allait jusqu'à là, je ne voulais seulement pas que ça aille plus loin. Arrivés à cette étape, je ne voulais pas que ça aille plus loin, j'ai le sentiment de l'avoir fait comprendre mais qu'il ne s'arrêtait pas et continuait d'essayer d'aller plus loin. J'ai honte de dire ça mais je me suis alors dit que si je lui faisais une fellation, il jouirait, serait alors satisfait et ne voudrait plus aller plus loin. Je sais que je n'aurais pas dû faire ça, mais j'ai eu le sentiment de me retrouver piégée, d'être allée trop loin pour m'arrêter, même si je sais qu'on peut s'arrêter à tout moment. Je lui ai alors déshabillé le bas du corps et lui ai fait une fellation. Il n'a pas joui, espérant peut-être continuer à me donner du plaisir après et c'est ce qui s'est passé. On a alors continué à s'embrasser et il s'est alors montré assez insistant pour me déshabiller le bas du corps également en me disant "mais je ne veux pas faire l'amour, je veux juste te lécher", mais je ne le voulais pas, ma limite était là. Il a beaucoup insisté, jusqu'à essayer, sans violence mais avec (selon moi) pas mal de force, de baisser mes collants, mais j'ai retenu ses mains et mes collants et lui ai plus fermement dit non. On a alors progressivement arrêté, ça n'a pas amené de froid ou de tension, même si en moi j'étais un peu contrariée qu'il ait été autant insistant à ce moment-là. On s'est couchés en continuant parfois à s'embrasser ou à se câliner. Quelques heures plus tard, plus ou moins en se réveillant tous les deux, je me suis rapprochée de lui, ai commencé à l'embrasser puis ai voulu lui donner du plaisir en me frottant contre lui, habillée, c'était spontané, je pense qu'une partie de moi voulait "compenser" pour la veille mais je voulais aussi nous donner du plaisir à tous les deux. Je pense qu'il a pris du plaisir mais j'ai joui et pas lui, même après que j'ai continué de me frotter à lui en espérant le faire jouir à son tour (et sans aucun signe de désaccord de sa part bien sûr).

Voilà maintenant le problème : il y a à peu près 6 mois, une scène de film (dans laquelle une femme ne voulait plus faire l'amour avec un homme alors qu'ils commençaient tout juste à s'embrasser et se déshabiller) m'a rappelé cette nuit et m'a fait plonger dans une terrible culpabilité dont je n'arrive plus à sortir aujourd'hui. Depuis ce jour, je ne cesse de me demander si le fait d'avoir fait une fellation à cet homme tout en refusant de me déshabiller pour ma part complètement devant lui signifie que j'ai abusé de lui. Je n'arrête pas de me demander si j'ai fait quelque chose de mal et ça me fait énormément culpabiliser. J'y pense tous les jours dès le réveil et plusieurs questions et aspects se mélangent dans ma tête. Je me dis qu'au départ, la raison pour laquelle je lui ai fait une fellation est qu'il voulait aller plus loin que moi et que c'était en quelque sorte ma "porte de sortie", puis je me dit qu'il s'attendait en fait peut-être (légitimement selon lui) à pouvoir me déshabiller à son tour en voyant que je lui faisais une fellation, je me dis alors qu'il s'est peut-être senti abusé ou "arnaqué" (bien sûr faire l'amour n'est pas un donnant-donnant, mais j'exprime ça ainsi pour faire comprendre le fond de ma pensée). Je me sens extrêmement mal et honteuse, et le fait que j'aie joui habillée contré lui quelques heures plus tard ne fait que renforcer pour moi l'idée que j'ai "profité de la situation" (alors que ce n'est pas du tout comme ça que je l'ai vu à ce moment-là, ce n'était pas du tout mon intention). J'ai peur que son sentiment soit que je "l'ai bien eu" et qu'il ait pris ça comme un abus parce que moi je l'ai déshabillé et lui ai fait une fellation et lui non, alors que la raison pour laquelle je le faisais était lui, lui donner du plaisir parce qu'il voulait aller plus loin mais que je ne le voulais pas... Le fait qu'il a encore insisté pour me déshabiller et me donner du plaisir après ça me fait penser qu'il "voulait avoir droit à la même chose que moi" lui aussi. Je n'ai bien sûr à aucun moment fait quelque chose qui semblait ne pas lui plaire, mais ça n'empêche pas ma culpabilité aujourd'hui. Les heures qui ont suivi et le lendemain, tout allait bien, on a passé une bonne journée, toujours avec quelques amis, il a redormi à la maison la nuit suivante (c'était prévu aussi), il ne s'est là rien passé si ce n'est des bisous et câlins, on était très fatigués, et le lendemain matin il y avait beaucoup de douceur et il m'a même dit qu'il pourrait ne pas repartir tout de suite et rester dans ma ville pour moi. Je me dis qu'on ne dit pas ça si on s'est senti abusé par quelqu'un mais ensuite je me dis qu'on se rend parfois compte seulement après qu'on a été abusé et qu'il doit se dire ça aujourd'hui... Si ça se trouve il ne pense juste rien, je ne sais pas pourquoi je culpabilise autant par rapport à ça aujourd'hui, trois ans plus tard (alors que je n'avais jamais culpabilisé pour ça avant cette scène de film il y a 6 mois, culpabilisé d'être allée plus loin que ce je voulais oui, mais seulement les quelques jours qui ont suivi), mais je suis aujourd'hui perdue et remplie de désespoir parce que cette culpabilité est extrêmement difficile à supporter, elle est présente pendant toutes mes journées, il y a des semaines où ça va mieux mais elle revient toujours avec beaucoup de force, au point de culpabiliser lorsque j'entends des débats sur le féminisme ou le respect du consentement, alors que je n'ai jamais souhaité abuser de quelqu'un. J'ai l'impression d'exagérer, de créer et d'entretenir toujours plus de pensées culpabilisantes et négatives autour de ce moment d'il y a trois ans, mais je ne sais pas comment faire pour en sortir. Enfin, il y a aussi dans tous mes sentiments par rapport à ça une partie que je n'arrive pas à expliquer, je me sens énormément honteuse, j'ai énormément de culpabilité par rapport à moi dans ce moment, par rapport à mon image de moi-même, je me dis "si seulement je n'avais jamais fait ça".

Trouvez-vous que j'ai abusé de cet homme ? Trouvez-vous mon comportement honteux ou irrespectueux ? Que faire pour sortir de ce cercle sans fin ?

Parfois j'aimerais parler de tout ça à cet homme, mais je me dis que quelques années après, il me prendrait pour une folle. On s'est recroisés quelques fois depuis. La première fois, il me faisait comprendre qu'il voulait être avec moi, je l'ai refroidi car il avait une copine à ce moment-là, puis on s'est recroisés plusieurs fois, dont une où j'étais moi-même en couple, donc on n'a plus jamais eu cette relation assez proche pour se reparler de ça. Aujourd'hui, je suis célibataire et lui aussi, j'aimerais lui en reparler mais cela serait peut-être très bizarre pour lui et je ne saurais même pas quoi lui dire ni comment...

Mes excuses pour ce long message, et merci infiniment pour votre aide.

Meilleurs vœux,

M.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 1 JANV. 2022

Bonjour M,

Ce que vous souhaitez c’est avant tout d’atténuer votre culpabilité, deux choses :
- vous avez sciemment tous les deux décidés d’entrer dans votre chambre,
- vous avez également décidés de vous coucher dans le même lit.

Donc vous étiez tous les deux consentants et d’ailleurs vous êtes allés assez loin. Ne vous inquiétez pas, non il n’est pas traumatisé par vos initiatives à son égard.

Vous êtes simplement gênée parce que vous l’avez déjà repoussé plusieurs fois mais qu’aujourd’hui vous êtes prête à tenter le coup avec lui. Mais allez y puisque vous en avez envie. Laissez tomber les barrières que vous avez érigé.

Excellente continuation et meilleurs vœux

Marjorie Lugari Psychanalyste Sexothérapeute Visio sur Doctolib

Anonyme-377370 Psy sur Aix-en-Provence

5591 réponses

10894 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 JANV. 2022

Bonjour M,
je lis votre témoignage et vous en remercie .
La gestion du Desir n’est pas chose aisée chez vous.
Une femme a le droit de séduire, de désirer ou repousser un homme.
Dans votre expérience, vous aviez du désir pour cet homme mais la pensée pour un autre homme a « essayé de l’emporter » , ce qui a eut pour conséquence cette culpabilité.
Si vous relisez votre témoignage, vous constatez ce désir que vous réfrénez coûte que coûte puisque au petit matin , c’est vous ( votre désir) qui allez
entreprendre cet homme qui semble être tomber sous votre charme très vite .
Exprimez vos désirs et assumez les est le maître mot pour une sexualité épanouissante…
Prenez soin de vous
Cordialement
Berrine Janssoone

Berrine Janssoone Psy sur Aix-en-Provence

102 réponses

558 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

1 JANV. 2022

Bonjour almond.angie, vous vous accrochez trop au jugement des autres et à votre jugement, qui est le reflet de vos pensées et de votre conditionnement de votre passé. La vie est une expérience. Il se trouve que lorsqu'on se réalise, aucune personne ne peut comprendre notre cheminement de pensée, nos interprétations de notre réalité.
Votre vie extérieure est le reflet de votre vie intérieure. Si vous avez de nombreuses peurs, il est évidemment vous allez culpabiliser pour de nombreuses choses qui vont vous arriver dans votre vie.
À mon humble avis, je vous invite à vous libérer de vos blessures invisibles ainsi que de certains conditionnements afin de vous épanouir. Il s'agit de faire une mise à jour sur vos croyances, vos blessures émotionnelles et vos interprétations de la réalité.
Vous pourrez apprécier au plus profond de vous-même l'ensemble de ses libérations.
Cordialement, Jonathan Desjours
Coach et Thérapeute de l'inconscient.

Jonathan Desjours Psy sur Bordeaux

753 réponses

552 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

1 JANV. 2022

Bonjour
Cette culpabilité ne vous lâche pas, et il semble que vous avez besoin de vous punir, mais peut-être pour quelque chose dont vous n'êtes pas coupable et qui remonterait à bien avant. Vous a-t-on obligée à garder un secret lorsque vous étiez enfant?
Parce que, ce que vous avez vécu avec ce garçon était une expérience, avec tous les tâtonnements qui en font partie, donc rien de négatif ou horrible.
Bonne journée
Inès AVOT

Inès Avot Psy sur Ouve-Wirquin

6340 réponses

3475 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

1 JANV. 2022

Bonjour M,

Je crois que vous confondez deux choses qui sont le consentement d’une part et le « donner/recevoir » de l’autre.
Non, vous n’avez pas abusé de cet homme dans le sens où il était plus que volontaire durant cette soirée, c’est même vous qui avez dû le stopper avec vigueur pour qu’il n’aille pas plus loin. Il était donc volontaire, consentant et en demande.

Ensuite, vous dites que vous imaginez avoir abusé de lui en jouissant sans lui donner ce plaisir en retour. Cependant, rappelez-vous que vous l’avez pris en bouche pour son plus grand plaisir. Même s’il n’a pas eu d’orgasme à ce moment-là, cela a dû être un moment très plaisant pour lui. Certes, de votre côté, ce geste était plutôt un geste de fuite en tentant ainsi d’écourter la soirée, mais ce ne fut certainement pas le cas pour lui.
N’avez-vous jamais eu de partenaire qui lors d’un rapport vous a laissé sur le carreau alors que lui avait pris son plaisir ? Cela arrive. Il est préférable que ce soit rare, mais cela arrive plus qu’on ne le croit.

De plus vous souhaitez le contacter de nouveau, et bien, essayez, vous verrez ainsi comment il vous reçoit. Il est très probable qu'il vous répondra très positivement.

Il me semble donc totalement inutile de culpabiliser ainsi. Toutefois, il peut vous être utile d’échanger avec un professionnel si vous n’arrivez pas à évacuer cette culpabilité. N’hésitez donc pas à me contacter.

Je reste à votre disposition et à votre écoute,

Christophe
Thérapeute de couple - Sexothérapeute
Rendez-vous en ligne uniquement pour plus d’intimité par téléphone, visioconférence ou mail à votre convenance.

Christophe Nieaux Psy sur Melun

3525 réponses

3599 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Violence faite aux femmes

Voir plus de psy spécialisés en Violence faite aux femmes

Autres questions sur Violence faite aux femmes

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13450 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13450

questions

réponses 137050

réponses