Angoisses à propos de l'avenir

Réalisée par Aurélie · 22 mai 2018 Anxiété

Bonjour,

Je m’appelle Aurélie et je suis une étudiante de 22 ans. Je serai diplômée d’ici quelques mois d’un master en communication après un parcours “sans faute”. Et qui dit fin des études dit entrée dans le monde du travail et des adultes. Je pense qu’il est normal que le changement puisse inquiéter, mais dans mon cas, cela me provoque des insomnies et m’angoisse énormément en arrière-plan. J’ai beau tenter de me détendre, voir des amis, … j’ai toujours cette peur dans un coin de ma tête qui ne me quitte pas depuis quelques semaines. Elle me renvoie également à plusieurs problèmes (célibat, conflits familiaux…) que je vais expliquer après.

Elle se manifeste donc à plusieurs niveaux.
1) J’ai cette crainte de ne pas trouver d’emploi fixe après ces dures années de labeur. La situation actuelle dans le monde du travail est loin d’être rose, même pour des personnes possédant des diplômes d’études supérieures comme dans mon cas. Les exigences des employeurs sont élevées et pas toujours cohérentes (par exemple, demander à un jeune sortant de l’école d’avoir une expérience de travail ainsi qu’un véhicule personnel sans avoir jamais lui avoir donné l’opportunité d’être payé en tant que salarié). De plus, trouver des CDD est chose aisée mais les CDI restent une denrée rare (des amis sortis de l’école avant moi se retrouvent souvent dans cette situation que je trouve précaire)

2) Je ressens une envie de pouvoir trouver un logement et marquer mon indépendance. Mes parents sont très protecteurs, surtout ma maman, et j’aimerais pouvoir couper le cordon et de quitter le nid familial qui commence à m’oppresser. De plus, j’entre de plus en plus conflit avec ma mère qui m’infantilise et la situation à la maison est de plus en plus désagréable. J’aimerais aussi montrer que je suis capable de me débrouiller seule : mes parents disent être prêts à m’aider financièrement sur certains aspects mais je n’ai plus envie de dépendre d’eux sauf en cas d’extrême nécessité. Au fond de moi, j’ai aussi envie de casser cette image de “fille à papa et maman” qui m’ont d’ailleurs toujours tout payé, je n’ai jamais eu à manquer de rien. Le souci est que je regarde le prix des logements et je sais que le salaire dans mon secteur de travail (je suis dans le domaine de la communication et des bibliothèques) me compliquera la tâche pour payer un studio correct avant quelques temps

3) Cette deuxième situation me renvoie indirectement à mon célibat qui me fait énormément souffrir. Je vois que les couples ont plus facile de se payer un logement en divisant le prix par deux, et je me dis que ce serait une aubaine. Seul hic : je ne suis pas prête d'emménager avec quelqu’un ou de trouver un compagnon. Je n’ai jamais été embrassée, jamais couché, et je n’ai jamais eu de copain. Je me fais draguer ou remarquer dans la rue une fois par an au maximum. J’essaie de faire attention à mon image, à soigner la manière dont je m’habille et me maquille, etc. Mais rien à faire… Je sais que le problème au fond reste psychologique. En effet, je ne m’aime pas : je travaille là-dessus, mais cette montagne me semble impossible à franchir. Les années passent tellement vite que j’ai l’impression que demain je vais me réveiller à 40/50 ans, sans enfants, sans compagnon, avec tous mes amis partis faire leur vie de leur côté, et que je vais finir seule avec mes angoisses pour seules compagnes

J’ajouterais que j’ai consacré énormément de temps à mes études, j’ai quelques amis proches mais mon temps était rythmé autour des cours et des remises de travaux. Je ne suis jamais parvenue à insérer une place pour une activité sportive ou extrascolaire tellement j’y ai consacré du temps et de l’énergie. J’en ai presque oublié quels sont mes véritables hobbys, ce qui me fait vibrer. J’ai l’impression que ma vie n’a aucun sens et aucun intérêt. Plus jeune je voulais devenir écrivain mais je ne parviens pas à trouver un rythme qui me permettre de faire quelque chose de cette passion et de ce don. J’aimerais visiter énormément d’endroits, de lieux, faire des activités mais je n’ai personne avec qui partager cela : mes amis n’ont pas les moyens financiers et seule je n’en n’ai pas du tout envie. Je ressens cette envie et ce besoin de partager ces choses avec quelqu’un, ce qui me renvoie aussi au célibat.

J’ai conscience que j’ai tendance à me projeter énormément et à vouloir tout contrôler. Surtout qu’en l’état actuel des choses, je n’ai pas véritablement de prise sur tout ça vu que je serai diplômée au mois de septembre. J’ai une fâcheuse tendance à tout vouloir anticiper, surtout le pire, pour ne pas me retrouver face à un mur si la situation venait à être vraiment mauvaise. Je sais que ma situation n’est pas mauvaise (dans le sens où je ne risque pas de me retrouver à la rue si je ne trouve pas un CDI dans l’année) et que dans quelques mois ce sera passé. Néanmoins, actuellement, je sens que j’angoisse et que ça a un impact sur mon sommeil et mon bien-être. Cette situation me rappelle aussi que ma dépression avait débuté de la même manière il y a près de deux ans. C'est pourquoi j’ai énormément peur que ça recommence sachant que j’ai déjà eu quelques brefs moments de rechute au cours de l’année qui vient de s’écouler.
Sachez également que je suis suivie par une psychothérapeute (ma dépression était le point de départ de ma consultation) mais qu’actuellement, j’ignore quand je vais pouvoir programmer une séance. Je ressens ce besoin d’en parler et aussi d’avoir un avis extérieur aussi. Car dans mon entourage, personne ne semble me comprendre, on me dit que je “verrai en temps voulu”, “que je m’inquiète pour rien”. J’ai aussi peur de transmettre indirectement ces angoisses à mes amis qui sont encore aux études et de les décourager avec mon pessimisme réaliste. C’est pourquoi je me suis tournée vers vous. Le plus important pour moi est principalement de trouver un moyen pour avoir un sommeil plus serein.

Je vous remercie de m’avoir lue et j’espère ne pas m’être trop éparpillée.
Aurélie.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 22 MAI 2018

Bonjour Aurélie,

Vous parlez d'insomnie et de problèmes de sommeil, comme étant le symptôme de votre angoisse actuelle. Vous devez ainsi certainement beaucoup réfléchir le soir, à toutes les situations possibles de votre avenir, et anticiper tous les scénarii. Cette ouverture vers tous les possibles est de fait particulièrement angoissante.

Je retiens aussi que vous exprimez ne pas pouvoir être entendue, ni par votre famille d'un côté, ni par vos amis de l'autre, de peur de leur “transmettre votre angoisse”. Ni actuellement par votre psy?.
Il semble ainsi que votre angoisse alimente une certaine solitude, laissant place, malgré vous à une apparence de rapports à l'autre. Ce qui peut être à l'origine de ces impasses que vous avez, lorsque vous souhaitez rompre votre célibat. Puisqu'il semble que votre angoisse ait un effet bulle de protection. Comme si cette angoisse que vous avez, finalement avait un certain trait bénéfique de vous protéger de l'entrée en relation avec les autres. Et ainsi de vous protéger de quelque chose qui risquerait peut-être de sortir et de tout chambouler ? Peut-être une passion (écriture, amour, etc.) qui risquerait de vous emporter peut-être trop loin selon vous ? Trop loin de quoi ?
Vous parlez de “pessimisme réaliste”, c'est peut-être vrai, mais ce qui est important c'est qu'il semble que vous ne puissiez vous autoriser à rechercher ce plaisir de jouir de votre futur diplôme.
Comme après le bac, il y a une pause qui peut se faire, prendre de grandes et belles vacances par exemple, avant d'entamer un autre cycle de vie ou d'études. Mais il semblerait que vous ne pouviez pas vous accorder ce temps. Pourquoi ? Le temps psychothérapeutique auquel vous aviez droit, en écho, paraît aussi compliqué à reprendre (pour quelle raison pratique ?).
Et dans le même temps ce post en est l'exemple, il y a en vous un désir de pouvoir écouter vos envies. Pour cela je vous conseillerais de reprendre votre thérapie, pour vous aider sur ce chemin, et si vous souhaitiez rechercher un autre thérapeute, de terminer votre thérapie en cours avant.

Bonne continuation,
Restant à votre disposition pour d'autres réflexions,
Charles Suaudeau-Séroude
Psychothérapeute agréé
Thérapies brèves et analytiques

Charles Suaudeau-Séroude Psy sur Paris

122 réponses

812 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

24 MAI 2018

Bonjour Aurélie,

J'ai lu votre long message très détaillé et très intéressant. Vous dites, pour finir : "Le plus important pour moi est principalement de trouver un moyen pour avoir un sommeil plus serein. "

C'est effectivement important, d'autant que vous allez terminer vos études, que c'est votre objectif immédiat et qu'il vous tient très à cœur. Vous avez une étape à franchir dans les mois qui viennent : passer votre diplôme afin de pouvoir entrer dans la vie active le moins difficilement possible. Et être ainsi autonome.

La seule chose que je puisse vous conseiller **actuellement**, c'est que contre vents et marées, vous arriviez à caler une séance par semaine chez votre psy. Et maintenir ce rythme jusqu'au passage de votre diplôme (ou à peu près). Ca va vous aider à mieux dormir en apaisant vos angoisses.

Oui, ce que je vous propose n'est pas de vous lancer dans un grand "chantier thérapeutique" mais de parer au plus urgent : c'est de l'immédiateté et ça a son importance à certains moments "clé" de la vie.

Pour tout le reste (et il y en a et vous en parlez très justement) vous avez le temps et vous œuvrerez au moment opportun. Il n'y a aucune raison que vous n'arriviez pas à vivre selon votre désir si vous vous donnez les moyens et le temps d'y parvenir. Et vous semblez très motivée.

Mais dans l'immédiat, il faut que vous retrouviez le sommeil donc il faut faire céder au mieux votre inquiétude.

Restez confiante et reprenez rdv chez votre psy.

Bien cordialement
Frédérique Le Ridant
Psychanalyste, thérapeute

Anonyme-331608 Psy sur Saint-Michel-de-Chabrillanoux

170 réponses

969 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

23 MAI 2018

Bonjour Aurélie,
Voler de ses propres ailes, sortir du nid, être aimée par d'autres que ses parents...Oui, il y a de l'angoisse en tout cela. Il y a aussi du désir, de la vie à accueillir, à réaliser.
La psychothérapie que vous avez commencé vous aide-t-elle à déployer ses ailes?
Pourquoi pas une colocation avec une autre personne?
Un CDD, un CDI? A l'avance, vous ne le savez pas. C'est un pas , une rampe de lancement.
Oui notre société fait porter bien des choses sur l'individu. Vous avez un parcours sans faute. Et même s'il avait des fautes, cela ne serait peut-être pas grave.
Sans vous connaitre, j'aimerais vous encourager à faire ses pas, même s'il ne sont pas "idéaux" mais vous rapprochent de ce que vous voulez.
La dépression que vous avez traversée et la peur d'y retomber interroge sur le fond. Qu'est-ce que cette dépression a voulu vous dire? Avez-vous entendu? La dépression est souvent vue comme quelque chose de négatif. Et il est vrai que c'est une véritable souffrance qui peut nous faire toucher le fond et au delà. Elle peut être aussi l'occasion d'écouter au fond de soi, des désirs, parfois transformés en peurs, des attentes, parfois transformées en angoisses...
Puisque vous êtes accompagnée à ce jour, cela vous permettra, je l'espère, de faire ces pas.
Je reste à votre disposition si besoin.

Cordialement

Jean-Luc Kerdraon Psy sur Cormelles-le-Royal

488 réponses

869 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

23 MAI 2018

Bonjour Aurélie,

Vous ressentez l'angoisse de l'adulte en devenir qui doit et veut quitte rle cocon familial, a une vision assez claire et réaliste sur les réalités du monde du travail ( même si il serait bon de voir aussi que des tas de jeunes diplômes trouvent un travail! Attention à la pensée radicale qui vous fait voir ce que vos angoisses redoutent). Vous êtes en travail sur vous, tous les ingrédients sont là pour que vous puissiez passer le cap. Mais voilà, l'angoisse est là. Comme je l'écrivais à quelqu'un d'autre, de mon expérience, l'angoisse est très très souvent liée à des émotions non exprimées. Il y a peut être des émotions, récentes et anciennes, qui vous habitent et ne trouvent d'autre exutoire que l'angoisse pour se manifester. Il serait bon Aurélie que vous puissiez parler à votre psy, soyez reçue avec bienveillance et confiance en la personne solide que vous êtes. Car vous avez de la force, et la force de mener votre vie d'adulte. Avoir de la force ne veut pas dire ne jamais flancher, ne pas avoir peur, non, avoir de la force c'est déjà être là où vous en êtes: sensible, intelligente, compétente, sérieuse, et debout malgré un cocon familial trop protecteur. Si vos parents n'ont pas fait totalement confiance à votre capacité d'être indépendante, vous devrez le faire t pour cela un accompagnement adéquat est nécessaire.

Anonyme-285560 Psy sur Châtellerault

108 réponses

171 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 MAI 2018

Bonjour Aurélie,

Vous faites bien d'écrire sur le site et votre message donne un "portrait" assez complet de vous-même et de votre vie actuelle.

Sans faire trop long, tout à la fait vous mentionnez le fait que vous êtes suivie par une psychothérapeute mais vous écrivez aussi que vous ne savez pas quand vous pourrez programmer une séance. Pourquoi, pour quelle raison? Il me parait urgent que vous repreniez contact pour cette séance et tout aussi urgent que vous suiviez votre psychothérapie de manière très régulière car le rythme et la régularité sont vraiment indispensables à ce travail pour qu'il puisse être effectif et désamorcer votre anxiété.

Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Fabienne Verstraeten Psy sur Marseille

966 réponses

3844 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Anxiété

Voir plus de psy spécialisés en Anxiété

Autres questions sur Anxiété

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 15750 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 13500

psychologues

questions 15750

questions

réponses 97700

réponses