Attirance particulière

Réalisée par Manujack · 6 mars 2018 Thérapie brève

Eh bien voilà mon histoire peu banale. Depuis que je suis petit, vers 8 ans je pense, je suis attiré par les couches culottes et les vêtements en laine. Je me souviens avoir adoré regarder les autres enfants porter des couches, puis un jour j’ai vu sur le catalogue La Redoute des couches culottes pour adulte et là, cela m’a fait envie d’essayer… Du coup j’avais beaucoup de bonheur à regarder ces pages de catalogue. Au fil du temps, je me suis renseigné et avec internet en plus, j’ai découvert tout un monde qui m’attirait.

Chez mes parents vers 12-13 ans, j’ai parfois piqué des couches pour les enfants que gardait ma mère, je les enfilais en cachette. Puis j’ai aussi essayé les collants en laine de ma mère, etc. Je me sentais comme dans un cocon, super bien, très confortable et excitant…

Installé seul dans mon appartement, j’ai pu acheter des couches en supermarché et passer des soirées ainsi langé. J’allais également dans les friperies le samedi matin pour y dénicher collants ou pantalons en laine. Il m’arrivait souvent de passer des soirées et journées chez moi ainsi vêtu. C’était mon hobby préféré.

Mon rêve était de pouvoir être habillé en laine (pas forcément en couche, quoique…) dans la vie… Mais ce n’est pas possible, trop honteux. J’en aurais honte en fait. Donc je faisais ça en cachette, en secret de tout le monde, sauf peut-être de mes voisins qui ont pu m’apercevoir sur le balcon…

J’étais bien dans cet état, si bien que je n’avais même pas de petite amie et lorsque j’en avais, j’écourtais la relation car j’avais un besoin de retour aux couches et à la laine, et je ne voulais pas que ma petite amie l’apprenne et si nous devions vivre ensemble, j’aurais dû tout arrêter… Et ça, je ne pouvais pas.

J‘ai donc eu ma première relation sexuelle à 27 ans. J’ai rencontré ma femme à 32 ans, nous nous sommes mariés à 35 ans. Je lui ai annoncé au début mon attrait pour les couches, elle est infirmière, un jour je lui ai même demandé de m’en ramener de l’hôpital, ce qu’elle a fait. Je lui ai même montré mes habits en laine. Cela ne l’a pas dérangée.

Puis un jour, je lui ai demandé si pouvais me mettre en couche, elle a dit oui mais je voyais bien qu’elle était distante ensuite, comme mal à l’aise, ce que je comprends. Je n’ai jamais recommencé devant elle.

Quand elle est venue habiter chez moi, j’étais content mais je souffrais de devoir arrêter mes habitudes de bien-être quotidien. Bref, je me devais d’avoir une vie normale…

Au fil du temps, ma frustration a grandi, je n’étais pas bien, je n’arrivais pas à me rapprocher de ma femme car elle n’aimait pas que je sois en laine, elle m’y autorisait mais j’en avais besoin tous les jours. Du coup, elle a perdu son désir pour moi, et moi pour elle…Cercle vicieux.

J’ai continué à m’habiller en laine le soir de temps en temps (pas de couches) pendant ces années. Puis en mars 2014, elle m’a dit vouloir partir. Elle est partie en juillet 2014. Entre temps, j’ai appris qu’elle m’avait trompé pendant un an et demi…

J’ai repris mes bonnes vieilles habitudes. Tous les soirs, couches et laine, même les jours de congés: un grand et pur bonheur! Puis, au bout de quelques mois, ma femme m’a fait comprendre qu’elle voulait revenir, me disait que j’étais comme ça mais que j’étais l’homme de sa vie, qu’elle ne pouvait vivre sans moi.

Elle est donc revenue en juillet 2015, j’ai cru qu’elle m’accepterait comme ça et que je pourrais être moi-même, j’imaginais même à quel point cela m’aiderait à me rapprocher d’elle. J'étais tellement reconnaissant, mon amour pour elle serait grandissant.

Au lieu de ça, rien. Au contraire, elle ne veut plus en entendre parler…Nous avons suivi une thérapie de couple. On m’a montré du doigt, bien évidemment: en clair, il faut que j’arrête tout ça.

Je me suis trompé, j’ai cru au rêve, j’ai l’impression d’avoir été berné. Aujourd’hui, je n’arrive plus à parler avec elle, je suis frustré, aigri, irritable, je souffre au point de vouloir mettre fin à mes jours. Je ne peux plus me rapprocher d’elle, nous n’avons eu qu’un seul rapport sexuel depuis qu’elle est revenue (bientôt 3 ans)…

Je ne sais plus quoi faire, je sens qu’il faudrait que j’arrête tout mais je n’y arrive pas, j’y pense tout le temps: consultation de sites internet, je me mets en couche et en laine dès que je suis seul, je cherche sans arrêt des moments seuls…

Cela devient de plus en plus une obsession. Il faudrait que j’enlève tout ça de ma tête car c’est ce que tout le monde veut mais moi, j’adore ça (ce n’est ni de l'alcool ni de la drogue, non?). Est-il possible d’enlever ça? Et comment? Et cela va-t-il me manquer? Du coup il m’arrive de boire parfois pour sentir l’ivresse et depuis 1 an environ, j’ai des douleurs chroniques à plusieurs endroits.

SVP aidez-moi. Je suis perdu, très malheureux; je n’arrive pas à en parler. Que dois-je faire? Merci beaucoup.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 7 MARS 2018

Bonjour,
votre situation est touchante, j'imagine toutes les émotions par les quelles vous passez. du plaisir à la honte, peut être la colère et la déception.
dans ce genre de situation je conseillerais l’hypnose ericksonnienne qui peut éliminer ce genre d'inconfort
bien à vous
Josie Laure Rubinstein

Josie Laure Rubinstein Psy sur Saint-Maur-des-Fossés

215 réponses

828 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 MARS 2018

Bonjour,
Je reste confiante pour vous et votre couple mais
je vous conseille vivement de faire une thérapie profonde
et analytique.

Cordialement
Florence Anezo
Psychanalyste

Florence Anezo Psy sur Plélan-le-Petit

664 réponses

349 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 MARS 2018

Bonjour Manujack,
Votre récit me touche. Vous mettre en couches et en laine vous fait beaucoup de bien, mais vous ne pouvez aujourd’hui vivre cela que seul. Cela vous rend aigri de ne pouvoir le partager avec votre femme, qui est pourtant revenue vers vous.
Il me semble qu’il vous serait bénéfique d’en parler à un professionnel de l’écoute. Cela vous permettrait, comme ici, mais de manière plus approfondie, de mettre des mots, de partager ce qui est lourd à porter seul. Ainsi je suis confiant que vous trouverez une manière de vivre votre vie, telle qu’elle vous plait.
Bien à vous,
Sébastien,
Accompagnant centré sur la personne.

Sébastien Irola Psy sur Le Peyrat

217 réponses

354 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MARS 2018

Bonjour Manujack,
Vous en avez ici très bien parlé, vous l'avez écrit même... C'est, je l'espère, un premier pas pour vous, vers une parole qui peut se libérer.
Questionner le manque à l'idée d'arrêter cette pratique qui vous accompagne et vous rassure depuis si longtemps me semble une première étape. Nous sommes tous des être manquant, et c'est bien de cela qu'il s'agit : accepter le manque. Mais ce travail ne pourra se faire qu'accompagné par un thérapeute. Avec son aide, vous reviendrez sur ce que laine et couche évoquent pour vous, à quoi ces objets et ces mots vous renvoient, et vous entrerez ainsi, au fil des séances, dans votre récit. Votre maman gardait des enfants, déjà lorsque vous étiez enfant ? Votre femme est infirmière, on retrouve de nouveau cette idée du soin ; de la mère avec son fils. Les pistes de travail que vous présentez dans votre écrit sont nombreuses déjà. Et elles vous concernent vous.
La thérapie de couple ne me paraît pas le plus approprié pour votre cas, je vous invite à vous tourner vers une analyse qui vous fournira les clés pour vous aider à avancer dans votre vie. Elle sera aussi un cadre pour vous permettre de ne pas glisser vers des pratiques addictives qui seraient plus dangereuses pour votre santé. A la problématique que vous soulevez, il y a des solutions, mais elles supposent que vous alliez en parler. Il semble que ce soit le moment...

Je vous souhaite ce courage.
Virginie Morin Riccio - Psychanalyse

Virginie Morin Riccio Psy sur Champigny-sur-Marne

48 réponses

76 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Thérapie brève

Voir plus de psy spécialisés en Thérapie brève

Autres questions sur Thérapie brève

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13450 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13450

questions

réponses 137000

réponses