Auto-mutilation comment m'en sortir ?

Réalisée par inès hachi · 30 sept. 2016 Psychothérapie

Bonjour,

alors voila ça fait à peut prêt 1 ans que je me mutile et ça devient un peu comme une drogue. J'ai du mal à m’en passer maintenant. J’aimerai savoir comment faire pour arrêter ou alors diminuer de me mutiler. Merci par avance à ceux et celles qui me donneront des conseils.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 30 SEPT. 2016

Bonjour Inès,


Pour ce sortir de cette habitude qui devient comme une addiction, il est vraiment nécessaire d'être accompagnée par un professionnel.
Il n'existe pas de truc qui vous permette de vous améliorer seule car ce symptôme est le signe d'une douleur plus profonde et c'est elle qu'il faut soigner durablement.

Vous pouvez demander à votre médecin de vous envoyer vers le CMP de votre secteur; vous pouvez également entreprendre une psychothérapie avec un psychiatre ou un psychologue.

Cordialement,
Véronique de Lagausie
Psychologue clinicienne
Art-thérapeute

Anonyme-236321 Psy sur Toulouse

379 réponses

964 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 OCT. 2016

Bonjour Inès,

Il faut savoir que le corps peut parfois devenir dépendant à l’adrénaline pour palier à un manque. Parfois même la douleur physique fait moins mal que la souffrance émotionnelle.

Je ne peux pas te faire une séance via cette réponse mais je peux te proposer une ligne de vie :

Premièrement : une question importante
Que veux-tu vivre à la place de la mutilation ? (avec précision, ça sera où ? ça sera quand ? Ca dépend de qui ? Ca fait quelle émotion ? Ca va te permettre de réaliser quoi ? En quoi ça va changer tous les autres aspects de ta vie ?). Construit-toi une image la plus claire possible.

Si tu as une image claire de ce que tu ne veux pas, tu pollues ton cerveau en lui donnant l’information d’aller vers ça. Alors que, si tu as une image claire de ce que tu as envie de vivre, tu nourris, tu motive ton cerveau à aller vers ce qui te fait plaisir.

Il est important de comprendre que le fait de répéter et de vivre toujours la même chose c’est-à-dire des habitudes fait que nous gardons la même façon de penser, que ces pensées sont le langage du cerveau que ces pensées génèrent la libération de produits chimiques qui modifient la chimie de notre corps et provoquent ainsi des émotions. Ces émotions sont le langage du corps.

Une bonne solution pour changer ce déséquilibre serait que tu vivres de nouvelles émotions plus intéressantes, pour cela il faut vivre de nouvelles expériences et travailler sur tes pensées et ta façon de t’exprimer.
C’est un travail minutieux de chaque instant qui permet d’être présent, de vivre l’instant présent. Dans cet état, plus rien d’autre ne compte, nous sommes nous sentons complets.

La façon de formuler ses phrases, ce qui capte mon attention (aspects positifs ou négatifs de ma vie ?), ce que je regarde, ce que j’écoute. Prendre le contrôle de tout cela.

Je te propose de choisir 5 expériences (simples) que tu n’as jamais osé vivre (ou dire) (par peur du regard des autres, par peur de ne pas être capable, par peur des émotions ou de l’échec). D=Ecris les phrases négatives / limitantes qui t’empêchais de te jeter à l’eau (« je ne suis pas capable » « que va-t-il penser ? » « et si… » « je risque de perdre xxx »…) et de les réécrire par ce que tu voudrais te dire à la place. Des phrases sans négation ni vide car le cerveau ne comprend pas de premier abord la négation et rempli les vides exemple :

Il faut que je sente moins de douleur --> J’ai envie de ressentir plus de décontraction/amour/fluidité…
Je ne suis pas capable --> J’ai envie de le faire
Je vais perdre sa confiance --> Je vais me réaliser
J’ai peur --> J’ai envie d’être sûre de moi
Que va-t-il penser de moi ? --> Le seul regard important c’est le mien OU tout ce qui compte c’est que je me sente bien/en confiance/que je respecte mes envie….

Ces phrases, une fois réécrites, tu pourras te les répéter un nombre de fois conséquent (9,10,14 fois ?) à chaque fois que tu as une pensée limitante qui te vient à l’esprit. Ca va vite devenir un réflexe.

Garde en mémoire que l’échec c’est quand on laisse tomber, sinon c’est une erreur et une erreur ça se rectifie, on apprend d’une erreur, ça nous rend meilleure si on rebondi. Se tromper de chemin ne veut pas dire qu’on attendra pas son but, ça veut juste dire que les chemins sont multiples.

Choisir un temps que tu te donnes (une date) pour effectuer toutes ces expériences et de te jeter à l’eau.

Car pour devenir une nouvelle personne il faut vivre de nouvelles expériences et penser autrement.

N'hésite pas à m'appeler si tu as besoin de précisions

Diane Scerri

Diane Scerri Psy sur Talmont-Saint-Hilaire

35 réponses

102 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

1 OCT. 2016

Bonjour Inès,

Vouloir arrêter est la première étape pour sortir de ce type de pratique, bravo pour cette décision.

Vous pouvez vous demander ce qui déclenche cette envie chez vous, à quel moment cela se manifeste le plus. Comprendre aide déjà certaines personnes à diminuer voire arrêter la pratique.

Ensuite si vous ressentez l’envie de vous mutiler, imaginez vous juste après la mutilation, une fois que les endorphines (substances sécrétées par le cerveau pour lutter contre la douleur) ont disparu de votre corps. Projetez vous dans ce sentiment qui vous donne aujourd’hui l’envie d’arrêter. Cette méthode s’avère utile à certains pour diminuer / arrêter la pratique, peut être également pour vous ?

Bien sûr, comme évoqué dans les autres réponses, autorisez-vous à vous faire accompagner par quelqu’un si vous en ressentez l’envie / le besoin.

Bon courage dans votre parcours,

Cedric Lebigre

Cedric LEBIGRE Psy sur Meudon

9 réponses

44 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

1 OCT. 2016

Bonjour,
Je vous conseil de vous rapprocher d'un psychiatre ou d'un psychologue qui sera à même de vous aider?
Cordialement

Jean-Yves Flament Psy sur Toulouse

146 réponses

644 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

30 SEPT. 2016

Bonjour Inès,
Le symptôme d'automutilation que vous décrivez témoigne chez vous d'une grande souffrance psychique. Il peut se retrouver dans différents troubles ou difficultés psychologiques. Tout d'abord, il faut d'abord évaluer votre problématique et trouble d'une façon globale avant de" s'attaquer" à votre problème d'automutilation qui n'est que la partie visible de vos angoisses.
Ensuite, dans votre cas, une psychothérapie encadrée par un professionnel spécialisé en santé mentale (Psychologue clinicien et/ou Psychiatre) est indispensable pour vous permettre d'aller mieux.

Restant à votre disposition pour avis, consultation et thérapie

S.Garnero, DR Psychologie clinique, Psychologue, Thérapeute,
consultant en ligne expert Esanté (Psychologika...)

GARNERO Sebastien Psy sur Paris

164 réponses

720 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

30 SEPT. 2016

Bonjour,
L'auto-mutilation est un rituel grave qui reflète un état d'angoisse important chez l'individu.

La scarification est considérée comme un TOC (et non une addiction...)

Il est urgent pour vous d'entamer une thérapie pour vous aider.

Suivant votre âge et vos moyens, soit vous consultez en CMP soit en cabinet libéral.

L'hypnothérapie pourrait grandement vous aider.
J'ai déjà aidé une jeune fille dans le même cas que vous.

Restant à votre disposition.

Nathalie Follmann Psy sur Clichy

5394 réponses

31820 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Psychothérapie

Voir plus de psy spécialisés en Psychothérapie

Autres questions sur Psychothérapie

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13450 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13450

questions

réponses 137000

réponses