Blocage, comment trouver la bonne issue ?

Réalisée par Étonnée le 20 juin 2018 Thérapie brève

Bonjour ,
Il y a quelques mois j'avais écrit sur ce site expliquant que j'avais découvert que mon père n'était pas mon père biologique (par lettre anonyme) puis avait suivi la confrontation avec mes parents qui avait dut avouer la vérité (la relation de ma mère avec un homme marié puis la rencontre avec mon père alors que j'avais 15 mois ).

J'ai cru que j'allais pouvoir continuer ma vie avec eux comme si ca ne changé rien mais rapidement ma colère et ma déception vis a vis d'eux a était plus forte au point de ne plus arriver à leur parler à être très mal à l'aise en leur presence et j'ai donc coupé les ponts en janvier avec toute ma famille...

J'étais suivi par une psychologue depuis 6 mois avant cette découverte ( dépression post partum , épuisement physique et psychologique ) et j'ai donc poursuivis et même rapprocher mes consultation tellement ca était difficile , elle m'a était d'un grand soutien mais alors que je reprend franchement de l'énergie elle me fait bien comprendre qu'une rupture parental ne peut pas durer dans le temps ... j'attend un geste de mes parents qui ne vient pas ( excuse , compréhension ... ) mais au contraire il m'en veulent de ma rupture familiale et sont de plus en plus distant...

Ma psychologue m'a donc fait remarquer que j'attendais peut être quelque chose qui ne viendrait pas sans que je prenne les devant du coup la contrariété a cette idée me braque un peu contre elle , j'ai presque l'impression qu'elle prend leur partie et pour la première fois je me dis que je ferrais mieux d'arrêter cette psychothérapie !!!
Ils m'ont menti , trahit, sont en colère après moi et c'est moi qui devrait faire l'effort de revenir , de pardonner ... c'est pas un peu facil ???

J'aime beaucoup ma psychologue , elle a toujours était juste dans mon accompagnement mais la je ressent comme un bloquage , a chaque consultation ces propos et arguments sont juste mais même si je l'écoute et conçoit même qu'elle ai raison dans son approche , une partie de moi et comme "en mode défense " et se dit "cause toujours tu m'intéresse " , mon dernier combat à etait trop dur à le découverte du secret je ne suis pas sur d'avoir la force d'en entreprendre un autre ...

Comment sortir de ce dilemme ?

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonjour,
D'après votre histoire, ce que vous ressentez est tout à fait normal, et je dirais que l'annonce de ce père non biologique est d'autant plus dure que c'est pendant votre suivi de dépression post partum, qui n'est peut être pas du au hasard...

Il y a deux choses importantes, d'une part, votre grossesse, vous avez eu une fille ? qui réactive beaucoup de choses inconscientes au moment de l'accouchement et d'autre part la réaction que vous avez face à votre psy à ce jour.

Cette colère que vous ressentez envers votre psy et la même que vous ressentez contre votre mère qui vous a menti, trahi...

Bien sûr la psy amène une réflexion logique et rationnelle sur une hypothèse mais la douleur émotionnelle est trop grande pour l'entendre pour vous.

Dans ce cas il est approprié d'avoir une autre approche thérapeutique avec des techniques de gestion de l'émotion et de l'EDMR afin de retraiter cette annonce traumatisante même tardive.

Sinon vous allez vos épuiser à lutter contre vos émotions.

Restant à votre écoute,

Nathalie Follmann - Hypnothérapeute clinique à Clichy

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

2236 réponses

9698 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Stéphanie,

Chacun d'entre nous ("psys" qui vous ont répondu) vous aident, chacun à sa manière, à réfléchir et comprendre les difficultés que vous traversez en ce moment. Je rajoute quelques idées...

Il est évident que... ce n'est pas un hasard que le secret de vos origine vous soit dévoilé au moment de devenir mère.
Comme le fait d'avoir fait une dépression après l'accouchement : avez vous pensé que votre mère en a probablement fait une aussi... quand elle a compris que votre père biologique n'allait pas vous reconnaître et s'occuper de vous, sa fille ?!
Quelque chose d'un message transgénérationnel vous est parvenu de cette façon..., à travers la souffrance... : c'est un lien à votre mère..., un rappel inconscient qui était là pour vous faire découvrir la vérité de vos origines.

Quels sont vos émotions liées au père qui vous a abandonné ? avez vous pu connaître son histoire, savoir quelle a été la relation avec votre mère, quelle est votre famille "de sang" élargie par la découverte de vos origines ?

Que vous en vouliez à vos parents... c'est tout à fait compréhensible...
Que vous leur demandiez de vous demandez pardon d'avoir gardé pour eux ce secret si important... ça se comprend également.

Et c'est très triste que vos parents n'arrivent pas à comprendre le poids d'un tel secret sur votre vie, donc de comprendre votre réaction et votre besoin de réparation.

Et... certes, c'est vous qui leur enfant..., donc il serait plus logique qu'ils adoptent une position de "parents responsables".
Sauf que..., s'ils avaient gardé le secret ils l'ont fait parce qu'ils ont pensé bien faire pour vous tous, et donc ils ne se sentent probablement pas "coupables"... de vous avoir donné le plus de ce qu'ils ont été capables...

Il vous faut du temps pour "digérer" la violence du secret et de ses conséquences pour vous même : pour l'instant, vous êtes encore en plein la colère que tout ça vous a fait, et vous avez besoin de l'exprimer, encore et encore.
Dites ça à votre psy..., elle l'entendra.

Ensuite, vous allez probablement prendre le temps de comprendre ce que ça change pour vous, en vous : êtes vous une personne différente ? en quoi ?
Et vous allez ainsi pouvoir revoir votre enfance... et faire à vos parents les reproches habituels que l'on fait quand on fait une thérapie : ceux nés des blessures ressenties à travers certains des événements réels vécus ensemble.

Et... petit à petit... vous allez comprendre que vous n'avez aucune "prise" sur le passé... et que votre avenir est à construire, sur les racines réelles qui sont les votre, racines qui sont censées nourrir votre enfant aussi.
Si votre passé a été celui dont vos parents ont pu vous faire "cadeau"..., selon leurs histoires de vies à eux..., et qu'ils ont contribué aux "turbulences" que vous êtes en train de vivre douloureusement aujourd'hui..., vous êtes maintenant responsable de ce que vous donnez et léguer à votre enfant.

Prenez le temps pour intégrer tout ça... et pour comprendre que vous pouvez dire votre agacement à la psy qui veut aller plus vite que votre propre rythme intérieur...:).
Elle vous connaît, vous comprend, mais il faut parfois l'aider à vous aider...
Et tout ça vous aidera à grandir encore et encore... et à aller un jour "hurler" tous les reproches à vos parents...
Et ça serait à vous d'écrire la suite de votre histoire.

Je vous souhaite de gagner toute la patience et le courage que votre reconstruction psychique nécessite !
sp

Silvia PODANI Psy sur Issy-les-Moulineaux

1643 réponses

5070 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
Si je m′en tiens à vos propos, vous auriez perçu dans l'attitude de votre psychologue en gros ceci :

« bon allez, maintenant il faut faire la paix, ... et si vous ne faites pas le premier pas, on n′en sortira jamais..... »

Ce qui vous amènerait à penser : « ils m′ont trahie, aucune excuse.... je coupe les ponts... à eux de revenir et demander pardon. »

Sauf, que, votre psychologue aurait-elle perçu la double peine, la souffrance que vous vous infligez maintenant. A savoir, « je ne me reconnais pas dans cette famille... je n′y ai plus ma place.... je coupe les ponts. »

Ne serait ce donc pas cette double peine que votre psy cherche à vous éviter ?
Vous éviter de rajouter à la souffrance de la vérité révélée, la souffrance de s′exclure de la famille qui vous a entourée des années durant .

Vous pensez qu′elle prend leur partie ? Et si elle voulait plutôt éviter une fuite en avant qui pèse à tout le monde ?

Cordiales salutations.

Maurice Gaillard Psy sur Vincennes

1934 réponses

5660 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour

Je découvre votre situation et j’entends pleinement votre souffrance. La dépression post-partum contient les symptômes de profonde tristesse, d’épuisement, de sentiment de dévalorisation, de culpabilité, d’anxiété, de manque de plaisir. Votre psy vous accompagne à faire face à l’épreuve de réalité que vous vivez. Peut-être que le sentiment de culpabilité que vous vivez attends la confrontation avec la culpabilité de vos parents. Face à cela vous employer inconsciemment le mécanisme de défense du dénie, c’est-à-dire l’incapacité de vous confronter au principe de réalité qui reflète inconsciemment votre réalité de « ne pas vouloir accepter » que votre père ne soit pas votre père biologique et ce sentiment de trahison que vous portez.

Le dilemme que vous énoncez dévoile votre ambivalence, c’est à dire deux idées qui mûrissent inconsciemment et viennent se confronter l’une à l’autre en vous mettant en situation instable.

Je souhaite vous faire remarquer que le travail avec votre psy s’effectue dans de bonnes conditions puisque qu’aujourd’hui vous êtes dans le dilemme, une forme de conscientisation de l’opération de clivage, qui traduit que le travail du deuil psychique est en train de faire son chemin. Effectivement, comme il vous a été dit, le transfert opère vers votre psy qui de par sa capacité de bienveillance vous autorise ce transfert. Il serait salutaire de poursuivre avec votre psy afin de continuer le processus en toute conscience pour faire aboutir ce que nous appelons le deuil psychique, c’est-à-dire l’acceptation des faits dans le principe de réalité.

Alain Giraud
Psychothérapie Analytique

Alain GIRAUD Psy sur Avignon

236 réponses

519 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour
Je comprends votre état d'âme vis à vis de vos parents et du "secret" que vous avez découvert, vis à vis de votre psychologue qui essaye de vous amener vers la réconciliation avec vos parents... Oui le travail n'est pas facile et la decouverte du secret ainsi que la prise de conscience du "mensonge" dans lequel vous avez vécu pendant des années, ne sont pas simples à gérer! Le mieux, je pense, c'est de parler à votre therapeute comme vous nous en avez parlé ici, ainsi lui expliquer vos blocages et vos peurs! Je vous dis courage et n'hésitez pas à nous réécrire!
Bien à vous
Livia Clara-Vilnat
Dr en Sciences Humaine
Praticienne en psychologie et psychothérapie

Livia CLARA-VILNAT Psy sur Bourges

1110 réponses

4185 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Stéphanie,
A vos propos, je crains que malgré le professionnalisme de votre psychologue, cette thérapie ne corresponde pas au besoin que vous avez besoin d'aller au delà ...
Il me semble que la psychanalyse sera plus adaptée car ce mode de travail vous permet de trouver vous-même vos solutions en fonction de votre vécu et de vos aspirations.
Il y a - dans vos propos - un besoin d'évacuer une colère relative à ce secret de famille, une colère qui vous concerne directement et il est logique que vous en vouliez à ceux qui sont à l'origine de ce secret.
Ensuite, peut-on pardonner sur un mensonge sur ses origines, son identité ? Seule vous pourrez choisir de d'accéder à cette demande et à votre rythme.
Ne vous laissez pas guider votre conduite, tentez déjà de "digérer" cette information, de l'intégrer, car de ce côté là vous n'avez guère le choix que de composer avec cette épreuve.
Bon courage, à votre écoute.

Luc BURGENSIS Psy sur Vienne

440 réponses

601 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Stéphanie,
Effectivement ce que vous vivez et décrivez ici ressemble au transfert. Personnellement je n'utilise pas cela, mais ce que j'en comprends c'est que vous ressentez pour votre psy ce que vous ressentez vis-à-vis de vos parents, à peu de choses près. La différence, et l'intérêt de la séance de thérapie, est que vous pouvez exprimer ce que vous ressentez à votre psy, en étant assurée d'une écoute bienveillante. Cela vous permet d'une part d'exprimer ces sentiments douloureux et colériques pour vous, et d'autre part d'en faire l'expérience dans la relation thérapeutique. Cela peut servir de "coup d'essai" à votre expression ultérieure à vos parents, ou parfois le fait de l'exprimer sincèrement et profondément une fois ne nécessite pas que vous le reproduisiez avec les personnes concernées.
Je vous invite à exprimer tout cela à votre psy, qui saura l'accueillir et vous accompagner dans la résolution de cette colère qui est bien là.
Bien cordialement,
Sébastien,
Accompagnant centré sur la personne et la relation.

Sébastien Irola Psy sur Le Peyrat

182 réponses

262 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Stéphanie,

je me souviens bien de votre message...

Six mois plus tard vous avez fait le choix de ce travail avec une psychologue avec laquelle ce que nous appelons le "transfert" s'est installé: vous vous êtes sentie trahie par vos parents et vous avez coupé les ponts; et tout à coup vous avez l'impression que votre psy se trouve elle aussi sur l'autre rive, du côté de vos parents.

Mais c'est précisément ce transfert, sachez-le, qui va vous permettre d'avancer, dans la mesure où vous allez pouvoir analyser comme vous commencez de le faire ici, ce que vous éprouvez: colère, déception, refus "comme en mode défense". D'une certaine façon ce sont vos défenses qui tombent peu à peu tout en s'exprimant violemment.

Il est donc important de continuer ce travail et surtout de mettre au travail ce qui se passe en ce moment pour vous: cette résistance éprouvée, cette envie de rompre avec votre psy comme vous avez rompu avec vos parents. Et peu à peu quelque chose de différent pourra surgir... Un apaisement.

Mais ces passages sont bien douloureux, j'en conviens, parce qu'ils répètent justement la douleur que vous avez éprouvée dans la réalité et c'est pourquoi il y a cette forme de résistance et la tentation de rompre avec l'insupportable...

Votre thérapie va vous permettre de revisiter tout doucement ce qui fut insupportable pour vous, cette annonce, alors que vous êtes adulte déjà et devenue maman, par vos parents de votre histoire et du fait que celui qui est votre père n'est pas votre géniteur. Avez-vous d'ailleurs songé que vos parents ont peut-être éprouvé le besoin de vous dire votre histoire au moment où vous-même deveniez mère?

Je vous vous souhaite une bonne suite dans votre travail et dans votre vie surtout!
Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Fabienne Verstraeten Psy sur Marseille

967 réponses

3671 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Thérapie brève

Voir plus de psychologues spécialisés en Thérapie brève

Autres questions sur Thérapie brève

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 5450 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10200

psychologues

questions 5450

questions

réponses 28850

réponses