Bonjour j'hésite à pardonner à mon père pour les inceste que j'ai subi

Réalisée par Sandy · 2 déc. 2021 Aide psychologique

Bonjour j'ai subi des inceste de l'âge de 6 ans ça a durer 8ans du jour au lendemain ça c'est terminé car je lui ai dit que c'était pas bien. J ai tout révélé à mon conjoint le jour de mes 36ans et je suis passé par des état de grandes dépression avec prise d alccool je petais les plombs... J'ai rompu les liens avec mon père jusqu'à ce jour j'ai 49ans.. Ma mère m'as. Appris que son état physique était au plus bas il mange plus ne se lave plus bois de la bière et fumé deux paquets de cigarette. Je sais pas quoi faire si je dois pardonner avant qu'il meurt car pour moi c'est moi qui l'ai tuée à petit feu en révélant ces actes.. Je me sens coupable d'avoir détruit ma famille en disant ce secret je ne sais pas quoi faire avant qu'il ne décédé j'ai peur d'affronter son regard car pour lui j'ai été sa fille. Chérie sa confidente son ami sa maîtresse.. Je suis perdue et ça me perturbé beaucoup

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,
Vous n'avez pas à vous sentir coupable de ce que vous avez dénoncé, ni pour la santé actuelle de votre père.
Je vous conseille "vivement" de consulter un(e) thérapeute sachant travailler sur les traumatismes autre que la parole (voir mon profil)
J'utilise les outils permettant de traiter les traumas que vous évoquez. (c'est mon quotidien)...
Sans cela vous serez en proie à vos angoisses voir addiction...

Restant à votre écoute,
Hypnothérapeute clinique - Thérapie intégrative et holistique

Nathalie Follmann Psy sur Clichy

5394 réponses

31808 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 DÉC. 2021

Bonjour Madame,

Tout d’abord je vous félicite d’avoir eu le cran de dire à votre famille l’inceste subi de 6 ans à 14 ans ! Et bien sûr de l’avoir dit aussi à votre mari ! C’était essentiel de sortir du non-dit qui est un mensonge énorme qui cache même son nom !

A propos du pardon : vous pouvez cheminer personnellement vers le pardon, si vous êtes accompagnée par quelqu’un qui en capacité personnelle et professionnelle de le faire : un/e accompagnateur/trice spirituel/le. La vie spirituelle n’est pas seulement catholique ou chrétienne. Elle est aussi d’autres confessions et aussi laïque.

Mais le pardon ne se déclare pas unilatéralement. Celui/celle qui cherche à pardonner évolue intérieurement pour découvrir comment le pardon est possible en lui/elle. Souvent cela met du temps, parfois beaucoup de temps et c’est le cas de toutes les atteintes graves à la confiance qu’un enfant fait à son père ou à sa mère.

Le pardon, n’est donc pas une simple déclaration ! Il répond à une demande de pardon.
Pas de pardon vrai, sans qu’il y ait eu, de la part de celui qui a blessé, un aveu et une tristesse d’avoir commis de tels actes, et ensuite qu’il ait exprimé clairement sa demande de pardon.

Par contre, même sans avoir pardonné, vous pouvez accepter d’aller voir votre père, et lui dire combien vous êtes meurtrie par l’inceste qu’il vous a fait subir. Lui dire aussi que vous souhaitez qu’il puisse mourir en paix, mais que vous ne pouvez pas lui pardonner s’il ne reconnaît pas ses torts et s’il ne vous demande pas pardon.
Il n’y a rien de « magique » dans le pardon : soit il est vrai et réponse à une demande de pardon, soit il est faux, et c’est une mascarade grinçante.

Je vous encourage beaucoup à rester vraie, à aller voir votre père, mais à ne pas faire semblant que toute cette souffrance n’a pas compté.

Si vous souhaitez en parler, je peux vous recevoir, en présentiel (Montpellier) ou en distanciel : tél, ou Signal = WhatsApp mais resté indépendant de Facebook, ou un site de réunion.

Cordialement
Mme Fierens

Béatrice Fierens Psy sur Montpellier

171 réponses

980 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,

Vous êtes à un moment de votre vie où votre père va mal et cela vous touche.

Je crois comprendre dans votre message que vous n'avez pas consulté de thérapeute jusque là ? C'est sans doute le moment pour franchir le pas. Beaucoup d'émotions et de sentiments mêlés sont à démêler avec un thérapeute de confiance ; vous pourrez ainsi y voir plus clair et prendre une décision : renouer le lien ou non, et de quelle manière être en lien avec lui, le cas échéant.
Il faut que cela soit votre décision, et qu'elle ne soit pas le résultat d'une culpabilité de votre part.

Vous pourriez aussi prendre contact avec une association d'aide aux victimes d'inceste, voire intégrer un groupe de paroles. Cela pourrait vous aider d'échanger avec des personnes qui ont subi l'inceste, car elles se posent souvent les questions que vous vous posez actuellement.

Je vous souhaite bon courage, prenez soin de vous,

Hélène LE GUELLEC
Psychologue et Docteur en Psychologie

Hélène Le Guellec Psy sur Vannes

15 réponses

78 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,
Il y a l'enfant que vous étiez, cette enfant qui a été victime des agissements déviants de son père : elle n'a rien à se reprocher parce qu'innocente, comme tous les petits enfants. Cependant, cette enfant est devenue votre enfant intérieur, c'est à dire les mémoires que vous conservez de cette première période de votre vie. Il y a un travail de libération à opérer et c'est vous qui pouvez le faire, en étant accompagnée : votre rôle est de lui expliquer ce qu'elle n'a pas compris, de la rassurer , de l'aider à se débarrasser de ses fausses croyances, de sa culpabilité et de lui donner cet amour pur qui lui a manqué.
Il y a aussi l'adulte que vous êtes maintenant et qui se trouve confronté à cette problématique du pardon, car c'est bien de cela dont il s'agit mais encore faut-il en appréhender bien le sens : pardonner n'est pas effacer, absoudre mais décider de consacrer son énergie à vivre le présent et se tourner vers l'avenir. Pardonner c'est ne plus donner à l'autre le pouvoir de continuer à faire souffrir et pour cela, accepter (prendre acte) de ce qui a été est le premier pas et ne pas réduire son offenseur à sa part d'ombre.
Si vous souhaitiez en savoir plus sur mon approche et mes techniques, n’hésitez pas à me demander un premier échange, gratuit et sans engagement.
Je consulte en présentiel ou par visioconférence.
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l’enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique Blanche Psy sur Quessoy

6558 réponses

4557 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,

C’est vrai que c’est votre père. Cependant, à vous lire, vous vous présentez comme la coupable au lieu de vous sentir victime. C’est malheureusement très courant chez les victimes de violence (sexuelles ou physiques) qui finissent par se trouver des justifications et par se croire coupables.
Non, vous êtes bien la victime et votre calvaire a pris fin parce que vous avez su à 14 ans dire stop. Votre père a eu peur de votre rébellion contre ces actes ignobles et a stoppé ses agissements. Pourquoi croyez-vous qu’il ait stoppé ? Tout simplement parce qu’il savait que c’était mal et pénalement responsable.
Aujourd’hui, vous vous demandez si vous devez lui pardonner. Peut-être, vous seule avez la réponse à cela, mais vous devez cependant garder en tête que vous n’êtes que sa victime, en plus d’être sa fille.
Il me semble qu’il serait important pour vous de travailler ce sujet dans une thérapie, car vous ne paraissez pas l’avoir encore bien assimilé.

Je reste à votre disposition et à votre écoute,

Christophe
Thérapeute de couple - Sexothérapeute
Rendez-vous en ligne uniquement pour plus d’intimité par téléphone, visioconférence ou mail à votre convenance.

Christophe Nieaux Psy sur Melun

3525 réponses

3593 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,

Vous n'avez pas à vous sentir coupable, le responsable de ces actes est votre père. Votre réaction est malheureusement courant pour les victimes, c'est d'ailleurs ce qui explique parfois l'impossibilité d'en parler et que les évènements se reproduisent.

Il est essentiel de vous pardonner et d'accepter se passé douloureux que vous ne pouvez pas changer. De cette façon vous pourrez vous reconstruire et envisager vos relations sur un autre chemin beaucoup plus sécurisant et fiable pour vous.

L'EFT Technique de libération émotionnelle est une approche intéressante dans votre cas puisque nous allons abordé cette question d'un point de vue du ressenti et des émotions bloquantes aujourd'hui. Si ce travail se fait vous n'aurez plus ses émotions, sentiments qui vous traverserons avec souffrance. les traumatisme du passé seront là mais moins actif et dans la douleur.

Je reste à votre disposition ou bien contactez un confrère de la même sensibilité.

Prenez soin de vous.

Magalie Vénuat Félix

Magalie Vénuat Félix Psy sur Saint-Doulchard

31 réponses

21 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,

Tout semble très confus.
Vous n'avez à porter aucune culpabilité ni pour l'état de votre père, ni pour l'état de votre famille.
Vous avez été victime d'un des plus horribles des crimes, perpétré par celui qui est censé le plus vous protéger.
Si vous en avez parlé, si tardivement, c'est probablement que le poids du fardeau devait totalement vous étouffer.
Pour le pardon, votre père ne le mérite pas, c'est à vous de le donner, ou pas, pour être en paix. Certains en seraient incapables, d'autres le feraient voire s'en sentiraient obliger.
C'est une décision qui ne doit appartenir qu'à vous et pour vous. Nul ne devrait avoir le droit de vous juger sur ce point.
Les victimes de parents-bourreau portent ce dilemme récurent à l'origine de souffrance terrible: nos racines restent nos racines, même si elles nous ont tant maltraités que nous sommes en droit de les détester et de les écarter de nos vies au plus vite.
Faites ce dont vous avez besoin au fond de vous pour que vous soyez bien... Sans tenir compte de l'avis ou des propos de qui que ce soit.
Belle journée.

Anonyme-394302 Psy sur Ranspach

226 réponses

169 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy, quelle épreuve vous vivez … vous n’avez pas tué vôtre père à petit feu, ni détruit la famille. Non. Vous n’êtes pas l’auteur de ces faits là. Vous êtes victime et vous débrouillez vous pour ne pas être détruite par ces abus. Il porte probablement le poids de ces actes et d’autres choses. Votre père est à priori mourant, c’est un moment délicat . Je ne peux que vous inviter à répondre à vos besoins à vous et non à ceux de votre père, ou de votre mère . Pensez-vous que vous auriez quelque chose à lui dire avant qu’il ne s’en aille ? Quelque chose qui vous permettrait non pas forcément de pardonner à vôtre père mais de faire la paix avec votre histoire et la petite fille que vous étiez ? L’idée étant de boucler le plus possible pour vous cette relation afin que vous puissiez vivre plus sereine. Pensez-vous à vous surtout. Bon courage, Camille Patry

Camille Patry Psy sur Brest

22 réponses

18 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Re
Vous n'avez pas "tué" votre père: heureusement que vous avez fait cesser cet inceste, et que vous avez fait éclater la vérité. Vos parents étaient "insuffisants" et encore deux enfants au niveau psychologique. Vous avez vraiment bien fait, et sauvé votre peau.
RESPECT

Inès Avot Psy sur Ouve-Wirquin

6339 réponses

3466 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,
Merci de votre message et de votre confiance.
Je ne vous dirai pas qu'il vous "faut" pardonner avant qu'il ne meurt. C'est un processus qui s'opère différemment d'une personne à l'autre.
Vous nous exprimez la culpabilité que vous ressentez, la peur d'affronter son regard, et vous avez compris qu'il vous aimait mais qu'il est malade psychologiquement pour avoir osé toucher à sa propre fille.
Je ne vous dicterai rien, et si vous sentez que vous avez besoin de le revoir avant qu'il ne décède, faites-le. Vous n'êtes pas obligée d'y aller seule, et si vous avez besoin de lui dire des choses importantes alors faites-le.
Et si les conséquences de ce qu'il vous a fait impactent encore votre vie, alors je vous encourage à faire ou à reprendre une psychothérapie pour devenir peu à peu qui vous êtes vraiment.
Avec respect
Inès AVOT

Inès Avot Psy sur Ouve-Wirquin

6339 réponses

3466 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour,
le mieux serait de consulter rapidement.
Je reste disponible pour vous soit en téléconsultation ,SMS, What ‘s App
ou de visu en Bretagne Nord.
Cordialement,
ANEZO Florence
Psychanalyste
Thérapie de couple

Florence Anezo Psy sur Plélan-le-Petit

664 réponses

349 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour,

Il arrive souvent que les victimes d'inceste prenne une culpabilité qui n'est pas la leur.
Un enfant de 6 ans est forcément innocent, c'est la définition d'un enfant, vous n'êtes donc pas coupable d'avoir été abusée, vous êtes victime et cette personne est responsable de ses actes.
Un adulte a une responsabilité que n'a pas un enfant.

Avoir choisi de révéler le secret de cet inceste auprès des personnes qui vont sont cher a été une étape importante de votre guérison et elle le reste et ce en dépit des conséquences pour la famille ou le bourreau.
Que cette révélation implique un certain malheur pour la personne qui vous a abusé et y donner sa totale attention revient à transformer le bourreau en victime.
D'autant plus s'il n'y a pas de considération pour la victime (VOUS).

Ce que vous avez vécu est grave et la situation que vous vivez en ce moment est éprouvante et peut nécessiter un support extérieur.

Si vous le souhaitez je réalise des consultations de psychothérapie par téléphone,
Je vous invite à consulter mon profil et me contacter si cela vous intéresse.
Cordialement,
Loïc Yvinec

Loïc Yvinec Psy sur Beauval

15 réponses

51 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Dandy.

Je suis toujours triste de lire des victimes d'actes terribles qui en viennent à culpabiliser.
Si vous souhaitez pardonner à votre père, c'est un choix très personnel et il faut le faire pour VOUS seule et non pas pour lui. Si vous lui pardonnez c'est pour que vous puissiez retrouver une certaine sérénité et que vous puissiez passer un cap qui vous permettra d'évoluer dans votre vie.
Mais en aucun cas on ne pardonne quelqu'un qui vous a fait du mal pour lui rendre service.
Si aujourd'hui votre père est dans cet état ce n'est pas à vous d'en porter la charge, c'est à lui et lui seul de se prendre par la main et de régler ses problèmes et ses vieux demons, j'ai le regret de vous annoncer que même si vous lui pardonnez cela ne changera rien pour lui malheureusement.
Par contre, pardonner est une chose, renouer contact en est une autre.
Je vous conseille de vous faire accompagner par un professionnel qui saura vous aider et vous épauler dans cette épreuve.

Passez une bonne journée et n'oublie jamais que vous êtes une belle personne.

Amandine by réveil des sens 2b

Anonyme-393603 Psy sur Lucciana

39 réponses

12 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,

Je suis touchée par votre histoire et vous apporte tout mon soutien.

Vous dites que vous l'avez "tué à petit feu en révélant ces actes."
Vous dites aussi avoir été sa fille chérie sa confidente son ami sa maîtresse.
Et il semblerait que votre mère vit toujours avec lui.
Tout cela révèle un dysfonctionnement familial grave.
Ce sont les parents qui sont responsables de leurs enfants.
Or vous avez un père qui considère sa fille comme sa maîtresse, qui vous viole et vous envoie des injonctions contradictoires, "ma fille chérie". Les mots et les actes sont en inadéquations.
Et vous avez une mère complice qui a laissé faire, ne vous à pas protégée. Et qui une fois les révélations faites, continue à côtoyer cet homme qui a détruit sa fille. Donc c'est une sorte de validation.

Retourner voir son père avant sa mort oui c'est parfois aidant pour permettre de faire la paix avec son histoire. Je doute pour autant du bénéfice que vous pourrez tirer de cette rencontre si sa conscience est détériorée par l'alcool et le tabac.

Prenez d'abord soin de vous, je vous invite à vous faire accompagner pour vous préparer à la mort de votre père.
La 1ère étape serait de faire le deuil du père aimant et protecteur que vous n'avez pas eu, avant d'affronter ce géniteur agresseur.
C'est peut-être devant les tribunaux qu'il serait plus juste de le revoir ou dans un milieu de soins protégé. Sûrement pas dans son environnement où il se détruit. Il a besoin de soins, d'un accompagnement médicalisé avant d'envisager toute rencontre avec lui.
Et votre mère aurait aussi besoin de se faire accompagner pour sortir de cette multi dépendance.

Vous avez un conjoint qui vous a soutenu lorsque vous avez révélé les faits. Est-il toujours à vous côtés ? C'est en vous tournant vers la vie, et votre avenir que vous trouverez la paix. Vous pourrez toujours faire un travail psychologique de façon symbolique pour pardonner à votre père quand vous serez prête (qu'il soit encore en vie ou pas) et non pas quand lui et votre mère vous font du chantage affectif.

Je reste à votre écoute.
Claire Thomas,
Psychosomatothérapeute

Claire Thomas Psy sur La Chapelle-Caro

1919 réponses

2164 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2021

Bonjour Sandy,

Je vous remercie de vous être confiée ici.

Vous vous sentez coupable, je pense que vous n’avez pas à culpabiliser des révélations que vous avez faites. Vous avez été Victime d’inceste et j’insiste sur le mot Victime.

Vous étiez une enfant de 6 ans. L’ambiguïté relationnelle qui s’est créée avec votre père est profondément malsaine. Il n’y a pas à pardonner quelqu’un qui ne réclame pas le pardon. Et non vous n’êtes pas responsable de son déclin, il est adulte et doit prendre ces responsabilités vis à vis de ces actes répréhensibles à votre encontre.

Vous n’avez pas détruit votre famille, l’adulte en cause à l’époque, c’était bien votre père, c’est lui le responsable. C’est lui le coupable pas vous. Et votre mère, elle était où dans tout ça? A t elle divorcé ? Avez vous pu aller devant la justice ?

Je vous conseille vivement de vous faire accompagner au niveau thérapeutique afin de trouver l’apaisement pour poursuivre sereinement votre vie. N’hésitez pas à me contacter.

Je reste à votre écoute

Marjorie Lugari (Doctolib et Whatsapp)

Anonyme-377370 Psy sur Aix-en-Provence

5591 réponses

10889 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13400 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13400

questions

réponses 137000

réponses