Comment faire pour m'impliquer vraiment dans mes relations?

Réalisée par Yohann L le 4 mai 2013 Approches psychologiques

Bonsoir,


J'ai 23 ans, je gâche toutes mes relations et c'est un véritable calvaire... Je vous explique: je suis gay, j'ai vécu dans une famille très conservatrice ("si jamais mon enfant est homosexuel, c'est la pire des choses qui puisse m'arriver, ces gens ne sont pas normaux faut les brûler..." des trucs dans ce genre là constamment et depuis que je suis petit), j'ai refoulé jusqu'à mes 19 ans (âge à partir duquel j'ai commencé à accepter ce que je suis et à faire mon coming-out avec de plus en plus de personnes).


De 16 à 18 ans j'ai connu l'amour mais lui et moi étant homos refoulés, il se passait des choses la nuit sans que l'on n'ait assumé quoi que ce soit et, de ce fait, j'ai foutu en l'air notre relation (à savoir la seule qui m'a fait connaître le véritable amour). De plus, j'ai vécu, subi et vu des choses horribles durant plusieurs années de mon enfance/adolescence car ma mère est schizophrène, dépressive, bipolaire (et j'en passe) et la justice m'a forcé à habiter chez elle après le divorce de mes parents.



Tout cela pour vous faire comprendre que ma mère m'a fait vivre le pire des enfers, mon père (etc.) m'ont inconsciemment traité comme la pire des abominations existantes (du fait de mon homosexualité) sans qu'ils ne s'en rendent compte puisqu'ils ne se doutent pas de ce que je suis. Ainsi, ma confiance en moi n'a soit jamais existé, soit elle s'est envolée aussi vite qu'elle est arrivée.


De ce fait, j'ai l'impression de foutre en l'air toutes mes relations, amicales, familiales, amoureuses. Je fais très difficilement confiance, je me lasse vite, dès le début d'une relation je pense déjà à la fin et, sur le plan amoureux, je suis à présent incapable de ressentir quelque chose, que ce soit de l'amour ou de l'excitation. Je ne sais plus quoi faire et ma situation devient vraiment très difficile à supporter... Je sais que le modèle parental me pousse sûrement inconsciemment à éviter de revivre ce que j'ai vécu avec ma mère (à moins que ce ne soit le contraire: la répétition dans le futur de ce que j'ai vécu dans le passé, puisque l'objet du désir et celui de l'angoisse sont les mêmes il me semble?), mais que faire quand seules les situations d'interdit me font me sentir vivant ?


Fumer, boire, me droguer, faire des conneries, provoquer le danger, faire des choses la nuit avec mon "meilleur-ami" à l'époque où l'homosexualité me paraissaît interdite (car maintenant que je me l'autorise, comme je vous l'ai dit plus haut, j'ai l'impression qu'une vraie relation ne m'excite plus)...


La seule consolation que je trouve dans la vie c'est de tout faire pour les autres, faire du bien aux personnes qui en ont besoin m'apporte beaucoup de satisfaction, mais en m'interdisant toute forme de bonheur (je ne m'aime pas, me dévalorise, et sabote tout ce que j'entreprends et toutes mes relations) je sens qu'il va arriver un jour où je n'y arriverai plus..


Pourtant, je n'ai bizarrement aucune envie de suicide, mais la dépression ne me quitte pas, je suis pourtant une psychothérapie depuis quelques temps, mais autant j'ai l'impression d'avancer, car je trouve cette psy plutôt douée, autant j'ai l'impression que mon véritable problème ne se réglera jamais.


Ah et je fais de l'hypnose pour la confiance en moi, je me sens un peu mieux après les séances, mais ce que je cherche c'est m'aimer (chose qui n'arrive pas) pour devenir capable d'avoir une relation de couple et retrouver une libido qui ne soit pas basée que sur l'interdit, j'ai l'impression que c'est peine perdue...


Je sais que c'est long, je sais que c'est assez peu organisé comme message, mais tout ça est chaotique dans ma tête cependant je pense avoir fait un petit tour de mes problématiques, en espérant avoir une réponse de votre part car j'en ai réellement besoin...


Merci d'avance...

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonsoir,

Le récit d'une partie fragile de votre existence m'émeut et m'incite à vous encourager dans votre démarche actuelle.

Je ne veux pas interférer dans le travail d'un (e) collègue qui semble bien vous convenir.

Votre "petit saboteur" intérieur semble au service de loyautés plus ou moins visibles...et plutôt plus que moins :-)

Vous avez déjà avancé et le chemin à parcourir est exigeant, riche et parfois un peu décourageant: on avance moins vite voire on a l'impression de repartir dans des shémas passés.

C'est moins votre capacité à vous investir dans vos relations qui est en cause (vous nommez par ailleurs des relations satisfaisantes) mais le regard que vous portez sur vous même et sur ces relations . Dans une relation, vous n'êtes pas seul à "foutre en l'air vos relations..." Auriez-vous oublié que dans une relation on est au moins deux "responsables".

Je ne doute pas de votre valeur et de votre capacité à développer de belles relations mais il faut du temps et comme dans toutes choses procéder par essai-erreur-essai-réussite. Une fois encore, une relation est faite d'un organisme et d'un environnement (schématiquement).

Êtes-vous dans le bon environnement pour vous développer au mieux ? Vous n'avez pas choisi vos parents mais vous pouvez choisir des ami (e)s qui portent votre espérance de belles relations sereines et sont ouvert (e)s à de l'inédit, de l'inattendu, du moins conventionnel...

Mes pensées vous accompagnent sur ce long chemin vers soi-même que nous parcourons ensemble clients/patients et thérapeutes.
Nous aussi nous transformons au contact de nos patients et ce n'est pas toujours de tout repos ! Mais quel cadeau que de vivre des relations conscientes et authentiques. Je vous le souhaite.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Yohann


Le "complexe" n'est jamais court et lapidaire à écrire... et on peut avoir l'impression d'aller dans tous les sens... c'est le but et avec un psy, on peut aller vers la synthèse, la découverte d'une nouvelle logique conductrice qui inaugure un nouvel ordre...

Il y a une période de vie durant laquelle l'adulescent ( pas encore adulte et encore un d'adolescent) multiple les expériences pour découvrir le monde physique et humain mais aussi dans ce rapport, découvrir QUI il est au delà, du statut d'enfant, de fils .. et puis faire des choix sur la base de son identité propre. Dans cette quête, toutes les conduites que vous citez appartiennent au registre de la recherche de sensations, de l'excitation et de la connaissance de SOI, en bravant "l'interdit". Nous avons donc LE POURQUOI et le COMMENT que vous nous livrez très explicitement:

Je vous cite :

"Fumer, boire, me droguer, faire des conneries, provoquer le danger, faire des choses la nuit avec mon "meilleur-ami" à l'époque où l'homosexualité me paraissaît interdite (car maintenant que je me l'autorise, comme je vous l'ai dit plus haut, j'ai l'impression qu'une vraie relation ne m'excite plus)...

Pour aller plus loin j'aurais quelques questions, mais c'est en consultation privée avec un psy, que vous trouverez bénéfice me semble-t'il, à poser tout cela...

Une seule donc:

Qu'est-ce qu'une vraie relation ? et son pendant, comment sont, pour vous, les fausses relations ?

Bien à vous

Magali Lazaro Psychologue Clinicienne-Psychothérapeute Psy sur Blagnac

75 réponses

165 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Yohann,

C'est vrai que le message est long, car il démontre bien que beaucoup de choses se bousculent dans votre tête.

Je ne sais depuis combien de temps vous voyez votre psy, en tout cas si vous avez l'impression d'avancer c'est bon signe, étant entendu que tout ne se réglera pas du jour au lendemain et, de ce fait, je ne vais pas me substituer à votre thérapeute.

Néanmoins, une phrase m'interpelle : "mon père (etc.) m'ont inconsciemment traité comme la pire des abominations existantes (du fait de mon homosexualité) sans qu'ils ne s'en rendent compte puisqu'ils ne se doutent pas de ce que je suis."

C'est assez paradoxal que très tôt vos parents évoquent leur haine de l'homosexualité, alors que, théoriquement, ils ne savent rien, et qu'ensuite ils vous traitent "comme la pire des abominations..." alors qu'ils ne sont toujours pas censés savoir ! ?

Autrement dit, tout laisse à penser qu'ils ont perçu plus de choses que vous ne l'imaginez et je pense, pour ma part, que cet aspect pourrait être abordé avec votre psy.

Par ailleurs, il me semble que tout n'est pas à ramener à l'homosexualité en ce qui concerne l'image négative que vous vous renvoyez à vous même. Vous aimez aider les autres, et cela traduit bien votre besoin d'être reconnu et aimé en tant qu'individu et pas seulement en tant qu'homo.

Alors que dans le même temps c'est sur le registre de la sexualité que vous mettez en acte le scénario (présenti et dénié par vos parents) qui vous conduira à l'échec et confirmera que pour vous les jeux sont faits et que tout est raté d'avance.

Alors, quid de l'image que vous avez de vous "en tant que personne", compte tenu de tout ce que vous avez vécu ? En vous rappropriant cette image, je pense que d'autres aspects se régleront à leur tour et en leur temps.

Bon courage et bonne semaine.

Maurice Gaillard Psy sur Vincennes

1919 réponses

5635 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Approches psychologiques

Voir plus de psychologues spécialisés en Approches psychologiques

Autres questions sur Approches psychologiques

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 5350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10100

psychologues

questions 5350

questions

réponses 28050

réponses