Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

De nouveaux traits

Réalisée par Laurent Seroussi le 15 avril 2018 1 réponse  · Thérapie brève

Bonjour, je vis encore chez mes parents à 30 ans et c’est un problème pour moi car j’ai consulté une psy qui m’a expliqué qu’ayant eu un lourd passé au niveau psychologique et ayant toujours vécu chez eux, selon elle il importe de quitter les parents. Je lui donne raison car même si je me sens mieux depuis deux ans, je suis très instable émotionnellement.c’est à dire que je peux facilement passer d’une humeur positive à une humeur négative et assez vite mais ça vient souvent d’un sentiment de culpabilité, celui que le petit garçon fasse de la peine à ses parents en les abandonnant. Même si l’enfant intérieur est toujours présent comme entité, il y a aussi l’adulte qui voudrait aller de l’avant. Cela crée un conflit intérieur et depuis hier après midi je sens particulièrement qu’il me faille quitter le domicile parental « chargé de vibrations négatives qui agissent sur moi à mon insu » ne serait ce que pour voyager, en sachant que j’ai postulé pour intégrer l’université parisienne pour la rentrée de septembre 2018. Mon frère plus âgé me l’avait conseillé depuis un moment et je crois qu’il a raison car hier j’ai senti le poids que je portais sur mes épaules et que je ne partageais ni avec mes parents ni avec aucun de mes frères. C’est juste que pour voyager il me faille de l’argent alors j’ai pensé à aller dans des villes françaises le temps qu’il reste pour fuir cette atmosphère étouffante qui me fait souffrir, en toute franchise. J’ai même pensé à envoyer un sms à la patronne de ma mère qui a déjà travaillé chez elle et qui compte revenir vers elle pour un temps partiel pour lui expliquer que cela m’arrangerait bien que mes parents quittent la France pour aller vivre à l’etranger ou ils ont une maison car j’en pâtis. Mais je me suis retenu de le faire pour ne pas faire de mal à ma mère qui aurait ainsi moins d’argent à sa disposition. Mes parents sont âgés mais je suis jeune. Et ils ne peuvent rien faire pour m’aider, ce que je trouve irresponsable de leur part. L’ennui c’est que je croie que mon mode de vie est calqué sur le leur par ma proximité directe avec eux. Sauf que je suis le dernier d’une fratrie de cinq enfants et dont l’aîné a 48 ans alors que j’en ai 30. Néanmoins, je sais être en transformation vers autre chose depuis ma reprise d’etudes En 2015 pour passer le Dieu valide l’an suivant. C’est juste que l’annee Suivante j’zi Fait un mauvais choix d’orientation. scolaire et que l’année qui a suivi, j’ai du être hospitalisé juste au moment de ma rentrée universitaire. Mais j’ai compris que cela avait été une grosse erreur de ma part. Je pense que j’aurai Fait ma rentrée si je ne m’étais pas senti aussi fatigué physiquement à cause de médicaments antipsychotiques que je prenais depuis quelques mois précédents déjà et un peu après aussi. J’ai compris la cause de ma fatigue physique plus tard mais le délai d’inscription imparti était dépassé. Dans ce contexte de troubles, il m’est déjà arrivé de voir mon visage changer d’apoarence. Non pas que j’avais une autre tête évidemment, mais mes traits physiques ont changé, un peu comme mon humeur je crois. Je crois que c’edt Positif car ces traits inspirent plutôt la crainte et/ou le respect mais justement cela me fait peur car je ne le reconnais plus. Il y a à la fois cette envie d’etre quelqu’un de très brillant que je rattache à ces nouveaux traits associés à la peur de perdre ceux qui montraient aux autres une image d’un Laurent gentil. C’est peut être parce que ces derniers temps j’ose davantage faire les choses, comme sourire aux gens qui me regardent souvent même si ça les désarçonne puisqu’ils n’ont d’autre choix que de détourner le regard. Mais je ne crois pas avoir forcément besoin de ces nouveaux traits pour attirer l’attention Car ça s’est déjà présenté avant. Ou alors c’est le nouveau Laurent qui prend sa place et/ou c’est une autre facette de ma personne car ces traits se présentent par intermittence. Ou bien c’est que je réfléchis à l’exces Et qu’il y a cette envie de paraître important qui finit par se réaliser. J’ajoute que je suis suivi par un psychiatre depuis peu (j’ai rencontré des difficultés pour trouver quelqu’un depuis mon hospitalisation en septembre dernier) ainsi que par un psychologue que j’ai trouvé sur le net et que j’ai déjà vu une première fois. Et je dois le revoir la semaine prochaine. J’aimerais savoir ce que vous pensez des traits physiques qui sont nouveaux chez moi s’il vous plaît mais vous pouvez aussi vous prononcer pour le reste. J’attends votre réponse. En vous remerciant. :)

Meilleure réponse

Bonjour,

Comme ces "traits physiques" changeants, qui se manifestent lorsque vous vous regardez dans la glace, semblent récents, je pense qu'il faudrait que vous en parliez à votre psychiatre et à votre nouveau psychologue.
C'est important pour vous que vous puissiez leur expliquer, ce que dans votre quotidien, il peut se passer et ce que vous en ressentez comme questionnements et comme mouvements émotionnels, en conséquence. Il me semble aussi très précieux pour vous de reprendre vos interrogations présentées ici, avec eux.

Enfin, vous paraissez exprimer des difficultés, à devoir encore habiter chez vos parents, mais aussi si vous en partez, à devoir les abandonner. Que pense vos parents de ces envies et ces craintes que vous avez ? C'est très important de pouvoir en parler avec eux, mais aussi en séance avec votre psy, afin que vous puissiez exposer vos inquiétudes à ce sujet.

Vous avez surtout un frère, auprès de qui apparemment vous pouvez confier vos interrogations sur le sentiment d'éloignement, et les conséquences que vous craignez.
Comment a-t-il vécu de son côté, cet éloignement ? Peut-être pourriez vous échanger à ce sujet et cela vous apporterait quelques renseignements ?
Partir loin du regard de ses parents n'est pas forcément partir définitivement, mais grandir autrement.


Bien cordialement,
Charles suaudeau-séroude
psychothérapeute

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Questions similaires

Voir toutes les questions
Etre à nouveau dans le creux de la vague

11 réponses, dernière réponse le 09 Octobre 2013

comment dire a mon psychiatre que je n'ai pas pris mon traitement?

7 réponses, dernière réponse le 29 Septembre 2015

Comment se déroule une thérapie pour traiter les traumatismes du viol ?

17 réponses, dernière réponse le 16 Février 2018

Je ne comprends plus mon conjoint

4 réponses, dernière réponse le 17 Mai 2018

Réponse a Fabienne Verstraeten sur ma question précédente (luna)

1 réponse, dernière réponse le 27 Avril 2017

La bisexualite de mon mari

4 réponses, dernière réponse le 18 Mars 2015

je cherche à inverser les rôles avec mon psy

1 réponse, dernière réponse le 20 Juin 2017

pensée étranges en thérapie

1 réponse, dernière réponse le 06 Décembre 2017

Manque de suivi médical en psychiatrie

3 réponses, dernière réponse le 23 Novembre 2017