Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Dépression mélancolique anxieuse permanente ?

Réalisée par Thierry79 le 7 août 2018 4 réponses  · Dépression

Bonjour,
Je suis perdu. 54 ans, je crois avoir toujours été dépressif, anxieux. J'ai commencé à être traité avec des médicaments en 2002, j'ai tout essayé (médicaments, psychothérapies, TCC, psychodrame, hypnose, ...), tout arrêté car sans amélioration. Je n'ai plus confiance dans les médicaments, aucun professionnel n'a vraiment posé de diagnostic. Je me reconnais dans les symptômes de la dépression mélancolique anxieuse, je pense au suicide quotidiennement mais mes enfants sont ma barrière de sécurité. Ma vie au quotidien est insoutenable, je m'accroche mais j'ai peur de ne plus en être capable un jour, demain, dans une semaine ou dans 5 ans. Je ne sais plus quoi faire.
S'il faut que je revois un professionnel, quelles spécialités faut-il que je cible ?
D'avance merci

enfants , peur , confiance , médicaments

Meilleure réponse

Bonjour Thierry,
L'essentiel, selon mon point de vue, est que le thérapeute vous corresponde, que vous vous sentiez en confiance, que votre choix ne soit pas dicté par un tiers, que vous y alliez avec motivation et ressentiez le besoin de retourner le voir, si nécessaire ; en aucun cas ce "RDV avec vous-même" ne doit être une "corvée".
Ensuite, la relation qui s'instaure entre le thérapeute et vous est tout aussi importante que la méthode retenue.
Vous dites penser avoir toujours été dans ce "sentiment dépressif", c'est pourquoi j'opterai pour un travail psychanalytique car il faut rechercher son origine dans votre passé (potentiel "diagnostic", même s'il peut y avoir différentes "adhérences").
Pour votre information, le psychanalyste est le seul des différents thérapeutes que vous avez pu rencontré (ou aller rencontrer) qui est OBLIGATOIREMENT soumis lui-même à une analyse avant d'exercer. Même si chaque parcours analytique est propre à chaque patient ; il est légitime et a conscience de ce qu'il va vivre avec son patient ...
Aussi, n'hésitez pas à choisir un praticien qui vous "ressemble" : masculin, âge, expérience .... si cela peut vous mettre en situation de faciliter le contact.
Dans tous les cas, le praticien doit développer à votre égard et une écoute bienveillante tout en respectant le rythme de votre progression, c'est comme cela que j'envisage mon métier.
A votre écoute.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour ,
L'essentiel n'est pas un diagnostic donné ,l'essentiel est d'aller mieux et il faut parfois du temps . Vous devez sans hésiter parler de ce qu'il vous vient à l'esprit ,aussi pourquoi ne pas aller voir un psychanalyste ? Un médicament ne peut seul trouver la cause et inévitablement ne peut être efficace . Une thérapie est parfois difficile car il y a des silences ou des évènements qui font mal ,mais n'hésitez pas ,c'est ainsi que vous irez mieux et c'est le plus important . Bonne chance à vous

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

28 AOÛT 2018

Logo Catherine POURTEIN Catherine POURTEIN

152 réponses

78 J'aime

Bonjour à. vous,
Avez vous déjà essayer d’accepter votre mélancolie? Vous ne semblez avoir jamais accepté votre fragilité psychologique et par conséquent depuis toutes ces années vous avez fait ( inconsciemment) le jeux du bras de fer avec les professionnels de la santé mentale. À la lecture de votre témoignage je comprends que vous restez une personne controlente ET DANS VOTRE CAS C’EST TRÈS BIEN MAIS IL VA FALLOIR apprendre à moduler avec vos défenses et apprendre à vous laisser apprivoiser par l’un ou l’autre professionnel . Avant de vous laisser apprivoiser vous pourriez essayer de créer un rituel ou des habitudes pour aller marcher toujours à la même heure, colorier avant d’aller vous coucher, écouter de la musique zen, bref faire des choses « égoïstes « pour vous même et les intégrer. Si vous arrivez à créer un rituel de ce type, alors vous seriez prêt à entreprendre une démarche thérapeutique .
Cordialement
Berrine JANSSOONE

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

12 AOÛT 2018

Logo Berrine Janssoone Berrine Janssoone

54 réponses

489 J'aime

Bonjour monsieur,
il me semble que vous pourriez avoir un double suivi. Premièrement avec un médecin psychiatre car malgré vos expériences peu concluantes avec les médicaments, il ne faut pas y renoncer, il faut parfois du temps pour trouver le traitement adapté). Deuxièment avec un(e) psychologue clinicien(ne) pour des conversations de soutien (orientation analytique sans forcément que ce soit une psychanalyse).
En tout cas, ne restez pas sans soutien professionnel, et en effet essayez le plus possible de faire des activités avec vos enfants dès que vous vous en sentez la force.
Bon courage
F. David psychologue-psychothérapeute

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

7 AOÛT 2018

Logo Françoise DAVID Françoise DAVID

62 réponses

316 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
Personnalité évitante & Mélancolie

2 réponses, dernière réponse le 31 Juillet 2018

Trouble anxieux ou peur irrationnel

5 réponses, dernière réponse le 14 Mars 2019