Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Et si j'étais un problème ?

Réalisée par Julie280 le 17 mars 2018 · 4 réponses · Thérapie brève

Bonjour,

ce soir je me pose beaucoup de questions. Je suis une jeune fille, et je me demande si ce n'est pas moi "le problème".

Je m'explique : je n'ai plus d'amies, j'ai de mauvaises relations avec mes parents et ma soeur, c'est parfois compliqué avec mon conjoint et je suis au chômage depuis plus d'un an.


Concernant mes amies, elles ne m'invitaient plus aux soirées, ne me prévenaient pas ou "oubliaient" de me prévenir. Quand je leur ai fait la remarque, elles ont trouvés une vieille excuse comme quoi je vivais loin (à 15 minutes en transports en commun), ou qu'elle pensait que j'étais occupée. J'ai réalisée qu'elle ne me contactait ensuite que quand elles avaient besoin. J'ai donc progressivement coupé les ponts, mais je n'ai rencontré personne derrière. Au départ, ça ne me posait pas problème, mais je me sens très seule aujourd'hui. J'ai rencontré une fille sur Internet à la suite de ce "coupage de ponts", qui aujourd'hui, ne me donne plus de nouvelles, elle habite loin de chez moi (on s'est vu peu, mais on s'entendait vraiment très bien), et m'a dit avoir besoin de s'éloigner des réseaux sociaux et depuis, plus de nouvelles (pourtant elle a quand même mon numéro de téléphone). Au départ tout aller très bien, et là elle me dit que cela n'a rien à voir avec notre amitié, mais on ne s'est pas parlé depuis 3 semaines, et les dernières nouvelles viennent de mon côté.



Concernant mes parents, ils sont hyper maladroits, voir toxiques. Ils ne disent jamais "je t'aime" ou "je suis fière de toi", et pendant longtemps j'ai tout fait pour leur plaire. Pour donner un exemple, le jour où j'ai obtenu mon bac, j'ai appellé mon père folle de joie, pour lui annoncer qu'en plus j'avais une mention (même si c'était "assez bien" j'étais fière de moi). Il a refusé de me croire, jusqu'à ce qu'il voit le document qui prouve cela. Et il m'a dit "bah encore heureux que tu l'ai". Et ça c'est les moments pas trop méchants.

Ma mère elle, me stresse, et m'a transmis ses Tocs, et son angoisse généralisée (j'ai bien conscience à ce niveau là, que je suis angoissée, mais je travaille dessus et essaye de ne pas trop le faire subir aux autres).

Puis un jour, des souvenirs de mon enfance ressurgisse, avec les exigences et les angoisses de mes parents (et tout ce que j'ai pris dans la gueule pendant des années), et depuis je mets un peu de distance entre nous, afin de réfléchir à cette situation. Ma soeur, quant à elle, est complétement lunatique, un jour on s'entend très bien et le lendemain elle en veut à la terre entière. Elle semble malheureuse mais je ne sais pas pourquoi. Je sais qu'elle a des problèmes avec mes parents, et je peux comprendre, mais j'ai toujours essayé d'être là pour elle, et depuis quelques années, elle semble beaucoup plus froide.


Concernant mon conjoint, il a été violent verbalement avec moi pendant longtemps, il fait des efforts, mais ce n'est pas encore parfait. Le fait est que durant ces crises de violences, il tape où ça fait mal, et va justement me dire ce que je redoute tant. Puis quand cela se calme, il s'excuse, et me jure que tout ses mots ne sont que des conneries, que je suis queqlu'un de bien, mais au fonde moi ça reste. Je sais qu'il s'en veut beaucoup, il a déchargé sa colère, et il comprend que ce n'est pas la bonne manière pour agir. Il y a quelques semaines, je l'ai informée, que je refusais que cela se reproduise, et que j'attendais du respect de sa part, sans quoi ce serait terminé. Depuis, cela va un peu mieux.


Et, là, ce soir, je me retrouve seule chez moi, et cette solitude, qui dure 24h/24, 7j/7 à cause du chômage, me pèse vraiment beaucoup (tout les jours, dans le même appartement, à ne rien faire, pas d'argent pour avoir des activités).

Je me demande si finalement, je ne serais pas une mauvaise personne, trop critique, peut être que ces gens sont dans le vrai et que c'est moi qui nie la réalité. Peut être que c'est pour ça que je suis seule, comment savoir ? Mais au fond de coeur, je me sens vraiment bafouée par tout ces gens.

Suis-je vraiment entourée de gens maladroits, méchants, est-ce un manque de chance, ou est-ce moi qui ne me rend pas compte de qui je suis ?

Je ne sais plus quoi faire, je suis très sensible, et cette situation me rend vraiment malheureuse.


Je vous remercie vraiment de votre réponse.

Sujets similaires

4 réponses

  • Meilleure réponse

    Bonjour Camille,
    ce n'est pas parce qu’on est malheureuse que l'on est une mauvaise personne. vous vous accusez de tords qui ne vous appartiennent pas
    vous avez vécu dans une famille où les choses ne se disent pas et les qualités ne sont pas reconnues.
    par contre ce qui est important c'est la manière dont vous savez poser les limites lorsque cela va trop loin ( Il y a quelques semaines, je l'ai informée, que je refusais que cela se reproduise, et que j'attendais du respect de sa part, sans quoi ce serait terminé), c'est un signe d'affirmation, je ne peux que vous encourager à aller dans ce sens.
    pour le reste peut être serait il utile pour vous d'avoir une écoute bienveillante d'un thérapeute et de construire une vie relationnelle plus riche avec des nouvelles personnes.
    Bien à vous
    Josie Laure Rubinstein

    Téléchargé le 20 Mars 2018

    Logo Josie Laure Rubinstein
    Josie Laure Rubinstein Saint-Maur-des-Fossés

    265 réponses

    871 J'aime

Expliquez votre cas à notre communauté de psychologues !

Quelle est votre question ? Des psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens répondent à vos questions.
Vérifiez s'il existe des questions similaires déjà répondues :
    • Écrivez correctement : évitez les fautes d'orthographe et les mots en majuscules
    • Soyez clair et concis : utilisez un langage direct et incluez des exemples concrets
    • Soyez respectueux :utilisez un vocabulaire adéquat et restez poli
    • Évitez le Spam :n'incluez pas d'informations personnelles (téléphone, e-mail, etc.) ni de publicité

    Si vous souhaitez demander des informations cliquez ici
    Comment souhaitez-vous envoyer votre question ?
    Vous pouvez ajouter une photo qui permette de mieux comprendre votre question.
    Supprimer
    Nom / prénom ou pseudo (il sera publié)
    E-mail où recevoir les réponses
    Pour qu'ils puissent vous aider par téléphone
    Pour sélectionner des experts de votre zone
    Pour sélectionner les experts les plus adéquats
    INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
    Responsable: Verticales Intercom, S.L.
    Finalités:
    a) Envoi de la demande au client annonceur.
    b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
    c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
    d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
    e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
    Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
    Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
    Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
    Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos
    • 8700 Psychologues à votre disposition
    • 5850 Questions posées
    • 33100 Réponses obtenues
    • Bonjour Camille, Je suis touchée par l'expression de l'accumulation d'émotions difficiles pour vous à travers votre enfance, votre relation avec vos parents, et toutes les autres personnes... Vous sentez bien qu'il y a un lien... Vous pouvez donc comprendre que vous n'êtes aucunement coupable de votre souffrance... Je vous encourage vivement à consulter une psychologue des services sociaux de la mairie de votre lieu d'habitation ou de la ville la plus proche pour avoir un espace pour exprimer tout cela avec une personne qui vous écoute et vous croit avec bienveillance et soutien... afin de réparer les parts de vous qui attendent d'être reconnues, acceptées, aimées, valorisées, soutenues, encouragées... tout ce que vous auriez dû recevoir pendant votre enfance et votre adolescence et que, manifestement, vos parents n'ont pas su vous donner... peut-être parce qu'eux-mêmes n'ont pas reçu...? Vous avez la grande intelligence de demander de l'aide... allez jusqu'à la réalisation de votre réparation, vous la méritez vraiment ! Très sincèrement, Thérèse

      Téléchargé le 21 Mars 2018

      Logo Thérèse BADONNEL FERRY
      Thérèse BADONNEL FERRY Verneuil-sur-Seine

      71 réponses

      13 J'aime

    • Bonjour Camille,

      non, vous n'êtes certainement pas "le problème".

      Mais une part de vous vous pose problème, une part qui a un besoin éperdu de reconnaissance, parce que vous ne l'avez jamais reçue dans votre famille, et qui fait que vos ami(e)s vous fuient plus ou moins rapidement, parce qu'ils sentent qu'ils ne pourront jamais combler ce manque en vous.

      Votre sœur semble être dans le même cas que vous, ce qui explique que vous n'arriviez pas à communiquer : que pourriez-vous vous apporter l'une à l'autre, puisque vos manques sont les mêmes ? A moins que, justement, vous puissiez fonder là quelque chose comme une solidarité, d'être affectées des mêmes maux ?

      N'hésitez pas en tout cas à vous faire aider : il ne vous manque pas grand chose, les énergies sont en vous, là, toutes proches, ne demandant qu'à jaillir.

      Téléchargé le 20 Mars 2018

      Logo Xavier Martin-Prével

      201 réponses

      221 J'aime

    • Bonjour Camille,
      Étant donné ce que vous dites de la relation à vos parents, il semblerait que vous ayez développé un attachement insécure avec eux. Aujourd’hui, vous n’êtes pas « le problème », vous « avez une difficulté », celle du manque d’assurance, de confiance en vous et d’estime de vous, et les personnes que vous fréquentez (ou avez fréquentées) le perçoivent sûrement.
      Vous avez commencé à poser des limites (avec votre compagnon) et à mettre des distances (avec vos parents et amies) ce qui montre que vous êtes capable de vous protéger et de vous respecter.
      Je vous invite à continuer dans ce sens et à rencontrer un thérapeute qui vous aidera à prendre confiance en vous et à vous épanouir. Vous êtes sur le bon chemin.

      Bien à vous,
      Agnès CHAMOREY
      Psychologue et thérapeute de couple, de famille et individuel

      Téléchargé le 20 Mars 2018

    Questions similaires Voir toutes les questions