Inceste fraternel

Réalisée par yoko77100 · 12 juin 2020 Psychologie enfant

Bonjour,

Je souhaiterais savoir si on pouvait qualifier d'"inceste" le fait qu'un frère de 14 ans impose (sous couvert d'insistance et de chantage) à un membre de sa fratrie plus jeune (10 ans) des pratiques sexuelles comme le font les adultes lors des préliminaires ? Est-ce normal dans le développement psycho-sexuel des jeunes ? Est-ce bénin au moment de la préadolescence?
Ces actes peuvent-ils avoir des répercussions sur le développement psycho-affectif du plus jeune (10 ans) ?

En vous remerciant pour votre attention, je vous souhaite une bonne journée

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 12 JUIN 2020

Bonjour Yoko,

Plusieurs choses sont dysfonctionnelles dans les comportements que vous décrivez :
1) Un adolescent pubère commet des "pratiques sexuelles" (je suppose des attouchements) sur un enfant mineur non pubère
2) Cet enfant mineur n'est autre que son frère (inceste)
3) Ces actes sont imposés sous la menace ("chantage"), donc non consentis. Ce qui, même entre personnes adultes, constitue un harcèlement sexuel.
J'utilise volontairement des termes directs et un peu cru, car en aucun cas cela peut être considéré comme un acte "normal" et "bénin"; et OUI, cela peut avoir des répercussions sur le développement de l'enfant si ces pratiques perdurent.

Bien à vous,

Caroline GORMAND
Psychothérapie intégrative, Hypnose-PNL, Sophrologie

Caroline GORMAND Psy sur Clermont-l'Hérault

1012 réponses

1345 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

16 JUIN 2020

Re-bonjour,
en complément à mon message.
Le dialogue, le recours à un(e) psy passe prioritairement avant tout recours à une démarche judiciaire. La dimension pédagogique, thérapeutique, étant plus en phase avec l’aide, le soutien dont ont besoin les personnes impliquées, surtout à cet âge.
En effet, pour avoir été moi-même intervenant et conseil auprès de juges, procureurs, avocats, familles… pendant des années, je peux témoigner à quel point la machine judiciaire, lorsqu’elle se met en route, est bien souvent un parcours extrêmement lourd à gérer et difficile à vivre lorsqu’il s’agit de mineurs....suite à une plainte sur laquelle on ne peut pas toujours revenir en arrière, y compris lorsque cette plainte est retirée (le Procureur ayant le pouvoir discrétionnaire de s’auto-saisir et de poursuivre au nom du Parquet).
La discussion doit, - dans un premier temps en tout cas, - être privilégiée plutôt que le registre de la sanction, dès lors que selon la gravité des faits, la compréhension de ceux-ci n’est pas la même chez les adultes témoins et les enfants.
A voir donc….

Maurice Gaillard Psy sur Vincennes

2140 réponses

6143 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

16 JUIN 2020

Bonjour Yoko,

Je ne peut qu'aller dans le sens de mes confrères concernant le diagnostique. Oui il s'agit bien d'inceste et celà a BEAUCOUP de conséquence dans la vie d'une personne qui subit l'inceste. Car à 10 ans, l'enfant n'est pas en mesure de se défendre de ce frère qui "fait autorité". Il faut savoir que de ce fait la seule réponse possible pour l'enfant de 10 ans est la SIDERATION. C'est ce que j'appelle le syndrôme de la biche devant des phare de voiture. En réalité, il y a très souvent dissociation de la personnalité, c'est une protection psychologique pour permettre à l'enfant de survivre à cet événement qui est n'est autre qu'un VIOL. Celà génère chez l'adulte des angoisses, stress jusqu'à générer des phoebies, blocages que ce soit dans la vie intime mais pas que. Celà génére aussi une agressivité qui peut surgir dans des moments inappropriés , de la culpabilité car l'enfant violé se sent honteux et coupable.
La bonne nouvelle est qu'il est possible de se sortir de se traumatisme sans passer par des thérapies longues et fastitudeuses.
Le co -sensing est une méthode issue de méthodes ancestrales et très proches de la méthode préconisé par le Docteur Levine spécialisé dans la guérison des maltraitances de l'enfance.
Je vous encourage à vous en libérer le plus rapidement possible car plus vous attendez plus vous aller "rejouer" ce trauma d'une manière ou d'une autre.
Je vous soutiens dans votre démarche qui n'est pas facile.

DIFFERENCIELLE - Carole Lepicard Psy sur Strasbourg

11 réponses

6 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 JUIN 2020

Bonjour Yoko77100
Bien sûr que ces actes, répréhensibles par la loi, auront des conséquences sur les jeunes garçons impliqués, mais aussi sur ceux qui ont la connaissance (comme vous) et sur toute la famille. De la "bonne" ou "mauvaise" réaction de l'entourage (parents, etc) dépendra aussi la répercussion de ces événements sur leur vie future. Le petit ne sera pas nécessairement "irrémédiablement abîmé" si la réaction de l'entourage est "bonne".
Le silence et l'occultation des faits, faire comme si de rien n'était, laissant tous les deux en proie à la peur et la culpabilité, et peut être la répétition des faits, entrerait dans la catégorie de "très mauvaise réaction".
Il est urgent de prendre des mesures strictes de protection du petit, au présent et dans l'avenir, pour que cela ne se reproduise pas, pour qu'il ne vive pas dans la peur, et pourque ce soit clair pour lui, que personne ne le rend responsable de ce qui lui est arrivé.
Le grand a également besoin d'être aidé; il reste un mineur, un adolescent, une personnalité en construction.
Et toute la famille aura besoin d'être aidée, pour faire le processus de la honte, les reproches, la peine, les culpabilités, et rester soudée face à plusieurs décisions difficiles à prendre, comme par exemple la dénonciation des faits à la Justice et les conséquences..
Le rappel à la Loi reste un incontournable des faits d'inceste et de toute violence sexuelle.
Dans tous les cas, vous devez porter immédiatement les faits à la connaissance des parents, puis ils sont responsables de porter les faits à la connaissance de la Justice et chercher pour leurs deux enfants un suivi psychologique approprié.
Le jeune agresseur n'a pas seulement commis des attouchements sexuels sur une impulsion momentanée, il a aussi usé de la violence et de l'intimidation, ce qui aggrave les faits et indique le besoin urgent d'un travail psychothérapeutique.
Si besoin demandez à un avocat(e) les obligations légales qui en découlent et la procédure à suivre. Vous pouvez aussi vous adresser à une association de défense des droits des enfants.
Cordialement
Miriam Ferrari-Pontet
Praticienne en Psychothérapie
Sexologue-Coach conjugal
Thérapeute Florale de Bach

Miriam FERRARI-PONTET Psy sur Nice

159 réponses

77 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 JUIN 2020

Bonjour,
Ce que vous évoquez s'apparente effectivement à de l'inceste fraternel, donc n'est pas du tout normal, ni bénin...
En effet, ces actes peuvent avoir des répercussions pour l'enfant de 10 ans qui le subit.
Et cela est même très grave et reflète un comportement inapproprié inquiétant chez ce garçon de 14 ans.

Qui est l'expéditeur du message ?

Cordialement
Hypnothérapeute clinique - Thérapie intégrative & holistique

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

3417 réponses

13465 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 JUIN 2020

Bonjour,
Quoi que l’on mette derrière le mot « préliminaires » que vous utilisez, ces pratiques sont bien des jeux à caractère incestueux .
Tout autant que les gestes eux-mêmes, le climat qui les accompagne : insistance, chantage, créent une emprise qui ne fait que renforcer l’aspect nocif de ces pratiques. Celles-ci ne peuvent être intégrées dans le psychisme d’un enfant. D’où les ravages psychologiques lorsque plus tard, tout cela est compris, tout cela prend sens, … mais trop tard, le mal est fait.
Il est temps pour les parents de reprendre la main, expliquer, sanctionner si nécessaire, et se rapprocher d’un(e) psy afin de savoir ce qu’il en est du garçon, ses motivations… ce qu’il en est du vécu de la sœur….afin que cette situation ne perdure pas.
Recevez mes salutations

Maurice Gaillard Psy sur Vincennes

2140 réponses

6143 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 JUIN 2020

Bonjour,

Le terme d'"inceste" concerne en effet des relations sexuelles entre membres d'une même famille, mais il nécessite également que l'un des deux soit en âge, réel et psycho affectif, d'être conscient de la portée de son acte.

Or, il faudrait que je puisse entendre cet adolescent de 14 ans pour savoir ce qu'il comprend réellement de la situation.

Ensuite, une autre question se pose, et celle-ci est à mon sens la plus importante.
Il s'agit de la position de domination que l'ainé exerce sur le cadet.
Cette position et ce qu'elle induit dans leur relation, est ce qui est le plus dommageable pour la construction psychique du plus jeune.

En effet, il n'est pas rare que dans une même fratrie, certains enfants partagent ensemble leurs interrogations sur la sexualité er expérimentent ensemble.
Et puis lorsque la question de l'interdit prend tout son sens, cette pratique s'arrête normalement grâce à l'abord de la culpabilité, sentiment qui prend naissance lorsque la notion d'interdit: interdit de l'inceste, interdit de faire mal et tous les interdits qui découlent de l'acceptation de la Loi.

En revanche, cette expérimentation n'est pas dommageable, tant qu'il y a un désir d'expérimentation de part et d'autre et donc un accord entre les deux.

Dans la situation que vous exposez, l'ainé se sert de sa position de plus grand pour exercer une pression sur le plus jeune et cette pratique s'apparente donc à autre chose.
Il s'agit d'une pratique où la sexualité ne peut s'aborder que sous la contrainte, la domination et la violence.

Il y a donc forcement un impact très important sur la construction de ces deux jeunes gens.

L'ainé doit entendre quelque chose de la Loi et être arrêté dans sa demande, dans sa façon de vivre sa position d'ainé.

Quant au plus jeune il doit être protégé.

Quant à vous qui êtes détenteur de cette information, il est important que vous interveniez.

Soit directement si vous êtes en âge de le faire, soit en avertissant un adulte.

Il sera également important d'accompagner ces deux jeunes gens.

Je peux vous accompagner dans ce cheminement.

Sachez que je propose des consultations à distance parallèlement à mon cabinet situé dans le centre de Paris.

Je reste à votre écoute.

Bien à vous,

Perrine Déprez
Psychologue - Psychanalyste
Thérapie pour Adultes - Adolescents - Couples
Coach pour les parents et les adultes

Perrine Déprez Psy sur Paris

110 réponses

177 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

13 JUIN 2020

Bonjour,

En effet il s'agit bien d'inceste. Ce n'est donc pas bénin à la pré adolescence d'avoir ce genre de comportement. Cela vient souvent signifier que l'enfant/l'ado/ l'adulte a soit vu ou subi lui même des attouchements voir un viol.
Et en effet cet acte a des conséquences délétères dans le développement psycho-affectif et pour sa sexualité.
Il est important que vous puissiez reprendre avec ce pré-ado, que vous puissiez notamment consulter pour lui, afin qu'il puisse s'exprimer sur ces agissements. De même pour l'enfant qui subit ces attouchements. Ce dernier est en plein psycho traumatisme, il aura surement besoin de temps avant de pouvoir en parler librement. Il va avoir besoin d'un accompagnement.

Bien à vous,

Madame George, psychologue clinicienne ( approche psychodynamique, consultations en ligne, enfants/ ados/ adultes).

Angelique George Psy sur Elbeuf

144 réponses

177 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

12 JUIN 2020

Bonjour Yoko,

Oui, ce que vous décrivez est de l'ordre de l'inceste. Et bien évidemment que cela peut avoir des conséquences, non seulement sur le plus jeune, mais également sur le plus grand qui impose ses pratiques.
Forcer quelqu'un à des actes sexuels n'est pas normal, quelque soit l'age, quelques soit les circonstances. Et le fait que ce soit sur un enfant est un facteur aggravant.
Si vous avez connaissance de ce type d'acte, il faut au plus vite agir !

Bien cordialement,

Marion Favry

Marion Favry Psy sur Paris

510 réponses

900 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Psychologie enfant

Voir plus de psy spécialisés en Psychologie enfant

Autres questions sur Psychologie enfant

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 9250 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 12050

psychologues

questions 9250

questions

réponses 53200

réponses