J'ai laissé mon fils pleurer toute une nuit à l'âge de 6 mois

Réalisée par Coco 98 le 31 janv. 2018 8 réponses  · Psychologie enfant

Bonjour,


quand mon fils avait six mois en 1996, j'étais épuisée par les nuits entrecoupées depuis les derniers mois de la grossesse, sans soutien de mon mari. Après avoir lu le livre "J'élève mon enfant" de Laurence Pernoud, j'ai décidé d'appliquer la méthode qui y était décrite, c-à-d entrer dans la chambre de Bébé, lui chuchoter quelques mots rassurants, lui poser la main sur son ventre, mais ne pas le prendre dans les bras, ne pas le sortir du lit... donc en gros le laisser pleurer puis sortir de sa chambre.... Mais comme il ne se calmait pas, j'ai fermé la porte au bout de trois ou quatre essais, je me suis couchée et j'ai essayé de me rendormir. C'était une nuit atroce - une des pires de ma vie - mais j'ai tenu bon et finalement bébé s'est endormi (environ 2 ou 3 heures après).


A l'époque j'étais moins préoccupé par la psychologie et j'observais certainement moins mon enfant... Le matin, il me souriait en tout cas, n'avait pas l'air tracassé, et depuis ce moment-là il faisait ses nuits.


Mais aujourd'hui, je crains que cela ait provoqué un énorme stress et que ce traumatisme est peut-être été responsable du fait que mon fils de 22 ans, est quelqu'un de timide, manque de confiance, toujours hésitant, pas capable de se prendre en main qui n'avance pas dans ses études.


Or, sa sœur (16 ans), que je n'ai jamais laissé pleurer est tout le contraire. Sûre d'elle, studieuse, décide vite, avec des goûts très sûrs...


SVP dites-moi ce que vous en pensez ?


Je vous remercie par avance.

confiance

Meilleure réponse

Bonjour COCO
je peux vous rassurer qu'une nuit à pleurer n'a pas pu faire de votre enfant une personne stressée, timide ou introvertie!
Vous avez deux enfants différents , l'un plus extraverti et l'autre plus timide, une plus studieuse et l'autre moins! Peut être l'absence de la présence paternelle aurait pu influer sur le caractère du garçon? Car pour le développement d'un enfant la présence du père est très importante!
Proposez à votre fils de suivre une thérapie peut être il pourra ainsi trouver confiance en lui et amour propre, ainsi pouvoir avancer et aller mieux!
Mais surtout ne vous culpabilisez pas du tout, vous avez été et vous êtes une bonne mère, qui s'est préoccupé de trouver la meilleure voie pour élever ses enfants donc dites vous que aucun parent est parfait et que l'important c'est d'aimer ses enfants et de faire de son mieux pour eux! Mais surtout les enfants ont besoin d'avoir une maman sereine et satisfaite pour bien grandir!
Courage!
N'hésitez pas à nous réécrire ici ou sur l'espace du praticienne de votre choix.
Bien à vous
Livia CLARA VILNAT
Praticienne en psychologie et psychothérapie

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,

Ne vous culpabilisez pas : quelle maman peut dire "j'ai été parfaite" ? Moi je n'en connais pas et c'est tant mieux. La perfection n'est pas ce qu'un enfant attend de sa maman.

Il ne faut pas croire que cette nuit de pleurs a conditionné et déterminé à tout jamais le caractère de votre enfant car ce serait faux : elle y a sa place, ça , certainement, comme tous les événements de notre vie. Mais s'il est réservé, moins expansif que sa sœur, ce n'est pas lié à un seul événement : il y a un tout faisceau de données qui forge le caractère.

Par ailleurs, être réservé n'est pas une pathologie. Evidemment si sa timidité le paralyse dans les domaines principaux de sa vie, ce que vous semblez nous dire dans votre message, il serait bon qu'il aille en parler avec un spécialiste. Comme il est largement majeur, vous pourriez le lui suggérer et peut-être qu'il ira. Mais peut-être qu'il n'ira pas tout de suite : à 22 ans, il est rare qu'on suive les conseils de sa mère... Mais l'idée fera son chemin, et s'il en ressent le besoin il fera la démarche en temps voulu.

Cordialement
Frédérique Le Ridant
Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

3 JANV. 2019

Logo Anonyme-331608 Anonyme-331608

170 réponses

907 J'aime

Bonjour,
Une question me vient à l'idée en vous lisant: Pourquoi ne pas avoir appliqué la même méthode pour sa sœur. Vous avez, comme tous les parents, appris sur le tas avec ce que vous pouviez faire à l'époque. Vous décrivez la pire nuit de votre vie. S'il y a traumatisme, c'est de votre coté et non de l'enfant. Votre fils est timide pour beaucoup de raison, sans doute très loin de ce que vous imaginez. Pour lui le meilleur remède serait de faire du théâtre.Faite lui confiance, si sa timidité est trop lourde pour lui il luttera contre elle. Votre angoisse risque de figer sa situation que vous exposez comme immuable et de votre faute. Beaucoup de gens célèbres ont eu aussi à combattre leur timidité. bon courage à vous
Claudette Monnery

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

5 FÉVR. 2018

Logo Monnery Claudette Monnery Claudette

69 réponses

25 J'aime

Ah la culpabilité des mères... je vous comprends Coco et je tiens à vous partager ceci: si vous aviez eu une autre méthode-conseil et que vous n'ayiez pas laissé pleurer votre fils à 6 mois, et qu'il soit aujourd'hui tout de même le jeune homme timide qu'il est... vous vous poseriez la même question et vous demanderiez surement si vous n'auriez pas du, au contraire le laisser pleurer. Vous avez le contre exemple de votre fille, sa soeur... qui elle semble confiante en elle. Mais chaque enfant a sa personnalité propre à la base, et même si l'éducation joue un rôle dans le développement de nos enfants, elle n'est pas non plus responsable de tous leurs traits de caractère. Votre fils a une maman sensible et intelligent capable de se remettre en question, et qui a du agir de la sorte à l'époque car elle ( vous) ne pouvait pas trop faire autrement ( vu la situation que vous décrivez). Vous pourrez dialoguer avec votre fils à ce sujet afin de lui permettre de libérer paroles et émotions, qu'il pourra travailler avec un psy si besoin... et déjà c'est toute une part du travail que vous lui permettez! Après, il y a des choses qui ne vous appartiennent pas ( plus) et auxquelles votre fils pourra s'intéresser s'il en ressent le besoin. Faites lui confiance, il a surement eu de l'amour de votre part n'est ce pas? Une dose suffisante pour pouvoir s'épanouir ( 22 ans c'est jeune! Il n'a pas fini de "grandir"), alors j'espère que vous pourrez apaiser le sentiment de doute, culpabilité quant à un acte que vous avez posé non pas par désamour, par violence ou par abandon, mais par nécessité au moment vécu.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

1 FÉVR. 2018

Logo Anonyme-285560 Anonyme-285560

108 réponses

137 J'aime

Bonjour Coco,
Heureusement que le fait de laisser votre fils pleurer seul dans son lit alors qu'il était bébé n'a pas eu une influence définitive sur ce qu'il est devenu aujourd'hui. Vous avez fait à ce moment là, ce qui vous semblait le mieux pour lui et pour vous.
Votre fils a développé son propre tempérament et vous n'avez en rien à vous culpabiliser mais simplement à lui apporter votre soutien et à lui conseiller de consulter quelqu'un pour l'aider à sortir de son positionnement, peut-être en tentant une thérapie familiale ce qui pourrait vous aider tous les deux.
Restant à votre écoute.
Bien cordialement.
Ghislaine PATTE - Thérapies : Individuelle, Familiale et Conjugale

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

31 JANV. 2018

Logo Ghislaine PATTE Ghislaine PATTE

562 réponses

1245 J'aime

Bonjour Madame,

Ce ne peut être juste cet événement que vous décrivez, d'une nuit, qui fait que votre fils aîné est timide et manque de confiance en lui. C'est tout simplement qu'il est votre premier enfant et que vous avez appris à être mère avec lui - avec toutes les questions qui se posent, toutes les hésitations, votre propre timidité peut-être,

En gros, et avec un peu d'humour, on pourrait dire qu'il a "essuyé les plâtres".

Vous vous posez des questions aujourd'hui et sans doute éprouvez-vous un sentiment de culpabilité. Avez-vous songé à en parler avec votre fils? A lui raconter ses premiers moments de vie, ses premières semaines et mois, sa petite enfance? Ce pourrait être bien d'avoir ce dialogue avec lui, afin aussi de dédramatiser...

Si votre fils vous paraît trop inhibé, trop peu sur de lui, avez-vous par ailleurs songé au fait qu'il pourrait consulter? Ce peut être une piste, pour l'aider...

Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

31 JANV. 2018

Logo Fabienne Verstraeten Fabienne Verstraeten

967 réponses

3664 J'aime

bonjour
le développement psychologique se fait sur du long terme, une nuit ne peut en aucun cas avoir une influence sur le caractère de votre fils.

Pourquoi culpabiliser? pour une seule nuit de pleurs
bien à vous
sylvie vulliermet
psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

31 JANV. 2018

Logo Sylvie Vulliermet Sylvie Vulliermet

137 réponses

232 J'aime

Bonjour,

Ah, ces mères qui sont responsables de tous les maux !
Non, rassurez vous. A vous lire, et même si le père était peu présent, on ne voit ni maltraitance, ni abandon qui pût justifier la timidité, le manque de confiance de votre fils.
Ce ne sont pas quelques nuits sans câlins qui vont fixer ad vitam aeternam le destin d′un individu.
Et puis, la résilience, ça existe. Placés dans des conditions identiques, deux personnes réagiront différemment. L′essentiel étant maintenant, outre votre affection, de lui proposer ce qui pourrait le booster un peu : faire le point avec un psy, du sport, des voyages, une activité qui le confronte à lui même et aux autres.
Et le père (ou une autre figure paternelle) dans tout cela ?
Cordialement

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

31 JANV. 2018

Logo Maurice Gaillard Maurice Gaillard

1889 réponses

5582 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
Mon fils de 6 ans pleure pour tout

6 réponses, dernière réponse le 11 Décembre 2016

Comment, à l'age adulte, dépasser le psychotrauma de l'enfant ?

5 réponses, dernière réponse le 20 Septembre 2018

Enfant de 6 ans : fortes colères à la frustration et coups

3 réponses, dernière réponse le 06 Août 2019

Mon enfant de 6 ans ne veut plus aller à l'école.

4 réponses, dernière réponse le 18 Mai 2018

J'ai du mal à nouer des relations

2 réponses, dernière réponse le 04 Février 2019

Problème de sommeil d'un bébé de 18 mois

2 réponses, dernière réponse le 03 Janvier 2018

ma fille de sept ans ne me laisse plus dormir

2 réponses, dernière réponse le 04 Avril 2018

Mon fils de 14 ans a fait des attouchements sexuels

13 réponses, dernière réponse le 14 Avril 2017