j'ai une forte dépendance affective envers mon copain et mes amis

Réalisée par elise76 · 7 avril 2020 Dépendance affective

Avec mes amis j'ai toujours le besoin d'être reconnue, aimée pour mes qualités d'amie présente, de conseillère, je donne énormément mais j'ai honte de demander à mon tour et ça m'a déjà poussé à exploser de façon violente en blessant mes amies proches sans pouvoir l'expliquer parce que je pense que je souffrais d'être loin de ces personnes et que je ne me l'avouais pas. C'est arrivé avec les personnes dont j'étais le plus proche que j'ai revue en vacances après une longue séparation car je ne vis plus dans la même ville et on avait une très forte complicité depuis de longues années, ces personnes m'ont pardonnés et ont compris que j'avais juste besoin d'aide et qu'on me pousse à parler de moi et de ce qui me bloque dernièrement. Avec mes amis de quotidien je montre un bon visage toujours gaie toujours prête à aider et à parler mais moi il faut me pousser pour que je me déballe mon sac. J'ai me suis mis énormément de pression ces dernières années au sujet de mes études (je suis en prépa) car ma famille m'a fais comprendre que j'étais leur espoir en quelques sortes et je pense que ça m'a beaucoup empêché de vivre sainement dernièrement. De plus ma dépendance la plus forte est devenue mon copain et je me rends compte qu'il y a un déséquilibre entre ce que je donne et ce que je veux recevoir et malgré ses efforts je sens que ce n'est jamais assez et je doute trop souvent de son amour alors qu'objectivement je sais qu'il fais de son mieux pour mon bonheur. Ça me bloque, me fais de la peine trop souvent et m'empêche d'avancer dans d'autres domaines et je ne supporte plus d'être aussi "faible".

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 7 AVRIL 2020

Bonjour Elise,
A vous lire, je constate beaucoup de choses, ce besoin d'être totalement disponible pour les autres pour vous sentir aimée.
Cette phrase m'a interpellé : "J'ai me suis mis énormément de pression ces dernières années au sujet de mes études (je suis en prépa) car ma famille m'a fais comprendre que j'étais leur espoir"
Vous vous rendez compte de la pression que vous subissez de la part de vos parents, c'est pas normal...

Il y aurait un travail de fond à faire auprès d'un thérapeute pour sortir de toutes vos fausses croyances sur ce que vous devez être pour être aimée, admirée, etc...
Il y a me semble t-il un schéma d’assujettissement, qui veut dire : "je dois toujours plaire à tout le monde", ce qui sous-entend que vous oubliez totalement vos besoins, vos priorités...

Maintenant êtes vous prêtes à vous investir dans ce travail sur soi ?

Restant à votre disposition si vous êtes de ma région,
Hypnothérapeute clinique - Thérapie intégrative & holistique

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

3731 réponses

15134 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 AVRIL 2020

Bonjour,
Tout ce que vous nous dites me fait penser que vous pourriez réellement bénéficier de faire une thérapie. Votre explosion face à vos amis est la conséquence d'avoir tu vos attentes, comme si vous ne pouviez exister qu'en étant au service des autres, et que la réciproque ne pouvait pas se faire.
Je suis très inquiète au sujet de vos études et j'espère sincèrement que vous y prenez plaisir. Il vous faudra certainement un jour ou l'autre réviser vos orientations d'études ou professionnelles, de façon à aller dans la voie qui vous convient et non pas porter les exigences de votre famille.
Bien à vous
Sylvie Protassieff
Psychologue clinicienne - Psychothérapeute – Psychanalyste (Paris)
Pendant la période de confinement, j’assure mes séances par FaceTime, WhatsApp, Skype, Zoom et téléphone

Sylvie Protassieff - Psychologue Psy sur Paris

811 réponses

523 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 AVRIL 2020

Bonjour Elise,
Bravo ! Vous avez déjà fait une partie du travail : vous avez identifié votre problème relationnel qui est la dépendance affective.
Ce symptôme est lié à la blessure d'abandon, contractée pendant la petite enfance, vous ne l'avez peut-être pas conscientisée.
Il faut savoir en effet que ce trauma, très répandu hélas, fait que l'individu qui le porte a tendance à chercher dans l'amour ou l'affection de l'autre, l'amour dont il a cruellement manqué tout petit (il n'est pas nécessaire d'avoir été concrètement abandonné enfant, mais de l'avoir ressenti). Vous constatez vous-même que ce n'est pas la vraie solution : " malgré ses efforts, je sens que ce n'est jamais assez..". C'est en réalité en recontactant et en allant vous même guérir votre "enfant intérieur" que vous y parviendrez.
Thérapeute holistique (travail sur les quatre dimensions de l'être : corporel, psychologique, émotionnelle et spirituelle), je suis à votre disposition pour vous aider à vous en sortir.
Véronique

Véronique BLANCHE Psy sur Saint-Brieuc

2728 réponses

1577 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 AVRIL 2020

Bonjour,

Etre celle qui porte la réussite familiale est une pression énorme.
De plus, elle peut induire la croyance que si je ne suis pas à la hauteur on ne va plus m'aimer.

Restaurer cette croyance pour changer les comportements qui vous pèsent et vous épuisent peut être une démarche que vous pouvez mener avec un thérapeute. Vous avez le droit de prendre soin de vous comme de l'autre ; à égalité.

Je suis à votre disposition
Bien à vous

Fabienne Villagrasa, Thérapeute

FABIENNE VILLAGRASA Psy sur Plouguernével

80 réponses

26 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 AVRIL 2020

Bonjour élise,

Votre message laisse entendre une forte pression de la part de votre famille. Vous vous décrivez dépendante, mais si vous avez grandi dans "tu es notre espoir", évidemment que vous ne pouvez pas vous permettre de montrer votre vrai visage et ce que vous décrivez comme des faiblesses. C'est trop dangereux pour votre équilibre.

Or, ce ne sont que des croyances qui sont fausses et qui vous font du mal. Elles vous empêchent de vous réaliser et de développer votre plein potentiel !

Un travail thérapeutique, avec des outils adaptés, peut vous aider à vous détacher de ces croyances et surtout, le plus important, va vous permettre de vous lâcher petit à petit pour que les autres vous comprennent de mieux en mieux et arrivent à mieux comprendre vos attentes pour pouvoir y répondre de manière plus adaptée.

La dépendance que vous decrivez cache certainement une grande peur de déplaire et de décevoir qui se traduit par un besoin d'être utile pour l'autre. C'est un objet qui est utile pas vous ! Vous êtes tellement plus que ça pour ceux qui vous aime, mais vous devez apprendre à leur faire confiance.

Je reste disponible si vous souhaitez en discuter plus longuement.

Bien cordialement
Amélie.

Amélie Martin Psy sur Saint-Paul (La Réunion)

10 réponses

7 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 AVRIL 2020

Bonjour Elise,

Vous décrivez votre fonctionnement et ce dont vous souffrez, mais vous ne posez pas de question ni de demande précise. Que désirez-vous vraiment ?

La plupart du temps, l’exploration de la réponse à cette question permet déjà de bien avancer vers la solution. Mais encore faudrait-il vous autoriser à désirer…
Je vous invite à entreprendre une psychothérapie pour comprendre pourquoi et comment, dans votre histoire, et dans votre système familial, vous avez mis en place un positionnement de « sauveteuse/victime » dans votre relation à l’autre, quel qu’il soit, toujours prête à en faire des tonnes pour vous faire aimer, sans oser refuser, sans rien oser demander clairement non plus, mais tout en espérant qu’on devine vos besoins non formulés.
Du coup vous êtes immanquablement déçue, et vous en faites le reproche à l’autre sans réaliser qu’il n’a pas à vous deviner ni ne peut lire dans vos pensées…
Dans un second temps vous pourriez apprendre à contacter vos désirs, à en prendre la responsabilité en vous autorisant à les exprimer et à vous donner ce dont vous avez besoin, quand bien même il faudrait le demander. Car remettre vos désirs (bonheur) entre les mains d’autrui, c’est donner à autrui beaucoup de pouvoir et prendre le risque de ne jamais les satisfaire…

Bien à vous,

Caroline GORMAND
Psychothérapie intégrative, Hypnose, Sophrologie
(Pendant le confinement, uniquement sur téléconsultations. Modalités : me consulter)

Caroline GORMAND Psy sur Clermont-l'Hérault

1287 réponses

1672 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Dépendance affective

Voir plus de psy spécialisés en Dépendance affective

Autres questions sur Dépendance affective

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 11900 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 12800

psychologues

questions 11900

questions

réponses 70400

réponses