Je consulte de psy et les consultations s'interrompent brutalement

Réalisée par Ouahid111 · 20 août 2020 Aide psychologique

Bonjour,
et avant toute chose merci d'offrir cet accès pour des questions ponctuelles. Ma question porte sur une situation un peu particulière que j'ai vécu avec des psychologues.

J'habite à l'étranger, dans une culture bien différente à la culture française qui est la mienne et en consultant un psy dans ce pays, je m'attendais à ce qu'il y ait des différences. Cependant, j'avais besoin d'un soutien. J'ai donc consulté une personne qui m'a fait énormément de bien pour surmonter un évènement personnel. J'ai continué d'y aller pendant plusieurs mois parce que l'acte de me trouver dans son cabinet, face à elle, avait le même effet sur moi que la cloche pour les chiens de Pavlov. J’avais l’impression de suivre un chemin positif qui me procurait un réel bien-être avant et après les séances (même si certaines remarques m'ont affecté comme le fait de m'entendre dire que mon cerveau n'avait pas de connexions avec l'aire émotionnelle ou que j'avais une relation d'addiction à la tristesse). Puis elle m'a annoncé qu'elle partait. Je l'ai mal vécu mais, ce qui a été pire pour moi, est qu'il avait été entendu qu'elle m'appellerait pour fixer un dernier RDV pour "clôturer la session". Elle ne m'a jamais appelé. Quand j'ai pris l'initiative de le faire, la secrétaire m'a dit que celle-ci avait reçu tous ses patients et que par conséquent elle n'accueillait plus personne. Pour "clôturer la session", selon ses termes, pour donner une nécessaire conclusion à ce cycle, je lui ai écrit une lettre où je lui exprimais mon incompréhension mais où je la remerciais également. Elle m'a répondu qu'elle avait été malade, ce qui ne m'explique rien : les secrétaires à mon sens servent précisément à prévenir les patients de ce genre de contingent et les autres patients n'ont, selon cette dernière, pas eu ce genre de problème. D'autre part, je dois bien avouer que le fait d’écrire n'a pas eu l'effet bénéfique que j'attendais.

J'ai repris les séances avec sa collègue. C'est un effort, à mon sens, de changer de thérapeute mais j'avais l'impression de remonter la pente, de recréer un lien de confiance. Un jour, pourtant, elle a repoussé une séance ; c’était déjà arrivé mais, encore une fois, le jour du rendez-vous, elle m'a écrit en me disant qu'elle ne pouvait pas recevoir de patient, que la clinique était en cours d'accréditation, que ça engendrait des travaux, qu'elle me rappellerait en tout début de semaine prochaine pour convenir d'un nouveau rendez-vous. C'était contrariant mais compréhensible. Néanmoins, je n'ai jamais été rappelé. Je lui ai écrit un mois plus tard pour dire que j'aimerais savoir pourquoi elle avait décidé de mettre fin à la thérapie, et que je le vivais d'autant plus mal que c'était une expérience réitérée. En l'espace de 6 mois, c'est beaucoup, je trouve.

J'avoue que je ne comprends pas cette attitude. Je n'ai pas l'impression d'avoir eu un comportement déplacé. Il est certes arrivé qu'à plusieurs reprises, quand j'exprimais un sentiment de tristesse, de contrariété, de frustration suite à une situation évoquée, que dans la reformulation, les professionnelles l'évoquent comme de la colère ou de l'ire ("ira" dans la langue du pays, l'Equateur), ce qui ne correspondait pas vraiment à ce que je voulais manifester. Cela faisait davantage référence à ce que j'avais exprimé en première séance, à savoir que j'ai du mal à contrôler mes émotions et, entre autres, la colère (ponctuellement). Je ne peux cependant pas être résumé à cela.

Neuf mois ont passé et je vis toujours très mal cette situation. Avec l'enfermement de ces derniers mois, la peine est plus intense encore, elle est morale et physique. On confie une partie de son âme à un psy, on lui dit des choses qu'on n'arrive même pas à confier à soi-même, on s'expose sous un jour qu'on ne cherche pas à rendre avantageux parce qu'on met l'accent sur ce qui ne tourne pas rond chez soi. Subir ce rejet une fois, deux fois est pour moi une souffrance réelle où je ne peux éviter de me remettre en question en tant que personne. Suis-je incurable ? Qu'ai-je en moi qui empêche une attention banale ? Ne pourrais-je pas avoir un suivi normal ou, à tout le moins, un message m'expliquant les raisons de ce refus ?

C'est tout l'objet de ma question. Je ne sais pas comment surmonter cette situation qui est de moins en moins vivable. J'attendais du temps qu'il me le fasse oublier mais ce n'est pas le cas. Et chaque sortie dans la ville relativement petite me fait craindre et en même temps espérer de revoir ces deux personnes, dans l'espoir d'une illusoire confrontation. J’ai depuis peu entrepris de contacter un troisième psychologue mais le sujet est évacué et, par ailleurs, je ne parviens plus à verbaliser mon ressenti. J’ai sans cesse peur d’être jugé, méjugé.

Si vous en êtes là, je vous remercie d'avoir eu la patience de me lire jusqu'au bout et je vous serai encore plus reconnaissant si vous me répondez.

Bien cordialement,

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 21 AOÛT 2020

Bonjour,
Je comprend bien votre désarroi, vous vous sentez abandonné à votre sort, sans explication.
Il est vrai que pareil événement qui se répètent peuvent vous fragiliser d'autant plus que vous avez besoin de soutien face à vos difficultés.
Je vous encourage à vous poser des questions sur l'abandon dans votre vie, cette blessure, qu'est ce qu'elle évoque en vous.
Prenez le temps d'écrire tout ça, de mieux vous comprendre et analyser ces deux événements pour vous.
Bravo pour le chemin que vous faites de mettre vos doutes et difficultés sur notre plateforme.
Ecrire ne soulagera pas votre peine pour l'instant, mais cela vous permettrai de faire le tri.
Art thérapeute de formation, je peux aussi vous permettre d'évacuer sur une séance en ligne par la création, collage, dessin, écriture etc...
Avec mon soutien
L'Atelier Évoluer la vie-Alice BESSEAU

Atelier Evoluer la Vie - Alice BESSEAU Psy sur Couëron

192 réponses

65 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 OCT. 2020

Bonjour Ouahid,

Je comprends votre déception alors que les relations thérapeutiques s'étaient installées dans la confiance.
Il est important que vous analysiez tout ce qui s'est rejoué de votre histoire dans ces arrêts de thérapies soudaines et sans pouvoir clôturer et vous exprimer.
Je vous recommande de trouver un(e) sophro analyste qui vous aidera à comprendre la blessure psychique activée par ces expériences.
Vous pourrez ainsi allez de l'avant et évoluer dans votre cheminement personnel.
Si vous craignez d'être jugé par votre thérapeute, vous pouvez lui expliquer cela pour le travailler, c'est une des clés de votre épanouissement.
Vous souhaitant de dépasser vos difficultés.
Bien cordialement
Nathalie Moraldo,
Sophro-analyste spécialisée en désactivation traumatique
Marseille et Vaucluse.

NATHALIE MORALDO Psy sur Marseille

102 réponses

40 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 AOÛT 2020

Bonjour Ouahid111
La répétition que vous mettez en lumière ici m'interpelle et ne pousse à vous questionner sur ce phénomène. Dans votre vie, cette situation se répète-t-elle fréquemment? Cette situation ou d'autres? Il y a peut être des éléments dont vous ne vous êtes pas saisi durant votre travail thérapeutique. Il semble que vous ayez été vexé de certains mots "certaines remarques m'ont affecté comme le fait de m'entendre dire que mon cerveau n'avait pas de connexions avec l'aire émotionnelle ou que j'avais une relation d'addiction à la tristesse", qui ne sont pas posés dans un but de vous vexer mais de vous expliquer ce qui coince et d'orienter le travail vers là. Le niveau de votre vexation vous a peut être empêcher de vous saisir de ces pistes de travail et d'élaborer les éléments en exergue dans le travail.
Votre demande me semble un peu ambivalente dans le sens où vous prenez la peine de bien tout expliquer puis vous demandez ensuite une "attention banale", or vous le voyez bien, rien n'est banal dans la qualité de l'écoute d'un psychologue.
Il me semble que vous êtes en colère, que cette colère n'est pas récente en vous, et que probablement elle domine dans vos émotions, elle prend le dessus et vous avez peut être du mal à voir clair dans votre régulation émotionnelle. Peut être pourriez-vous vous tourner vers un psychologue qui travaille aussi avec le corps et donc des thérapies psycho corporelles, cela vous aidera à reprendre confiance et à livrer votre ressenti autrement qu'avec des mots.
Un travail sur les émotions et leur gestion ainsi que sur la répétition pourraient être un bon point de départ. Qu'en pensez-vous?

Patricia ELDIN

Patricia Eldin Psy sur Remoulins

683 réponses

264 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 AOÛT 2020

Bonjour
Je comprends votre déception , votre désarroi et vos réticences à vous confier à nouveau .
La règle ici en Europe en cas de fin de traitement est de prévenir la personne longtemps à l'avance et de prévoir ensuite 2 ou 3 entretiens .
Une déjà longue pratique de l'éthnopstchologie ma fait découvrir que cela ne se passe pas ainsi dans d'autres cultures notamment africaines ou latinos américaines .

Je compatis à votre détresse et je vous suggère des téléconsultations , telles que je les pratiques depuis 12 ans avec des experts formés en occident ..
Bon courage et bonne chance .

Anonyme-350682 Psy sur Perpignan

44 réponses

30 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 AOÛT 2020

Bonsoir Ouahid,
vous avez à vous interroger a priori sur l'attachement, la blessure d'abandon...Et travailler sur les émotions.
Je peux me rendre disponible pour des rendez vous par visio.
Marie-Christine Morin-Lacourrege
Psycho sexologue clinicienne
Thérapeute de couple
Praticienne EFT (emotional freedom technics)

Marie Christine Morin Lacourrege Psy sur Lamothe-Landerron

83 réponses

10 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 AOÛT 2020

Bonjour Ouahid,
Ce qui m'interpelle dans votre récit, c'est l'attachement qui se crée dans la relation avec vos thérapeutes : vous évoquez le bien être juste avant et après les séances, et implicitement le désarroi dans lequel vous vous trouvez le reste du temps et quand le thérapeute vous "laisse tomber", comme si l'on vous arrachait ce qui vous remplit, vous fait du bien. Cela ressemble fort à de la dépendance affective, due à la blessure d'abandon contractée pendant votre petite enfance, même si vous ne conscientisez pas ou pas encore les faits qui ont pu générer ce ressenti. Votre "enfant intérieur" est toujours blessé, vous avez grandi avec la peur latente d'être abandonné à un moment ou un autre par ceux qui vous accordent de l'attention, y compris votre thérapeute. Vous ne le voyez pas comme un professionnel aidant, vous créez un lien affectif et bien évidemment, lorsque pour des raisons diverses, les séances s'interrompent, la blessure d'abandon est réactivée. Vous avez vécu de façon un peu violente ce qu'il s'est passé mais cela a eu le mérite de vous interpeller. Aujourd'hui, vous êtes en mesure de comprendre que le thérapeute n'est que de passage dans votre vie pour vous aider à trouver vos ressorts, votre chemin et que si vous êtes autant affecté par une prise de distance, c'est que vous avez à régler cette blessure d'abandon. Cela peut se faire par différentes techniques consistant à recontacter votre enfant intérieur pour initier le processus de guérison. Vous devez apprendre à vous accepter, à vous aimer tel que vous êtes, pour mettre fin à votre inconsciente conviction que si l'on vous "abandonne", c'est que vous n'êtes pas assez aimable au sens propre du terme.
Il existe de nombreuses techniques pour cela. En restaurant l'amour de vous-même, vous n'aurez plus besoin de vous "nourrir" de l'autre parce que vous serez dans votre complétude et que vous pourrez entretenir des relations plus saines : sachez que la dépendance affective a tendance à faire fuir, elle peut devenir étouffante. L'équilibre est en soi, vient de soi, jamais des autres.
Je vous conseille de reconsidérer la situation sous cet angle et de chercher un nouveau Thérapeute dans cette optique. En attendant, vous pouvez lire l'ouvrage de Lise Bourbeau "les 5 blessures qui empêchent d'être soi même" et calmer vos angoisses par la pratique de la méditation (nombreuses capsules de méditations guidées sur You Tube).
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute holistique

Véronique BLANCHE Psy sur Saint-Brieuc

2745 réponses

1581 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 AOÛT 2020

Bonjour,
Désolé que ce thérapeute n'ait pas pris le temps nécessaire d'expliquer.... On peut réfléchir sur la dépendance induite par la relation qui se crée entre un thérapeute et une personne consultante, certains vont accentuer cette dépendance pour l'utiliser dans leur travail sans poser de limite de temps et d'autres thérapeutes au contraire vont essayer de la minimiser. Je pense pour ma part qu'il est préférable d'être clair et de poser un cadre limitant comme on peut le faire dans la thérapie brève. Après tout le but n'est-il pas de favoriser l'autonomie même si c'est en partant d'une base sécure ?
Bonne journée à vous dans ce nouveau jour qui est le vôtre

Anonyme-379231 Psy sur Versailles

8 réponses

3 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 AOÛT 2020

Bonjour Monsieur
votre propos parle d'un lien malmené entre vous et les thérapeutes, vous parlez aussi implicitement d'un autre lien autour de quelque chose qui est difficile à exprimer pour vous mais difficile à entendre pour celui qui vous écoute.
Vous arriverez sans aucun doute à trouver quelqu'un qui peut entendre ce qui vous est arrivé et ce qui vous arrive.
Bon courage
Cordialement
J Paul Aubel
Psychologue clinicien

Anonyme-372197 Psy sur Besançon

34 réponses

15 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 AOÛT 2020

Bonjour Ouahid,

Ma collègue vous a formulé une réponse qui contient déjà plusieurs pistes : vos difficultés vous poussant à consulter, angoissé d'abandon, transfert thérapeute patient etc.

Votre message a été fidèle à votre ressenti que vous décrivez notamment l'incompréhension mêlée à l'ira dont vous parlez.
Il est très possible que ces deux situations de rupture thérapeutique aient rejoué pour vous une incompréhension et une colère que vous travailliez probablement en thérapie. Seulement là elle s'est jouée dans votre relation de patient à thérapeute.

Vous avez cependant malgré cela su aller de l'avant et de solliciter un autre professionnel, c'est-à-dire que la confiance que vous avez quand même pu avoir avec ces deux psychologues a été assez forte pour qu'elle ne brise pas totalement votre besoin en une aide extérieure.

Aujourd'hui, vous avez totalement le droit de vous sentir en colère après ces ressentis et vous en avez également fait part aux professionnels concernées. Afin de pouvoir vous livrer entièrement sur vos ressentis, peut-être que vous pourriez évoquer cette difficulté directement avec votre psychologue ?

Je vous souhaite bon courage et une belle continuation.

Bien cordialement,

Sabrina Caron-Merzouk
Psychologue clinicienne intégrative

Sabrina Caron-Merzouk Psy sur Paris

13 réponses

9 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 AOÛT 2020

Bonjour Ouahid,

C'est avec attention que j'ai lu votre message, mais avant de vous donner un avis sur la situation actuelle, j'aimerai savoir ce que vous rechercher chez cette relation psychologue-patient ou même plus précisément comment vous la visualisez/imaginez?

Pourquoi seriez vous incurable? Vous vous considérez comme malade, mais de quelle maladie parle t on ici?

Vous parlez d'une attention banale, en quoi cela devrait consister clairement pour vous cet échange?

Un suivi normal est une séance à intervalle régulier avec le patient et si la psychologue déménage, vous pouvez aller chez sa consœur librement.... qui peut librement elle aussi décider ou non de poursuivre les séances avec vous, je ne vois pas le problème ici, puisque nous parlons bien de relation d'adulte à adulte.

A t on abordé avec vous l'angoisse d'abandon? Vous a t on parlé de la notion de transfert patient thérapeute?

Je vous félicite vraiment car pour quelqu'un qui ne peut exprimer son ressenti, vous me paraissez particulièrement clair.

Sachez qu'en tant que thérapeute, je n'émets jamais de jugement ou tout du moins je mettrai uniquement des "mots" sur des "maux" durant nos séances, de plus, je vous rappelle que nous ne sommes pas la solution ni le problème d'ailleurs, mais la solution se trouve en vous même et mon rôle est de vous "tenir par la main" pour vous amener à comprendre où ce trouve cette solution sous cette masse de problématiques passées et actuelles.

Bonne continuation à vous
Cordialement

LUGARI Marjorie Psy sur Saint-Maximin-la-Sainte-Baume

2543 réponses

3975 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 11950 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 12800

psychologues

questions 11950

questions

réponses 70800

réponses