Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Je ne parviens pas à tisser de relation

Réalisée par Serie le 12 juin 2018 5 réponses  · Thérapie brève

Bonjour à tous,

Je suis tombé sur ce site par hasard et me lance de la même manière, en espérant en avoir compris l'objet.

Pour situé, je suis un jeune homme qui s'approche de la trentaine, qui vit en couple, et dont le sommeil est régulièrement empêcher par un certain mal être du à mes difficultés sociales.

Depuis tout petit j'ai eu l'impression de ne pas comprendre les codes sociaux, de ne pas savoir comment interagir avec les autres, et donc d'être exclu. Bien sûr, je suis donc toujours passé pour un bizarre, et assurément je l'ai souvent été :).
J'ai cependant toujours réussi à être plus ou moins entouré, que ce soit amicalement ou sentimentalement (le mot est grand). J'ai souvent joué de ma "bizarrerie", m'enfermant parfois dans un rôle, pour avoir ma place, interagir. Je l'assumais correctement, quitte à n'être qu'un clown.

Avec le temps, en grandissant, je me suis "guindé", ne voulant plus de ce rôle. J'ai eu de nombreuses périodes de déprime, sans raisons apparentes. Me réveillant le matin pris d'un sentiment de tristesse, me sentant obligé de penser à une chose ou à une autre qui n'aller pas, afin de mettre des mots dessus et de pouvoir passer à la suite.

Au début de ma vie de jeune adulte, j'ai vécu par deux fois des périodes d'isolement et d'échec totale, que ce soit sur les points amical, sentimentale (encore une fois le mot est grand), professionnel, sportif, réellement tout. Ces périodes se sont étalées sur environ trois ans, entrecoupé d'un ou deux courts redressement.

Mes périodes de légère déprime, puis de "fond du trou" m'ont éloigné des rares personnes de qui j'étais proches. Avec le recul je comprend, personne ne souhaite fréquenter quelqu'un qui ne fait rien, est négatif, parfaitement associable (dans ces périodes je pouvais ne pas tirer un mot d'une soirée ou sortie à laquelle j'étais invité).

Par la suite j'ai souhaité me reprendre en main. Je suis devenu rigide, encore plus egocentre, totalement obsédé par la traque de mes complexe, ma recherche "d'amélioration personnel", incapable d'accepter mes défauts, et les défauts des autres. J'étais à cette période totalement isolé.

Par la suite, j'ai fréquenté une fille, rien de sérieux, avec le recul je me rend compte que j'ai été odieux avec elle. Je me suis cependant légèrement décrisper à ce moment. Avec le recul c'est une période que j'ai aimé.
Puis je me suis mis avec mon amie actuelle (maintenant depuis deux ans et demi).
Voyant mes anciens amis tous les quelques mois, ils m'ont clairement fait remarquer que cela m'avait permis de décongeler un peu mes rapports aux autres. Je suis plus ouvert, je peux tenir une discution, je ne ressens plus de rejet à l'égard des autres.

Mais voilà le problème, je me sens incapable de créer de véritables relations, quelques mots en passant oui pas de problème, mais construire quelque chose non.
Je ne fais jamais le pas vers les autres, j'évite régulièrement les interactions sociales, ressentant que je ne montrait qu'une image travaillé de moi et qu'ils ne pourrai que se sentir flouer par ma vrai personnalité. J'ai totalement intégré mon incapacité et cela s'en ressens.
Là où avant je ne voyais les autres que par la lorgnette de leur défaut, je ressens maintenant l'envie d'aller vers eux. Mais je m'en sens incapable.

Je me rend compte que j'ai beaucoup écrit, dont sûrement peu de choses d'utiles au final :/
Ce sont des choses que je ressasse et j'ai plus l'impression de réciter que d'improviser.
En espérant être dans le ton,

Très cordialement

Meilleure réponse

Bonjour,

Vous achevez votre message en écrivant " en espérant être dans le ton" comme si vous craigniez une inadéquation entre vous-même et ce que vous imaginez qu'est ce site. Or il n'y a pas de "ton", ni de tonalité, si ce n'est la vôtre propre que vous exprimez très bien.

Vous décrivez la situation présente et passée de vos relations aux autres mais vous n'apportez aucun élément de votre histoire personnelle: histoire familiale, histoire d'enfance, un peu comme si vous étiez une coquille non pas vide, mais qui préserve jalousement ou farouchement ce qu'elle protège. Comme si vous aviez instauré, un jour, pour quelle raison? Un espace de sécurité entre vous et les autres, dont vous souffrez aujourd'hui.

Ce serait bien de consulter si vous vous sentez prêt afin d'explorer avec l'aide d'un autre, professionnel, toutes ces questions qui vous préoccupent et surtout afin de trouver une modalité d'être avec et parmi les autres qui vous satisfasse.

Bonne chance à vous,
Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
Vous énoncez le fait que vous n'arrivez pas à créer des vraies relations avec les autres mais il semble que vous vous êtes mis pas mal de freins à créer des relations avec les autres comme si cela vous faisait peur.
Comme les autres intervenants, je ne peux que vous inciter à consulter un thérapeute vous correspondant afin d'approfondir ce mal-être qui vous empêche de croire que vous n'arrivez pas à créer de vraies relations. Car au final vous arrivez tout de même à en créer notamment avec la personne avec laquelle vous vivez depuis 2 ans 1/2.
Restant à votre écoute.
Bien cordialement.
Ghislaine PATTE - Thérapeute

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

13 JUIN 2018

Logo Ghislaine PATTE Ghislaine PATTE

495 réponses

1241 J'aime

Bonjour,

Votre sincérité m’inspire des réflexions que je vous livre. Celles-ci ont la qualité d’être des hypothèses qui conduiront peut-être à la résonance, c’est-à-dire à l’idée bienveillante que l’appréciation que vous faites de vous-même existe bel et bien en vous semblable à la prise de décision d’exister.

Votre self tente de surgir et se lance au hasard dans l’idée que votre faux self ne vous rattrape pas… Autrement dit, avoir perdu votre l’objet d’amour que vous avez le sentiment de n’avoir jamais eu malgré l’effort d’adaptation que vous avez fourni pour l’obtenir. Puis retournement de situation sur vous, vous essayez de vous corriger par l’obsessionnelle idée de contrôle de vous-même et vous finissez par tester votre puissance sur l’objet de désir. Il s’en suit votre crainte de l’échec, de ne pas être à la hauteur. Oui pour vous plus facile de par-être que d’être. Alors vous demandez de sortir de votre faux self mais comment agir ?

Vous êtes à la hauteur de ce que vous ressentez et écrivez. Ne soyez pas dans le ton de l’autre mais apprenez à être dans le vôtre, dans votre musicalité, dans votre créativité. Vous êtes unique au sens où chacun est différent de chacun de par son historicité.

N’hésitez pas à être aidé par la psychothérapie analytique, dans cet espace thérapeutique vous apprendrez à vous découvrir, vous découvrirez ce que vous êtes, vous agirez pour vous, vous apprendrez à vous aimer.

« L’enfant qui existe dans votre adulte a besoin de l’adulte que vous êtes aujourd’hui. Retournez-vous vers lui, panser ses blessures, rassurez-le, prenez-le par la main, pour lui montrer le chemin nouveau que découvrez. »

Alain Giraud
Psychothérapie Analytique




Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

13 JUIN 2018

Logo Alain GIRAUD Alain GIRAUD

274 réponses

546 J'aime

Bonjour,
Au vu de votre énoncé, je pense qu'il serait vraiment approprié de consulter.
Ressasser votre condition ne fera que vous enfoncer dans cette mauvaise estime de vous même.

Pourquoi n'avez pas franchi le pas d'une consultation avec un thérapeute ?

Je ne vois pas d'autres moyens que de mettre en place certaines choses en revisitant votre passé.

Quelle relation passée avez vous eu avec votre père ? vous sentiez vous valorisé ? avoir votre place enfant ? ... Bref beaucoup de question serait à vous poser...

Sachez qu'il existe différentes approches thérapeutiques comme l'hypnothérapie que je pratique.

N'hésitez pas à regarder mon profil.

Restant à votre écoute
Nathalie Follmann - Hypnothérapeute clinique à Clichy

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

13 JUIN 2018

Logo Nathalie FOLLMANN Nathalie FOLLMANN

2241 réponses

9547 J'aime

Bonjour Serie,
Qu'elle qu'ait été votre démarche, votre inconscient vous a guidé vers ce site pour exprimer ce qui vous fait souffrir et nous (thérapeutes) sommes là pour vous aider quelle soit votre situation et la manière de l'exprimer.
Tous les mots que l'on utilise ont un sens que notre métier "d'accompagnant" a appris à faire résonner avec des affects ou évènements.
Je vous recommande, comme ma consoeur de vous diriger vers une thérapie qui vous permettra d'échanger dans un climat d'écoute bienveillante et de cheminer pour envisager les origines de ce mal-être ressentit.
Ne vous sous-estimez pas, tout est "utile" dans votre récit et le principe de "l'association libre" utilisée en psychanalyse vous permettra de laisser filer votre pensée pour vous libérer de vos mots (et "maux") passés.
A votre écoute.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

13 JUIN 2018

Logo Luc BURGENSIS Luc BURGENSIS

549 réponses

515 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
Je ne parviens pas à tomber amoureuse

5 réponses, dernière réponse le 16 Décembre 2017

Blocage lié à des angoisses/émotions refoulées

6 réponses, dernière réponse le 07 Mai 2018

Suis-je borderline ?

4 réponses, dernière réponse le 04 Novembre 2017

Jalouse de son ex femme qui se dit

5 réponses, dernière réponse le 03 Août 2017

Questionnements récurrents sur ses sentiments ?

2 réponses, dernière réponse le 14 Juin 2013

Comment grandir, devenir adulte?

3 réponses, dernière réponse le 12 Janvier 2016

Comment lutter contre des idées suicidaires ?

5 réponses, dernière réponse le 28 Janvier 2014

Plus de confiance en moi

6 réponses, dernière réponse le 30 Janvier 2018

La séparation de notre couple m'est difficilement acceptable

8 réponses, dernière réponse le 03 Novembre 2014