Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Je souffre de crises d'anxiété et je veux arrêter de fumer

Réalisée par louis r. le 13 mars 2012 3 réponses  · Anxiété

Bonjour,


J'ai 37 ans et des crises d'anxiété depuis plusieurs années. Parfois, je n'en ai plus pendant quelques mois puis elles reviennent... Maintenant je veux arrêter de fumer et j'ai commencé à contrôler les cigarettes que je consomme mais je me sens bizarre. Il y a deux jours, j'ai eu des palpitations pendant la nuit et j'ai pensé que c'était à cause du manque de tabac. J'ai eu l'impression de me noyer, l'air me manquait. Est-ce que je peux contrôler mon envie de fumer malgrè mes crises d'anxiété ?

Meilleure réponse

Bonjour Louis,

Vous mettez en avant deux phénomènes : l’addiction au tabac et l’anxiété. Il me paraît intéressant ici d’en faire une analyse ethnopsychiatrique, car autant le tabac que l’anxiété sont porteurs de toute une histoire, et appartiennent à deux mondes qu’il vous faut découvrir.

Commençons par l’anxiété. Nous avons là quelque chose de confus, je dirais obscur, une sorte de nuage noir. Vous parlez de crises d’anxiété et de palpitations, quelque chose donc que vous sentez dans votre corps, et qui participe d’un équilibre psychosomatique. Je dis souvent que l’anxiété n’a pas d’odeur, c'est-à-dire que c’est là, ça nous dérange, mais ça ne dit rien sur son origine. Dans votre question, d’ailleurs, vous donnez peu d’informations sur ce qui cause cette anxiété- on va dire ces angoisses- vous n’avez peut-être pas une représentation bien claire de vos problèmes. C’est ça le nuage noir, ça brouille les pistes ! L’anxiété est une énergie libre, comme on pourrait la décrire en physique. Je dis que "c’est une énergie qui ne sait pas où se mettre". Elle n’a pas pu se lier autrement alors elle est là, comme une radioactivité sourde, témoignage de ce qui n’a pas eu lieu ou ne peut plus être, d’un vide, d’une impossibilité, d’une impasse ou d’un conflit en attente de résolution.

Nous venons de parler de l’anxiété correspondant à une déliaison psychique. Maintenant nous avons le tabac qui, au contraire, correspond à des forces de liaison. Vous avez, en quelque sorte, inconsciemment cherché le remède parfait à votre mal ! Et effectivement comme le dit ma collègue, cela aurait tendance à calmer les tensions internes. Mais il y a quand même un gros soucis. En effet, d’une part, ce que l’on appelle tabac en Occident n’en est pas vraiment ! Un excellent reportage sur Arte il y a quelques années montrait le fonctionnement des industries du tabac. À la fin des innombrables traitements et addictions, il ne reste pas grand-chose de la feuille de tabac initiale, c’est à peu près comme si on comparait une feuille de coca avec de la cocaine, les deux n’ont presque aucune molécule en commun !

Je suis moi-même tabaquero depuis 10 ans. J’organisais des expéditions en Amazonie péruvienne et j’ai eu la chance de rencontrer un "banco", un de ces végétalistes légendaires nomades qui savent utiliser ces plantes. Aujourd’hui, la plupart de ces spécialistes en la matière ont disparu, on compte sur les doigts de la main le nombre d’authentiques tabaqueros dans toute l’Amérique Latine. C’est important de connaître cette histoire pour vous réapproprier ensuite votre histoire, faire la différence entre vos problèmes et ce qui ne vous appartient pas. Vous allez comprendre.

Tout le tabac sur terre provient à l’origine du Pérou. Ensuite des voyageurs en ont véhiculé sur toute la terre et c’est une des rares plantes qui pousse sur tous les continents, dans toutes les régions. À l’origine, le tabac était une plante médicinale, une sorte de panacée pour tous les maux, mais ça ne s’utilise pas comme on peut le faire en France, vous ne pouvez vous soigner avec ça. La seule chose que vous faites en consommant vos cigarettes au tabac modifié, c’est de vous intoxiquer et installer une dépendance. Vous vous retrouvez à porter sur vos épaules (avec d’autres fumeurs) toute la distorsion culturelle de cette accaparation, d’une plante sacrée à l’origine, par l’ignorance et l’avidité de firmes occidentales. Le tabac qui était au Pérou la plante de la Vérité, qui clarifie les pensées et organise le psychisme, finit par participer du nuage noir dont j’ai parlé tout à l’heure, qui se matérialise par le nuage de fumée !

Je ne dis pas cela pour vous culpabiliser, mais pour vous amener doucement à sortir du nuage et vous apercevoir de l’endroit où vous vous situez. La cigarette, comparée parfois à une tétine, renvoie à une dépendance infantile, et l’addiction, à des difficultés existentielles, et une dette psychique sur laquelle il faudrait travailler.

Donc ça n’a pas de sens de vouloir contrôler son envie de fumer. Ce n’est pas une question de contrôle, et le tabac dans son esprit sera toujours plus fort que vous, croyez moi ! C’est normal de se sentir bizarre, il y a effectivement tout un niveau invisible qui vous échappe ! Non, ce qu’il vous faut c’est plutôt une réconciliation et des retrouvailles avec vous-même, recréer les liens primaires qui vous manquent, et vous n’aurez plus besoin de cigarettes. L’anxiété aussi disparaîtra quand vous retrouverez une vision claire, votre esprit s’apaisera car il aura retrouvé sa cohérence. Pour l’instant vous êtes coincé et les problèmes que vous avez ne peuvent se régler que dans la relation, sûrement avec un psychologue. À suivre....

Eric FAUCHER
Psychologue clinicien, Psychothérapeute.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Je viens apporter ma petite graine et je déterre ce sujet.

En effet, il semblerait que tabac et anxiété soient intimement liés. Je m'explique : lorsque le fumeur est anxieux ou stressé, il a tendance à s'en griller une. C'est le réflexe tétine comme cité plus haut. Nulle doute qu'à ce moment-là, la cigarette procure un effet anxiolitique (relatif je dirais car étant moi-même fumeur et anxieux, je ne trouve pas ce bénéfice de la cigarette...) à très court terme. Mais cet effet, qui masque plutôt qu'autre chose, disparaît très rapidement, ce qui conduit à en rallumer une et là, c'est l'engrenage.

De plus, une étude scientifique tend à prouver que la cigarette créée beaucoup plus d'anxiété que l'inverse. Il est dit, dans cette étude, que les personnes fumeuses seraient beaucoup plus en proie à des crises aigües d'anxiété que les non fumeurs. Le tabagisme serait donc un facteur aggravant pour ne pas dire la cause de l'anxiété.

L'arrêt du tabac provoque aussi une anxiété, suivant les quelques mois après l'arrêt, du fait de la dépendance à la nicotine. Le phénomène de sevrage place l'individu dans un état de stress avancé, calmé uniquement par l'administration de la dose de nicotine. Ce qui engendre la rechute après l'arrêt.

Par contre, il semblerait que les personnes qui malgrès tout renoncent définitivement à la cigarette, en dépit des symptômes de sevrage handicapant, diminuent significativement leur niveau d'anxiété, espacent leurs crises d'angoisse, voir même guérissent totalement.

En définitve, je pense que les bénéfices prévalent largement sur les inconvénients de l'arrêt du tabac.

C'est décidé, demain j'arrête !

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

22 AOÛT 2012

nabz

Bonjour,

Les substances contenues dans la cigarette affectent le cerveau en déclenchant une cascade de réactions neuronales qui, par les sensations d'apaisement et de bien-être produites, conduisent à l'addiction. De fait, l'arrêt du tabac augmente souvent ce que la cigarette calmait : l'anxiété, le stress, la tension, la colère, l'excitation, etc. Peut-être serait-il nécessaire d'être accompagné par un tabacologue et parallèlement par un psychologue ? Ce qu'il m'apparaît important c'est de comprendre ce qui a poussé à la consommation initiale de cigarettes et à l'addiction ? Cette recherche d'un moyen extérieur pour calmer les tensions internes est révélateur de l'existence de ces tensions, de cette anxiété qui revient du fait de l'arrêt du tabac. Il est donc nécessaire de comprendre ce qui génère ces tensions et les entretient dans votre situation passée et actuelle (situation familiale, professionnelle, amicale, etc.), ainsi que d'autres moyens de les calmer, afin que votre corps ne réclame plus la cigarette comme solution d'apaisement. Bonne continuation.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Questions similaires

Voir toutes les questions
Crise suicidaire

2 réponses, dernière réponse le 26 Septembre 2018

rupture sentimentale très dure

10 réponses, dernière réponse le 11 Janvier 2018

peur schizo

2 réponses, dernière réponse le 14 Juillet 2017

pression au travail et vie de famille

5 réponses, dernière réponse le 01 Février 2018