L'analyse m'aiderait-elle à guérir tous ces maux?

Réalisée par Libellule7 le 14 janv. 2019 Maltraitance

Je me souviens que je suis assise sur le plancher. Je me souviens de l'angle de vue: l'embrasure d'une pièce, une table qui me semble haute, ma soeur couché sur cette table, seule avec lui dans cette pièce. Je me souviens d'un profond malaise qui m'envahie. Je me souviens ressentir que ça ne va pas et que ça doit arrêter. Je me souviens chercher quelqu'un du regard qui aurait pu intervenir mais ne voir personne.

J'ai grandis replié sur moi même. N'accordant ma confiance à personne. J'étais anxieuse à 4 ans. Je croyais toujours qu'on se moquait de moi et que je ne méritais rien. À 7 ans, je faisais de l'arthrite et lors de mes rendez-vous médicals, impossible de me faire ne déshabiller pour m'examiner. J'ai lâcher les scouts parce que mon animateur était trop attentionné avec moi et ça me faisait peur. Les adultes qui s'approchaient ou s'intéressaient trop à moi me terrifiaient. Ils étaient, dans ma tête d'enfant "dégueulasse".

Ado, j'étais gothique, associable, je ne regardais même pas les gens dans les yeux, j'avais honte de tout ce que j'étais et j'avais développé une phobie d'impulsion. Il s'agissait de flashs de coupures et d'automutilations qui survenaient un peu n'importe quand en réaction à un bruit, une image ou même en touchant certaines matières (papier, verre, râpe...). Pour faire taire mes crises, je consommais des drogues et de l'alcool jusqu'au comas sinon, je me tailladais les poignets, même si paradoxalement, cela faisait partie de la phobie...

Mon premier petit copain était un bon à rien, drogué qui me rabaissait à n'être bonne qu'à assouvir ses envies de cul. Je n'étais pas assez femme pour sortir avec lui et ses copains débiles et je devais me considéré chanceuse qu'un petit con de gangster comme lui s'intéresse à une minable comme moi.

En cherchant du boulot, je me suis retrouvé par hasard en réinsertion sociale ou des intervenants formidables m'ont redonné juste assez de confiance pour que je réalise que je ne suis pas si nule et que si j'avais le pouvoir de changer les choses. Je suis donc retourné à l'école, j'ai arrêter la drogue, quitter mon petit ami et ommencer à fréquenter des personnes qui m'appréciaient comme j'étais.

J'ai rencontré un gars bien. Même si au début notre relation n'était basé que sur le sexe, il m'a fait comprendre qu'un couple, ça n'est pas que ça. On faisait plein d'activités ensemble, on discutait, on se soutenait et on affrontait les moments difficiles. J'ai terminé ma technique tout en ayant 2 enfants avec cet homme. Il y a eu bien sur des moments plus difficiles. Au début, je buvais beaucoup, parfous seule le soir pour arriver à calmer mes crises d' anxiété. Après mon premier bébé, j'ai fait une dépression importante dont j'ai du me remettre seule, bien que j'ai chercher de l'aide en vain.

À cette époque, j'ai confronter mes parents pour la négligence dont ils ont fait preuve lorsque nous étions jeunes. Je ne sais pas encore tout à fait si je leurs ai pardonner. J'ai travaillé dans mon domaine et affronté ma gène maladive en animant plusieurs groupes de cuisines collectives. Puis, suite à un accident de voiture, j'ai été diagnostiqué TAG avec Toc avec phobie d'impulsion. Je n'allais vrment pas bien puis je me suis reprise.

Je travail en santé dans mon domaine. J'ai récemment vécu du harcèlement psychologique de la part de mes patrons pour avoir tenter de défendre une injustice. On m'a sanctionné injustement et je suis partie en dépression.

Toute cette anxiété, cette peur de ne pas être importante ni à la hauteur, ce malaise quand quelqu'un s'intéresse à moi, ce manque de confiance, ce besoin d'endomir ce mal-être indescriptif par l'alcool, le sexe ou la drogue... Tout cela, ne serait-il pas les conséquences découlant tous de ce tout premier évènement traumatisant: avoir été le témoin impuissant du viol de ma soeur lorsque je n'avais qu' 1 an et demi et elle 4 ans? Si tel est le cas, le savoir et le comprendre peut-il m'aider à guérir de tous ces maux?

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonjour Libellule,

La situation traumatique que vous décrivez dans votre courriel ne sera pas forcément positivée au niveau de vos ressentis par un travail d'analyse.

Je vous conseille un(e) thérapeute spécialisée dans le traitement du stress post traumatique avec des méthodes s'appelant eft emdr ou pnl qui vont vous faire sortir de ce blocage sur ces faits.

Toutes ces techniques auront un effet bénéfique sur la gestion votre stress.

La sophrologie peut également vous aider à apaiser les tensions vécues avec des exercices que vous apprendrez et maîtriserez au fur et à mesure.

Il est très important de vous faire accompagner pour dépasser ce traumatisme.

Restant à votre écoute

Nathalie Moraldo,
Sophrologue et sophro analyste Marseille et Vaucluse.

NATHALIE MORALDO Psy sur Marseille

62 réponses

28 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,

"Le savoir" ne sert pas à grand chose en matière de bien vivre : nous savons tous à peu près ce qu'il se passe en nous, d'où vient tel ou tel comportement etc... et nous n'allons pas forcément mieux. Savoir les choses est important dans la mesure où cela va nous permettre d'en parler. C'est le"dire", le parler de toutes ces choses qui nous encombrent, qui va faire le travail vers une amélioration et même d'une bien vivre.

En psychanalyse nous n'avons pas l'habitude de parler de guérison car il n'y a pas de maladie : si on est malade, on consulte un médecin psychiatre qui lui s’occupe des maladies et peut parler de guérison. Vous n'êtes pas malade, cela se lit très nettement dans vos mots. En revanche, vous avez besoin d'aide.

Je vous encourage à aller parler de votre histoire chez un qui saura entendre ce que vous avez à lui dire.

Cordialement
Frédérique Le Ridant
Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Libellule,

Vous avez déjà fait un sacré chemin pour comprendre ce qui vous écorche à ce point et vous avez en tête, c'est d'ailleurs par là que vous commencez votre message, les images de cette scène qui fait traumatisme, le viol de votre soeur alors que vous étiez l'une et l'autre très jeunes. Et dans cette scène, pas d'adulte pour vous protéger, une absence d'adultes...

Vous avez réussi à avancer dans la vie, un peu comme en oscillation entre la volonté d'arriver à quelque chose, quelque part, et des moments de dépression ou autres symptômes qui vous signalent que cela ne va pas. Cela va et cela ne va pas, vous oscillez entre les deux....

Vous ne mentionnez pas si vous avez ou pas suivi une thérapie, entamé un travail... Et de fait, ce serait bien d'en faire la démarche, du côté de la psychanalyse, ce serait bien... Car il ne s'agit pas juste de comprendre une image, celle que vous décrivez ici, mais de revenir sans doute sur bien d'autres moments d'enfance, sur votre histoire familiale aussi.

N'hésitez donc pas à franchir le pas!
Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Fabienne Verstraeten Psy sur Marseille

967 réponses

3671 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Libellule,
Vous avez fait preuve de beaucoup de courage et de volonté dans votre vie, pour sortir de l'auto-destruction.
Toutes ces choses contre lesquelles vous luttez, consomment énormément de votre énergie et ce doit être épuisant.
Vous demandez si une analyse pourrait vous aider, en tant que thérapeute analytique je vais répondre, oui bien sûr.
Vous pouvez vous faire accompagner par un psychanalyste pour poser des mots sur ces maux et également en parallèle par d'autres thérapeutes, des thérapeutes qui vont travailler sur les mémoires du corps comme des kinésiologues par exemple. Je suis certaines que d'autres confrères pourront vous renseigner sur les différentes pratiques qui existent, car je ne les connais pas toutes.
Seul nous survivons à ces traumatismes, pour commencer à vivre il est important de se faire aider.
N'hésitez pas à demander des informations et de l'aide et n'hésitez pas non plus à consulter plusieurs thérapeutes si le premier ne vous convient pas. Il est fondamental de se sentir à l'aise, en sécurité et en confiance pour pouvoir se libérer.
Cordialement,
Patricia Berna thérapeute analytique Lavérune 34

BERNA Patricia Psy sur Lavérune

120 réponses

68 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
J'aurai qu'une question, avez vous été suivie par un thérapeute pour traiter ce trauma, et travailler sur toutes les compulsions autodestructrices que vous avez mis en place...
Car il me semble nécessaire de travailler sur tout ce que vous développez dans votre énoncé.
Car toutes les croyances négatives suite à ces traumatismes d'enfant vous poursuivent inlassablement,...

L'hypnothérapie que je pratique pourrait vous aider d'une manière douce et efficace (voir mon profil)

Restant à votre écoute,

Nathalie FOLLMANN - Hypnothérapeute clinique à CLICHY 92

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

2166 réponses

9479 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
J'aurai qu'une question, avez vous été suivie par un thérapeute ?
Car il me semble nécessaire de travailler sur tout ce que vous développez dans votre énoncé.
Car toutes les croyances négatives suite à ces traumatismes d'enfant vous poursuivent inlassablement,...

L'hypnothérapie que je pratique pourrait vous aider d'une manière douce et efficace (voir mon profil)

Restant à votre écoute,

Nathalie FOLLMANN - Hypnothérapeute clinique à CLICHY 92

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

2166 réponses

9479 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Libellule,
Jusqu'à maintenant vous avez preuve de beaucoup de force de vie. Il vous en a fallu suite à ce que vous avez vécu.
Je suis persuadée qu'il n'y a pas de fatalité et que chacun a une marge de manœuvre si petite soit-elle.
C'est pourquoi je crois qu'à travers une démarche personnelle comme l'analyse vous pouvez vous décaler de votre vécu traumatique, le 1er celui que vous avez vécu à 1 ans 1/2 et qui se répète à travers les autres évènements de votre vie.
Cette impuissance face au viol de votre sœur de 4 ans est un souvenir insoutenable dont vous n'êtes absolument pas responsable mais vous vous faites mal pour vous punir
Cette addiction à l'alcool n'est peut-être qu'un signe de cette douleur que vous voulez à la fois apaiser et à la fois ressentir peut-être pour ne pas oublier.
Il est temps pour vous d'arrêter de souffrir. Mais il faut savoir que cette démarche est longue.
Bon courage.
Je vous souhaite le meilleur.
Je reste à votre disposition.Andrée Anne ZAZZERA

Andrée-Anne Zazzera Psy sur Fontenay-sous-Bois

153 réponses

108 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Libellule7

Il n'est pas facile de livrer son histoire, même à l'écrit et le faire montre de votre part une envie de ne plus être envahie par celle ci.
Vous avez vécu de profonds traumatismes à répétition et certainement que votre manque de confiance en vous et votre peur de l'autre (plus particulièrement si il est attentionné) justement est en lien direct avec votre vécu.

La psychothérapie et/ou la psychanalyse sont des thérapies de soin par les mots et les prises de conscience. Ainsi pour répondre à votre question une thérapie serait tout à fait préconisée pour vous aider à "guérir" de vos maux.

Je vous adresse tout mon soutien dans votre questionnement et vous encourage à vous faire accompagner (si vous vous en sentez prête ) sur le plan psychologique.
N'hésitez pas à vous autoriser à choisir votre praticien et ne faire des séances que si vous vous sentez en confiance.

Je reste a votre disposition si besoin.
Dorine NKODIA
Psychothérapie,
Thérapeute conjugale et familiale.

Dorine NKODIA Psy sur Bussy-Saint-Georges

8 réponses

15 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Maltraitance

Voir plus de psychologues spécialisés en Maltraitance

Autres questions sur Maltraitance

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 5350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10100

psychologues

questions 5350

questions

réponses 28050

réponses