Ma fille de 13 ans a grand besoin d’aide

Réalisée par Hamadi · 4 mai 2021 Aide psychologique

Bonjour à tous,
Depuis un incident arrivé lors d’une fête d’anniversaire avec des copines à l’âge de 9 ans ma fille accumule les troubles de comportement qui deviennent de plus en plus graves. (Filmée et moquée par ses « meilleures » amies). Nous avons fait tout notre possible pour l’aider à dépasser cela mais nous avons du finalement la changer d’école. Sauf qu’elle n’a jamais pu avoir de relations stables avec des amis depuis. Les problèmes au collège ne font qu’augmenter jusqu’à devenir dangereux pour elle (pensées suicidaire) et pour les autres (projets de piratage des ordis qui s’est transformé en projet d’incendie avec d’autres « amis »). Depuis 1 mois, elle est en rébellion totale : elle s’est persuadée qu’elle ne devait plus être la fille studieuse qui ne répond pas aux agressions et a changé complètement de personnalité en testant l’alcool et en se vantant devant tout le monde ça, en s’habillant et en parlant de façon très vulgaire, elle est devenue ingérable.
Depuis 1 an par exemple, elle enchaîne les crises d’angoisses, les pensées suicidaires et les affabulations sur des agressions répétées à l’école. Tout cela impacte fortement les relations à la maison : mère dépressive (qui ne veut pas l’admettre) et petit frère (1 an d’écart) lassé de ces problèmes au collège et de ses crises de nerfs à la maison.
Elle a été suivie pendant 6 mois cette année par une pédopsychiatre mais le courant n’est finalement pas passé et elle n’a pas du tout évoluée. Du coup, elle ne veut plus y retourner.
Je veux vraiment l’aider mais je me trouve démuni et pris dans une spirale infernale. Avez vous des conseils ?

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 5 MAI 2021

Bonjour,
Votre fille est visiblement dans un profond mal être et un espace thérapeutique serait effectivement pertinent...mais si elle est dans un refus de soutien psychologique elle mettra tout en œuvre pour mettre en échec toute relation d'aide...
Je reçois régulièrement des parents démunis, qui ont besoin de comprendre les comportements de leurs adolescents pour agir de manière plus ajustée.
Avoir un temps pour dire son vécu permet de prendre du recul et de se positionner autrement.
Peut être est ce un premier bon compromis ?

Restant à votre écoute si besoin.
Sylvie Fleurat

Sylvie Fleurat Psy sur Tours

711 réponses

1426 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 MAI 2021

Bonjour,
Ce qu'il s'est passé alors que votre fille avait neuf ans et qui a été l'élément déclencheur de sa rébellion n'est en réalité que la réactivation de peurs déjà contractées bien avant. C'est en effet pendant les premières années de la vie (jusqu'à 7 ans environ) que se construit la personnalité. Le contexte, les relations avec l'entourage sont déterminants. Il n'est pas question d'incriminer qui que soit, mais le petit enfant est une éponge émotionnelle qui prend tout au premier degré. Des paroles mal interprétées, des silences, des situations inexpliquées peuvent suffire à générer ces peurs et l'enfant va rapidement se constituer des systèmes de défense, destinés à le protéger mais qui finissent par le desservir. Il est possible aussi qu'il y ait eu quelque chose dans cette période, qui vous aurait échappé, et qui l'aurait déjà mise en difficulté (sentiment d'humiliation, d'injustice).
L'idéal effectivement serait que votre fille accepte un suivi avec une personne en laquelle elle aurait confiance.
Si vous souhaitiez en savoir plus sur mon approche et mes techniques, n'hésitez pas à me demander un premier échange téléphonique, gratuit et sans engagement. Je précise que je consulte aussi en visio conférence : peut-être ce moyen moderne qui n'oblige pas à se déplacer pourrait convenir à votre fille ?
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l'enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique BLANCHE Psy sur Saint-Brieuc

1565 réponses

1002 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 MAI 2021

Bonjour Monsieur,

Aujourd’hui, votre fille est une ado, qui essaie de trouver qui elle est, de se faire accepter par ceux qui l’entourent, qui a peur d’être la risée de ses copines/copains de son collège. La vie n’y est souvent pas facile.

A la maison, elle trouve sa mère, dépressive, qui ne fait pas ce qu’il faut pour en sortir. Et puis son frère qui est agacé par elle. La vie au quotidien est difficile aussi à la maison.
Et vous, êtes-vous présent à votre famille ? Quelle relation avez-vous avec votre fille ?
Vous écoute-t-elle ? Vous parle-t-elle ?
Y a-t-il un oncle ou une tante, ou de vos amis qu’elle apprécie bien et qui pourraient lui proposer de partager une journée ou un WE d’activités avec eux ?


A l’adolescence, il est nécessaire d’élargir son reseau de relation, de découvrir de nouvelles activités sportives ou culturelles ou autre ? Il serait bon qu’elle puisse vivre avec d’autres des moments de découverte, de plaisir simple.... sans sa famille proche.

A 13 ans une jeune ado a besoin d’être valorisée, aller chez un pédopsy, c’est être ramenée à une petite fille. Peut-être serait-elle contente d’aller parler avec un(e) psychologue qui reçoit des ado et des jeunes ?

Je vous encourage à parler avec elle, souvent, à prendre du temps avec elle, pour qu’elle puisse vous répondre, et qu’ensemble vous puissiez chercher les éléments qui l’aideraient à traverser cette période laborieuse de l’adolescence.

Cordialement
Béatrice Fierens

Béatrice Fierens Psy sur Montpellier

136 réponses

561 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 MAI 2021

Bonjour,

Votre fille a vécu un événement qui a manifestement sapé sa confiance en toute relation possible, si les « meilleures amies » qui l'ont filmée ont utilisé cette vidéo ou d'autres éléments pour se moquer d'elle. 9 ans, c'est très jeune pour être confrontée aux mauvais traitements de la part d’autres enfants. Ce sont des situations qui sont traumatisantes et qui peuvent marquer durablement. L'adolescence est déjà une période souvent difficile en soi car elle est faite de bouleversements physiques et psychiques. Elle peut être d'autant plus difficile à traverser si votre enfant a été confrontée à la violence des autres. D'une certaine manière, son agressivité actuelle pourrait être la tentative de reprendre un contrôle rétrospectif sur des situations qu'elle a subies lorsqu'elle était plus jeune et lorsqu’elle se sentait certainement psychologiquement désarmée. À travers les comportements que vous décrivez, c'est une voie de sortie que votre fille essaie sans doute de trouver, même si cela se manifeste dans le conflit et une forme de provocation. Il s'agit de lui proposer un espace de parole possible avec un.e professionnelle auprès duquel/de laquelle elle se sentira suffisamment en confiance pour exprimer sa souffrance avec des mots plutôt qu’avec toutes sortes d’actes. Cela pourrait dénouer peu à peu les difficultés avec lesquelles elle est en prise actuellement. Vous écrivez que le courant n’est pas passé avec une pédopsychiatre qu’elle a consultée pensant 6 mois. Mais cette personne était-elle uniquement un médecin spécialiste ou avait-elle également une formation de thérapeute, de psychologue ou de psychanalyste ? Cela peut faire toute la différence car l’écoute thérapeutique est tout à fait spécifique et nécessite également une formation spécifique que les pédopsychiatres n’ont pas toujours reçue. Peut-être pourriez-vous tenter de vous adresser plutôt à un.e psychothérapeute ou à un.e psychanalyste, soit en présentiel, soit par vidéo dans un premier temps afin de voir si cette démarche serait plus appropriée et l’aiderait davantage ? Mais si cela vous est possible, si votre contexte familial le permet, et si vous avez l’impression que votre fille pourrait y être réceptive, peut-être pourriez-vous tenter de partager quelques moments avec elle, même pour une petite demi-heure ici ou là, lui proposer une sortie ou une courte promenade, en duo, par exemple, hors de la dynamique familiale afin de tisser justement un temps de parole en tête à tête ? Il est plus souvent facile de créer un échange plus détendu lorsqu’on est deux. Cela ne vous empêchera pas de réfléchir en même temps à la façon dont un autre type d’accompagnement professionnel que les consultations avec un pédopsychiatre pourrait être envisagé. Il me semble en effet à la lecture de ce que vous décrivez que votre fille a besoin de soutien dans une période où elle semble dans un état de fragilité et de douleur psychique. Il serait donc souhaitable de ne pas abandonner la possibilité des consultations avec un.e autre praticien.ne.

Clara Maïda (psychanalyste - consultation en ligne) - Je reste à votre disposition et à votre écoute si vous le désirez

Clara Maïda Psy sur Paris

50 réponses

136 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 MAI 2021

Bonjour Monsieur,

Comment était votre fille avant l’âge de 9 ans ? Quelle petite fille était-elle ?
La petite enfance (de 0 à 3 ans) est une période très importante pour l’avenir de la personne.

Aujourd’hui, elle est une ado, qui essaie de trouver qui elle est, de se faire accepter par ceux qui l’entourent, qui a peur d’être la risée de ses copines/copains de son collège. La vie n’y est souvent pas facile.

A la maison, elle trouve sa mère, dépressive, qui ne fait pas ce qu’il faut pour en sortir. Et puis son frère qui est agacé par elle. La vie au quotidien est difficile aussi à la maison.

De plus à l’adolescence, il est nécessaire d’élargir son reseau de relation, de découvrir de nouvelles activités sportives ou culturelles ou autre ? Il serait bon qu’elle puisse vivre avec d’autres des moments de découverte, de plaisir simple.... sans sa famille proche.

Avec vous, comment votre fille se comporte-t-elle ? Vous écoute-t-elle ? Vous parle-t-elle ?
Y a-t-il un oncle ou une tante, ou de vos amis qu’elle apprécie bien et qui pourraient lui proposer de partager une journée ou un WE d’activités avec eux ?
A 13 ans une jeune ado a besoin d’être valorisée, aller chez un pédopsy, c’est être ramenée à une petite fille. Peut-être serait-elle contente d’aller parler avec un(e) psychologue qui reçoit des ado et des jeunes ?

Je vous encourage à parler avec elle, souvent, à prendre du temps avec elle, pour qu’elle puisse vous répondre, et qu’ensemble vous puissiez chercher les éléments qui l’aideraient à traverser cette période laborieuse de l’adolescence.

Cordialement
Béatrice Fierens

Béatrice Fierens Psy sur Montpellier

136 réponses

561 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 MAI 2021

Bonjour Ham,
Considérant que les adultes n'ont rien pu faire pour elle, votre fille s'est construit une personnalité rebelle, elle a bâti des barrières physiques pour éviter que l'on s'attache à elle. Elle se protège et ne se laisse plus approcher.
Elle a besoin d'aide et vous avez bien fait de venir vers nous. En effet, son état proche de la dépression, réclame qu'on s'y attarde car elle parle de suicide et commence à boire. La prochaine étape sera plus sérieuse et il faut l'en empêcher.

Je travaille en visio et vous propose de rapidement la prendre en charge. Avec des exercices de découverte de soi et de développement personnel, je propose de l'aider à vider son sac, à libérer sa parole et à se reconstruire, surtout.
Elle n'est qu'au collège. Pour son développement, elle a besoin de relations sociales et de suivre correctement en classe.

N'hésitez pas à me contacter. Je suis disponible jeudi matin et vendredi.
Courage,
Belle journée à vous,
Fleur coach de vie et psychologue

FullLife Coaching par Fleur Poirier Psy sur Limoges

361 réponses

144 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 MAI 2021

Bonjour,
En effet, la situation telle que vous la décrivez doit être difficile pour tous dans la famille. Il est temps de prendre les choses en main. Souvent, en tant que parent, on est vite débordé et on tarde à se faire aider car on culpabilise :"qu'est-ce que j'ai mal fait pour en arriver là ?" Et souvent, la réponse est dans la question : plus vous tardez, moins ça va. Le fait que votre fille n'accroche pas avec la pédopsychiatre n'est qu'un obstacle de plus, pour vous.
Si vous résidez en France, vous pouvez trouver une "maison des adolescents" qui serait peut-être mieux adapté aux difficultés de votre fille. Sinon, trouvez un.e autre thérapeute. En effet, elle montre qu'elle est en train de grandir, elle est une femme en devenir mais son comportement, lui, est auto destructeur. Le terme de "pédopsychiatre" la ramène à son statut d'enfant.
Dans une maison des ado, vous trouverez des médecins, des psy, des infirmier(es), des éduc...
Une prise en charge globale pourra être mise en place.
Bon courage,
Dominique

Dominique Louvel Psy sur Quimper

395 réponses

268 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 MAI 2021

Bonjour,

Ces éléments marquent une faille profonde au sein du corps émotionnel de votre fille.
Connaissez-vous les 5 blessures de l'âme ?
Il semble ici que votre fille souffre fortement de la blessure d'humiliation.
Il se peut qu'elle porte cette blessure de manière transgénérationnel, ou bien elle traduit une souffrance de l'un de ses deux parents.

Je ne sais pas si vous êtes le père ou la mère mais il est intéressant de comprendre quelle a été la relation:
- De la mère à sa fille intra-utero et durant ses 2 premières années de vie
- Du père: est-il présent ? Est-il ferme avec elle ? Y'a t'il une autorité naturelle à la maison de sa part ?
- Du père et de la mère ensemble: est-ce une relation apaisée ? Conflictuelle ? Communicante ?

Je peux tout à fait vous aider à comprendre cette situation afin de vous apporter des pistes concrètes et libératrices pour votre fille.
Cordialement

Julia, thérapeute en relation d'aide et coach spécialisée dans l'image de soi
(culpabilité, hypersensibilité, gestion des émotions, image de soi....)
Approche individuelle, systémique & transgfénérationnelle

Julia Bouchinet Psy sur Bidart

244 réponses

149 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 MAI 2021

Ham bonjour,

Je comprends bien que vous êtes totalement démuni face au mal être de votre fille et il semble bien que ce fait traumatisant arrivé lors d'une fête d'anniversaire soit toujours aussi traumatisant pour elle. Elle s'est mise en mode protection extrême, ne pas avoir de relations stables, être en rébellion, avoir des pensées suicidaires... tout cela vise à protéger ce qui est extrêmement souffrant en elle.
Mon conseil est de trouver un thérapeute avec qui le courant va passer et qui pourra l'aider avec ce qu'elle vit de si perturbant depuis déjà 4 ans.
Si besoin je suis à votre écoute, bien cordialement.

Anne Auffret
Thérapeute IFS, Sophrologue, Communication NonViolente
Gestion du stress, des émotions, anxiété, dépression, deuil, conflits intérieurs...
https://www.psychologue.net/articles/ifs-un-modele-psychotherapeutique-novateur
https://www.psychologue.net/articles/du-conflit-interieur-vers-le-dialogue-interieur

Anne Auffret Psy sur Plougonver

1021 réponses

671 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 9800 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 12200

psychologues

questions 9800

questions

réponses 56250

réponses