Migraines chroniques depuis 6 ans : problèmes familiaux ou phobie scolaire ?

Réalisée par Camille DURAND le 6 nov. 2013 Phobies

Bonjour à tous,

J'ai 18 ans, je suis actuellement en terminale et je me bats depuis mes 12 ans avec ce que l'on nomme des migraines chroniques.

Au départ mes parents et moi avons écarté toutes les causes physiques. J'ai donc commencé à écumer les psychiatres, sophrologues et hypnotiseurs sans vraiment y croire. Mon suivi psy a abouti à la conclusion que le problème ne venait pas de moi mais trouvait vraisemblablement son origine dans les difficultés rencontrées par ma mère. Ceci étant dit, j'ai fait le tour de la question quant aux problèmes de dépression de ma mère : J'ai pris deux ans à m'en détacher, j'ai même vécu 6 mois chez ma tante et je ne dirais pas que ça ne me touche plus mais plutôt que j'ai compris que je ne pouvais rien y faire.

Malheureusement les migraines n'ont pas cessé avec cette prise de conscience. Je décroche chaque jour un peu plus en cours au point que je redoute aujourd'hui d'ouvrir un cahier. C'est un cercle vicieux qui semble ne jamais pouvoir s'arrêter. Jusqu'à ma seconde, et malgré mes absences à répétition, je parvenais à me maintenir scolairement parlant mais les trois dernières années (j'ai redoublé ma Première car je ne me sentais pas de me lancer en classe supérieure avec mes lacunes) ont été comme une longue descente. Si bien qu'aujourd'hui je ne sais plus si les migraines sont la cause de mes galères scolaires ou si mon retard engendre une anxiété qui provoque les migraines.

Autre point qui m'a fait réfléchir : Cet été j'ai travaillé en tant que serveuse durant un mois. C'est une activité stressante mais je n'ai pourtant déploré qu'une seule migraine en 30 jours et qui s'est arrêtée au bout de 4 petites heures. En comparaison, j'en suis à ma troisième migraine en trois jours et la dernière, qui date d'hier, a commencé vers 6h et s'est terminée vers 17h.

Bref, je pense de plus en plus à cesser les cours à la fin de l'année, avec ou sans le Bac. On me dit souvent que j'ai les capacités d'aller loin mais je n'en ai plus le courage..


Merci de vos réponses.

Cordialement,

C.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonjour Camille,

Votre témoignage est très clair et explicite. Vous faites preuve d'une belle capacité à exprimer votre vécu, vous nous restituez une belle synthèse de votre vécu.
Vous vous demandez si vos migraines sont d'origine physique ou psychique, liées à des problèmes familiaux ou une phobie scolaire... Et si c'était un peu les deux? Car tout être est UN individu parmi d'autres (famille, amis, collègues... société, monde).
- Vos migraines sont apparues à l'âge de 12 ans. Je vous invite à lire l'article dont voici le lien.
ww.psychologies.com/Bien-etre/Sante/Maladies/Articles-et-Dossiers/Migraine-la-fin-de-la-culpabilite/4Consultations-specialisees-a-l-hopital.
- Vous avez fait un travail pour vous "décentrer" d'un problème qui n'est pas le vôtre : la dépression de votre mère. Vous vous en êtes libéré l'esprit même si bien sûr votre capacité d'empathie, de coeur demeure.
- Vos migraines ont affecté votre parcours scolaire, et vous avez peur de l'échec? Vous vivez un certain " épuisement" à persévérer dans cette voie et manquez de courage... Vous envisagez de suspendre vos études. Prenez le temps de réfléchir...

Ce que j'entends aussi dans vos propos est constructif.
Revenons sur votre dernière expérience positive car les migraines ont notablement diminué en intensité et fréquence. En travaillant comme serveuse, même dans le stress , le concret du service, du travail centré sur un objectif a permis cela : participer et prendre place au sein d'une équipe, satisfaire le client... Cette situation va peut-être vous permettre de trouver une piste de réflexion sur votre devenir. Pratiquer un métier c'est bien entendu gagner sa vie, mais aussi choisir et donner du sens à son utilité sociale.

Le baccalauréat n'est pas une fin en soi, mais un des moyens d'atteindre un objectif professionnel, de construire un projet. En avez-vous un?
A votre âge (et certains ados se posent ces questions très précocement) ces considérations, ces difficiles projections dans l'avenir sont aussi l'occasion "de prises de têtes, de vrais casses-têtes".

Actuellement centrée sur vous (et non sur vos proches!) vous questionnez me semble-t-il la problématique de vos choix existentiels... Passez à l'action (et non à l'acte en risquant de laisser tout tomber) en rencontrant un professionnel qui pourrez vous aider à faire le point, trouver une voie d'implication future qui vous plaise et vous motive... Cela serait une orientation possible pour résoudre cette problématique, dont on se sait cependant pas avec certitude quel impact elle a sur vos migraines.

Cela vaut le coup à mon sens d'y dépenser de l'énergie, de prendre soin de vous sur ce point de développement de votre personne.

Bonne continuation.

Magali LAZARO-HERVE

Magali Lazaro Psychologue Clinicienne-Psychothérapeute Psy sur Blagnac

75 réponses

165 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonsoir Camille, je vais revenir sur le diagnostic médical. Est-ce une MIGRAINE, une ALGIE VASCULAIRE DE LA FACE, une CÉPHALÉE DE TENSION, une CÉPHALÉE CHRONIQUE QUOTIDIENNE, une NÉVRALGIE FACIALE ? D'autre part, le diagnostic a t-il été posé par un médecin généraliste, un neurologue, un neuropsychiatre, un centre anti douleur ? Et sur aucun examen , IRM, scanner....on ne peut déceler cette affection, seul l'entretien clinique la valide ou l'invalide. Et encore entre ALGIE VASCULAIRE DE LA FACE et NÉVRALGIE FACIALE c'est loin d'être évident pour me corps médical. En outre quelle relation avec la phobie scolaire et votre mère ?? Sauf si ceci est dû à un trauma. Mais ceci peut-être génétique, vasculaire... et antérieure à votre phobie scolaire. De plus, pour quelle raison n'avez vous pas souffert pendant la période où vous avez été serveuse. Et bien la réponse est simple, vous vous êtes défocalisé de votre douleur, votre attention étant portée sur autre chose. En dernière analyse, je vous conseillerais l'hypnose.

Bien à vous

Pierre DASSIGNY

Pierre Dassigny Psy sur Sully-sur-Loire

59 réponses

741 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Camille, je vais revenir sur le diagnostic médical. Est-ce une MIGRAINE, une ALGIE VASCULAIRE DE LA FACE, une CÉPHALÉE DE TENSION, une CÉPHALÉE CHRONIQUE QUOTIDIENNE, une NÉVRALGIE FACIALE ? D'autre part, le diagnostic a-t-il été posé par un médecin généraliste, un neurologue, un neuropsychiatre, un centre anti douleur ?

Et sur aucun examen , IRM, scanner....on ne peut déceler cette affection, seul l'entretien clinique la valide ou l'invalide. Et encore entre ALGIE VASCULAIRE DE LA FACE et NÉVRALGIE FACIALE c'est loin d'être évident pour le corps médical. En outre quelle relation avec la phobie scolaire et votre mère ?? Sauf si ceci est dû à un trauma. Mais ceci peut-être génétique, vasculaire... et antérieure à votre phobie scolaire.

De plus, pour quelle raison n'avez vous pas souffert pendant la période où vous avez été serveuse. Et bien la réponse est simple, vous vous êtes défocalisé de votre douleur, votre attention étant plus portée sur autre chose. En dernière analyse, je vous conseillerais l'hypnose.

Bien à vous !

Pierre DASSIGNY

Pierre Dassigny Psy sur Sully-sur-Loire

59 réponses

741 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,

Je vous invite à me contacter directement.

Bon courage dans vos démarches,
Bien cordialement,
Jérôme Launay, Psychologue.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Camille,
Les réponses apportées par les autres thérapeutes sont très explicites, je ne peux qu'ajouter quelques détails de bon sens. Arrêter ses études et mettre tout son avenir en péril est grave. Il existe des étudiants qui se battent contre un cancer ou une maladie gravissime qui les handicapent et ils ne renoncent pas.
Vous avez bien fait de reprendre une thérapie, il faut souvent des années pour mettre à jour ce que votre inconscient a mis en place. Le choix d'un thérapeute est aussi difficile, pour trouver la personne la plus apte à vous aider, c'est souvent un parcours compliqué. Je ne saurai trop vous conseiller de ne pas baisser les bras, de prendre en compte les avis des médecins, et de persévérer dans un accompagnement psychologique adapté .

Courage.

Cordialement,
Cabinet Mère Enfant Couple, Paris 17ème

THÉRAPIES PARENT ENFANT COUPLE Psy sur Paris

120 réponses

582 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonsoir et tout d'abord, merci beaucoup de votre réponse.

Vous avez soulevé des points qui me parlent : en effet, la fatigue mentale et mon décalage avec le système scolaire m'ont amené à douter de mon orientation première, un BTS de graphisme accessible uniquement avec le bac dont je suis le cursus actuellement.

Et effectivement, si j'en suis à peser le pour et le contre de l'arrêt de mes études, c'est bien parce que le milieu du travail me plaît, me donne un objectif concret et une autonomie qui me permet de me détacher du cadre familial, qui malgré lui rajoute une pression quant à mes études et mes migraines.

J'ai bien conscience qu'il n'y a pas qu'une seule cause à ma maladie, et je n'en écarte pas moins la piste neurologique (je suis toujours sous traitement et suivie par un ORL spécialisé). D'ailleurs, pour tout vous dire, j'ai dans un premier temps complètement rejeté la piste psychologique. Mais je me suis rendue à l'évidence : c'est un mauvais cocktail de stress, de mal-être (scolaire et familial) et de problème neurologiques qui me mènent à des épisodes de crise.
Mais par élimination, le stress n'est qu'une cause secondaire, puisque je m'adapte facilement au monde du travail, le cadre familial aussi, puisque pendant les vacances scolaires, mes crises s'espacent considérablement et la piste neurologique reste floue malgré les avancées et la reconnaissance de la maladie par le corps médical. C'est donc ce raisonnement qui m'amène à sérieusement douter de ma scolarité.

Mais rassurez-vous, après vous avoir soumis ma question, j'ai tout de suite contacté des psychologues à proximité de chez moi, prenant conscience que, de toute manière, il fallait que je pèse le pour et le contre avec une personne extérieure. Un dernier point tout de même : si j'ai stoppé ma dernière psychanalyse, il y a un an de cela, c'est parce que ma psy m'avais alors fortement conseillé d'arrêter mes études et de privilégier ma santé, ce à quoi j'étais totalement et strictement réticente à l'époque car il m'avait toujours semblé invraisemblable que mes migraines m'empêchent d'atteindre mon but. Mais si les migraines sont la traduction d'une anxiété et d'un mal-être vis-à-vis du système scolaire, alors poursuivre mes études dans ces conditions se résumerait à me promettre encore 2 ans et demi de calvaire, et malheureusement je ne suis pas sûre de tenir le coup.

Un grand merci pour l'article sur les migraines, je vais m'empresser de le partager avec mes parents, surtout la partie sur l'état d'esprit à adopter pour l'entourage. Qui sait? Peut-être que le message fera mouche.

Vous remerciant de nouveau pour l'attention qui m'est portée,

Cordialement,
C.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Phobies

Voir plus de psychologues spécialisés en Phobies

Autres questions sur Phobies

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 5450 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10200

psychologues

questions 5450

questions

réponses 28700

réponses