Peur de perdre mon monde/imagination - folle ?

Réalisée par Besoindereve · 1 août 2018 Phobies

Bonjour,

Je revient d'un entretient avec une infirmière psy à cause de nosophobie aiguë. Et ... Je suis morte de peur pour deux choses, la première:

Je me suis créer un petit monde très très agréable où je me réfugie dès que je suis seule. Je ne vois en rien quelque chose de négatif personnellement.

Je vous explique, je suis une artiste qui aime imaginer faire des rôle play/Jeux de rôle sur des forums, avec des amis et quand je suis seule je vie mentalement la suite des aventures de mes personnages parfois j'ai un personnage qui est très inspiré de moi même, mais je ne vais pas me prendre pour lui en vrai. C'est comme un film agréable des aventures qui se passent dans ma tête.

Si je suis avec quelqu'un, ça disparaît si je stresse ça disparaît, je revient directement dans la réalité.


J'aime ressentir ce que mes personnages ressentent quand j'écris, ça me fait énormément de bien.

3 psychologue dans le passé mon dis que je me suis créer ce monde pour me protéger, créer ce dont j'aurais envie. Rien de négatif, alors j'ai continuer ça n'as jamais ruiner mes relations, vie sociale, etc... Au contraire ça m'inspire même pour mes histoires.

C'est mon anti dépresseur naturel, je l'ai depuis la fin de l'école primaire, peut-être avant ça me rend très heureuse.

Voilà le point noir de la situation; l'infirmière psy ma dis ;" c'est un cocoon agréable votre vie virtuelle mais vous devriez éviter de le faire."

Que voulais-t'elle dire ? C'est un trouble de la personnalité ?

Je ne veux pas perdre ça, j'en deviendrais folle (si je ne le suis pas déjà) j'arrête pas d'en pleurer

Pourquoi des psychologue qui m'ont suivit longtemps auraient dis qu'il n'y avait rien de maladif à ça pour entendre cela ? Peut-être qu'elle as mal compris et pensais que je l'avais tout le temps ?

Ai-je un trouble de la personnalité ?

Il m'est arriver dans mon adolescence d'imaginer mes 'amis imaginaire' comme l'un des psychologue me la dis marcher à coté de moi/à moitié dans ma tête. ça c'est arrêter à mes 16-17 ans c'est arrivé deux trois fois. Parce que j'était persécuté par des gens à l'école violemment, ça me faisait oublier ma solitude (mais je savais qu'ils n'existaient pas du tout et que c'était un délire mentale)


Récemment, j'ai créer un perso qui me ressemble a 85%, et ce qui est bizarre depuis que j'ai pris des codoliprane parfois en surconsommation je m'imaginait dans la peau du perso 1 seconde tout en sachant que c'était un délire mentale.


J'ai peur d'être folle, mais en même temps j'adore cet exutoire ça m'aide pour me sentir bien

Ma grande sœur ma avouer avoir la même chose et une amie de l'époque avait la même chose (tous artistes aussi)

Est-ce juste un exutoire / imagination ou maladif ?

J'ai peur je ne veux pas perdre ça.... Je suis prête à réduire mais arrêter je peut pas, ça m'aide à vivre cette vie qui me fait tant de mal.

Sur le site de dessin où je suis deviantart j'ai cru comprendre que beaucoup d'artistes on ma capacité à ce projeté dans leur 'monde'

Je dois revoir l'infirmière Jeudi, mais j'ai peur qu'elle m'interdisse ou me traite de folle ...

Ma soeur ma dis qu'on est peut-être elle et moi Asperger, et je préférerais l'être que de m'entendre dire que j'ai un trouble de la personnalité ou de perdre mon imagination...

Merci de votre aide, et peut-être de votre réconfort !

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 3 AOÛT 2018

Bonjour,

Pourquoi vouloir absolument mettre une une pathologie sur un comportement ? Est-ce-que vous souffrez de ce comportement (avant que l’infirmière - qui n'est pas médecin, je me permets de vous le rappeler) vous dise de modifier vos habitudes) ?

Au contraire il semble vous apaiser. Si vous souhaitez changer, eh bien il faut changer vos habitudes. Si elles vous conviennent et n'entravent pas votre façon de vivre.... je ne vois ce qui autorise qui que ce soit de vous demander d'abandonner une pratique qui vous fait du bien.

Le jour où vous voudrez avoir une vie différente, d'autres centres d'intérêt, le jour où ce cocon douillet vous fera peut-être plus de mal que de bien, il sera sans doute bon que vous preniez rdv avec un thérapeute qui vous aidera à faire le point.

Nommer un trouble ne l'a jamais fait disparaître. Parler de soi en revanche, est encore le meilleur moyen que l'on a trouvé pour aider à aller bien.

Cherchez ce qui est bon pour vous.

Cordialement
Frédérique Le Ridant

Anonyme-331608 Psy sur Saint-Michel-de-Chabrillanoux

170 réponses

929 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AOÛT 2018

Bonjour,
A vous lire, je pense - comme vous l'évoquez - d'un exutoire qui vous permet de vous protéger du monde "réel".
Selon moi, cette personne que vous voyez ne peut pas vous qualifier de "folle" car elle porterait un jugement sur une vision parcellaire de votre personnalité.
Par contre, travailler sur un potentiel "traumatisme" qui vous aurait incité - inconsciemment - à mettre en oeuvre ce qu'il est convenu d'appeler une forme de "mécanisme de défense", serait une piste à explorer.
Que vous soyez artiste et utilisiez le média de votre choix (écriture, chant, peinture, sculpture. ...) pour exprimer vos émotions c'est une forme de "sublimation", mais le "refuge" dans un monde "parallèle" pour fuir le "réel", c'est là que cela peut devenir "risqué".
Le réel va forcément s'imposer à vous à un moment ou à un autre et pour éviter ce que cela soit trop "violent", il convient de s'y préparer ...
Vous évoquez votre soeur mais pas vos parents, il serait intéressant de connaitre l'état de vos rapports avec le reste de votre famille et votre environnement social.
A votre écoute.

Luc BURGENSIS Psy sur Vienne

439 réponses

621 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 AOÛT 2018

Bonjour,
je comprends vos inquiétudes et vos interrogations. Si je résume la situation, vous craignez que l'infirmière psy vous prenne pour une "folle". A cela, vous opposez les avis de psychologues qui vous ont suivi par le passé, sans pour autant être totalement rassurée.

Il faudrait tenter d'aborder le sujet avec cette professionnelle en précisant bien ce que sa remarque a pu déclencher chez vous.
Vous pouvez également solliciter un rendez-vous avec un médecin psychiatre afin d'aborder ce problème avec lui.
Enfin, l'histoire d'un éventuel syndrome d'Asperger le laisse un peu dubitative, ce diagnostique nécessitant une évaluation approfondie.

Bien cordialement,
Stefanie Böhme
psychologue clinicienne

Stefanie Böhme Psy sur Fontaine-Notre-Dame

164 réponses

163 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Phobies

Voir plus de psy spécialisés en Phobies

Autres questions sur Phobies

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 7000 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 11000

psychologues

questions 7000

questions

réponses 36200

réponses