Peut-on devenir paranoïaque après un décès insurmontable ?

Réalisée par BD23 le 22 nov. 2017 Deuil

La paranoïa fait partie de la psychose, or après le décès de son mari il y a 10 ans ma tante montre toujours des symptômes inquiétants :

- Rapport au corps violent (anorexie, chirurgie)

- Idées suicidaire

- Hallucinations auditives

- Construction de délires paranoïaques

- Impression qu'un esprit la pousse

...

J'ai lu que ça apparaissait après un événement problématique voire énigmatique, or d'après Lacan un névrosé est un névrosé et un psychotique est un psychotique...

Elle refuse toute aide : ni médecin, ni psychologie.


Comment appréhender cela ?

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonjour,
il semblerait que les symptômes soient de grande importance.
sans doute y avait il un terrain antérieur qui a été réveillé par la perte
néanmoins il se peut que ces symptômes soient le signe d'un grande culpabilité, cela peut être le syndrome du survivant, à savoir je me punis d'être encore là alors que l'autre est parti
donc ces symptômes ont une fonction utile pour la personne et d'ailleurs c’est probablement pour cela qu’elle ne veut pas s'en séparer.
si elle ne se met pas en danger, alors je dirais de laisser faire les choses. une personne qui ne veut pas sortir de son malêtre à des bénéfices secondaires auxquels elle tient
entourez là simplement de tendresse, et de présence si cela est possible pour vous
bien à vous J L RUbinstein

Josie Laure Rubinstein Psy sur Saint-Maur-des-Fossés

215 réponses

791 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
Quelque soient les mots que vous puissiez chercher à mettre sur ses symptômes, votre tante est en grande souffrance. Vous ne pouvez pas la forcer à consulter car chacun est responsable de sa propre évolution mais vous pouvez essayer de dialoguer avec elle, lui faire exprimer ses émotions dans un moment où elle est calme. Et lui proposer des méthodes douces pour commencer qui lui conviendront peut-être mieux et l'effraieront moins qu'un psychologue, comme par exemple un soin énergétique ou de la sophrologie. Cette première approche lui permettra de se rendre compte qu'elle peut être plus sereine et lui donneront peut-être envie par la suite de pousser le travail un peu plus loin comme une thérapie.
Bien à vous,
Christine Camelot
Sophro-analyste des mémoires prénatales, de la naissance et de l'enfance

Christine Camelot Psy sur Montévrain

29 réponses

13 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,

Votre tante était probablement très liée et très dépendante de son mari..., dont la mort a fait resurgir des difficultés psychiques de son passé (mettant à mal ses défenses psychiques).
Elle a encore du mal à se retrouver/vivre sans son mari, peut être qu'elle souffre de ce qu'on appelle "un deuil pathologique".

Les hallucinations auditives sont assez fréquentes dans le cas des deuils difficiles, et ne sont pas le signe d'une "pathologie" autre que la douleur presque physique de la séparation.

Il est certain que votre tante pourrait être aidée par une thérapie..., mais si elle refuse toute aide vous ne pouvez rien faire dans ce sens.
Peut être juste lui faire part de votre inquiétude quand à sa santé et votre désolation pour son état.

Bon courage à accepter ce que vous ne pouvez pas changer...
sp

Silvia PODANI Psy sur Issy-les-Moulineaux

1641 réponses

5066 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
Mon hypothèse est que, malgré les éléments de pathologie que vous évoquez (à vérifier d′ailleurs) , ses difficultés auraient pu déjà être en germe à l′époque du décès de son mari.

Quant à votre question à propos de la psychose et de la névrose, je ne vois pas bien le lien que vous faites avec son état et encore moins avec Freud et Lacan.
Je doute même qu′une lecture aussi approfondie et aussi laborieuse, soit elle, de leurs ouvrages, vous aide à trouver des solutions pour votre tante, hormis un bon mal de crâne en fin de journée.

Seule l′approche d′un psychiatre et avec le consentement de votre tante, vous permettrait d′y voir plus clair. Mais comme elle refuse, seule une obligation de soins en cas de risque de trouble à l'ordre public pourrait venir à bout de ses réticences.

Cordialement à vous.

Maurice Gaillard Psy sur Vincennes

1934 réponses

5660 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
Je comprends que cette situation vous "chagrine" mais si cette personne n'accepte aucune aide, vous ne pouvez rien faire, c'est elle qui doit décider. Ce que vous pouvez faire pour vous sentir mieux face à cela, c'est accepter. Ce n'est pas être égoïste, c'est prendre soin de vous.
Bien cordialement.
Laurence Le Rolland

LE ROLLAND LAURENCE Psy sur Saint-Herblain

19 réponses

22 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Deuil

Voir plus de psychologues spécialisés en Deuil

Autres questions sur Deuil

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 5450 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10200

psychologues

questions 5450

questions

réponses 28750

réponses