Rupture amoureuse : ai-je fait le bon choix ?

Réalisée par amourperdu · 18 mars 2019 Thérapie couple

Bonjour,
Je suis depuis 10 ans avec un homme qui a 2 enfants. J'en ai moi même 2 également. Nous avons toujours eu plus ou moins des conflits concernant les enfants, conflits d'intérêt, protection de nos enfants respectifs. Il me reproche d'être plus mère que femme.et de le mettre de côté dès que j'ai mes enfants. Je m'en rends compte et cherche une explication à ca. Il se repose beaucoup sur moi, j'assume tout à la maison sous prétexte qu'il n'a pas ses enfants au quotidien donc n'a pas de contraintes à avoir (ménage, courses, lessive, cuisine,....).
Au fil des années, notre relation s'est dégradée, il s'est isolé, s'est mis à boire régulièrement et à devenir violent verbalement. Tout ce qu'il ne pouvait pas dire en étant sobre ressortait dès qu'il buvait mais ca pouvait être très violent, il ne maitrisait pas ses paroles et il m'a fait beaucoup de mal. Il était jaloux de la relation que j'avais avec mes enfants et petit à petit ne faisait plus d'effort avec eux. Dès que mes enfants abordaient un sujet, il était en désaccord avec eux. Les repas du soir devenaient compliqués, je stressais à chaque fois. Cela a duré des mois voire des années. La communication s'est détériorée, il n'a pas vu que j'allais mal. Je rentrais tous les soirs avec la boule au ventre. Dès qu'il prenait un verre, je commençais à avoir peur de son comportement. J'appréhendais les week ends à 2, les week-ends tous ensemble, les vacances. Je ne prenais plus du tout de plaisir au moment en famille. J'ai voulu partir plusieurs fois sans lui dire, je me suis renfermée sur moi-même, je ne l'ai jamais menacé jusqu'en ce début d'année où j'ai dit qu'on arrêtait tout, que je prenais un appartement, que je n'en pouvais plus de cette vie, que ce n'est pas ce que je voulais. Je sais qu'on a des torts tous les 2 mais aujourd'hui je ne sais vraiment plus où j'en suis et je ne sais pas si on arrivera à surmonter tout cela. Il est tombé de très haut, il est au plus mal, ne pensait pas que je pouvais en arriver là, n'a soi disant rien vu, me dit qu'il m'aime, qu'il ne peut pas vivre sans moi. Je culpabilise à fond, me dis que j'aurais dû parler, si j'avais fait plus attention à lui on n'en serait pas arrivé là.
Mon entourage me dit qu'il a un fort caractère qu'il veut toujours avoir raison sur tous les sujets, que c'est compliqué de discuter avec lui, que j'ai mes torts mais que lui aussi. Il aurait voulu qu'on soit toujours dans notre bulle, on n'avait pas beaucoup de contact avec l'extérieur, il n'a pas d'amis. Dès que je voulais faire une activité sans lui, il me reprochait de prendre du temps pour moi, jamais pour lui. Et d'après lui, si je n'avais pas eu ce comportement possessif avec mes enfants, on n'en serait pas arrivé là. Aujourd'hui bien évidemment, je culpabilise à fond.
Merci pour vos réponses et témoignages.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonjour,

Vous culpabilisez parce que votre ex-compagnon se victimise : il n'a rien vu venir, il ne comprends rien, il ne peux pas vivre sans vous (ce qui au passage peut aussi vous valoriser, vous qui avez manqué d'attention de sa part depuis 10 ans), etc... Mais, je ne lis pas dans votre témoignage qu'il s'est demandé ce que vous aviez vécu pendant 10 ans pour en arriver là. Apparemment donc il pensait que la vie au coté d'un homme qui boit, est violent, jaloux, etc... vous convenait merveilleusement. Alors il ne voit vraiment pas pourquoi vous le quittez. Alors que vous étiez très mal, au point d'appréhender les week-end avec lui, d'avoir la boule au ventre, lui pensait que tout allait sur du velours ?

Dans une relation, et une rupture, chacun a des "torts". Peut-être avez-vous aussi laissé pourrir la situation, mais ce n'est pas parce que chacun a ses torts qu'il faut rester coûte que coûte dans une relation qui ne vous convient pas depuis si longtemps, d'autant que monsieur ne semble toujours pas prêt a se soucier de vous mais vous culpabilise avec son malheur.

Et puis, à un moment, la bonne décision est celle qu'on prend et qu'on assume. Elle nous permet d'avancer vers ce qu'on souhaite faire de sa vie, une décision est une étape, pas une fin en soi, ni une damnation.Vous prenez une décision compte tenu de ce que vous savez de vous, de la situation, de vos enfants et de cet homme, et c'est très bien ainsi.

Bien cordialement,

Marion Favry

Marion Favry Psy sur Paris

310 réponses

599 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
Vous n'avez pas à culpabiliser et vous avez eu raison, ne serait-ce que pour protéger vos enfants d'une ambiance délétère, de partir.
Il faut du courage pour partir.
Si il boit, si il est jaloux, si il est violent , il est responsable parce qu'il pouvait vous dire les choses autrement ou se faire aider pour régler ses difficultés.
S'il vous dit qu'il vous aimé aujourd'hui, C'est me semble-t-il les effets de la séparation.
Je pense que votre ami à besoin d'être aider pour sortir de l'alcool et de sa violence sinon il ne pourra pas "changer" son attitude en général et avec vous en particulier.
Je reste à votre disposition.
Bien à vous
Andrée Anne zazzera
Psychologue psychanalyste

Andrée-Anne Zazzera Psy sur Fontenay-sous-Bois

153 réponses

109 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Thérapie couple

Voir plus de psychologues spécialisés en Thérapie couple

Autres questions sur Thérapie couple

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 6350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10850

psychologues

questions 6350

questions

réponses 33150

réponses