Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

thérapie des traumas d'inceste

Réalisée par Mélodie le 20 févr. 2018 9 réponses  · Thérapie brève

Je répète tjs le même scénario dans ma vie.

Il y a un ou des éléments déclencheur de mes traumatismes qui réactivent des émotions. C'est toujours lié aux hommes. Surtout mon mari.

Je me fache sur lui comme si il était vraiment mon agresseur qd j'étais petite, comme si maintenant je voulais et pouvais dire que c'est mal.

Cela crée une dispute, j'ai une lutte ds la tête, je sais que je reproduit qqch, que mon mari n'est pas le mauvais, que c'est mon interprétation qui est faussée.

ALors je lui dis, comme pour qu'il me soulage et me réconforte qu'il n'est pas comme mon agresseur, mais lui ca l'énnerve que je le prend pour ce qu'il n'est pas, cela crée une dispute, il en à marre. Je le comprend.

Après je me sent mal je me sens mauvaise et j'ai envie de mourir. Pcq je me rend compte qu'il n'est pas comme ceux qui m'ont fait du mal. MAis j'ai une lutte ds la tête qui me pousse a croire qu'il est mauvais; Ca me rend dingue. Je réfléchis aux élément objectifs que j'observe qui me montre si il est vraiment le mauvais pour qui je le prend. C'est dur pour moi.

Par exemple, il cherchait son pantalon. Il est descendu dans le salon a moitier nu, avec juste son tee-shirt. J'ai été choquée pcq il se montrait nu devant notre fils de 4 ans. J4ai crée une dispute, mon fils qui n'avait rien percu de grave, a fini par comprendre que son pére était mauvais a se montrer nu; C'est moi qui ai transmis mon traumatisme dans ma réaction. Je n'aurai rien dis, ca passait comme si de rien était. Evidement il ne faut pas qu'il se montre nu passé les 6-7ans de notre fils qd il sera dans une période ou l'intimité est importante.


Le pire dans tout ca, c'est que après comme je m'en veux, je me sent plutôt aimante et il me manque.


J'ai l'impression que je reproduit qqch lié a mon vécu d'inceste. C'est lié au fait que j'aimais mes agresseurs ( pére et oncle) Qu'on m'a apprit dés le plus jeune âge qu'a une demande d'affection, d'amour on repond par un traumatisme et surtout a une séxualité. P-e je reproduit l'inceste ( =mon mari est comme mon pére) pour pouvoir l'aimer. ( comme j'ai aimé mon pére.) Ce n'est pas très clair ds ma tête.


J'ai fais une thérapie avec un psychologue, j'ai reproduit des choses ainsi avec ce psy. On en a parlé, c'est depuis que j'ai compris que je reproduisais des choses, mais c'est pas clair. Et surtout j'ai arreté la thérapie pcq justement j'ai reproduit. MAis j'arrive pas à mettre ca au clair ds ma tête.

J'aimerais retourner chez le psy, mais j'y arrive pas. J'ai peur. j'ai l'impression que si je prend du bénéfice dans la thérapie et que je lâche prise et que je me permet d'apprécier mon psy, c'est comme si je reproduisais l'inceste, que je reproduisai le consentement que j'ai eu ds l'inceste. JE lui ai dis ca au derniere rdv, tellement je luttais contre. Je croyait qu'il etait si dur et froid avec moi pcq je ne m'héritai que ca pcq j'etais mauvaise d'avoir "consenti"

Je part ds tout les sens, je pense ne pas être claire du tout.

Est ce que qqu pourait me donner des pistes de reflexion, surtout pour retourner chez le psy, pcq c'était très difficile, mais j'ai appris tellement de chose sur moi. Puis j'ai arreté la thérapie justement qd j'ai senti que j'appréciais mon psy ( j'ai anticipé un abandon, je suis partie pour pas qu'il m'abandonne, pour pas souffrir, "aimer" c'est souffrir, c'est ce que j'ai integré au plus profond de moi malheureusement ) Je sais que le psy peut gerer ce genre de chose pour pas qu'on reproduise, mais j'ai été très diffficile , très fermé, dans le contrôle absolu, et j'ai pas laissé le psy faire son travail. je savais en fait, et j'ai montré l'inversse.

MAis il faut dire qu'on a travailler tout ca avec le psy, j'ai parlé sur la fin, je me suis jms sentie aussi bien ds la vie. Un poid énorme en moins. j'avais laché prise. Et mon cerveau qui lutte, à laché, s'est senti en sécurité, et j'ai eu une lachage de souvenirs énorme. Une bombe ds ma tête à explosé. j'ai découvert que j'avais eu des émotions au moment des trauma, je les ai retrouvés. J'ai été très sonné. J'ai eu peur, et j'ai tout arreté car si je retournais chez le psy j'avais peur d'avoir encore des souvenirs qui revienne. Et en même tps le psy m'avait donné des ressources pour tenir si ca arrivais, du coup j'avais de quoi m'accroché après ca.

Donc tout ca pour dire que je suis coincée. Je n'en peux plus d'attendre de pouvoir retourner en thérapie, et j'ai pas envie de changer de psy.

il sait que j'étais ds une période difficile de la thérapie, il m'avait dit lui meme de faire une pause pr récupérer . il etait convenu que je resonne pr reprendre rdv qd je le sentirais. Ca fait 1,5 ans que j'attend d'être prête. je n'en peux plus de rester seule avec tout les liens et les explication qui me passe ds la tête.

Qqu pourrait m'expliquer ce qui s'est passé? mettre des mots plus clairs sur ce que je raconte?

Meilleure réponse

Bonjour

Justement rejouer ce que vous avez à rejouer avec votre psy, pour quoi parce que c'est un professionnel, c'est à lui de gérer l'afflux libidinal qu'engendre vos affects qui se sont liés aux représentations incestueuses. De plus l'affect qui se met en place dans le transfert est nécessaire pour vous aider à abreagir ce qui signifie dépasser le traumatisme en conscientissant des éléments que vous pointez du doigt dans votre message. Par exemple inceste = amour de la part de votre père et votre oncle, plus jouissif mais tellement plus difficile à clarifier dans votre tête.
Donc, si vous le pouvez retourner voir votre psy continuez votre travail, amenez tous les éléments qui sont dans ce message pour avancer.

Qu'il vous aide à vous libérer de ce qui vous empêche d'aimer librement et d'atténuer cette culpabilité qui vous fait tant souffrir.

Cela va vous sembler une lapalissade ce que je vais vous écrire : ce n'est pas votre faute, vous étiez une enfant, ce n'est pas votre faute si l'on vous a appris à aimer de cette manière, oui c'est une forme d'amour qui amène la destruction de l'être mais ce n'est pas de votre faute.
Votre lutte interne qui vous épuise signe que vous voulez vous en sortir, que vous voulez vous libérer de cela, vous n'en êtes pas loin, courage, retournez voir votre psy ou un autre, ne lâchez rien.

Bon courage

Cordialement

R. Perinetti

Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour, avez vous songer à faire des séances d'EMDR ? Cela vous permettrait de détacher le trop plein d'émotion de ces souvenirs. Une fois allégée vous aurez moins tendance à déborder et pourrez trouver des solutions plus factuelles et moins émotionnelles. Bon courage

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

24 JANV. 2019

Logo Manglano Vincent. Hypnothérapeute, et Formateur Hypnose, PNL & EMDR Manglano Vincent. Hypnothérapeute, et Formateur Hypnose, PNL & EMDR

70 réponses

19 J'aime

Oui, le psycho trauma que vous accompagne n'est pas tout à fait stabilisé, il est souhaitable de continuer la thérapie pour avoir plus de ressources en vous, je crois que le moment est arrivé de vous donner la chance maintenant de vous guérir de ces blessures profondes.
Et c’est en faisant un lâcher pour prendre quelque chose de meilleur que vous aide à être mieux dans votre corps et votre mental. Rassure vous de votre thérapeute, ne ressentais pas à sa place que lui il sais gérer la situation. Prenez le courage avec vous et finissez avec cette situation !!!

Bonne courage
Nubia LOPEZ
Psychologue

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

27 FÉVR. 2018

Logo Nubia Lopez Nubia Lopez

12 réponses

27 J'aime

Bonjour
Surtout ne restez pas seule
Où habitez vous?
Il vous faut etre accompagné soit avec le psy que vous voyez soit par un specialiste des traumas
Bien à vous

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

22 FÉVR. 2018

Logo Sophie Genin Sophie Genin

102 réponses

110 J'aime

Bonjour Mélodie,

Vous êtes face, que ce soit dans votre vie de couple avec votre mari ou dans votre thérapie avec votre psy à ce qui vous est le plus insupportable : aimer et détester tout à la fois. Et pas simplement détester parce que la haine serait l'envers de l'amour, mais parce que chez vous l'amour (pour votre père, pour votre oncle - cad le frère de votre père?) s'est trouvé assujetti, relié à l'inceste et que pour ne pas perdre l'amour de votre père et de votre oncle, vous vous êtes pliée à ce qu'ils vous demandaient ou vous imposaient. C'est bien cela qui est si terrible dans l'inceste, outre l"acte lui-même bien sûr, c'est cette confusion de sentiments induite par l'adulte et l'"assujettissement dans lequel se retrouve l'enfant.

Vos relations actuelles réactivent le traumatisme, mais il serait temps, vous le pouvez puisque vous écrivez ce message, de différencier, de distinguer et donc aussi de vous libérer du passé: votre mari n'est pas votre père... votre psy n'est pas votre père lui non plus. Il s'agit justement dans ce moment de votre thérapie de revisiter cette répétition, ou ce "transfert" (en langage plus technique). Puisque vous avez eu la chance de trouver une personne avec laquelle vous pouvez travailler, avancer, comprendre, relier... il faut tout simplement reprendre ce travail, en formulant les choses comme vous le faites ici sur ce site.

Bonne chance à vous pour la suite de votre travail,
Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

21 FÉVR. 2018

Logo Fabienne Verstraeten Fabienne Verstraeten

967 réponses

3645 J'aime

Bonjour,
Vous avez déjà bien avancé sur le plan psychologique dans le travaIl thérapeutique, bien entendu au vu du traumatisme subi autour de l’inceste, la problématique de la sexualité demeure. Pour aller plus loin et pouvoir enfin vous épanouir,
Je ne peux que vous conseiller d’entreprendre une Sexothérapie avec un Sexologue compétent et diplômé ce qui sera une garantie minimale dans votre cas.
Je le dis car la profession n’étant pas protégée, et pourtant c’est une discipline sérieuse; on peut tomber sur des personnes qui n’ont pas de réelles compétences dans le domaine ou juste une formation sommaire non universitaire. Et vu vos difficultés, il est essentiel que vous puissiez être en totale confiance dans votre parcours thérapeutique.

Bien cordialement
S. Garnero Dr Psychologie Sexologie

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

21 FÉVR. 2018

Logo GARNERO Sebastien GARNERO Sebastien

159 réponses

653 J'aime

Bonsoir Mélodie,

Le fait que vous vous interrogez et nous nous interrogez ici sur votre histoire, le trauma de l'inceste et ses conséquences dramatiques pour votre vie..., montre que vous avez envie de reprendre la thérapie.
Il me semble que le psy qui vous a accompagné vous a bien aidé...: n'hésitez pas à reprendre des séances régulières avec lui, en lui disant tout ce que nous avez écrit ici..., en lui faisant part de vos interrogations, doutes, peurs...

Tout travail de (re)construction de soi passe par des hauts et des bas, par des moments difficiles : la présence du psy bienveillant aide à les supporter et à les surmonter.

Bon courage à vous pour continuer à mettre des mots sur tout ce qui vous questionne..., en étant accompagnée par votre thérapeute...
Je vous souhaite de trouver le chemin vers l'apaisement !
sp

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

20 FÉVR. 2018

Logo Silvia PODANI Silvia PODANI

1523 réponses

4660 J'aime

Bonjour Mélodie,

vous avez été victime, sans doute dans votre enfance, peut-être dans votre adolescence, d'incestes, de la part de votre père et d'un oncle. Plus récemment, vous avez commencé un travail thérapeutique sur ces traumatismes, travail qui, actuellement, est interrompu depuis un an et demi.

Ce qui est moins clair, d'après ce que vous dites, ce sont les raisons de cette interruption du travail thérapeutique. Vous semblez avoir des doutes sur la pertinence, voire le sérieux, de ce travail, mais vous n'en êtes pas sure non plus.

Ce qui semble évident, c'est que vous n'allez pas pouvoir continuer longtemps comme ça, c'est-à-dire sans rien faire. Il va vous falloir choisir : reprendre le travail avec cette même personne, ou avec une autre.

Sachez que, si vous changez de personne, cela ne signifie pas que ce que vous avez déjà fait soit perdu, et cela peut même être le contraire. Peut-être alors pourriez-vous en profiter déjà pour vous poser la question de la méthode : renseignez-vous, quelle est la méthode qu'utilisait cette personne, et quelles autres méthodes existent qui pourraient être indiquées dan votre cas ?

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

20 FÉVR. 2018

Logo Xavier Martin-Prével Xavier Martin-Prével

195 réponses

283 J'aime

Bonjour Mélodie,
Vous évoquez un travail avec un thérapeute, mais de quel "psy" parlez-vous, stp ? il est possible qu'une cure de type analytique soit plus appropriée à ce que vous évoquez.
Dans tous les cas, votre mari n'est pas votre psy et même s'il vit avec vous et qu'il peut vous aider à aller mieux, ce n'est pas à lui de "gérer" votre passé mais bien à un thérapeute de "régler" cette problématique avec vous pour ne pas "polluer" votre vie de couple.
A votre écoute ...

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

20 FÉVR. 2018

Logo Luc BURGENSIS Luc BURGENSIS

440 réponses

596 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
thérapie des traumas d'inceste ( suite)

2 réponses, dernière réponse le 24 Février 2018

Thérapie et nouveau trauma

3 réponses, dernière réponse le 08 Janvier 2017

pensée étranges en thérapie

1 réponse, dernière réponse le 06 Décembre 2017

Inceste et therapie

11 réponses, dernière réponse le 01 Novembre 2017

je cherche à inverser les rôles avec mon psy

1 réponse, dernière réponse le 20 Juin 2017

Phonophobe, comment vivre avec ? (suite 1)

1 réponse, dernière réponse le 02 Novembre 2016

Connexion aux Emotions (reponse à Mr gaillard)

1 réponse, dernière réponse le 30 Septembre 2018

Déréalisation/dépersonnalisation aprés hypnose.

2 réponses, dernière réponse le 30 Janvier 2018

Icv, dissociation (et desorganisation)

1 réponse, dernière réponse le 05 Octobre 2018