Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

thérapie des traumas d'inceste ( suite)

Réalisée par Mélodie le 22 févr. 2018 2 réponses  · Agressivité

Je remercie les personnes qui m'ont répondus. J'ai reçu des réponse très pertinentes, qui met des mots sur les liens que je pense

Je ne sais pas si cela ce fait, mais j'ai écris un mail à mon psy. Mais je ne l'ai pas envoyé. Je n'ose pas. J'explique que j'ai envie de revenir en consultation, mais que j'ai besoin d'une petite aide pour m'aider à me sécuriser. A faire en sorte que le retour soit un peu plus prévisible que de débarquer comme ca d'un coup après tout ce tps. (Surtout que je sais que je ne parle pas, je suis très fermée, et je suis fort ds le controle pour me punir. )

A la fin de la thérapie, j'avais commencé à m'ouvrir et à parler. J'avais parlé au psy de mes traumatismes et de qqch de très important qui faisait que je me contrôlait et me punissais comme ca. Ce qui a provoqué en moi des émotions positives mais aussi du coup cette peur de l'abandon que j'anticipe en fuyant. y'a aussi que malheureusement comme j'ai eu un bénéfice lors de mes traumatismes, je me puni tout le tps inconsciemment. c'est ca que je travaillais avec lui, et j'ai laché prise j'étais enfin en sécurité avec lui, et ma memoire m'a sauté au visage, j'étais prête en fait. Je me suis mise à ressentir des émotions du passé, mais vraiment. Comme si j'avais parlé de qqch d'important au psy et chez moi je l'ai vraiment revécu comme pour le faire sortir de moi car c'était bloqué.. C'est vraiment des ressentis physique et émotionnel, c'etait fort Et j'ai compris pourquoi j'avais été si mal dans ma vie.

Je me réjouissais de retourner en séance pour lui en parler. La thérapie venait de basculer, j'avais lâcher prise. En fait, le psy avait prit des distance avec moi, j'avais senti qqch, et ca m'avait fait du bien, je me suis dit que j'en demande de trop meme si je ne le montre pas, et le message est que je dois m'aider moi même. c'est ce que j'ai fais, je lui ai parlé de choses que j'avais vraiment envie de lui dire dp si longtps ! ( 1,5 ans de thérapie à ce moment)

J'ai jms pu y retourner malheureusement. Je l'ai contacter pour lui dire ce qu'il s'est passé, il a reporté le rdv suivant pour me laisser récupérer. je lui ai dit que je voulais aussi un peu récupérer, que je le recontacte qd je le sentirais. La pause m'a fait du bien, mais a un moment, j'ai vecu ca comme un abandon, j'ai pas pû y retourner, je ne savais pas comment faire et si c'était pas toujours risqué pour moi. J'ai été très mal.

C'est d'autant plus dur pour moi aujourd'hui après 1,5 ans d'arret car j'ai fini sur qqch de positif que j'ai fuis par peur et pcq j'avais du mal à l'accepter. Et faut dire que j'avais senti que j'avais pas été assez soutenu, réconforté après la chose difficile que je lui avais dis. Il faut savori que je suis extrêmement fermé et que je ne parle pas en séance.

Bref ds le mail, j'explique en qqs mots les points importants qu'on avait travailler ensemble et qui aujourd'hui sont plus claires pour moi. J'explique aussi un peu mes difficultés et ce que j'attend.

MAis je n'arrive pas à bouger et faire le pas. Lui ecrire?, j'ai peur qu'il s'en fou, et ne me reponde pas, ou qu'il ne veuille plus travailler avec moi, ce qui est possible, dans ce genre de transfert, il faut élaborer, sinon ca ne va pas ou que j'ai écris des bétises qui ne veulent rien dire, Prendre rdv? j'ai peur de débarqué comme ca dans l'inconnu avec tous les projections et liens que je faisait à l'époque, c'est difficile. Attendre encore? j'en peux plus. Consulter un autre psy? j'ai pas envie. C'est bien le problème je le perçois comme si il savait tout, comme si y'avait que lui pour m'aider. pfff Est ce que je vais arrivé à me donner plus d'importance et arreter d'attendre un bon pére ou une bonne mére?

Mais je suis vraiment pas bien . j'ai une lutte très difficile ds la tête, je n'en peux plus.

J'ai eu le meme problème avec ma psychiatre, un peu en même tps. ( 13 ans qu'elle me suivait) j'etais tetanisée par la peur d'y retourner, une mort psychique si j'y retourne, un effondrement de tout ce qu'elle m'avait apporté ces années. J'ai dû arreté plusieurs mois, j'etais ds la même situation. J'ai finalement prit mon courage, je l'ai recontacter, j'y suis retourner tout doucement, et maintenant ca va bcp mieux, j'y retourne sans appréhension ou presque. j'ai pu comprendre ce qui s'était passé.

Je me dis si j'ai surmonté ca avec ma psychiatre, je peux le faire avec lui aussi ?

Je suis vraiment perdue. Je ne suis pas bien, je ne sais plus quoi faire, je passe d'un état émotionnel a un autre comme une balle de tennis en plein jeux. j'ai envie d'y retourner? BAM ma peur de 'l'abandon m'envoie des angoisses. Je crois vraiment qu'il n'a pas pu m'apporter du réconfort, du soutien comme j'en avais besoin, mais je pense vraiment que je n'en voulais pas, je le repoussais de toutes mes forces. Et maintenant j'ai peur d'être trop attaché à ce psy, j'ai franchement pas envie que ca m'arrive donc je ne prend pas le risque. En plus j'ai appris très tôt à confondre réconfort, amour et sexualité, et si je commençais a vouloir une sexualité avec lui? C'est de l'inceste, et vu qu'avant j'etais ds le contrôle, je risquais rien. Si je l'apprécie, je risque de reproduire l'inceste ds ma tête? Ca me fais peur.

Qqu comprend qu'on peut être vraiment mal ds cette situation ?

Dp que j'ai arreté la thérapie, j'ai des mal être, une envie de mourir, tellement je suis triste. MAis ca passe toujours. Et heureusement je garde une vie quotidienne normal.

On peut envoyer un mail a son psy ? j'y arrive vraiment pas, je reporte tout le tps. J'ai pas envie de me lamenter, j'ai expliqué des élements concrets et résumé qui refletent le travail que j'ai fais sur moi. Ce serai un peu comme si je laissais parler enfin une partie de moi que je refuse. Mais il faut encore l'assumer une fois devant lui après.

En plus mon mari refuse catégoriquement que j'y retourne, il m'a vu si mal, il comprend pas que je m'acharne. MAis il ne comprend pas, moi non plus d'ailleurs. Si j'attend encore, ca va me tomber du ciel par illumination bien sûr! lol pffffff

Meilleure réponse

Bonjour Mélodie

Que faut-il faire ? Pouvons-nous décider à votre place alors que nous ne vivons pas votre souffrance?

Que voulez-vous si ce n'est moins souffrir ! Alors peu importe par quel moyen vous re-enclenchez votre travail thérapeutique, ce qui compte c'est d'atténuer votre psychisme qui vous pousse vers plus de souffrance.

Donc, peu importe au fond ce que nous pensons, ce que pense votre entourage même si votre mari cherche à vous préserver, ce qui compte c'est ce que vous désirez. Moins souffrir ? Non ?

Alors, même si la lutte est âpre donnez-vous les moyens de vaincre, de prendre le dessus sur ce qui vous empêche de prendre complètement soins de vous.

Même lorsque vous aurez vos pulsions incestueuses envers votre psy ayant le courage de lui en parler car il est le garant du cadre. Et que garantit le cadre si ce n'est que quoi qu'il arrive dans ce lieu il n'y aura pas de passage à l'acte entre le patient et son psy.

Reprenez contact avec lui, peu importe le moyen.

Bon courage à vous et votre famille.

Cordialement,

R. Perinetti

Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Mélodie,

Vous l'écrivez à la fin de votre message, vous avez très tôt appris à confondre réconfort, amour et sexualité, et, au moment où vous avez abandonné la thérapie, vous touchiez précisément ce point-là. Vous écrivez avoir dit quelque chose à votre psy que vous ne pouvez réécrire ici - et vous ne devez pas bien sûr! Mais sans doute est-ce en rapport avec cette confusion entre réconfort, amour et sexualité.

Vous avez pu reprendre le travail avec votre psychiatre, tout doucement et vous semblez en être contente. Peut-être alors vous est-il également possible de reprendre le travail avec votre psy aussi en sachant qu'il traitera de la question brûlante qui vous habite avec professionnalisme et donc avec toute la distance requise et nécessaire. Il vous est également possible de prendre contact avec un autre psy ou une autre psy - et vous pourriez tout aussi bien reprendre ces questions avec une femme, ce qui vous permettrait de les éprouver comme un peu moins brûlantes.

Pour ce qui est de la prise de contact, mieux vaut prendre RDV par tel plutôt que d'écrire un mail. C'est lors de la séance que vous pourrez dire à votre psy ce que vous souhaitez lui dire, plutôt que de le lui écrire.

Je vous souhaite de trouver la sérénité et l'apaisement.
Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

23 FÉVR. 2018

Logo Fabienne Verstraeten Fabienne Verstraeten

967 réponses

3651 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
thérapie des traumas d'inceste

9 réponses, dernière réponse le 24 Janvier 2019

Phonophobe, comment vivre avec ? (suite 1)

1 réponse, dernière réponse le 02 Novembre 2016

Icv, dissociation (et desorganisation)

1 réponse, dernière réponse le 05 Octobre 2018