Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Une vie après la mort

Réalisée par clarisse le 25 janv. 2016 8 réponses  · Approches psychologiques

Est-ce bon de faire croire à un enfant qu'il y a une vie après la mort afin qu'il n'en ait pas peur ?

peur

Meilleure réponse

Bonjour,
il me semble que cette question s'est posée à vous-même.
Un enfant en sait autant que vous sur la pensée de la mort. C'est à dire que quelque chose reste à faire énigme. Peut-être un savoir perdu.
Pourquoi imposer un point de vue que nous n'avons pas ? La question ne serait elle pas plutôt de comment naître dans la vie ?
Bien à vous,
P. Raynal

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Camille,

Ne vous inquiétez pas, chaque enfant passe par cette étape de questionnement métaphysique sur le thème de la mort. L'écoute de ses questions et les réponses les plus "vraies" possible sans entrer dans les détails me parait être la meilleure attitude. Sauf, s'il vient de vivre un décès proche, ce qui demande du temps lié au deuil, l'enfant en grandissant , va découvrir que l'être humain n'est pas immortel... d'où ce lot de questions liées à la mort. Au départ de son questionnement l'enfant associe départ, séparation à la mort puis il découvre la réalité. L'idée fera son chemin sans mensonge ni explications inutiles mais avec de l'attention.
Bonne continuation
Patricia Quentin

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

27 JANV. 2016

Logo Patricia Quentin Patricia Quentin

52 réponses

62 J'aime

Bonsoir Clarisse,

Je ne sais pas quel âge a votre enfant..., mais aux débuts de sa vie et jusqu'à environ 6-7 ans (voire plus) il empruntera les croyances des proches, et premier lieu celle de sa mère.
De plus, il ressent (inconsciemment) quelle est votre croyance profonde : vous pouvez même le perturber en essayant de "lui faire croire" en quelque chose d'autre que ce que vous croyez vous même au fond de vous.

Lui parler simplement de ce que vous pensez vous même et d'autres, avec des mots simples, en lui expliquant les étapes de la vie et la succession des générations pourrait être plus instructif et même rassurant (en général, on meurt tard..., après avoir vécu et accompli un certain nombre de choses).

Mais la peur de la mort reste une constante dans notre psychisme à tous ..., et elle a un coté positif puisqu'elle contribue à nourrir la prudence ; c'est plutôt l'angoisse de la mort qu'il faut éloigner/éviter/soigner quand elle s'installe.

Bien cordialement,
sp

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

26 JANV. 2016

Logo Silvia PODANI Silvia PODANI

1545 réponses

4742 J'aime

Bonjour,
Il ne s'agit pas de "faire croire" une option ou une autre ;
il n'y a rien à imposer, aucune nécessité à convaincre ni dans un sens, ni dans l'autre !
Ce serait attenter à sa liberté de penser et de partager ses interrogations.

L'essentiel n'est donc pas d'affirmer son propre point de vue.
Il est bon, certainement, d'expliquer à un enfant que différents points de vue existent: qu'il y a des personnes pour qui un au-delà, un invisible, existe et d'autres qui choisissent de penser que non.
Pas sûr que la 2ème option soit la plus sûre pour apaiser les peurs car ce que l'on chasse par la porte du côté de l'absurde et du manque de preuve peut vouloir revenir par la fenêtre du besoin persistant de donner un sens aux grandes questions de la Vie.

Avoir donc, quelles que soient ses options métaphysiques personnelles, du respect pour les questionnements profonds que posent les enfants autour de la Vie, la Mort et reconnaître qu'il y a là, à tout le moins, un besoin existentiel de trouver un sens à sa propre vie et aux ruptures qu'elle comporte, notamment lorsque l'on voit quelqu'un mourir...
Entendre et respecter aussi, avant même toute confrontation éventuelle à cette expérience dans l'entourage, l'aptitude spontanée des enfants de plus en plus évidente aujourd'hui aux questionnements existentiels.

Voici un exemple assez sidérant de la profondeur des réflexions que peut formuler un enfant aujourd'hui lorsqu'on l'y autorise: sur cette courte, mais dense vidéo le petit Nathan, 5ans, tiens dans son bain une discours métaphysique digne du Bouddha sur l'irréalité du monde et du soi.

Nathan et la non-dualité


La psyché des enfants d'aujourd'hui apparaît de plus en plus cristalline que la lumière traverse et illumine sans diffraction !
Il suffit de la laisser jaillir !
Tentons donc de ne pas tâcher ou pas briser ce cristal avec nos propres restrictions mentales...

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

26 JANV. 2016

Logo Philippe Garnier - Psychologue enfants, ados, familles & couples Philippe Garnier - Psychologue enfants, ados, familles & couples

59 réponses

143 J'aime

"Faire croire" ....ou.... "dire".... ?
"Faire croire", c'est déjà laisser entendre qu'on lui raconte n'importe quoi.
Sera t'il rassuré pour autant. Selon l'âge de l'enfant, l'idée de la mort n'est pas la même. Ne vaut il pas mieux dire les choses simplement en exprimant soit nos croyances, soit notre ignorance dans ce domaine. Et s'il doit avoir peur, eh bien il aura peur. La peur de la mort fait partie de la vie et conditionne le sens, le prix, que nous lui donnons.
Cordialement

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

26 JANV. 2016

Logo Maurice Gaillard Maurice Gaillard

1840 réponses

5465 J'aime

Bonjour Clarisse,

quand un enfant vous dit que "papa est parti rejoindre papy au ciel", qui sommes nous pour lui dire que ça n'est pas vrai ?
Que savons-nous de la vie après la mort ?
Soyons humbles à ce sujet et admettons par exemple que si l'on affirme qu'après la mort il n'y a rien, que c'est le néant, et bien il s'agit de notre croyance personnel.
Bref, il me semble tout à fait sain de préserver la croyance d'un enfant concernant l'au-delà si celle-ci lui convient, si elle lui fait du bien.
Par ailleurs, à ce sujet, le domaine des Expériences de Mort Imminente est passionnant, le livre de Raymond Moody, La vie après la vie est très bien, comme beaucoup d'autres.
Bien à vous,
Richard Rokicki

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

26 JANV. 2016

Logo Rokicki Richard Rokicki Richard

5 réponses

1 J'aime

Bonjour Clarisse,
Je partage la réponse de Mme de Lagausie.

Tout dépend quel âge à votre enfant, mais de toute manière, les enfants posent des questions qui parfois ne demandent pas de réponse comme on pourrait le croire ou du moins des réponses d'adultes, donc laissez lui la possibilité de s'inventer son univers à ce sujet.

Cordialement

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

25 JANV. 2016

Logo Nathalie FOLLMANN Nathalie FOLLMANN

2007 réponses

8999 J'aime

Bonjour,


Soyez"réelle" avec votre enfant.
Si vous croyez à une vie après la mort, exprimer le
Si vous n'y croyez pas, dites-le aussi.
Aucune des 2 options n'est plus consolatoire que l'autre, quoiqu'on en pense.

Vous pouvez également dire à votre enfant que tout le monde n'a pas la même opinion sur le sujet.
Vous ne pouvez mettre votre enfant à l'abri des grandes questions de la vie, la mort, le mal, ... Vous pouvez raconter comment vous faites avec ces questions.
Certains livres pour enfants peuvent vous aider à échanger. Adressez-vous à une librairie jeunesse ou à une bibliothèque.

Cordialement,

Véronique de Lagausie
Psychologue clinicienne

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

25 JANV. 2016

Logo Anonyme-236321 Anonyme-236321

380 réponses

851 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
Comment reconstruire sa vie : divorce après 20 ans de vie commune ?

6 réponses, dernière réponse le 30 Mai 2016

Comment refaire sa vie après une rupture?

8 réponses, dernière réponse le 25 Janvier 2019

Comment reprendre goût à la vie après un divorce ?

4 réponses, dernière réponse le 02 Avril 2018

J'ai très peur de la mort

10 réponses, dernière réponse le 14 Mai 2017

la mort de mon psy

8 réponses, dernière réponse le 26 Octobre 2016

peur de la mort depuis toute petite

1 réponse, dernière réponse le 07 Juin 2017