Une vie assez bouleversante auprès des gens de la société

Réalisée par Justme · 3 mai 2020 Aide psychologique

Bonjour,

N’étant pas capable de peser mes mots à l’oral (j’ai déjà eu de l’expérience et au premier mot je pleure), je décide de peser mes mots à l’écrit pour me faciliter la tâche et pour des raisons personnelles, je ne peux pas consulter en ligne.

Je suis désolée d’avance pour le roman. Je vous souhaite bon courage pour tout lire.

Je débute sur ma naissance jusqu’à ma fin de primaire, puis j’évoquerai différents sujets qui m’ont bouleversés pendant mon adolescence jusqu’à aujourd’hui. J’ai 19 ans.

- Naissance jusqu’en primaire

D’abord, il faut savoir que ma naissance n’a pas été facile pour des problèmes de santé notamment ma respiration. J’étais souvent à l’hôpital et j’allais mourrir. Je remercie aux personnels soignants de m’avoir sauver. Par conséquent, pendant mon enfance, j’ai été bien éduquée par mes parents, j’avais une vie heureuse. Je suis partie dans mon pays d’origine pour voir ma famille. C’était génial ! J’ai encore des souvenirs alors que je n’avais pas 10 ans. Au niveau de la scolarité, j’avais des difficultés en français et pourtant je suis née en France. J’étais obligée de consulter une orthophoniste. J’arrivais à avoir des notes correctes malgré mes difficultés. A part les cours, je me suis fait des amies d’enfance. Je connaissais même leurs parents. Malheureusement, je déménage dans une autre région.

- A partir de mon adolescence

Étant donnée que j’ai changée de région, j’avais dû mal à me remettre du déménagement. Pour « oublier », je suis partie 2 semaines en Égypte. C’était fabuleux de voir les palais des rois et des rennes, les pyramides, le pharaon ect J’ai découvert pleins de choses dans la culture égyptienne. Revenons à la réalité, j’intègre un établissement privée que je ne citerai pas le nom. Je me faisais des amis mais 1 an après, je commence à me faire harceler moralement. Il faut savoir que pendant 1 an, j’essayais d’apprendre à connaitre les gens de ma classe. Un jour, je suis en crush sur un mec de ma classe. On va l’appelait H. Je me comportais assez follement car j’étais persuadée qu’il m’aimait bien ce n’était qu’un rêve, mais en fait c’est tout le contraire. J’ai su par la suite qu’il sortait avec une fille. Et j’étais jalouse alors que je n’étais pas en couple avec H. Avec du recul, je me sens trop bête de me comporter comme ça. Fin bref, en tout cas si tu te reconnais et tu passes par là, je ne t’aime plus du tout depuis longtemps. Après 1 an vécu dans cet établissement, je me suis sentie harceler. (A l’époque, je ne connaissais pas ce mot. Une fille m’avait fait comprendre quand tout ça s’est terminé.) On commençait à se moquer de moi sur mon physique, sur mon origine asiatique, sur mon comportement envers les uns et les autres. Je me suis retrouvée seule face à tous ça. Je me suis inscrite sur Facebook après un temps malgré que mes parents me l’interdisaient. Et j’aurais dû les écouter mais je voyais tout le monde qui avait un compte. Je suivais la mode de la société pour exister. Par la suite, je me suis fait harceler sur Facebook par une « amie » (on la nomme T) à l’époque alors que j’avais rien dit de mal sur elle, ni sur quiconque. Je me suis sentie trahi. Ensuite, je me suis inscrite sur Twitter. Et le harcèlement continue. Mais c’est vrai que j’étais trop bête à devoir clasher les gens sur un réseau social. A l’époque je n’avais pas conscience de l’impact des réseaux sociaux. J’ai dû arrêter et je me suis confiée à d’autres personnes qui étaient là pour moi. J’ai ainsi commencé à m’intéresser sur ce que je ressent sur tout ça. J’ai écouté des textes oraux sur YouTube. J’ai entendu le suicide de Marion dû au harcèlement à l’école et je me suis intéressée aussi. Un film et un livre nommés « Marion, 13 ans pour toujours » sont sortis en France. Je me suis identifiée à cette jeune fille sur ce que j’ai vécu. A vrai dire, j’avais tellement accumulé, je n’arrivais pas à me défendre que j’ai créer une carapace et je me suis enfermée sur moi même. J’ai aussi eu une perte de confiance en moi à cause de tout cet acharnement gratuite. Je me suis arrêtée mais les gens continuaient. J’ai eu des pensées de suicide et de couper mes veines mais je me suis retenue à ne pas le faire car je me dit que mes parents n’ont pas envie de me perdre, ni ma famille. J’ai surtout eu le courage de ne pas le faire. Je me suis aussi dit que je n’ai qu’une seule vie. J’ai accompli des rêves devenus une réalité concernant les pays que je rêvais de voyager.
A côté de mon harcèlement et des cours, j’ai pratiqué des activités comme la natation et le violon. Malheureusement, j’ai dû arrêter la natation pour cause d’une allergie du chlore et le violon à cause des cours en classe qui devenaient importantes pour moi.
Ainsi pendant mon adolescence, mes grands-pères sont décédés, l’un d’une maladie paralysée et l’autre de vieillesse. Malheureusement, ils vivent dans mon pays d’origine en Asie. Je les ai vu dernièrement, je n’avais même pas 10 ans. J’ai quelques souvenirs d’eux mais en tout cas je ne suis pas retournée dans mon pays d’origine depuis longtemps. Ils me manquent fortement. Je n’ai pas non plus fait le deuil...
Pour le bilan, j’ai pas beaucoup profité de mon enfance comme je voulais.

Étant donnée que je me suis sentie seule après cet événement, je me suis inscrite sur une application où on pouvait apprendre à connaître les gens. Faire connaissance à distance était à l’époque envisageable. J’avais rencontré une fille superbe malheureusement on avait des désaccords. Elle s’est sentie trahi alors que j’avais demandé son autorisation avant de faire quoi que ce soit et j’étais trop mal de ce qu’elle me confiait. J’avais peur qu’elle fasse une bêtise. J’ai demandé à un garçon qu’elle était en crush (on va l’appeler D) pour prendre soin d’elle. Et pourtant j’essayais de trouver les mots pour la calmer et la rassurer. J’avais créer cette amitié virtuelle avec cette fille.

Après quelques mois, D me contacte et on commence à discuter au fur et à mesure. A l’époque, j’étais aussi naïve. Je croyais à un coup de foudre en virtuelle. En fait, je me consacrais en premier la vie des autres au lieu de la mienne. Je me suis attachée à cette personne. Et un jour, il m’a fait une chose à l’envers. Alors j’explique: il était ok pour qu’on se voit lui et moi quand je serais dans sa région. L’été arrive, je suis descendu dans sa région pour voir ma famille mais je voulais quand même passer au moins une journée avec lui pour avoir l’occasion de le connaître +. Sur ce coup là, il n’avait répondu à aucun message alors que je le voyais active sur les réseaux sociaux. J’ai compris qu’à ce moment là qu’il se foutait de moi. C’est pas fini, il revient comme une fleur à la rentrée et comme une naïve que je suis, je retombe dans le panneau. Au fil du temps je me suis détachée de lui car je ne devais pas faire du mal à moi même à cause d’un garçon. J’ai couper tous les liens le concernant.

Les histoires ne sont pas finis. Je vivais une période sur la confiance en soi. Comme par hasard T reviens me parler car j’ai eu l’audace de la débloquer sur les réseaux sociaux alors que c’était la fautive sur le fait de briser l’amitié entre elle et moi. Elle me sortait des phrases toute faites pour que je redonne confiance en elle mais je sais déjà son caractère. Au fil des discussions, je vois qu’elle a pas changé du tout. Elle voulait certainement que je sois avec elle, être de son côté alors que ses histoires ne me concernent pas. Je me suis mise encore dans une histoire qui ne valait pas le coup car ça ne me regardais pas. Je trouvais absurde de ce que T me confier, je ne trouvais pas ça normale qu’on a pu la prendre en photo en culotte et le publier sur Snapchat dans une vestiaire de filles ! Autant vous dire que je perdais de l’énergie à comprendre les faits de ce qui s’est passé. A l’heure d’aujourd’hui, je ne parle plus avec cette fille, c’est terminée. On n’arrive pas à se comprendre et elle a encore réussi à me déstabiliser avec ses mots d’irrespect. D’un coup c’est rose, d’un coup c’est noir avec elle. Autant ne plus lui parler, ça me fairai du bien à moi même.

- la vie étudiante

Je change de région pour changer d’air et ne pas se fier à cet établissement privé où j’ai mon avis personnel que je ne citerais pas. J’arrive dans une nouvelle ville. Je connais personne de mon ancien lycée du moins pas dans ma classe en tout cas. Et j’apprends à connaître tout le monde au fur et à mesure. Je me retrouve seule dans mon appartement. Je ne dors pratiquement pas la nuit. J’ai des nuits qui se varient c’est à dire qu’une nuit sur deux je n’arrive pas à dormir, je me réveille souvent en pleins milieu de la nuit. Je suis stressée par la surcharge de travail en cours. Je suis fatiguée sur tout ce que je fais. Je culpabilise toujours de revivre le harcèlement. J’accumule tellement toute seule que je craque et je pleure. Et c’est bien le cas de cette année qui s’amplifie de plus en plus. Je suis vraiment déçue de la classe. Limite on peut rien leur dire car ça va partir en quart de tour. J’ai pas changé de région pour revivre la même chose. Je me suis sentie harceler encore une nouvelle fois par une amie (on la nomme C). Elle est de nature marrante mais un moment donné quand je lui dit « mais tu prend pour qui » elle me dira que je me prend la tête car de base c’est pour rigoler. Mais quand elle continue au fur et à mesure, ça devient blessant et je pense qu’en inversant les rôles, elle n’aimerait pas qu’on lui manque de respect. Donc il ne faut pas faire ce qu’on n’aimerait pas qu’on te fasse.

Entre temps, j’étais en crush d’un garçon en prépa (on va le nommer V). Je l’ai croisé comme par hasard au CDI (bibliothèque au lycée). Je le trouvais beau. Je voulais apprendre à le connaître donc je faisais ma petite fouine. Et finalement ça ne s’est pas fait car il n’avait pas les devants pour me le dire en face. Fin bref passons.

Par la suite, je sort une fois tous les deux semaines en boîte avec mes potes pour oublier. J’étais tellement dans les vapes de ce qu’ils m’arrivaient autour de moi, je me suis inscrite sur une application de rencontre (Pas Tinder). Je reste quand même consciente que y aura des garçons qui voudront du sex qu’autres choses mais je me suis mise des règles pour éviter de tomber dans leur panneau. Pour ceux qui voulaient du sex je next. Ça sert à rien de discuter avec eux. Comme tout hasard, j’ai rencontré mon ex (on nommera P).

P et moi avons eu une longue discussion et on avait les mêmes envies et le mêmes délires surtout. C’était tellement marrant. Au début de notre discussion, la relation était virtuelle. Il s’est confié à moi et j’ai réussi à trouver les bons mots pour le réconforter. Je n’ai pas pu venir qu’il m’aimait. Je pensais pas à cela d’après ce que j’avais vécu dans mon passé avec les garçons. On s’est pas encore vu. Arriver à la rentrée, on s’est organisé à se voir une après-midi. C’est lui qui m’a embrassé en premier. Dans ma tête, j’étais perdue. Je ne pensais pas que ça allait aussi vite. C’est vrai qu’on avait beaucoup de choses en commun notamment sur le sujet de la tromperie. Près d’1 mois de relation, c’était mon anniversaire et il m’a fait la surprise de m’offrir un cadeau alors que j’avais rien demandé. Après 2 semaines, j’ai rencontré sa famille. Je me suis bien entendu, et ça s’est bien passée. Pour moi, je vivais un rêve, c’était pas possible qu’un mec m’aime pour ce que je suis. Je me doutais de moi même et encore aujourd’hui. Arriver le mois de décembre, on s’offrait chacun le cadeau de noël. Malheureusement, mes crises de culpabilité sur ce que je suis reviennent.. Je m’acharnais sur lui alors qu’il n’avait rien avoir avec mon passé. De plus, je me posais des questions sur l’avenir de mon couple mais c’était difficile d’aborder ces sujets car il me répondait pas. Je n’arrivais pas à avoir une discussion sereine avec lui car je m’énervais pour un rien au final. J’avais besoin de réponses pour savoir ce qui en est de notre couple. Les regrets que j’ai avec lui, c’est de l’avoir été trop brusque et trop honnête envers lui, de l’avoir fait subir la souffrance. Ça va faire 2 mois qu’on est séparé. Il ne veux plus entendre parler de moi. Après 6 mois de relation, je ne pensais pas que je tombais amoureuse de ce garçon car lui avait des valeurs. Je me suis rendu compte vers la fin de la relation... Il faut savoir que j’ai passé en priorité ma relation avant tout, même si j’arrivais à équilibrer le tout avec ma famille et mes études.
Je remarque que je me comporte différemment entre l’engagement dans un couple et parler sans ambiguïté avec un garçon.
En gros, quand je suis en couple, j’ai l’impression de me prendre la tête pour un rien alors que pour moi, c’est important de se poser des questions pour avancer. Et quand je parle avec un garçon sans ambiguïté, je parle normal comme si c’était un pote, je ne me prend pas la tête. Alors j’aimerais bien équilibrer tout ça quand je m’engage dans une relation pour ne pas souffrir mon partenaire et moi même.

Concernant l’appli de rencontre, j’ai supprimé mon compte depuis que j’étais en couple, dont les garçons, qui peuvent lire ce poste, ne me cherchaient pas, je reste anonyme.

Avant de vous poser des questions, j’aimerais vous remercier d’avoir pris le temps de tout lire.

Comment reprendre réellement confiance en moi ? A vrai dire faut bien faire des choses qui nous plaisent... Mais je suis passionnée de voyage et à cette période, c’est difficile de voyager ... À part cela, je ne sais pas vraiment ce qui me plaît dans la vie.. Je n’arrive pas à trouver les idées pour savoir ce que j’aime..
Comment réaliser un deuil des personnes de la famille sachant qu’ils sont loin de moi ?
Comment faire un deuil sur ma rupture ? Il faut être bien entouré ? Je n’ai plus personne à qui me confier. Je n’ose pas en parler avec mes parents car ma soeur s’en melle. Je n’ai pas envie que mes parents s’en préoccupent sur mes histoires car ils s’inquiètent beaucoup pour moi sans avoir tout dit. En tout cas, ils sont au courant de mon harcèlement pendant mon adolescence.

Je vous en remercie encore une fois.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 4 MAI 2020

Bonjour Justme,

Si écrire vous parrez mieux que parler alors vous avez trouvé la façon qui est bonne pour vous d évacuer vos émotions.
Je vous encourage à le faire puis ensuite brûler les écrits et rendez à la terre les cendre lors d une balade.
Les actes symboliques sont importants pour pouvoir avancer dans la vie.
Le cerveau ne sait pas si cela est vrai ou pas alors on utilise ce biais pour accompagner tous les deuils, quel qu il soit.
Pour vos grands-parents vous pouvez leur écrire une lettre pour leur dire merci et au revoir. Mettez un timbre et juste leur prénom sur une enveloppe, puis vous la glissez dans une boite aux lettres.
Pareil pour votre ex. Écrire vous convient alors trouvez ce qui pourrait vous y aider, je vous donne des trucs à vous d en faire quelque chose de personnel.
Accueillez vos émotions, mettez-bous dans une pièce seule et prenez un coussin ou une peluche et laissez-les monter, pleurez un bon coup, ça fait du bien. À la fin serez-vous dans vos bras et dites "merci pour tout ce que tu m offre, moi je suis là quoi qu il arrive. Je serai toujours à tes côtés. Je t aime"
Reprendre confiance, commence par le respect de soi et accueillir ses émotions en fait parti :)
Faites la position du super héros, positionnez-vous comme superman; poings fermés sur les hanches, jambes légèrement écartées et le menton relevé. Regardez droit devant, imaginez une cape dans votre dos et imaginez des projectiles qui ricochent sur votre torse bombé et tombent à vos pieds.
Faites-le tous les jours, votre cerveau finira par y croire. C est scientifique prouvé!

Il existe bien des méthodes, en voici quelques-unes.
Je vous conseille de vous tourner vers les fleurs de bach également. Elles sont d un grand soutien pour les périodes difficiles.
Suivez votre intuition pour la ou les choisir. Pas plus de 3, vous mettez 5 gouttes de chaque dans une bouteille d eau que vous boirez tout au long de la journée.

Pleins de belles choses pour la suite
Bien à vous
Céline Naud
Psychopraticienne, Sophro-analyste, Thérapeute de couple

Céline Naud Psy sur Cabasse

85 réponses

216 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 MAI 2020

Bonjour,
J ai lu votre histoire et jusqu' au bout.
Vous n'êtes pas seule à avoir vécu ces situations cde harcèlement et il ne faut pas en avoir honte.
Oui, vous devriez rester entourée par des personnes qui comprennent ce que vous avez vécu.
Vérifiez s il n existe pas dans votre région, une association, un groupement de victimes ou anciennes victimes de harcèlement.
Cela vous permettrait de discuter avec des personnes quisui vous ecouteraient sans jugement, qui pourraient vous conseiller.
C est dommage que vous ne consultiez pas en ligne, mais peut être pouvez vous par mail ?
En attendant, suivez mes conseils, ne restez pas seule et vous devez pouvoir exprimer tout ce que vous avez vécu avec des personnes de confiance.
Portez vous bien.

Sandrine BAUDOUIN Psy sur Saint-Pierre (La Réunion)

4 réponses

3 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 13250

psychologues

questions 13700

questions

réponses 86050

réponses