Vers quelle branche psy me tourner par rapport à ma problématique ?

Réalisée par Deborah le 22 août 2018 Thérapie brève

Bonjour à tou-t-es,

Je suis une femme d'une trentaine d'années, je suis hébergée à titre gratuit à Paris. Je reçois le RSA et mes revenus sont faibles.

J'ai un parcours traumatique très chargé, une histoire familiale pesante, complexe, avec de nombreuses zones d'ombre. J'ai été victime de diverses maltraitances de la petite enfance jusqu'à l'âge adulte : agression sexuelle, viol, harcèlement moral, harcèlement sexuel, coercition affective.

J'ai consulté quelques psy sur la route : une psychologue à 11 ans (juste 2 ou 3 séances, alors que j'étais harcelée moralement par une camarade de classe et ça ne m'a absolument pas aidée), un pédo-psychiatre à 16 ans pendant environ un an et qui tenait des propos ambigus, me parlait de sa fille pendant les séances et qui ne m'a pas du tout aidée ; un psychiatre autour de l'âge de 20 ans suite au fait que j'ai quitté le lycée pour poursuivre ma terminale par le CNED et dont je ne me sentais pas écoutée non plus (souvent, il regardait ailleurs d'un air absent, remplissait ma feuille de soins pendant que je parlais, haussait les yeux au ciel quand je racontais certaines choses concernant ma relation à mon père), j'ai aussi fait une thérapie biodynamique pendant un an en 2015 qui m'a fait progresser sur certains points, sans aller en profondeur.

Enfin, fin 2017 pendant 3 mois environ, j'ai entamé une thérapie comportementale et cognitive auprès d'un thérapeute, qui a eu une réaction et des mots particuliers face auxquels je ne me suis plus du tout sentie en confiance avec lui. J'ai donc arrêté avec lui. Je souffre entre autres symptômes d'un TOC qui ne se voit pas, si ce n'est que je vais parfois passer du temps à faire des recherches sur la toile ou ailleurs pour me rassurer vis-à-vis d'une peur.

Aujourd'hui, je n'en peux plus, je me sens usée par ce parcours psy durant lequel j'ai constamment eu l'impression de ne pas être entendue, de ne pas encore avoir rencontré semble-t-il de psy formé à la prise en charge de victimes d'abus dont je fais partie. J'ai tellement peur de me tromper encore de personne, d'avoir encore à déployer une énergie considérable en devant encore raconter mon vécu, que je n'ose pas prendre directement contact avec un nouveau psy.

Ce que je voudrais ? Trouver quelqu'un de compétent et d'empathique avec qui un vrai dialogue peut se faire, un vrai ping-pong verbal, avec lequel je vais pouvoir enquêter, creuser en moi, démêler les éléments de mon histoire pour mieux la comprendre, et surtout l'assimiler pour enfin être en paix avec mon passé. Car jusque-là, mon passé est... présent. Aussi, j'ai un énorme problème d'autonomie, dont je culpabilise beaucoup à mon âge (gros blocages avec le monde professionnel)... ce qui fait que je travaille peu (en free-lance).

Si vous pouviez, s'il vous plaît, me dire si une approche psy serait plus utile qu'une autre, et aussi comment faire pour que ça puisse rentrer dans mon budget (j'ai pensé aux CMP, je vais contacter celui de mon secteur mais du coup c'est la loterie et j'ai peur de tomber sur quelqu'un qui ne me convienne pas)... ça me serait d'une aide considérable. Merci beaucoup de m'avoir lue en tout cas, synthétiser n'est pas mon point fort !

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonjour Deborah,

Je comprend votre position. Trouver le bon psy est une question fondamentale lorsque l'on veut entamer un travail sur soi.
Or, ce n'est a mon sens pas le titre qui fait le bon psy. Ni l'approche de ce dernier. Une approche pourrait correspondre à l'un et pas a l'autre. Ainsi autorisez vous a "essayer", prenez contact par téléphone pour avoir un premier avis avant de prendre rdv par exemple.

S'agissant du tarif: Je suis de ceux qui pensent que la question financière même si elle est importante ne doit être un obstacle au mieux être. Ainsi tout comme moi, il existe des professionnels qui pourront s'adapter à vos revenus et avec qui vous pourrez envisager des modalités de travail qui vous conviennent.

Vous souhaitant d'aboutir dans vos recherches.
Bien cordialement

Dorine NKODIA
Conseil Et Thérapie

Psychotherapeute ,
Coach,
Thérapeute de couple

Dorine NKODIA Psy sur Bussy-Saint-Georges

8 réponses

15 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
Les pistes évoquées par ma collègue : CIDFF, association d′aide aux victimes, me paraissent intéressantes. Elles pourraient débloquer certaines choses dès lors que vous auriez affaire avec un(e) psy, non seulement à l′écoute, mais également pro-actif(ve), intervenant(e).
Peut-être est-ce cela dont vous auriez besoin. N′hésitez pas à les contacter, posez des questions sur leurs méthodes, voyez si le courant passe.

Par ailleurs, outre les souffrances liées aux actes eux-mêmes, de nombreux paramètres entrent en jeu, trop souvent passés sous silence et qui peuvent être tout aussi dévastateurs :
- y a t′il eu plainte ? Réparation judiciaire ?
- avez vous été soutenue par vos proches, votre famille ?
- outres les « réactions, les mots » du psy … des paroles d′autres personnes vous auraient elles blessée ?
….(.....).....

Tous ces éléments connexes ne sont jamais anodins.
Ainsi que j′ai eu moult fois l′occasion de le dire, en matière de victimologie, les causes de la souffrance ne sont pas toujours là où on les croit.
Tout doit être pris en considération et pas seulement les atteintes sur un terrain supposé fragile.
Cordiales salutations.

Maurice Gaillard Psy sur Vincennes

1912 réponses

5626 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour,
trouver un bon psychologue peut s'avérer être un véritable parcours du combattant.

Concernant l'approche dont vous avez besoin, tout dépend de votre demande :
- est-ce une compréhension en profondeur de ce que vous vivez qui vous importe ? Une compréhension de votre passé ?.. Auquel cas un.e praticien.ne d'orientation psychanalytique POURRAIT vous convenir.
- est-ce un apport d'outils pour vous aider à vivre avec vos problématique et en atténuer, de façon pratique, l'impact fonctionnel que cela peut avoir pour vous ?.. Dans ce cas, une approche comportementale et cognitive POURRAIT vous convenir.

Mais est-ce que c'est véritablement à ce niveau que se pose la question ? Vous évoquez notamment que c'est le fait de ne pas être entendue qui vous impacte et vous pompe l'énergie dont vous auriez besoin pour entamer un nouveau suivi thérapeutique.
Ainsi, il serait peut être pertinent pour vous de vous diriger vers des associations de victimes d'abus, comme le CIDFF ou France Victime. Ces structures sont spécialisées dans la prise en charge des victimes, ce qui vous permettra d'améliorer vos chances de tomber sur quelqu'un suffisamment formé pour vous entendre. En plus de pouvoir (dans certaines situations) vous proposer directement un suivi gratuit au sein des structures, ils pourront vous orienter vers des psychologues spécialisé.e.s dans les problématiques que vous pouvez rencontrer (i.e., liées à la maltraitances, aux abus...).

Pour information, comme il a été dit plus haut, certain.e.s praticien.ne.s en libéral font des tarifs ou facilités de paiements pour les personnes disposant de peu de ressource.

Courage à vous.
Respectueusement,

Coralie Samson - Psychologue.

Coralie Samson Psy sur Angoulême

1 réponse

2 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Déborah,

Au 5 ème paragraphe de votre post, vous développez que le résultat de vos rencontres avec la succession de catégories de psy que vous avez pu avoir vous rend désormais craintive de devoir une fois de plus parler à quelqu'un. Ce besoin de parler à quelqu'un avec un retour de sa part qui pourrait vous éclairer et vous permettre « d'être en paix avec votre passé » comme vous l'exprimez, reste une demande de votre part légitime, mais qu'aucun psy ne peut vous promettre à l'avance. Ou plutôt oui certains psy peuvent vous le promettre, justement car ce n'est qu'une promesse !
Aussi la crainte de vous retrouver avec un psy qui ne vous convienne pas, reste du domaine du possible et quand bien même vous auriez rencontré le meilleur des psys du moment : le plus télégénique, le plus titré académiquement, le plus prolifique en écrits publiés etc...

Vous comprenez certainement que vous recommander tel ou tel, reste aussi une « loterie » surtout lorsque l'on en connaît si peu sur votre parcours. Et justement vous dites « j'ai peur de tomber sur quelqu'un qui ne me convienne pas ».
Cependant lorsque l'on « tombe » sur quelqu'un qui ne convient pas, il faut en analyser le pourquoi. Savoir exactement ce qui n'a pas plu et aussi ce qui a pu plaire aussi à un moment, et donc déçu après. Le mouvement de bascule qui s'exprime là , peut soutenir une bascule naturelle dans une thérapie. Le seul problème c'est qu'il ne semble pas y avoir eu un espace de libre pour vous, afin de vous exprimer sur ce ressenti que vous aviez. D'une manière ou d'une autre l'espace de discussion entre vous n'a pu aller jusqu'à la critique du dispositif mis en place.

Ce qui me renvoie à ce que vous exprimiez dès le début de votre post, concernant votre histoire personnelle et « les nombreuses zones d'ombre ».
Je fais un lien possible avec cette nécessité impérieuse, pour vous d'aller vers les zones d'ombre. La vérité « aléthéia » en grec, c'est découvrir sous le voile de l'oubli, ce qui pourrait correspondre à une nécessité, de ce qui a été pour vous, caché jusqu'à maintenant. Il se peut que vous soyez arrivé au bout de ce que certaines thérapies brèves pouvaient vous apporter ?
Vous souhaitez peut-être trouver des réponses profondes à la succession d'événements qui vous ont atteints et apprendre à en gérer les risques lors de nouvelles rencontres. C'est ce que je perçois désormais dans vos propos. Il me semble donc qu'il faudrait vous tourner vers les thérapies qui proposent des thérapies longues et qui agissent en profondeur comme par exemple la psychanalyse (freudienne, jungienne, ou lacanienne, par exemple).
Vous évoquez aussi le désir de rencontrer un psy à faible coût. Il existe certaines associations psychanalytiques qui à Paris ont ouverts des consultations gratuites en ce sens. Si vous le souhaitez je pourrai vous en communiquer des adresses, en off.

Pour ce qui est du CMP, si vous connaissez un psy dans un CMP hors secteur géographique, vous pouvez demander à être reçu par ce psy. Mais ce psy peut bien sur dire qu'il ne peut vous recevoir. Mais en théorie, même si les soins psy sont sectorisés, ils se heurtent à la loi du libre choix du médecin, et c'est cette loi qui prime sur les autres.
Mais avant tout la boussole de votre orientation dans le choix de votre psy, c'est de pouvoir continuer à apprécier celui que vous avez en face de vous, ou sur le côté, et de pouvoir vous sentir libre de partir, ou mieux encore de vous sentir libre de lui dire tout ce que vous éprouvez, sur ce qu'il vous exprime, voir sur ce à quoi il ne semble pas réagir.
Bon cheminement à vous, bon courage,

Charles Suaudeau-Séroude
Psychothérapeute agréé par l'agence régionale de la santé

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Thérapie brève

Voir plus de psychologues spécialisés en Thérapie brève

Autres questions sur Thérapie brève

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 5300 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10050

psychologues

questions 5300

questions

réponses 27950

réponses