Aborder l'Alcoolisme

Réalisée par hervé Poire · 14 sept. 2015 Alcoolisme

Comment aborder l'alcoolisme avec quelqu'un de sa famille sans entrer en conflit ?

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 15 SEPT. 2015

Bonjour
cette question est épineuse et vous faites bien de la poser.
Il me semble qu'il faut créer les conditions de l'échange pour qu'une réelle rencontre aie lieu. Trouvez le moyen de vous isoler avec cette personne, une ballade, quelque chose qui lui plaise, prenez le temps . Dites lui votre inquiétude avec sollicitude et sans le ou la diminuer.
C'est un beau cadeau à lui faire de lui conseiller de consulter
Cordialement
Isabelle Thomas
Psychologue psychanalyste

Isabelle Thomas Psy sur Paris

663 réponses

2652 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

16 SEPT. 2015

Bonjour Hervé,

C'est une sujet délicat. En premier lieu, la question à se poser est de savoir si la personne en question à conscience qu'elle a des soucis avec l'alcool. Il faut aussi savoir, que ce trouble est souvent liée à une carence affective.

Enfin, une tiers personne est parfois mieux "tolérée" qu'un proche afin de parler de ses problèmes, difficultés...

Je vous souhaite beaucoup de courage et de patience.

Bien vous,

Arnaud George psychanalyste

Arnaud George Psy sur Champlan

20 réponses

63 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 SEPT. 2015

Je vous conseille fortement de trouver un groupe de parole tel que les Al-Anon : il s'agit de groupes destinés justement à l'entourage de personnes alcooliques (c'est le pendant des Alcooliques Anonymes). Loin des clichés qui sont véhiculés et que l'on peut avoir sur ces fameux groupes de paroles anonymes, ils apportent un soutien que vous ne pourrez trouver nulle part ailleurs de cette façon. Vous pourrez y parler en toute liberté, y poser toutes les questions qui vous passent par la tête, sans être jugé, regardé de travers, y entendre des témoignages parfois très proches de ce que vous vivez, parfois très éloignés, et dans tous les cas, vous y trouverez un réconfort, un apaisement, et cela vous aidera à avancer pas après pas et à comprendre...

Albane MARMION Psy sur Ramonville-Saint-Agne

4 réponses

4 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 SEPT. 2015

Bonjour Hervé , vous abordez la une question en effet délicates . Je travaille au contact de malades alcooliques depuis 8 ans et a prise de conscience de son problème d'addiction est le premier pas vers le soin. Éviter d'être en conflit c'est une bonne idée , mais parfois le conflit est inévitable . En tout cas , vous pouvez faire la demande a votre partenaire de consulter avec vous au moins une fois un addictologie, parce que cela devient grave , et que vous ne pouvez plus supporter la situation .
Vous pouvez vous adresser a des associations néphalustes qui soutiennent les familles de malades. Vous adresser a un service d'accompagnement CSAPA, service d'addictologie jour hôpitaux et associations . Bonne chance . Catherine

Catherine Bottero Psy sur Caluire-et-Cuire

1 réponse

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 SEPT. 2015

Bonjour,

C'est toujours délicat. Comme le dit mon confrère, cela dépend de l'état de conscience dans lequel se trouve la personne.
Essayez de lui dire le plus délicatement possible, d'abord en n'abordant pas le sujet de front. Passez par 4 chemins !!!
Lorsqu'il en sera là, proposez lui votre aide, et conseillez le. Il y a bien sûr les alcooliques anonymes, mais aussi les thérapies cognitive-comportementales qui sont très adaptées à ce type de problématique.

En espérant avoir pu vous aider.
Bon courage et bonne continuation.
Jessica Sotto - Psychologue clinicienne - Psychothérapeute (Ile de France - Essonne).

Jessica Sotto Psy sur Palaiseau

30 réponses

21 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 SEPT. 2015

Bonjour Hervé,
Votre question est compliquée, puisqu’il existe différents stades dans l’alcoolisme et dans la conscience que la personne elle-même en a. Il faut garder en tête que l’alcoolisme est souvent l’expression d’une grande détresse. L’individu a besoin qu’on le considère en douceur, sans accusation.
Il y a souvent une longue période de déni, où la personne concernée va éviter le sujet ou minimiser ou vous prouvez que vous avez tort et vous démontrer qu’elle n’est pas dépendante (« pas plus que les autres », « jamais le matin »…).
Je vous suggère surtout pour aborder le sujet de commencer par parler de vous, un utilisant « Je » : ce que vous avez remarqué en terme de comportements, vos craintes, votre tristesse...
Pour ne pas brusquer la personne, éviter le « tu » qui peut être immédiatement interprété comme un reproche et bloquer toute conversation.
Soit votre proche va entrer en dialogue et accepter de se livrer, soit vous allez percevoir le déni. A mon sens, le mieux alors et de dire simplement que vous êtes là ou que vous pouvez trouver un spécialiste qui pourra apporter son aide le moment venu.
Bon courage dans votre démarche.

Anonyme-198143 Psy sur Dijon

17 réponses

72 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Alcoolisme

Voir plus de psy spécialisés en Alcoolisme

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12950 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16200

psychologues

questions 12950

questions

réponses 135900

réponses