L’apprentissage d’une langue par les dyslexiques : pourquoi pas l’espéranto ?

Après avoir appris leur langue maternelle, parfois très difficilement, les enfants dyslexiques doivent débuter l'apprentissage d'une nouvelle langue, majoritairement l'anglais.

8 NOV. 2013 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

L’apprentissage d’une langue par les dyslexiques : pourquoi pas l’espéranto ?

Au niveau phonétique, les langues ont des degrés de difficulté différents. C'est pourquoi la phonologie de la langue maternelle a une incidence sur la survenue des troubles dyslexiques.

Ainsi, il a été prouvé que certaines langues difficiles sur le plan phonétique (comme l'anglais, le français ou le danois) ont un plus fort taux de dyslexie que des langues dites "régulières" (espagnol, italien). Il y a d'ailleurs deux fois moins d'enfants de moins de 10 ans dyslexiques en Italie qu'aux États-Unis.

On comprend mieux cet écart lorsqu'on s'intéresse à la structure des langues : l'anglais, langue irrégulière par excellence, compte 1120 graphèmes (manières d'écrire) et environ 40 phonèmes (sons). Le français, lui, compte 190 graphèmes pour 35 phonèmes, alors que l'italien possède 33 graphèmes pour 25 phonèmes, d'où un apprentissage facilité.

L'anglais : une langue difficile pour les dyslexiques

Pourtant, les enfants en France ont peu de choix : après avoir appris leur propre langue, 86% d'entre eux commencent l'anglais en primaire, sans choix possible.

Or, l'anglais présente de grandes difficultés pour les enfants dyslexiques :

  • Aucune voyelle ne se prononce de la même manière qu'en français.
  • Les accentuations et intonations sont totalement différentes du français (notamment car l'anglais est une langue accentuelle, alors que le français est une langue syllabique).
  • La transcription des sons à l'écrit (phonème graphème) est extrêmement difficile : on parle d'ailleurs de langue opaque, car il existe plusieurs possibilité d'écrire un son.
  • Il existe en anglais de nombreux mots monosyllabiques phonologiquement et graphiquement proches (they, there, then...)
  • La nature des mots (verbes, adverbe, adjectif, déterminant, pronom, etc.) est variable.

Une langue étrangère n'est, bien sûr, jamais apprise de la même manière que sa langue maternelle, mais les stratégies de compensation mises en place par l'enfant dyslexique, lors de l'apprentissage de sa langue maternelle, deviennent inutiles lorsqu'il apprend une nouvelle langue comme l'anglais.

Choisir l'espéranto pour sa régularité et sa facilité d'apprentissage

Si cela est possible, mieux vaut recommander à l'enfant le choix d'une langue régulière : allemand, italien... ou espéranto. Conçue à la fin du XIXe siècle par un médecin polonais, cette langue est la plus régulière de toutes, ce qui facilite énormément son apprentissage.

shutterstock-608710346.jpg

Sa grammaire est régulière, et les mots se forment à partir d'un nombre limité de racines lexicales (on parle de langue agglutinante). La correspondance phonétique de l'espéranto est totale : un son équivaut à une lettre, une lettre à un son. L'apprentissage est d'autant plus facilité que les mots proviennent souvent d'une racine ramenant à plusieurs langues sources, et que l'accent tonique se situe toujours sur l'avant-dernière syllabe.

L'Institut de Pédagogie Cybernétique de Padeborn (Allemagne) a comparé les durées d'apprentissage de plusieurs groupes d'élèves francophones (niveau Baccalauréat) pour atteindre un niveau équivalent dans 4 langues différentes : allemand, anglais, italien et espéranto. Les résultats sont sans appels :

  • 2000h d'allemand
  • 1500h d'anglais
  • 1000h d'italien
  • 150h d'espéranto

En outre, il est prouvé que, lorsque l'on a déjà appris une langue étrangère, l'apprentissage d'une nouvelle est simplifié. Malheureusement, si certains établissements scolaires proposent d'apprendre l'espéranto, ce sont des cours en dehors du temps scolaire. Pourtant, pour les enfants dyslexiques, cette langue semblerait être un excellent compromis.

Photo : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ